Retour haut de page

Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.


Mieux dormir pendant un régime grâce aux protéines



Nutrimuscle-Conseils Avatar de l’utilisateur
Forum Admin

Messages: 32361

Higher-protein diets improve indexes of sleep in energy-restricted overweight and obese adults: results from 2 randomized controlled trials.
Zhou J Am J Clin Nutr. 2016 Feb 10.

Limited and inconsistent research findings exist about the effect of dietary protein intake on indexes of sleep.
OBJECTIVE: We assessed the effect of protein intake during dietary energy restriction on indexes of sleep in overweight and obese adults in 2 randomized, controlled feeding studies.

DESIGN: For study 1, 14 participants [3 men and 11 women; mean ± SE age: 56 ± 3 y; body mass index (BMI; in kg/m2): 30.9 ± 0.6] consumed energy-restricted diets (a 750-kcal/d deficit) with either beef and pork (bicarbonate de potassium; n = 5) or soy and legume (SL; n = 9) as the main protein sources for 3 consecutive 4-wk periods with 10% (control), 20%, or 30% of total energy from protein (random order). At baseline and the end of each period, the global sleep score (GSS) was assessed with the use of the Pittsburgh Sleep Quality Index (PSQI) questionnaire. For study 2, 44 participants (12 men and 32 women; age: 52 ± 1 y; BMI: 31.4 ± 0.5) consumed a 3-wk baseline energy-balance diet with 0.8 g protein · kg baseline body mass-1 · d-1. Then, study 2 subjects consumed either a normal-protein [NP (control); n = 23] or a high-protein (HP; n = 21) (0.8 compared with 1.5 g · kg-1 · d-1, respectively) energy-restricted diet (a 750-kcal/d deficit) for 16 wk. The PSQI was administered during baseline week 3 and intervention weeks 4, 8, 12, and 16. GSSs ranged from 0 to 21 arbitrary units (au), with a higher value representing a worse GSS during the preceding month.

RESULTS: In study 1, we showed that a higher protein quantity improved GSSs independent of the protein source. The GSS was higher (P < 0.05) when 10% (6.0 ± 0.4 au) compared with 20% (5.0 ± 0.4 au) protein was consumed, with 30% protein (5.4 ± 0.6 au) intermediate. In study 2, at baseline, the GSS was not different between NP (5.2 ± 0.5 au) and HP (5.4 ± 0.5 au) groups. Over time, the GSS was unchanged for the NP group and improved for the HP group (P-group-by-time interaction < 0.05). After intervention (week 16), GSSs for NP and HP groups were 5.9 ± 0.5 and 4.0 ± 0.6 au, respectively (P < 0.01).

CONCLUSION: The consumption of a greater proportion of energy from protein while dieting may improve sleep in overweight and obese adults.


Messages: 3628
Localisation: Athus
Traduction de l’étude :wink:

La consommation en protéines supérieur améliore l’indice de sommeil chez des adultes en surpoids et obèses dans un régime hypocaloriques : résultats de 2 essais contrôlés et randomisés.
Zhou J Am J Clin Nutr. 2016 10 février

Des résultats de recherches limités et contradictoires existent sur l’effet de l’apport en protéines alimentaires sur les indices de sommeil.

OBJECTIF: Nous avons évalué l’effet de l’apport en protéines pendant une période de restriction énergétique sur les indices de sommeil chez des adultes en surpoids et obèses, randomisés, en 2 études sur une alimentation contrôlée.

CONCEPTION: Pour l'étude 1, 14 participants [3 hommes et 11 femmes; moyenne ± SE âge: 56 ± 3 ans; d'indice de masse corporelle (IMC; en kg / m2): 30,9 ± 0,6] ont suivis un régime faible en calories (a-kcal 750 / j déficit) avec soit le bœuf et le porc (bicarbonate de potassium; n = 5) ou de soja et de légumineuses (SL ; n = 9) comme les principales sources de protéines pour 3 périodes consécutives de 4 semaines avec 10% (témoin), 20%, soit 30% de l'énergie totale en protéine (ordre aléatoire). Au départ et à la fin de chaque période, le score du sommeil global (ESG) a été évalué à l'aide du questionnaire Pittsburgh indice de qualité du sommeil (PSQI). Pour l'étude 2, 44 participants (12 hommes et 32 femmes; âge: 52 ± 1 y; IMC: 31,4 ± 0,5) ont consommé un régime énergétique de référence de 3 semaines avec 0,8 g de protéines • kg corporel initial de masse 1 • d- 1. Ensuite, les sujets de l'étude ont consommé Soit une protéine de qualité normale [NP (de contrôle); n = 23] ou d'une protéines de haute qualité (HP; n = 21) (0,8 contre 1,5 g • kg-1 • j-1, respectivement) régime hypocalorique (a-kcal 750 / j déficit) de 16 sem. Le PSQI a été administré pendant 3 semaines et et aussi pendant les semaines d'intervention référence 4, 8, 12, et 16. GSS variait de 0 à 21 unités arbitraires (UA), avec une valeur plus élevée représentant un ESG pire durant le mois précedant.

RÉSULTATS: Dans l'étude 1, nous montrons qu’une une quantité plus élevée en protéines améliorée GSS sans tenir compte de la source de protéines. L'ESG a été plus élevée (P <0,05) lorsque 10% (6,0 ± 0,4 UA) contre 20% (5,0 ± 0,4 au) en protéine a été consommé, avec 30% de protéines (5,4 ± 0,6 au) i. Dans l'étude 2, au départ, l'ESG n’était pas différent entre NP (5,2 ± 0,5 UA) et HP (5,4 ± 0,5) .Au fil du temps, l'ESG a été inchangé pour le groupe NP et amélioré pour le groupe HP (interaction P-groupe par temps <0,05). Après l'intervention (semaine 16), GSS pour les groupes NP et HP était de 5,9 ± 0,5 et 4,0 ± 0,6 au, respectivement (P <0,01).

CONCLUSION: La consommation d'une plus grande proportion en énergie à partir de protéines tout en suivant un régime peut améliorer le sommeil chez les adultes en surpoids et obèses.


Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.