Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Les oméga 3 abaissent de 14% le risque de cancer du sein

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Les oméga 3 abaissent de 14% le risque de cancer du sein

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 3 Juil 2013 19:30

Intake of fish and marine n-3 polyunsaturated fatty acids and risk of breast cancer: meta-analysis of data from 21 independent prospective cohort studies
BMJ 2013; 346:f3706 Ju-Sheng Zheng

Objectives To investigate the association between intake of fish and n-3 polyunsaturated fatty acids (n-3 PUFA) and the risk of breast cancer and to evaluate the potential dose-response relation.

Design Meta-analysis and systematic review of prospective cohort studies.

Data sources PubMed and Embase up to December 2012 and references of retrieved relevant articles.

Eligibility criteria for selecting studies Prospective cohort studies with relative risk and 95% confidence intervals for breast cancer according to fish intake, n-3 PUFA intake, or tissue biomarkers.

Results Twenty six publications, including 20 905 cases of breast cancer and 883 585 participants from 21 independent prospective cohort studies were eligible. Eleven articles (13 323 breast cancer events and 687 770 participants) investigated fish intake, 17 articles investigated marine n-3 PUFA (16 178 breast cancer events and 527 392 participants), and 12 articles investigated alpha linolenic acid (14 284 breast cancer events and 405 592 participants). Marine n-3 PUFA was associated with 14% reduction of risk of breast cancer (relative risk for highest v lowest category 0.86 (95% confidence interval 0.78 to 0.94), I2=54), and the relative risk remained similar whether marine n-3 PUFA was measured as dietary intake (0.85, 0.76 to 0.96, I2=67%) or as tissue biomarkers (0.86, 0.71 to 1.03, I2=8%). Subgroup analyses also indicated that the inverse association between marine n-3 PUFA and risk was more evident in studies that did not adjust for body mass index (BMI) (0.74, 0.64 to 0.86, I2=0) than in studies that did adjust for BMI (0.90, 0.80 to 1.01, I2=63.2%). Dose-response analysis indicated that risk of breast cancer was reduced by 5% per 0.1g/day (0.95, 0.90 to 1.00, I2=52%) or 0.1% energy/day (0.95, 0.90 to 1.00, I2=79%) increment of dietary marine n-3 PUFA intake. No significant association was observed for fish intake or exposure to alpha linolenic acid.

Conclusions Higher consumption of dietary marine n-3 PUFA is associated with a lower risk of breast cancer. The associations of fish and alpha linolenic acid intake with risk warrant further investigation of prospective cohort studies. These findings could have public health implications with regard to prevention of breast cancer through dietary and lifestyle interventions
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 38841
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 4 Juil 2013 10:52

Traduction de l'étude : :wink:

La consommation de poissons marins et d’acides gras polyinsaturés oméga-3 et le risque du cancer du seins : une méta-analyse de données provenant de 21 études de cohortes prospectives indépendantes.
BMJ 2013; 346: f3706 Ju-Sheng Zheng

Objectifs : enquêter sur l’association entre la consommation de poisson et d’oméga-3, acides gras polyinsaturés (AGPI n-3) et le risque du cancer du sein et ainsi évaluer la relation dose-réponse potentielle.

Conception : une méta analyse et un examen systématique des études de cohortes prospectives.

Sources : les données PubMed et Embase jusqu’à décembre 2012 et les références des articles pertinents ont été récupérées.

Les critères d’admissibilité pour la sélection des études de cohortes prospectives (avec un risque relatif et un intervalle de confiance de 95%) pour le cancer du sein en fonction de la fonction de la consommation de poisson, d’apport en AGPI oméga-3 et les biomarqueurs tissulaires.

Résultats : 26 publications, dont 20 905 cas de cancer du sein et 8836 585 participants provenant de 21 études de cohortes prospectives indépendants étaient admissibles. 11 articles (13 323 cas de cancer du sein et 687 770 participants) ont étudié la consommation de poisson, 17 articles ont étudiés la consommation d’acides polyinsatyurés oméga-3 (161178 cas de cancer du seins et 527 392 participants).

Et 12 articles ont études l’apport en acide alpha-linolénique (14 284 cas de cancer du seins et 405 592 participants). La consommation d’acides gras polyinsaturés oméga-3 a été associée à une réduction de 14% du risque du cancer du sein (le risque relatif était plus élevé par rapport à la catégorie la plus basse (0,86) (95% intervalle de confiance de 0,78 à 0,94), I2 = 54), et le risque relatif est resté le même si l’acides gras polyinsaturés oméga-3 d’origine marine a été mesuré comme apport alimentaire (0,85, 0,76 à 0,96, I2 = 67%) ou en tant que biomarqueurs tissulaires (0,86, 0,71 à 1,03, I2 = 8%). Les analyses des sous-groupes ont également indiqué l’existence d’une association inverse entre la consommation marine d’acides gras polyinsaturés en oméga-3 et le risque de contracter un cancer du sein était plus évident que dans les études qui n’ont pas parler de l’IMC ) (0,74, 0,64 à 0,86, I2 = 0), que dans les études qui ont traité l’IMC (0,90, 0,80 à 1,01, I2 = 63,2%). L’analyse de la dose-réponse a indiquée le risque du cancer du sein a diminué de 5% avec une prise de 0.1g/jour d’acides gras polyinsaturés oméga-3 (0,95, 0,90 à 1,00 I2 = 52%),soit 0.1% de l’énergie/jour (0,95, 0,90 à 1,00 I2 = 79%). Aucune association significative n’a été observée avec la consommation de poisson et la consommation d’acide alpha-linolénique.

Conclusions : la consommation alimentaire en acides gras polyinsaturés marins plus élevée a été associée à un risque plus faible de cancer du sein. Les associations de poissons et avec l’apport en acide alpha-linolénique sur le risque de contracter le cancer du sein, justifient la poursuite des études proespectives. Ces résultats pourraient avoir des implications sur la santé publique en matière de prévention du cancer du sein grâce à des interventions alimentaires et un mode de vie.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 3836
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités