Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

La vitamine D transforme le gras en muscle

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

La vitamine D transforme le gras en muscle

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 10 Avr 2013 20:48

Dose-dependent effects of vitamin D on transdifferentiation of skeletal muscle cells to adipose cells
Kevin J P Ryan J Endocrinol April 1, 2013 217 45-58

Fat infiltration within muscle is one of a number of features of vitamin D deficiency, which leads to a decline in muscle functionality. The origin of this fat is unclear, but one possibility is that it forms from myogenic precursor cells present in the muscle, which transdifferentiate into mature adipocytes. The current study examined the effect of the active form of vitamin D3, 1,25-dihydroxyvitamin D3 (1,25(OH)2D3), on the capacity of the C2C12 muscle cell line to differentiate towards the myogenic and adipogenic lineages. Cells were cultured in myogenic or adipogenic differentiation media containing increasing concentrations (0, 10−13, 10−11, 10−9, 10−7 or 10−5 M) of 1,25(OH)2D3 for up to 6 days and markers of muscle and fat development measured. Mature myofibres were formed in both adipogenic and myogenic media, but fat droplets were only observed in adipogenic media. Relative to controls, low physiological concentrations (10−13 and 10−11 M) of 1,25(OH)2D3 increased fat droplet accumulation, whereas high physiological (10−9 M) and supraphysiological concentrations (≥10−7 M) inhibited fat accumulation. This increased accumulation of fat with low physiological concentrations (10−13 and 10−11 M) was associated with a sequential up-regulation of PPARγ2 (PPARG) and FABP4 mRNA, indicating formation of adipocytes, whereas higher concentrations (≥10−9 M) reduced all these effects, and the highest concentration (10−5 M) appeared to have toxic effects. This is the first study to demonstrate dose-dependent effects of 1,25(OH)2D3 on the transdifferentiation of muscle cells into adipose cells. Low physiological concentrations (possibly mimicking a deficient state) induced adipogenesis, whereas higher (physiological and supraphysiological) concentrations attenuated this effect.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 38816
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 11 Avr 2013 09:38

Traduction de l'étude : :wink:

Effets de l’apport en vitamine D sur la transdifférenciation des cellules musculaires squelettiques vers les cellules adipeuses.

Des cellules graisseuses infiltrées dans le muscle est l’une des nombreuses caractéristiques d’une carence en vitamine D, ce qui a provoque une diminution de la fonction musculaire. L’origine de cette infiltration n’est pas connue, mais il semble qu'elle provient de cellules précuseurs myogéniques présents dans le muscle, ces dernières se différencient en cellules en adipocytes matures. Cette étude a étudiée l’effet d’une forme active de la vitamine D3, la 1,25-dihydroxyvitamine D3 (1,25 (OH) 2D3), sur la capacité de des cellules musculaires (C2C12) de se différencier en , cellules moygéniques et adipogéniques. Un milieu de culture différencié entre,cellules myogéniques et adipogéniques, contenant des concentrations croissantes de (0, 10-13, 10-11, 10-9, 10-7 ou 10-5 M) de 1,25 (OH) 2D3), sur une durée de 6 jours. Un marqueur musculaire de la masse grasse a été utilisé. Des cellules myofibrilles matures ont été formées, à la fois dans les cellules adipogéniques et myogéniques, les particules graisseuses ont été observées dans les cellules adiogéniques. Par rapport à l’échantillon témoin, les faibles concentrations physiologiques (10-13 et 10-11 M) de 1,25 (OH) 2D3 ont augmenté l’accumulation de goutelettes de graisses, alors que des concentrations importantes (10-9 M) et des doses un peu supérieur aux doses physiologiques (≥ 10-7 M) empêchent l’apparition de cette accumulation. Cette augmentation d’accumulation provoquée par des faibles concentrations physiologiques (10-13 et 10-11 M), est associée à une régulation séquentielle augmentée de PPARy2 (PPARG) et FABP4 ARNm, indiquant la formation d’adipocytes. Dans le cas contraire, des concentrations plus élevées (≥ 10-9 M) réduisent ces effets, et une plus forte concentration (10-5 M) semblent avoir des effets toxiques. Cette étude est la première à démontrer les effets d’un apport de 1,25 (OH) 2D3 sur la transdifférenciation des cellules musculaires en cellules adipeuses. Des faibles concentrations physiologiques (éventuellement un état déficient) induits une adipogenèse, alors que des concentrations plus élevées diminuent ces effets (physiologiques et supraphysiologique).
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 3836
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Messagepar Alban » 11 Avr 2013 15:14

Comprend pas... dans la traduction du résumé, "attenuated" est bien traduit...
Alban
 
Messages: 2607
Inscription: 14 Sep 2008 16:48
Localisation: 92


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités