Retour haut de page

Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.


Créatine contre la dépression bipolaire?



Nutrimuscle-Conseils Avatar de l’utilisateur
Forum Admin

Messages: 35828

Un essai randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo, de preuve de concept de monohydrate de créatine comme traitement d'appoint pour la dépression bipolaire.
Toniolo RA J Neural Transm (Vienne). 2018 février; 125 (2): 247-257.

Les épisodes dépressifs sont une cause majeure de morbidité et de dysfonctionnement chez les personnes souffrant de trouble bipolaire. Les traitements actuellement disponibles pour cette affection ont une efficacité limitée et de nouvelles options thérapeutiques sont nécessaires. Des recherches approfondies dans la physiopathologie du trouble bipolaire indiquent l'existence d'un dysfonctionnement mitochondrial et bioénergétique.

Nous avons émis l'hypothèse que le monohydrate de créatine, un nutraceutique qui fonctionne comme un modulateur mitochondrial, serait efficace comme thérapie adjuvante pour la dépression bipolaire. Nous avons mené un essai en double aveugle dans lequel 35 patients présentant un trouble bipolaire de type I ou II dans un épisode dépressif selon les critères du DSM-IV et utilisant des médicaments habituels pour le traitement de cette phase de la maladie ont été randomisés en deux groupes de traitement. pour 6 semaines: monohydrate de créatine 6 g par jour (N = 17) ou un placebo (N = 18). L'efficacité primaire a été évaluée par le changement de l'échelle d'évaluation de la dépression de Montgomery-Åsberg (MADRS). Nous n'avons pas trouvé de différence statistiquement significative dans la comparaison entre les groupes pour le changement de score sur le MADRS après 6 semaines dans une analyse en intention de traiter (p = 0,560, Cohen = 0,231).

Cependant, nous avons trouvé une supériorité significative de l'ajout de créatine versus placebo lorsque nous avons considéré le critère de rémission d'un score MADRS ≤ 12 à la semaine 6 analysant le résultat des 35 patients randomisés sur ITT (52,9% de rémission dans le groupe créatine vs 11,1 % de rémission dans le groupe placebo) et des 23 acheveurs (66,7% de rémission dans le groupe créatine contre 18,2% de rémission dans le groupe placebo) (p = 0,012, OR = 9,0 et p = 0,036, OR = 9,0, respectivement). Deux patients ayant reçu de la créatine sont passés à l'hypomanie / manie au début de l'essai. Aucun effet secondaire physique cliniquement pertinent n'a été rapporté ou observé. Cette étude de preuve de concept, visant à restaurer la bioénergétique cérébrale à l'aide d'un modulateur mitochondrial adjuvant, n'est pas concluante sur l'efficacité de l'ajout de créatine pour la dépression bipolaire, mais suggère que ce composé pourrait jouer un rôle dans le traitement adjuvant de cette phase de la maladie.

Des études plus poussées à l'aide d'essais contrôlés randomisés avec des échantillons plus importants devraient être menées pour vérifier l'efficacité de la supplémentation en créatine pour la dépression bipolaire et aussi pour les symptômes dépressifs sous-indromiques visant à restaurer la bioénergétique cérébrale en utilisant un modulateur mitochondrial d'appoint, n'est pas concluante sur l'efficacité de l'ajout de créatine pour la dépression bipolaire, mais suggère que ce composé peut avoir un rôle dans le traitement d'appoint de cette phase de la maladie.

Nutrimuscle-Conseils Avatar de l’utilisateur
Forum Admin

Messages: 35828

Effets cognitifs du traitement adjuvant au monohydrate de créatine chez les patients souffrant de dépression bipolaire: résultats d'un essai randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo
Ricardo Alexandre Toniolo Journal des troubles affectifs Volume 224 , 15 décembre 2017 , pages 69-75

• Les épisodes dépressifs et les troubles cognitifs produisent la plupart des dysfonctionnements dans le trouble bipolaire.
• Plusieurs lignes de preuve impliquent fortement la survenue d'un dysfonctionnement mitochondrial dans le trouble bipolaire.
• Cette étude a été la première à étudier les effets cognitifs de la supplémentation en monohydrate de créatine sur la dépression bipolaire.
• La supplémentation en monohydrate de créatine pendant 6 semaines a été associée à une amélioration de la fluidité verbale de la dépression bipolaire.
• Des études futures sur les propriétés cognitives de la créatine monohydrate dans le trouble bipolaire devraient être entreprises.

Contexte
Les épisodes dépressifs et les troubles cognitifs sont des causes majeures de morbidité et de dysfonctionnement chez les personnes souffrant de trouble bipolaire . De nouvelles approches thérapeutiques ciblant les aspects cliniques et cognitifs de la dépression bipolaire sont nécessaires, et des recherches sur la physiopathologie suggèrent que des modulateurs mitochondriaux, tels que le monohydrate de créatine nutraceutique, pourraient jouer un rôle thérapeutique dans cette affection.

Les méthodes
Dix - huit (N = 18) les patients souffrant de dépression bipolaire selon la DSM-IV critères qui ont été enrollled en 6 semaines, randomisé, en double aveugle, contrôlée par placebo de monohydrate de créatine 6 g par jour en tant que thérapie adjuvante ont été soumis à des évaluations neuropsychologiques ( Test de tri par carte du Wisconsin, sous-test de la numérotation numérique de l'échelle de l'intelligence adulte Wechsler - troisième édition, test Stroop Colour-Word, test de la figure complexe Rey-Osterrieth, test de fluidité verbale FAS).

