Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Épidémiologie du déficit en vitamine D en France

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Épidémiologie du déficit en vitamine D en France

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 6 Déc 2014 16:17

Épidémiologie du déficit en vitamine D
Jean-Claude Souberbielle Cahiers de Nutrition et de Diététique Vol 49 - N° 6 P. 252-259 - décembre 2014

La concentration sérique de la 25-hydroxy vitamine D (25OHD) est le marqueur consensuel du statut vitaminique D. En population générale, on considère qu’une concentration de 25OHD>20ng/mL est suffisante, en termes de « santé osseuse ». Chez les patients ostéoporotiques, chez ceux qui ont une pathologie ou qui reçoivent un traitement qui les exposent à un risque d’ostéoporose, ainsi que chez les patients insuffisants rénaux chroniques,

un statut vitaminique D considéré comme optimal est plutôt atteint pour des concentrations de 25OHD>30ng/mL.

En population générale française, les études épidémiologiques montrent que 43 à 50 % de la population ont une concentration de 25OHD<20ng/mL et environ 80 % ont une concentration <30ng/mL.

Chez les patients souffrant d’une pathologie chronique, mais aussi dans certaines catégories de la population générale, comme les adolescents et les sujets âgés, le pourcentage de personnes ayant une concentration de 25OHD<20ng/mL est souvent bien supérieur à 50 %. Les études épidémiologiques permettent d’identifier des facteurs de risque de déficit en vitamine D (sujets âgés, surpoids, sujets à peau pigmentée, port de vêtements couvrants, très peu d’activités en extérieur) permettant de cibler les sujets ou les patients qui bénéficieront particulièrement d’une supplémentation en vitamine D.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 38839
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Épidémiologie du déficit en vitamine D en france

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 6 Déc 2014 16:19

Les effets musculaires de la vitamine D : application à la perte musculaire liée à l’âge
Stéphane Walrand Cahiers de Nutrition et de Diététique Vol 49 - N° 6 P. 273-278 - décembre 2014

Au-delà de ses rôles biologiques classiques sur la santé osseuse, les effets extrasquelettiques de la vitamine D font actuellement l’objet de nombreuses recherches. La présence du récepteur de la vitamine D dans la plupart des tissus de l’organisme vient d’ailleurs renforcer l’argument en faveur de ses fonctions multiples. Parmi celles-ci, l’effet de la vitamine D sur la masse et les performances musculaires a été longtemps pressenti. En effet, dans la Grèce Antique, Hérodote recommandait le soleil comme un remède pour les « muscles faibles et mous », et les anciens Olympiens recevaient l’ordre de se coucher exposés aux rayons du soleil pour améliorer leurs performances physiques. En 1952, Spellerberg, un physiologiste du sport, a réalisé une vaste étude portant sur les effets de l’irradiation UV sur les performances d’athlètes de haut niveau. Suite aux résultats positifs de cette investigation, ce scientifique dû informer le Comité olympique que l’irradiation UV présentait un effet « convaincant » sur la performance physique et les capacités motrices. Ces données sont conformes à de nombreuses études postérieures signalant une amélioration des aptitudes physiques, de la vitesse et de l’endurance chez des sujets jeunes traités par des UV ou par des suppléments contenant de la vitamine D. Des observations complémentaires font état d’un effet significatif sur la force musculaire, en particulier au niveau des membres inférieurs. Concernant les mécanismes mis en jeu, certaines études fondamentales récentes ont montré que la vitamine D exerce des effets moléculaires au sein de la cellule musculaire. Précisément, une action régulatrice de la vitamine D sur les flux de calcium, l’homéostasie minérale et certaines voies de signalisation contrôlant l’anabolisme protéique a été rapportée au niveau du tissu musculaire. Plusieurs enquêtes épidémiologiques révèlent qu’un faible statut en vitamine D est toujours associé à une diminution de la masse, de la force et des capacités contractiles musculaires chez la personne âgée. Cette atteinte aboutit à une accélération de la perte musculaire avec l’âge (sarcopénie), et par conséquent à une réduction des capacités physiques et à une augmentation du risque de chute et de fracture. À l’inverse, un apport supplémentaire de vitamine D chez le sujet âgé améliore significativement les paramètres fonctionnels musculaires classiquement recherchés.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 38839
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Épidémiologie du déficit en vitamine D en france

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 26 Fév 2016 14:34

Les Français manquent de vitamine D
Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 38839
Inscription: 11 Sep 2008 19:11


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités