Retour haut de page

Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.


Existe t'il un apport maximum de protéines par repas ?




Messages: 468
Je sais pas comment ils font ceux qui mangent pas un petit déjeuner et donc passe 16 à 18h sans manger entre le soir et le midi


Messages: 275
Le régime intermittent/cétogène, j'en entends encore parlé par les nouveaux vrais faux sportifs dans des termes assez élogieux, presque religieux.

Pour ceux qui restent assis 12H par jour (ou peut-être avec un potentiel problème de diabète), ça peut sûrement convenir sinon pour les autres, tu amènes rapidement ton corps à « l’échec ».

Même les plus sérieux adeptes de la diète « ketogenic » déconseillent de bannir les glucides et de faire attention avec l'intermittent fasting lorsque l'on est sportif assidu.

Ce qui revient le plus dans les témoignages : « brain fog ». Manque de glucides, potassium, sodium ou magnésium, les gars étaient ingénieur et finissaient par avoir du mal à faire une simple soustraction ou à se projeter une image dans l'espace. Ils avaient maigris et c'était surtout le but mais intellectuellement à plat.

Alors je suis pas pour se goinfrer, prendre du poids et aller vers l'excès pour gagner de la « masse » mais dans une optique santé, y'a vraiment un entre deux à respecter.

Pour ceux à qui ça convient, tant mieux, mais pour les nouveaux faire de multiples petits repas éloignent des fringales et des gros coups de fatigue en conservant la ligne.

Et comme il a été dit, pas de mystère, si tu veux prendre du muscle (et pas gagner l'illusion de...), faut de la matière... Lavoisier aurait été d'accord.


Messages: 468
Gerard, les symptômes que tu décris surgissent au bout de combien d'heures de "jeune" chez les gens?


Messages: 275
C'était plutôt la réduction calorique (et notamment la réduction de glucide) étalée sur plusieurs jours qui se faisait ressentir plus ou moins sévèrement intellectuellement chez ces personnes.

Sinon après un sommeil d'environ 8heures si tu manges pas dans les prochaines 4 heures, ça me semble difficile de tenir une conférence sans que ça devienne soporifique (dans le cas du sportif).


Messages: 3
Salut Gerard,

Merci d'avoir pris le temps de développer ta réponse

D'abord, le jeune intermittent et le régime cétogène sont deux choses différentes. Ca peut être associé, mais pas obligatoirement.

Ensuite, pourrais-tu me partager la source de tes témoignages ?
Ces symptômes là sont, je pense, plus liés à une mauvaise gestion du jeune intermittent que du jeune en lui-même.
Il y a par contre de très nombreux témoignages qui parlent d'une bien meilleure "clarté mentale" en période de jeune.

Sinon, le but du jeune intermittent n'est pas forcément de maigrir.
C'est généralement une conséquence facile car on a tendance à plus facilement "moins manger" quand on jeune pendant 16h par jour, mais le fait qu'on gagne ou qu'on perde du poids est plus lié à la quantité ingérée dans cette période.
Par contre, il est bien plus facile de gagner de la masse maigre sans prendre de gras en suivant le jeune intermittent. Donc gagner de la masse, mais pas de gras.

Ces conséquences positives seraient du particulièrement à un meilleur cycle hormonal (sensibilité à l'insuline, hormone de croissance...) quand on jeune pendant une bonne partie de la journée. Certains stagnaient avec leur régime classique , et se sont remis à gagner de la masse en passant au régime intermittent.

Voici quelques ressources :
en anglais :
https://jamesclear.com/intermittent-fas ... ns-learned
https://leangains.com/the-leangains-guide/

et pour ceux qui lisent pas l'anglais, un très bon dossier en français :
https://www.all-musculation.com/nutriti ... ermittent/


Messages: 275
"Salut Gerard,

Merci d'avoir pris le temps de développer ta réponse

D'abord, le jeune intermittent et le régime cétogène sont deux choses différentes. Ca peut être associé, mais pas obligatoirement."

D'abord, je n'ai pas de parti pris... et oui, j'ai bien noté la nuance. Cependant je vois assez rarement ces deux choses dissociées.

"Ensuite, pourrais-tu me partager la source de tes témoignages ?"

A ce moment précis j'ai la flemme de tout reprendre, ça fait quelques années que j'ai testé une variété de régime et parcouru un tas de forum (anglophone majoritairement). Et puis sois-dit en passant cette mode wikipedienne de devoir balancer à chaque fois des sources souvent galvaudées me fait plutôt marrer (l'histoire est de la culture populaire...).

"Ces symptômes là sont, je pense, plus liés à une mauvaise gestion du jeune intermittent que du jeune en lui-même."

Le bon chasseur et le mauvais chasseur ?


