Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 13 Mar 2019 00:19

Un traitement à la testostérone peut réduire le risque de cancer de la prostate dû à une déficience en testostérone à un jeune âge, en stabilisant les taux sériques de testostérone
Xiao Zhang Le mâle vieillissant 12 mars 2019

Objectifs: Étudier si le traitement substitutif à la testostérone (TRT) réduit le risque de cancer de la prostate (PCa) en stabilisant les taux sériques de testostérone (T) au-delà d’une simple élévation du taux sérique de T et si le TRC réduit le risque de cancer du sein en raison d’un faible taux sérique de T à un jeune âge.

Méthodes: Nous avons analysé les données de 776 hommes hypogonadiques d'un centre d'urologie à Bremerhaven, en Allemagne, de 2004 à 2016 afin de déterminer si le groupe TRT présentait des taux de T plus stables et si le TRT pouvait réduire le risque de PCa en raison d'un faible taux sérique de T âge. Nous avons dérivé un indice, le déclin maximum de T par rapport à la ligne de base (MDRB), pour décrire l'ampleur des baisses et des variations de T dans le temps.

Résultats: Nous avons constaté que les taux de T sérique du groupe TRT étaient plus stables (par exemple, des pertes plus faibles) au cours de la période de suivi par rapport au groupe non TRT, et que la moyenne de MDRB était significativement plus élevée dans le groupe non traité (1,553 nmol). / L VS 0,013 nmol / L; p-valeur <0,001). La TRT réduit significativement le risque de cancer de la prostate associé au déficit en T chez les jeunes (valeur p = 0,00087).

Conclusions: Le TRT peut réduire le risque de cancer de la prostate en maintenant les taux sériques de T dans la plage normale. La surveillance du T peut être nécessaire chez les hommes présentant des taux sériques bas de T sériques à un jeune âge pour surveiller les variations anormales des taux de T et assurer un traitement rapide en cas de besoin pour réduire le risque de cancer de la prostate
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 37437
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar audiomaniac » 13 Mar 2019 09:44

Interessant car on etait toujours concentré sur l'exces de testo pour la prostate
Avatar de l’utilisateur
audiomaniac
 
Messages: 3041
Inscription: 3 Oct 2008 18:04

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 13 Mar 2019 10:15

Ca reste encore peu clair
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 37437
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar Alban » 14 Mar 2019 10:14

Oui, on est loin d'un consensus chez les médecins.
Les endrocrinos sont hyper prudents avec les supplémentations en testostérone, ils préfèrent que tu sois déficient qu'autre chose.
Alban
 
Messages: 2556
Inscription: 14 Sep 2008 16:48
Localisation: 92

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar jacques1967 » 14 Mar 2019 10:41

Bonjour,
Concernant le cancer de la prostate, il est prouvé qu'il y a un lieu de causalité entre le lait (et les dérivés comme les fromages) et la maladie. Qu'en est-il de la whey ou l'isolat de whey ?
Belle journée,
Jacques
jacques1967
 
Messages: 44
Inscription: 22 Fév 2015 12:54

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 14 Mar 2019 11:41

jacques1967 a écrit: il est prouvé


il est prouvé que tu passes trop de temps sur internet
sans trop vérifier ce qui y est dit
et tu penses réellement qu'il existe une étude qui a analysé les effets de 20 ans de prise de whey sur la prostate?
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 37437
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar jacques1967 » 14 Mar 2019 13:25

les études ne portent pas sur la whey mais sur le lait qui est le composant de la whey…
jacques1967
 
Messages: 44
Inscription: 22 Fév 2015 12:54

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar Gerard » 14 Mar 2019 13:54

J'allais reprendre sur le "il est prouvé" et j'me suis dit attendons de voir ce que nutri-conseils répondra...

Donc lait=cancer, alors whey=cancer parce que whey=lait ?

Comment dire... plutôt que d'affirmer des trucs en posant de fausses questions il serait plus constructif de discuter sans prétendre avoir la réponse.
Gerard
 
Messages: 315
Inscription: 17 Avr 2013 19:12

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar jacques1967 » 15 Mar 2019 13:27

Bonjour,
L'excès de lait et de ses dérivés peut avoir une incidence sur le cancer de la prostate. Qu'en est-il de la whey ?
Belle journée,
jacques
jacques1967
 
Messages: 44
Inscription: 22 Fév 2015 12:54

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar Gerard » 15 Mar 2019 13:47

Gerard
 
Messages: 315
Inscription: 17 Avr 2013 19:12

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar Gerard » 15 Mar 2019 14:05

Il y avait une autre étude qui pointait le gras du lait ici il me semble que je ne retrouve pas de suite. Mais je n'irais pas faire de raccourcis en référence à cette dernière étude justement.
Gerard
 
Messages: 315
Inscription: 17 Avr 2013 19:12

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 18 Mar 2019 12:21

La testostérone ralentit la récurrence du cancer de la prostate chez les patients à faible risque
ASSOCIATION EUROPÉENNE D'UROLOGIE

Dans la plus grande étude de ce type jamais entreprise à ce jour, des chercheurs américains ont montré que le remplacement de la testostérone ralentissait la récurrence du cancer de la prostate chez les patients à faible risque. Cela pourrait remettre en question l’applicabilité générale du traitement hormonal de la prostate par un lauréat d’un prix Nobel. Le travail est présenté au congrès de l'Association européenne d'urologie à Barcelone.

Contexte

Les médecins considèrent depuis longtemps la testostérone comme une hormone qui favorise le cancer de la prostate. Les travaux de Huggins et Hodges en 1941 ont valu à Huggins le prix Nobel de médecine * de 1966, pour avoir décrit l’impact dramatique de la réduction de la testostérone sur le cancer de la prostate. Depuis lors, les médicaments réduisant les taux de l’hormone testostérone sont devenus une option standard pour de nombreux patients **.

Cependant, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, les médecins ont découvert que, même si les hommes sous traitement anti-testostérone à long terme ne mouraient pas d'un cancer de la prostate, ils mouraient prématurément d'une maladie cardiovasculaire. Il semblait que, bien que les traitements anti-testostérone traitaient le cancer de la prostate, les taux extrêmement bas de testostérone aggravaient considérablement les complications métaboliques telles qu'une glycémie élevée, le diabète, un taux de cholestérol élevé, la graisse viscérale au centre de l'abdomen, etc. fonction sexuelle chez de nombreux hommes sous traitement anti-androgène. Cela a amené certains médecins à suggérer le traitement à la testostérone de certains hommes à faible risque après une radiothérapie ou un traitement chirurgical.

Qu'ont-ils fait?

Depuis 2008, une équipe de médecins de l’Université de Californie, dirigée par le professeur Thomas Ahlering, a commencé à sélectionner avec soin les patients à remplacer par la testostérone après un traitement de base du cancer de la prostate par prostatectomie radicale robotisée, dans l’espoir d’améliorer la récupération de la fonction sexuelle.

L'équipe a travaillé avec 834 patients subissant une prostatectomie radicale. Ils ont traité 152 patients à faible risque sans signe de maladie avec un traitement substitutif à la testostérone. Après une médiane de 3,1 ans après la chirurgie, ils ont testé les patients pour la récurrence biochimique du cancer, comme indiqué par la mesure du taux d'antigène spécifique de la prostate (PSA). Ils ont constaté que le cancer n'avait récidivé que chez environ 5% des patients traités, alors que le cancer avait récidivé chez 15% des patients n'ayant pas reçu de testostérone. Globalement, après avoir pris en compte les différences entre les groupes, ils ont constaté une réduction presque de trois fois sur trois ans.

Importance

Thomas Ahlering a commenté "Ce n’est pas ce que nous voulions prouver, c’était donc une grande surprise: non seulement le remplacement de la testostérone n’a pas augmenté le taux de récidive, mais il a en fait réduit les taux de récidive. Bien que la testostérone ne guérisse pas le cancer en soi, elle ralentir la croissance du cancer, ce qui prend environ 1,5 ans en moyenne avant que des traces de cancer ne soient détectées. Nous savons déjà que la testostérone peut aider avec les marqueurs physiologiques tels que la masse musculaire, de meilleurs taux de cholestérol et de triglycérides et une activité sexuelle accrue. semble être un gagnant-gagnant ".

"De plus petites études ont laissé entendre que la testostérone ne présente aucun risque pour certains groupes de patients, mais il s'agit de la plus grande étude de ce type jamais menée. Nous ne suggérons pas que les méthodes de traitement soient modifiées pour le moment, mais cela nous met au stade où nous devons remettre en question le tabou contre l'utilisation de la testostérone dans le traitement du cancer de la prostate - en particulier chez les patients à faible risque après une prostatectomie radicale. Nous avons besoin de la communauté de l'oncologie / urologie pour commencer à examiner l'utilisation de la testostérone ".

Commentant, le professeur Francesco Montorsi (Milan), secrétaire général adjoint pour la Science de l'Association européenne d'urologie, a déclaré:

"Le document est en effet important, car il souligne l'importance de vérifier les niveaux de testostérone dans le cadre de la prise en charge des patients présentant des troubles sexuels après une prostatectomie radicale. Il est évident que la sélection du bon patient est essentielle, mais si elle est confirmée, cela pourrait avoir des avantages immédiats pour qualité de vie; la possibilité de réduire la mortalité constituerait un bonus inattendu. Nous avons maintenant besoin de plus grandes études pour soutenir ce travail ".

Ceci est un commentaire indépendant; Le professeur Montorsi n'a pas participé à ces travaux.

https://www.eurekalert.org/pub_releases ... Ud99pHzpQc
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 37437
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar audiomaniac » 18 Mar 2019 18:01

Donc Ronald Virag dans cette vidéo avait raison :

https://www.youtube.com/watch?v=FNaQecW8Uf0 (à 6min 30)
Avatar de l’utilisateur
audiomaniac
 
Messages: 3041
Inscription: 3 Oct 2008 18:04

Re: Testostérone et risque de cancer de la prostate?

Messagepar audiomaniac » 18 Mar 2019 18:03

Il faudrait donc faire un dépistage au niveau de l'ADN pour savoir si nous sommes à risque ? c'est un peu le loto :lol:
Avatar de l’utilisateur
audiomaniac
 
Messages: 3041
Inscription: 3 Oct 2008 18:04


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités