Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Vitamine D et virus?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 17 Nov 2021 18:17

Traduction de l'étude :wink:

Prévalence de la carence en vitamine D et son impact pronostique sur les patients hospitalisés avec COVID-19
Nutrition Volumes 91-92, novembre-décembre 2021, 111408 Vanessa Bianconi

Points forts
• Le taux sérique de 25-hydroxyvitamine D (Vit-D) a été mesuré chez 200 patients hospitalisés pour une maladie à coronavirus en 2019 (COVID-19)
• L'association entre la Vit-D et soit le critère d'évaluation composite de l'admission en unité de soins intensifs/décès à l'hôpital, soit le critère d'évaluation unique des décès à l'hôpital a été explorée à l'aide d'analyses univariées et multivariées
• Le taux sérique de Vit-D chez les patients atteints de COVID-19 a été comparé à celui de témoins négatifs pour le COVID-19 équilibrés en fonction de l'âge et du sexe (c'est-à-dire 50 patients hospitalisés atteints de sepsis)
• Le niveau de Vit-D sérique était comparable entre les patients atteints de COVID-19 et les patients hospitalisés COVID-19 négatifs atteints de sepsis
• La Vit-D n'a pas été prospectivement associée au risque du critère d'évaluation composite d'admission en unité de soins intensifs/décès à l'hôpital ni avec le risque du critère d'évaluation unique de décès à l'hôpital

Objectifs : Bien que l'hypovitaminose D semble être très répandue chez les patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), son impact sur leur pronostic reste incertain.

Méthodes : Dans cette étude, le taux sérique de 25-hydroxyvitamine D (Vit-D) a été mesuré chez 200 patients hospitalisés avec COVID-19. L'association entre la Vit-D et le critère d'évaluation composite de l'admission en unité de soins intensifs (USI)/décès à l'hôpital a été explorée à l'aide d'analyses univariées et multivariées. En outre, le taux sérique de Vit-D chez les patients atteints de COVID-19 a été comparé à celui de témoins négatifs pour le COVID-19 équilibrés en fonction de l'âge et du sexe (c'est-à-dire 50 patients hospitalisés atteints de sepsis).

Résultats : Le niveau de Vit-D sérique était comparable entre les patients atteints de COVID-19 et les patients hospitalisés COVID-19 négatifs atteints de sepsis (P = 0,397). Aucune différence significative n'a été trouvée dans le taux sérique de Vit-D en fonction de la gravité du COVID-19 au moment de l'admission à l'hôpital (P = 0,299). Les taux d'incidence du critère d'évaluation composite admission en soins intensifs/décès à l'hôpital ne différaient pas significativement entre les patients présentant un déficit en Vit-D (c. <12 ng/mL) et ceux sans (31 % contre 35 % avec P = 0,649 et 34 % contre 30 % avec P = 0,593, respectivement). Le niveau et le statut en Vit-D (c.

Conclusions : Indépendamment de l'utilité potentielle de la mesure de la Vit-D pour guider une supplémentation appropriée, la Vit-D ne semble pas fournir d'informations utiles pour la stratification du pronostic à l'hôpital chez les patients atteints de COVID-19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7952
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 23 Nov 2021 00:56

Autocrine vitamin D signaling switches off pro-inflammatory programs of TH1 cells
Daniel Chauss, Nature Immunology (2021)

The molecular mechanisms governing orderly shutdown and retraction of CD4+ type 1 helper T (TH1) cell responses remain poorly understood. Here we show that complement triggers contraction of TH1 responses by inducing intrinsic expression of the vitamin D (VitD) receptor and the VitD-activating enzyme CYP27B1, permitting T cells to both activate and respond to VitD. VitD then initiated the transition from pro-inflammatory interferon-γ+ TH1 cells to suppressive interleukin-10+ cells. This process was primed by dynamic changes in the epigenetic landscape of CD4+ T cells, generating super-enhancers and recruiting several transcription factors, notably c-JUN, STAT3 and BACH2, which together with VitD receptor shaped the transcriptional response to VitD.

Accordingly, VitD did not induce interleukin-10 expression in cells with dysfunctional BACH2 or STAT3. Bronchoalveolar lavage fluid CD4+ T cells of patients with COVID-19 were TH1-skewed and showed de-repression of genes downregulated by VitD, from either lack of substrate (VitD deficiency) and/or abnormal regulation of this system.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 48188
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 23 Nov 2021 01:19

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 48188
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 23 Nov 2021 15:26

Traduction de l'étude :wink:

La signalisation autocrine de la vitamine D désactive les programmes pro-inflammatoires des cellules TH1
Daniel Chauss, Immunologie de la nature (2021)

Les mécanismes moléculaires régissant l'arrêt et la rétraction ordonnés des réponses des cellules T auxiliaires CD4+ de type 1 (TH1) restent mal compris. Ici, nous montrons que le complément déclenche la contraction des réponses TH1 en induisant l'expression intrinsèque du récepteur de la vitamine D (VitD) et de l'enzyme d'activation de la VitD CYP27B1, permettant aux cellules T d'activer et de répondre à la VitD. VitD a ensuite initié la transition des cellules pro-inflammatoires de l'interféron-γ+ TH1 aux cellules suppressives de l'interleukine-10+. Ce processus a été amorcé par des changements dynamiques dans le paysage épigénétique des cellules T CD4+, générant des super-amplificateurs et recrutant plusieurs facteurs de transcription, notamment c-JUN, STAT3 et BACH2, qui, avec le récepteur VitD, ont façonné la réponse transcriptionnelle à VitD.

En conséquence, VitD n'a pas induit l'expression de l'interleukine-10 dans les cellules avec BACH2 ou STAT3 dysfonctionnel. Les lymphocytes T CD4+ du liquide de lavage broncho-alvéolaire de patients atteints de COVID-19 étaient asymétriques pour le TH1 et présentaient une dé-répression des gènes régulés à la baisse par VitD, soit par manque de substrat (déficit en VitD) et/ou par une régulation anormale de ce système
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7952
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 24 Nov 2021 15:09

COVID-19 mortality is associated with low Vitamin D levels in patients with risk factors and/or advanced age
Tímea Jenei Clinical Nutrition ESPEN Articles in Press E-mail Alert - November 24, 2021

BACKGROUND & AIMS
Although conclusive evodence is yet lacking, it has been suggested that vitamin D deficiency (VD) may be associated with a more severe course of SARS-CoV-2 Infection (COVID-19). In this retrospective study we assessed the association of VD deficiency with mortality in a group of COVID-19 patients treated in a tertiary referral center.

METHODS
Data of 257 Covid-19 patients hospitalized between 30th September 2020 and 2nd March 2021 have been collected retrospectively. The following parameters were collected: age, gender, serum level of 25-OH-Vitamin D3, outcome (survival/death) comorbidities (cancer, diabetes mellitus and chronic obstructive pulmonary disease). Serum VD measurement was done within 3 days of admission.

RESULTS
VD levels were significantly lower in patients who did not survive, however, in this patients’ group the average age was significantly higher than among those, who survived. After age-matching, in a subgroup of patients with risk factors and/or 60 years of age or older who survived had significantly higher VD level in their serum than those who deceased. Serum C-reactive protein, lactate-dehydrogenase and creatinin-kinase were significantly higher in the group in which the patients died, however these laboratory parameters did not correlate with the VD levels.
CONCLUSION
We found that in COVID-19 infection, when old age as risk factor (60 years of age or older) was pooled with risk factors (cancer, diabetes and/or COPD), the VD levels were significantly lower in the patient group, in which the patients did not survive. We suggest further, prospective studies in similar subgroups to explore a possible causal relationship.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 48188
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 24 Nov 2021 23:38

COVID-19 Mortality Risk Correlates Inversely with Vitamin D3 Status, and a Mortality Rate Close to Zero Could Theoretically Be Achieved at 50 ng/mL 25(OH)D3: Results of a Systematic Review and Meta-Analysis
by Lorenz Borsche Nutrients 2021, 13(10), 3596;

Background: Much research shows that blood calcidiol (25(OH)D3) levels correlate strongly with SARS-CoV-2 infection severity. There is open discussion regarding whether low D3 is caused by the infection or if deficiency negatively affects immune defense. The aim of this study was to collect further evidence on this topic.

Methods: Systematic literature search was performed to identify retrospective cohort as well as clinical studies on COVID-19 mortality rates versus D3 blood levels. Mortality rates from clinical studies were corrected for age, sex, and diabetes. Data were analyzed using correlation and linear regression.

Results: One population study and seven clinical studies were identified, which reported D3 blood levels preinfection or on the day of hospital admission. The two independent datasets showed a negative Pearson correlation of D3 levels and mortality risk (r(17) = −0.4154, p = 0.0770/r(13) = −0.4886, p = 0.0646). For the combined data, median (IQR) D3 levels were 23.2 ng/mL (17.4–26.8), and a significant Pearson correlation was observed (r(32) = −0.3989, p = 0.0194). Regression suggested a theoretical point of zero mortality at approximately 50 ng/mL D3.

Conclusions: The datasets provide strong evidence that low D3 is a predictor rather than just a side effect of the infection. Despite ongoing vaccinations, we recommend raising serum 25(OH)D levels to above 50 ng/mL to prevent or mitigate new outbreaks due to escape mutations or decreasing antibody activity.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 48188
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 24 Nov 2021 23:56

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 48188
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 24 Nov 2021 23:59

Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 48188
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 25 Nov 2021 17:11

Traduction de l'étude :wink:

La mortalité due au COVID-19 est associée à de faibles niveaux de vitamine D chez les patients présentant des facteurs de risque et/ou un âge avancé
Tímea Jenei Nutrition Clinique Articles ESPEN dans la presse Alerte e-mail - 24 novembre 2021

CONTEXTE & OBJECTIFS
Bien qu'il n'y ait pas encore de preuves concluantes, il a été suggéré qu'une carence en vitamine D (VD) pourrait être associée à une évolution plus sévère de l'infection par le SRAS-CoV-2 (COVID-19). Dans cette étude rétrospective, nous avons évalué l'association du déficit en VD avec la mortalité dans un groupe de patients COVID-19 traités dans un centre de référence tertiaire.

MÉTHODES
Les données de 257 patients Covid-19 hospitalisés entre le 30 septembre 2020 et le 2 mars 2021 ont été collectées rétrospectivement. Les paramètres suivants ont été collectés : âge, sexe, taux sérique de 25-OH-Vitamine D3, comorbidités de résultat (survie/décès) (cancer, diabète sucré et maladie pulmonaire obstructive chronique). La mesure du sérum VD a été effectuée dans les 3 jours suivant l'admission.

RÉSULTATS
Les niveaux de VD étaient significativement plus bas chez les patients qui n'ont pas survécu, cependant, dans ce groupe de patients, l'âge moyen était significativement plus élevé que chez ceux qui ont survécu. Après appariement de l'âge, dans un sous-groupe de patients présentant des facteurs de risque et/ou âgés de 60 ans ou plus qui ont survécu, le taux de VD dans leur sérum était significativement plus élevé que ceux qui sont décédés. La protéine C-réactive sérique, la lactate-déshydrogénase et la créatinine-kinase étaient significativement plus élevées dans le groupe dans lequel les patients sont décédés, cependant ces paramètres de laboratoire n'étaient pas en corrélation avec les niveaux de VD.
CONCLUSION
Nous avons constaté que dans l'infection au COVID-19, lorsque la vieillesse en tant que facteur de risque (60 ans ou plus) était regroupée avec les facteurs de risque (cancer, diabète et/ou BPCO), les niveaux de DV étaient significativement plus bas dans le groupe de patients, en laquelle les patients n'ont pas survécu. Nous suggérons d'autres études prospectives dans des sous-groupes similaires pour explorer une éventuelle relation causale.

Le risque de mortalité lié au COVID-19 est inversement corrélé au statut en vitamine D3, et un taux de mortalité proche de zéro pourrait théoriquement être atteint à 50 ng/mL 25(OH)D3 : résultats d'une revue systématique et d'une méta-analyse

par Lorenz Borsche Nutriments 2021, 13(10), 3596;

Contexte : De nombreuses recherches montrent que les taux sanguins de calcidiol (25(OH)D3) sont fortement corrélés avec la gravité de l'infection par le SRAS-CoV-2. Il y a une discussion ouverte pour savoir si un faible taux de D3 est causé par l'infection ou si une carence affecte négativement la défense immunitaire. Le but de cette étude était de recueillir des preuves supplémentaires sur ce sujet.

Méthodes : Une recherche documentaire systématique a été effectuée pour identifier une cohorte rétrospective ainsi que des études cliniques sur les taux de mortalité COVID-19 par rapport aux taux sanguins de D3. Les taux de mortalité des études cliniques ont été corrigés en fonction de l'âge, du sexe et du diabète. Les données ont été analysées par corrélation et régression linéaire.

Résultats : Une étude de population et sept études cliniques ont été identifiées, qui ont rapporté des taux sanguins de D3 avant l'infection ou le jour de l'admission à l'hôpital. Les deux ensembles de données indépendants ont montré une corrélation négative de Pearson entre les niveaux de D3 et le risque de mortalité (r(17) = -0,4154, p = 0,0770/r(13) = -0,4886, p = 0,0646). Pour les données combinées, les niveaux médians (IQR) de D3 étaient de 23,2 ng/mL (17,4–26,8 ), et une corrélation de Pearson significative a été observée (r(32) = -0,3989, p = 0,0194). La régression a suggéré un point théorique de mortalité nulle à environ 50 ng/mL D3.

Conclusions : Les ensembles de données fournissent des preuves solides qu'un faible D3 est un prédicteur plutôt qu'un simple effet secondaire de l'infection. Malgré les vaccinations en cours, nous recommandons d'augmenter les taux sériques de 25(OH)D au-dessus de 50 ng/mL pour prévenir ou atténuer de nouvelles épidémies dues à des mutations échappées ou à une diminution de l'activité des anticorps.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7952
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 25 Nov 2021 18:48

Vitamin D shuts down T cell-mediated inflammation
Kirsty Minton Nature Reviews Immunology (2021)

The importance of maintaining a balance between inflammatory responses necessary for pathogen clearance and their timely resolution to prevent tissue damage is clearly exemplified by patients with severe COVID-19, who develop life-threatening hyper-inflammation characterized by high levels of complement activation. Complement itself has been shown to drive both the differentiation of interferon-γ (IFNγ)-producing T helper 1 (TH1) cells as well as the eventual shutdown of their pro-inflammatory features through IL-10 expression. This study by Chauss et al. links the complement-mediated retraction of TH1 cell responses to vitamin D receptor (VDR) signalling, which provides a possible mechanistic explanation for the epidemiological associations between vitamin D deficiency and adverse outcomes in COVID-19 and potentially other infectious diseases.

Single-cell RNA sequencing of CD4+ T cells from the blood and bronchoalveolar lavage fluid (BALF) of eight patients with COVID-19 showed that they have a prominent pro-inflammatory TH1 cell signature, enriched for IFNγ and complement pathway genes, but with lower levels of expression of IL10 than CD4+ T cells from healthy controls. To better understand the pro-inflammatory nature of these COVID-19-associated TH1 cells, the authors looked in more detail at the previously described effects of complement on contraction of TH1 cell responses. Transcriptomic analysis of CD4+ T cells activated with anti-CD3 and anti-CD46 (the receptor for complement component C3b) showed upregulation of both VDR and CYP27B1, which encodes the enzyme catalysing the final activation step of vitamin D. This suggests that complement stimulates T cells to both activate and respond to vitamin D. T cells from CD46-deficient individuals or T cells treated with an inhibitor that blocks intracellular generation of C3b did not upregulate VDR or CYP27B1. In response to inactive vitamin D, T cells stimulated with anti-CD3 and anti-CD46 repressed IFNγ expression and upregulated IL-10 expression, suggesting that complement-induced VDR signalling promotes shutdown of TH1 cell responses.