"Il y a par contre de très nombreux témoignages qui parlent d'une bien meilleure "clarté mentale" en période de jeune."

Ouai, parce qu'au lieu du susucre dont ils se gavaient avec les montées d'insulines que ça engendrait (notamment la sérotonine), il se retrouve avec une glycémie plus juste.


"Sinon, le but du jeune intermittent n'est pas forcément de maigrir."

Gagner de la masse ?

"C'est généralement une conséquence facile car on a tendance à plus facilement "moins manger" quand on jeune pendant 16h par jour, mais le fait qu'on gagne ou qu'on perde du poids est plus lié à la quantité ingérée dans cette période."

Je comprends pas cette phrase.


"Par contre, il est bien plus facile de gagner de la masse maigre sans prendre de gras en suivant le jeune intermittent. Donc gagner de la masse, mais pas de gras."

Gagner l'illusion de... oui. On parle de sportif ou le gars 25/30 qui se réveille et commence à détester sa bedaine ?


"Ces conséquences positives seraient du particulièrement à un meilleur cycle hormonal (sensibilité à l'insuline, hormone de croissance...) quand on jeune pendant une bonne partie de la journée."

Augmentation de la sensibilité à l'insuline sur le court terme, après j'ai pas parcouru toutes les études et sur le long terme j'me demande ce que cela peut donner. Encore une fois on parle du cas du sportif...


"Certains stagnaient avec leur régime classique , et se sont remis à gagner de la masse en passant au régime intermittent."

« Et il multiplia le pain...»


J'ai aucun parti pris. Si ça marche pour certains tant mieux. Cependant c'est un régime à la mode et qui de mon humble avis à déjà largement perdu en popularité outre-atlantique. Pour maigrir c'est très bien, si on tape un peu trop dans les chichips ça va améliorer la situation c'est sûr.

Désolé pour cette flemme de développer mais j'y ai déjà passé pas mal de temps et cette même musique d'entendre dire que ce sont les autres qui suivent mal le régime, on est tous très occupés...

On est dans le cas du sportif, pas jean-paul divorcé 35ans qui va essayer de passer une soirée ailleurs que devant la télé... (ou pour se regarder dans la glace en se disant qu'il est massif pour 1m75 73kilos)

En ts cas bon entrainement, que chacun utilise ses moyens de proprioception pour rester en bonne condition physique et intellectuel.


Messages: 9
Et puis sois-dit en passant cette mode wikipedienne de devoir balancer à chaque fois des sources souvent galvaudées me fait plutôt marrer (l'histoire est de la culture populaire...).

C'est justement le gros gros soucis avec le monde de la musculation - et du corps humain en général. Trop d'idées reçues et de témoignages placebo (comprendre "bro-science"). Vous ne citez pas de source fiable ? Votre argument est faux, point barre.

Soit-dit en passant, après lecture du reste du commentaire, je vous invite à commencer à demander des sources lors de vos futures discussions. Le jeûne intermittent est largement couvert par la science. Les """témoignages""" dont vous faîtes part semblent largement orientés par vos propres convictions...

Tant que j'y suis, j'en profite par glisser au passage que le coup des "multiples petits repas" est également largement couvert par la science... :roll:


Messages: 275
Je ne comprends pas l'orientation de ton message.

Si tu veux largement couvrir le sujet avec de multiples références, te gêne pas...

Y'a quelque chose qui t'a piqué au sujet de ton régime ? J'ai pas d'idées préconçues, il s'agit pas de dire que tels ou tels régimes est bon ou mauvais mais de comprendre ce qui est adapté ou non à chacun et dans ce cas aux sportifs, pas aux "sportifs" du dimanche...

Y'en a chez qui ça passera tant mieux, d'autres qui vont bien se planter, ça peut être une perte de temps... j'aurais tendance à dire qu'un sportif de haut niveau ne trouvera pas d'avantage dans le régime intermittent et le point qui m'interpelle c'est le soutien de l'activité intellectuel dans ce type de régime.

Je suis un peu excédé d'entendre et de lire que ceux qui font une mauvaise expérience avec ce type de régime ne respectent pas les consignes, voilà sans doute la raison qui laisse penser que j'ai un discours orienté. Je viens ici "discutailler" avec décontraction, pas envie d'écrire un article.


Messages: 184
D'accord avec Gérard, j'ai l'impression que ces dietes conviennent à ceux qui sont assez sédentaires avec une courte séance de sport par jour ou moins pour s'entretenir, par contre pour une recherche de performance et un mode de vie très actif c'est droit dans le mur. C'est sur qu'il y a plein de sites internet qui les mettent en avant mais c'est des sites commerciaux, ils sélectionnent quelques études qui vont dans leur sens en argumentant avec de belles phrases et c'est gagné.

Précédente

Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.