Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Plus de protéines = meilleure santé et moins de gras

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Plus de protéines = meilleure santé et moins de gras

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 4 Sep 2016 15:12

Diets higher in animal and plant protein are associated with lower adiposity and do not impair kidney function in US adults
Claire E Berryman Am J Clin Nutr September 2016 vol. 104 no. 3 743-749

Background: Higher-protein diets are associated with decreased adiposity and greater HDL cholesterol than lower protein diets. Whether these benefits can be attributed to a specific protein source (i.e., nondairy animal, dairy, or plant) is unknown, and concerns remain regarding the impact of higher-protein diets on kidney function.

Objective: The objective of this study was to evaluate trends of protein source on markers of cardiometabolic disease risk and kidney function in US adults.

Design: Total, nondairy animal, dairy, and plant protein intake were estimated with the use of 24-h recall data from NHANES 2007–2010 (n = 11,111; ≥19 y). Associations between source-specific protein intake and health outcomes were determined with the use of models that adjusted for sex, race and ethnicity, age, physical activity, poverty-to-income ratio, individual intake (grams per kilogram) for each of the other 2 protein sources, body mass index (BMI) (except for weight-related variables), and macronutrient (carbohydrate, fiber, and total and saturated fat) intake.

Results: Mean ± SE total protein intake was 82.3 ± 0.8 g/d (animal: 37.4 ± 0.5 g/d; plant: 24.7 ± 0.3 g/d; and dairy: 13.4 ± 0.3 g/d). Both BMI and waist circumference were inversely associated [regression coefficient (95% CI)] with animal [−0.199 (−0.265, −0.134), P < 0.0001; −0.505 (−0.641, −0.370), P < 0.0001] and plant [−0.346 (−0.455, −0.237), P < 0.0001; −0.826 (−1.114, −0.538), P < 0.0001] protein intake. Blood urea nitrogen concentrations increased across deciles for animal [0.313 (0.248, 0.379), P < 0.0001; decile 1–10: 11.6 ± 0.2 to 14.9 ± 0.3 mg/dL] and dairy [0.195 (0.139, 0.251), P < 0.0001; decile 1–10: 12.7 ± 0.2 to 13.9 ± 0.2 mg/dL] but not plant protein intake. Glomerular filtration rate and blood creatinine were not associated with intake of any protein source.

Conclusions: Diets higher in plant and animal protein, independent of other dietary factors, are associated with cardiometabolic benefits, particularly improved central adiposity, with no apparent impairment of kidney function.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 37079
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de protéines = meilleure santé et moins de gras

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 5 Sep 2016 18:42

Traduction de l’étude :wink:

Les régimes alimentaires à base de viande et de protéines végétales sont associées à une adiposité plus faible et ne nuisent pas à la fonction rénales chez des adultes américains.
Claire E Berryman Am J Clin Nutr Septembre 2016 vol. 104 no. 3 743-749


Contexte: un taux de protéines supérieur est associé à une diminution de l’adiposité et aussi du taux du cholestérol HDL par rapport aux régimes faibles en protéines.

Si ces avantages peuvent être attribués à une source de protéine spécifique (à savoir, protéines animales, les produits laitiers, ou protéines végétale) est inconnue, et les préoccupations demeurent quant à l'impact de la consommation de protéines plus élevée sur la fonction rénale.

Objectif: L'objectif de cette étude était d'évaluer les tendances de la source de protéines sur les marqueurs de risque de la maladie cardiométabolique et la fonction rénale chez les adultes américains.

Conception: les protéines animales, les produits laitiers et les protéines végétales ont été estimées à l'utilisation des données de d 24 h à partir de NHANES 2.007 à 2.010 (n = 11,111; ≥19 y). Les associations entre la consommation de protéines et la santé ont été déterminées avec l'utilisation de modèles ajustés pour le sexe, la race et l'origine ethnique, l'âge, l'activité physique, le ratio du revenu, la consommation individuelle (grammes par kilogramme) pour chacun des autres 2 sources de protéines, indice de masse corporelle (IMC) (sauf pour les variables liées au poids) et macronutriments (glucides, les fibres et les graisses totales et saturées) apport.

Résultats: L’apport protéines moyens ± SE est de 82,3 ± 0,8 g / j (animal: 37,4 ± 0,5 g / j; plante: 24,7 ± 0,3 g / j; et les produits laitiers: 13,4 ± 0,3 g / j). Les deux IMC et le tour de taille étaient inversement associés [coefficient de régression (IC à 95%)] avec les protéines animales [-0,199 (-0,265, -0,134), P <0,0001; -0,505 (-0,641, -0,370), P <0,0001] et les protéines végétale végétale [-0,346 (-0,455, -0,237), P <0,0001; -0,826 (-1,114, -0,538), P <0,0001] par rapport à l'apport en protéines. Les concentrations d'azote et de de l'urée sanguine ont augmenté pour les protéines animales [0,313 (0,248, 0,379), P <0,0001; décile 1-10: 11,6 ± 0,2 à 14,9 ± 0,3 mg / dL] et les produits laitiers [0,195 (0,139, 0,251), P <0,0001; décile 1-10: 12,7 ± 0,2 à 13,9 ± 0,2 mg / dL], mais pas avec les protéines végétales. Le taux de filtration glomérulaire et la créatinine sanguine ne sont pas associés à un apport d'une source de protéines.

Conclusions: Les régimes plus élevés en protéines végétales et animales, indépendamment des autres facteurs alimentaires, sont associés à des avantages cardiométaboliques, en particulier l'amélioration de l'adiposité centrale, sans altération apparente de la fonction rénale.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 3780
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: rafoufou et 11 invités