Résultats
Il y avait une différence statistiquement significative entre les groupes de traitement du changement sur les scores totaux après 6 semaines dans le test de fluidité verbale, avec une amélioration dans le groupe recevant un traitement d'appoint avec de la créatine. Nous n'avons pas trouvé de différences significatives entre les groupes de changements sur d'autres tests neuropsychologiques.

Limites
Petit échantillon et absence d'un groupe témoin de sujets sains.

Conclusions
Notre essai, qui a été le premier à étudier les effets cognitifs du monohydrate de créatine sur la dépression bipolaire, indique que la supplémentation en nutraceutique pendant 6 semaines est associée à une amélioration des tests de fluence verbale chez les patients atteints de cette affection.


Messages: 152
Que penses-tu de cela sur le sujet Michaël ? :arrow:

Autres effets de la créatine
La créatine pourrait posséder un certain nombre d’effets bénéfiques pour la santé en général. Une étude préliminaire a montré qu’elle pourrait diminuer le taux de triglycérides, un lipide circulant dans le sang et qui est un marqueur de risque cardiovasculaire. La créatine pourrait également diminuer un autre marqueur de la santé cardiaque : l’homocystéine. Néanmoins cet effet n’a pas été observé dans toutes les études. Pour l’instant les études sont trop faibles pour pouvoir conclure avec certitude sur ces effets supposés.

La créatine a été investiguée dans un ensemble de maladies appelées “dystrophies musculaires”. Ces maladies génétiques forment un groupe de plusieurs dizaines de types différents et qui ont comme particularité d’affaiblir les muscles de l’organisme, ce qui se traduit à terme par une fonte musculaire. La plus grande revue des études sur la question a été menée par Cochrane, une organisation célèbre de chercheurs qui est réputée pour la qualité de ses analyses. Les résultats indiquent que la créatine est effectivement efficace dans la plupart des dystrophies, pouvant amener un gain de force musculaire jusqu’à 8 %, à court et à moyen terme au moins.

Parkinson2La maladie de Parkinson a également un impact sur la fonction musculaire, se traduisant par une perte de masse musculaire, une perte de force et une plus grande fatigue. Plusieurs études ont pu montrer que la créatine était efficace sur ces symptômes en particulier mais qu’elle ne permettait pas de ralentir l’évolution de la maladie.

Certains chercheurs ont aussi constaté un effet positif de la créatine sur la masse osseuse dans le cadre d’un programme sportif. Si les résultats sont nets chez le rat, les données manquent encore pour pouvoir conclure chez l’homme.

Un aspect plus intéressant de la créatine est son effet sur les performances cognitives et la concentration. Il semble en effet qu’elle soit capable d’améliorer les performances intellectuelles dans la plupart des circonstances : que ce soit les tests de mémoire à court ou long terme, les tests de QI, l’orientation spatiale… Toutefois, quelques études suggèrent que ce bénéfice est nul chez les adultes jeunes. D’autres études sont encore nécessaires pour pouvoir tirer une conclusion définitive.

Le dernier point prometteur concerne son effet dans le traitement de certaines maladies psychiatriques. En effet, les chercheurs ont découvert grâce à l’imagerie par résonance magnétique que le métabolisme de l’énergie dans le cerveau était altéré dans certaines maladies comme la dépression, le trouble bipolaire ou la schizophrénie. Plusieurs études ont donc regardé l’effet de la créatine dans ces trois conditions. Dans le cas de la dépression, les résultats semblent clairement positifs : la créatine pourrait diminuer les symptômes dépressifs, en particulier lorsqu’on l’ajoute au traitement médicamenteux s’il s’agit d’une dépression résistante. Dans le cas de la schizophrénie en revanche les résultats sont négatifs et ne montrent pas de bénéfice supérieur au placebo. Dans le cadre du trouble bipolaire, les résultats sont importants : la créatine a une activité antidépressive nette et peut provoquer un virage maniaque, c’est-à-dire aggraver la maladie. Nous vous déconseillons donc fortement la créatine dans ce cas (voir la section “contre-indications”).


source : https://www.julienvenesson.fr/creatine- ... -verite/5/


Contre-indications de la créatine
Contre-indications relatives (nécessitent l’avis d’un médecin) :

Les personnes souffrant d’un problème rénal
Les personnes souffrant d’un problème hépatique
Les personnes traitées pour dépression
Les personnes souffrant d’hypertension artérielle
Contre-indications absolues (utilisation de la créatine très fortement déconseillée) :

Les personnes atteintes du trouble bipolaire
Les personnes atteintes d’un trouble schizo-affectif
Les personnes ayant connu au court de leur vie un état psychotique bref (aussi appelé état psychotique aigu ou bouffée délirante aiguë)
Les personnes traitées à la ciclosporine, la triméthoprime, la cimétidine, l’amikacine, la gentamicine, à la tobramycine ou à la probénécide
Les femmes enceintes ou allaitantes


source : https://www.julienvenesson.fr/creatine- ... -verite/8/

Nutrimuscle-Conseils Avatar de l’utilisateur
Forum Admin

Messages: 35828

Ca doit pas être tout jeune comme texte


Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.