Further transcriptomic and proteomic analysis showed that vitamin D promotes the production of IL-10 by inducing expression of IL-6, IL-6 receptor (IL-6R) and the transcription factor STAT3, leading to STAT3 phosphorylation and activation downstream of IL-6R. Vitamin D also induced genome-wide changes in histone acetylation and recruitment of transcription factors, including at STAT3, IL10 and BACH2 loci. A significant proportion of vitamin D-driven transcription was shown to be BACH2 dependent, including IL6R transcription. Indeed, vitamin D-treated CD4+ T cells from a BACH2 haploinsufficient individual did not upregulate the expected vitamin D-dependent gene set, and the IL-6–STAT3–IL-10 signalling axis was disrupted.

“complement stimulates T cells to both activate and respond to vitamin D”

Given the observed association of COVID-19 severity with vitamin D deficiency, the authors looked at the expression of vitamin D-regulated genes in the BALF CD4+ T cells of patients with COVID-19. On a per-cell basis, they observed a reciprocal relationship between the expression of TH1 cell-associated genes and vitamin D-modulated genes. The results suggest that in patients with severe COVID-19, who have a strongly pro-inflammatory TH1 cell phenotype, the transcriptional response to vitamin D is impaired, leading to a failure to switch to IL-10 production and inflammatory resolution.

This could be a result of vitamin D insufficiency or some other dysregulation of complement-induced autoregulatory VDR signalling; in either case, clinical trials may help shed light on whether there is clinical benefit to using vitamin D as an adjunct therapy for COVID-19. Furthermore, IL-6 is generally thought to be a pro-inflammatory cytokine involved in cytokine storm responses, but the results also suggest that vitamin D as adjunct therapy for COVID-19 might divert IL-6 to pro-resolution functions and thus provide an alternative to blocking IL-6R signalling. The researchers did not test vitamin D as an adjunct treatment for COVID-19 and caution the results should not be taken as a clinical recommendation.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 48188
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 26 Nov 2021 16:01

Traduction de l'étude :wink:

La vitamine D arrête l'inflammation induite par les [b]cellules T
[/b]Kirsty Minton Nature Avis Immunologie (2021)

L'importance de maintenir un équilibre entre les réponses inflammatoires nécessaires à l'élimination des agents pathogènes et leur résolution rapide pour prévenir les lésions tissulaires est clairement illustrée par les patients atteints de COVID-19 sévère, qui développent une hyper-inflammation potentiellement mortelle caractérisée par des niveaux élevés d'activation du complément. Il a été démontré que le complément lui-même entraîne à la fois la différenciation des cellules T helper 1 (TH1) productrices d'interféron-γ (IFNγ) ainsi que l'arrêt éventuel de leurs caractéristiques pro-inflammatoires par l'expression de l'IL-10. Cette étude de Chauss et al. relie la rétraction médiée par le complément des réponses des cellules TH1 à la signalisation du récepteur de la vitamine D (VDR), ce qui fournit une explication mécaniste possible des associations épidémiologiques entre la carence en vitamine D et les effets indésirables de COVID-19 et potentiellement d'autres maladies infectieuses.

Le séquençage de l'ARN unicellulaire des cellules T CD4+ du sang et du liquide de lavage broncho-alvéolaire (BALF) de huit patients atteints de COVID-19 a montré qu'ils ont une signature cellulaire TH1 pro-inflammatoire importante, enrichie en IFNγ et en gènes de la voie du complément, mais avec une plus faible niveaux d'expression de l'IL10 par rapport aux cellules T CD4+ des témoins sains. Pour mieux comprendre la nature pro-inflammatoire de ces cellules TH1 associées au COVID-19, les auteurs ont examiné plus en détail les effets du complément précédemment décrits sur la contraction des réponses des cellules TH1. L'analyse transcriptomique des cellules T CD4+ activées avec des anti-CD3 et des anti-CD46 (le récepteur du composant du complément C3b) a montré une régulation positive à la fois du VDR et du CYP27B1, qui code pour l'enzyme catalysant l'étape d'activation finale de la vitamine D. Cela suggère que le complément stimule T à la fois d'activer et de répondre à la vitamine D. Les cellules T d'individus déficients en CD46 ou les cellules T traitées avec un inhibiteur qui bloque la génération intracellulaire de C3b n'ont pas régulé positivement VDR ou CYP27B1. En réponse à la vitamine D inactive, les cellules T stimulées par l'expression de l'IFNγ anti-CD3 et anti-CD46 et l'expression de l'IL-10 régulée positivement, suggérant que la signalisation VDR induite par le complément favorise l'arrêt des réponses des cellules TH1.

Une analyse transcriptomique et protéomique plus poussée a montré que la vitamine D favorise la production d'IL-10 en induisant l'expression de l'IL-6, du récepteur IL-6 (IL-6R) et du facteur de transcription STAT3, conduisant à la phosphorylation et à l'activation de STAT3 en aval de l'IL-6R . La vitamine D a également induit des changements à l'échelle du génome dans l'acétylation des histones et le recrutement de facteurs de transcription, y compris aux loci STAT3, IL10 et BACH2. Une proportion importante de la transcription induite par la vitamine D s'est avérée dépendante de BACH2, y compris la transcription de l'IL6R. En effet, les cellules T CD4+ traitées à la vitamine D provenant d'un individu haplo-insuffisant BACH2 n'ont pas régulé à la hausse l'ensemble de gènes dépendant de la vitamine D attendu, et l'axe de signalisation IL-6–STAT3–IL-10 a été perturbé.

« le complément stimule les cellules T à la fois pour activer et répondre à la vitamine D »

Compte tenu de l'association observée entre la gravité du COVID-19 et la carence en vitamine D, les auteurs ont examiné l'expression des gènes régulés par la vitamine D dans les cellules BALF CD4+ T des patients atteints de COVID-19. Sur une base par cellule, ils ont observé une relation réciproque entre l'expression des gènes associés aux cellules TH1 et les gènes modulés par la vitamine D. Les résultats suggèrent que chez les patients atteints de COVID-19 sévère, qui ont un phénotype de cellule TH1 fortement pro-inflammatoire, la réponse transcriptionnelle à la vitamine D est altérée, entraînant un échec du passage à la production d'IL-10 et à la résolution de l'inflammation.

Cela pourrait être le résultat d'une insuffisance en vitamine D ou d'un autre dérèglement de la signalisation VDR autorégulatrice induite par le complément ; dans les deux cas, les essais cliniques peuvent aider à déterminer s'il y a un avantage clinique à utiliser la vitamine D comme traitement d'appoint pour COVID-19
. De plus, on pense généralement que l'IL-6 est une cytokine pro-inflammatoire impliquée dans les réponses aux tempêtes de cytokines, mais les résultats suggèrent également que la vitamine D en tant que traitement d'appoint pour COVID-19 pourrait détourner l'IL-6 vers des fonctions de pro-résolution et ainsi fournir un alternative au blocage de la signalisation IL-6R. Les chercheurs n'ont pas testé la vitamine D en tant que traitement d'appoint pour COVID-19 et ont averti que les résultats ne doivent pas être considérés comme une recommandation clinique. :oops:
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7952
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 29 Nov 2021 06:26

Rapid and Effective Vitamin D Supplementation May Present Better Clinical Outcomes in COVID-19 (SARS-CoV-2) Patients by Altering Serum INOS1, IL1B, IFNg, Cathelicidin-LL37, and ICAM1
Mustafa Sait Gönen Nutrients. 2021 Nov 12;13(11):4047.

Background: We aimed to establish an acute treatment protocol to increase serum vitamin D, evaluate the effectiveness of vitamin D3 supplementation, and reveal the potential mechanisms in COVID-19.

Methods: We retrospectively analyzed the data of 867 COVID-19 cases. Then, a prospective study was conducted, including 23 healthy individuals and 210 cases. A total of 163 cases had vitamin D supplementation, and 95 were followed for 14 days. Clinical outcomes, routine blood biomarkers, serum levels of vitamin D metabolism, and action mechanism-related parameters were evaluated.

Results: Our treatment protocol increased the serum 25OHD levels significantly to above 30 ng/mL within two weeks. COVID-19 cases (no comorbidities, no vitamin D treatment, 25OHD <30 ng/mL) had 1.9-fold increased risk of having hospitalization longer than 8 days compared with the cases with comorbidities and vitamin D treatment. Having vitamin D treatment decreased the mortality rate by 2.14 times. The correlation analysis of specific serum biomarkers with 25OHD indicated that the vitamin D action in COVID-19 might involve regulation of INOS1, IL1B, IFNg, cathelicidin-LL37, and ICAM1.

Conclusions: Vitamin D treatment shortened hospital stay and decreased mortality in COVID-19 cases, even in the existence of comorbidities. Vitamin D supplementation is effective on various target parameters; therefore, it is essential for COVID-19 treatment.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 48188
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 29 Nov 2021 13:14

Traduction de l'étude :wink:

Une supplémentation rapide et efficace en vitamine D peut présenter de meilleurs résultats cliniques chez les patients atteints de COVID-19 (SRAS-CoV-2) en modifiant les sérums INOS1, IL1B, IFNg, Cathelicidine-LL37 et ICAM1

Nutriments Mustafa Sait Gönen. 12 novembre 2021;13(11):4047.

Contexte : Nous visions à établir un protocole de traitement aigu pour augmenter la vitamine D sérique, évaluer l'efficacité de la supplémentation en vitamine D3 et révéler les mécanismes potentiels de COVID-19.

Méthodes : Nous avons analysé rétrospectivement les données de 867 cas de COVID-19. Ensuite, une étude prospective a été menée, incluant 23 individus sains et 210 cas. Au total, 163 cas ont reçu une supplémentation en vitamine D et 95 ont été suivis pendant 14 jours. Les résultats cliniques, les biomarqueurs sanguins de routine, les taux sériques du métabolisme de la vitamine D et les paramètres liés au mécanisme d'action ont été évalués.

Résultats : Notre protocole de traitement a augmenté significativement les taux sériques de 25OHD à plus de 30 ng/mL en deux semaines. Les cas de COVID-19 (pas de comorbidités, pas de traitement à la vitamine D, 25OHD <30 ng/mL) présentaient un risqu[b]e 1,9 fois plus élevé d'hospitalisation de plus de 8 jours par rapport aux cas avec comorbidités et traitement à la vitamine D. Le traitement à la vitamine D a réduit le taux de mortalité de 2,14 fois. L'analyse de corrélation de biomarqueurs sériques spécifiques avec 25OHD a indiqué que l'action de la vitamine D dans COVID-19 pourrait impliquer la régulation de l'INOS1, de l'IL1B, de l'IFNg, de la cathélicidine-LL37 et de l'ICAM1.[/b]

Conclusions : Le traitement à la vitamine D a raccourci le séjour à l'hôpital et diminué la mortalité dans les cas de COVID-19, même en cas de comorbidités. La supplémentation en vitamine D est efficace sur divers paramètres cibles ; par conséquent, il est essentiel pour le traitement COVID-19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7952
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 29 Nov 2021 17:46

Transcriptome-Wide Profile of 25-Hydroxyvitamin D3 in Primary Immune Cells from Human Peripheral Blood
by Andrea Hanel Nutrients 2021, 13(11), 4100;

Vitamin D3 is an essential micronutrient mediating pleiotropic effects in multiple tissues and cell types via its metabolite 1α,25-dihydroxyvitamin D3 (1,25(OH)2D3), which activates the transcription factor vitamin D receptor. In this study, we used peripheral blood mononuclear cells (PBMCs) obtained from five healthy adults and investigated transcriptome-wide, whether the precursor of 1,25(OH)2D3, 25-hydroxyvitamin D3 (25(OH)D3), has gene regulatory potential on its own. Applying thresholds of >2 in fold change of gene expression and <0.05 as a false discovery rate, in this ex vivo approach the maximal physiological concentration of 25(OH)D3 (250 Nutrimuscle (nmol/L)) none of the study participants had a significant effect on their PBMC transcriptome. In contrast, 1000 and 10,000 Nutrimuscle 25(OH)D3 regulated 398 and 477 genes, respectively, which is comparable to the 625 genes responding to 10 Nutrimuscle 1,25(OH)2D3. The majority of these genes displayed specificity to the tested individuals, but not to the vitamin D metabolite. Interestingly, the genes MYLIP (myosin regulatory light chain interacting protein) and ABCG1 (ATP binding cassette subfamily G member 1) showed to be specific targets of 10,000 Nutrimuscle 25(OH)D3.

In conclusion, 100- and 1000-fold higher 25(OH)D3 concentrations than the reference 10 Nutrimuscle 1,25(OH)2D3 are able to affect the transcriptome of PBMCs with a profile comparable to that of 1,25(OH)2D3.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 48188
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 30 Nov 2021 13:16

Traduction de l'étude :wink:

Profil à l'échelle du transcriptome de la 25-hydroxyvitamine D3 dans les cellules immunitaires primaires du sang périphérique humain
par Andrea Hanel Nutriments 2021, 13(11), 4100;

La vitamine D3 est un micronutriment essentiel qui exerce des effets pléiotropes dans plusieurs tissus et types de cellules via son métabolite 1α,25-dihydroxyvitamine D3 (1,25(OH)2D3), qui active le récepteur de la vitamine D du facteur de transcription. Dans cette étude, nous avons utilisé des cellules mononucléées du sang périphérique (PBMC) obtenues à partir de cinq adultes en bonne santé et étudié à l'échelle du transcriptome, si le précurseur de 1,25(OH)2D3, 25-hydroxyvitamine D3 (25(OH)D3), a le gène potentiel réglementaire à lui seul. En appliquant des seuils de > 2 fois le changement d'expression génique et < 0,05 comme taux de fausse découverte, dans cette approche ex vivo la concentration physiologique maximale de 25(OH)D3 (250 Nutrimuscle (nmol/L)) aucun des participants à l'étude n'avait un effet significatif sur leur transcriptome PBMC. En revanche, 1 000 et 10 000 Nutrimuscle 25(OH)D3 régulent respectivement 398 et 477 gènes, ce qui est comparable aux 625 gènes répondant à 10 Nutrimuscle 1,25(OH)2D3. La majorité de ces gènes présentaient une spécificité pour les individus testés, mais pas pour le métabolite de la vitamine D. Fait intéressant, les gènes MYLIP (protéine interagissant avec la chaîne légère régulatrice de la myosine) et ABCG1 (membre 1 de la cassette de liaison ATP de la sous-famille G 1) se sont révélés être des cibles spécifiques de 10 000 Nutrimuscle 25(OH)D3.

En conclusion, des concentrations de 25(OH)D3 100 et 1000 fois plus élevées que la référence 10 Nutrimuscle 1,25(OH)2D3 sont capables d'affecter le transcriptome des PBMC avec un profil comparable à celui du 1,25(OH)2D3 .
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7952
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 13 invités