Retour haut de page

Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.


On a plus de ventre quand on dort mal



Nutrimuscle-Conseils Avatar de l’utilisateur
Forum Admin

Messages: 36046

La qualité du sommeil est différentiellement liée à l'adiposité chez l'adulte
S. Katherine Sweatt Psychoneuroendocrinologie Volume 98 , décembre 2018 , pages 46-51

Points forts
• Une mauvaise qualité de sommeil est liée à une augmentation du tissu adipeux viscéral .
• Le tissu adipeux viscéral plutôt que l' adiposité totale était plus important chez les personnes dont la qualité de sommeil était médiocre par rapport à celles ayant une qualité de sommeil normale.
• La leptine était plus importante chez les sujets ayant une mauvaise qualité de sommeil que chez ceux ayant une qualité de sommeil normale.

Objectifs
La durée du sommeil est associée à l'adiposité chez l'adulte. L'adiposité abdominale est spécifiquement fortement corrélée aux altérations métaboliques. Cependant, les relations entre l'adiposité abdominale et la qualité du sommeil ne sont pas complètement comprises. Le but de cette étude est de vérifier l’hypothèse voulant que l’adiposité abdominale soit liée à une mauvaise qualité de sommeil alors que l’adiposité totale ne l’est pas; et d'explorer si des voies, y compris le système immunitaire et l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien, relient l'adiposité abdominale à une mauvaise qualité de sommeil.

Les méthodes
Les sujets étaient 101 hommes et femmes âgés de 38,88 ± 11,96 ans avec un indice de masse corporelle compris entre 29,35 ± 6,93 kg / m 2 . La qualité du sommeil a été déterminée par Subjective Pittsburg h sommeil Index Questionnaire (de PSQI). La composition corporelle a été déterminée par absorptiométrie à rayons X à double énergie. Des échantillons de salive et de sang ont été prélevés pour évaluer le cortisol et les marqueurs de l'inflammation. Dans le cadre d'une étude transversale, une analyse de corrélation a été réalisée pour déterminer les relations entre une mauvaise qualité de sommeil et une adiposité. Les participants ont été stratifiés sur la base du score PSQI pour évaluer les différences de résultats principaux entre les sujets avec un trouble normal (NSQ; PSQI ≤ 5) et une qualité de sommeil médiocre (PSQ; PSQI> 5).

Résultats
La mauvaise qualité du sommeil était liée à une augmentation de la graisse viscérale (r = 0,26; p  <0,05), mais pas de la graisse totale. Le groupe PSQ avait une plus grande quantité de graisse viscérale que le groupe NSQ (1,11 ± 0,83 kg contre 0,79 ± 0,62 kg; p  <0,05). Cependant, il n’y avait pas de différence de masse grasse totale (33,18 ± 14,21 kg contre 29,39 ± 13,03 kg; p  = 0,24). Le groupe PSQ avait une leptine significativement plus grande (1,37 ± 0,07 ng / ml vs 1,08 ± 0,08 ng / ml; p  <0,05), mais l'activité de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien ne différait pas entre les groupes PSQ et NSQ.

Conclusions
Une mauvaise qualité de sommeil est associée à une plus grande adiposité viscérale et à une sécrétion de leptine. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour sonder les relations de cause à effet potentielles entre le tissu adipeux viscéral, la leptine et la qualité du sommeil.

Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.