Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Fréquence de consommation d'aliments bio et risque de cancer

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Fréquence de consommation d'aliments bio et risque de cancer

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 23 Oct 2018 08:35

Association entre la fréquence de consommation d'aliments biologiques et le risque de cancer
Résultats de l'étude de cohorte prospective NutriNet-Santé

Julia Baudry JAMA Intern Med. Publié en ligne le 22 octobre 2018. doi: 10.1001 / jamainternmed.2018.4357

Question Quel est le lien entre un régime alimentaire à base d’aliments biologiques (c’est-à-dire un régime moins susceptible de contenir des résidus de pesticides) et le risque de cancer?

Résultats Dans une étude de cohorte en population de 68 946 Français adultes, une réduction significative du risque de cancer a été observée chez les gros consommateurs d'aliments biologiques.

Signification Une fréquence plus élevée de consommation d'aliments biologiques était associée à une réduction du risque de cancer. Si les résultats sont confirmés, promouvoir la consommation d'aliments biologiques auprès de la population en général pourrait constituer une stratégie préventive prometteuse contre le cancer.

Abstrait
Importance Bien que les aliments biologiques soient moins susceptibles de contenir des résidus de pesticides que les aliments conventionnels, peu d'études ont examiné l'association entre la consommation d'aliments biologiques et le risque de cancer.

Objectif Étudier de manière prospective le lien entre la consommation d'aliments biologiques et le risque de cancer dans une large cohorte d'adultes français.

Conception, cadre et participants Dans cette étude de cohorte prospective réalisée auprès de la population adulte française française et basée sur la population, des données ont été incluses auprès des participants avec les informations disponibles sur la fréquence de consommation d'aliments biologiques et l'apport alimentaire. Pour 16 produits, les participants ont indiqué leur fréquence de consommation d'aliments biologiques étiquetés (jamais, à l'occasion ou la plupart du temps). Un score d'aliments biologiques a ensuite été calculé (plage de 0 à 32 points). Les dates de suivi étaient du 10 mai 2009 au 30 novembre 2016.

Principaux résultats et mesures Cette étude a estimé le risque de cancer en association avec le score des aliments biologiques (modélisé sous forme de quartiles) à l'aide de modèles de régression à risques proportionnels de Cox ajustés pour les facteurs de risque de cancer potentiels.

Résultats Parmi les 68 946 participants (78,0% de femmes; âge moyen [DS] au départ, 44,2 [14,5] ans), 1 340 premiers cas de cancer ont été identifiés au cours du suivi, les plus fréquents étant 459 cancers du sein, 180 cancers de la prostate, 135 cancers de la peau, 99 cancers colorectaux, 47 lymphomes non hodgkiniens et 15 autres lymphomes. Les scores élevés des aliments biologiques étaient inversement associés au risque global de cancer (ratio de risque pour le quartile 4 par rapport au quartile 1, 0,75; IC à 95%, 0,63 à 0,88; P pour la tendance = 0,001; réduction du risque absolu à 0,6%; ratio de risque pour une augmentation de 5 points, 0,92; IC 95%, 0,88-0,96).

Conclusions et pertinence Une fréquence plus élevée de consommation d'aliments biologiques était associée à une réduction du risque de cancer. Bien que les résultats de l'étude doivent être confirmés, promouvoir la consommation d'aliments biologiques dans la population en général pourrait être une stratégie de prévention prometteuse contre le cancer.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 37079
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Fréquence de consommation d'aliments bio et risque de ca

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 23 Oct 2018 11:37

Les aliments biologiques pour la prévention du cancer: un investissement rentable?
Elena C. Hemler JAMA Intern Med. Publié en ligne le 22 octobre 2018.

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer 1 a classé 3 pesticides fréquemment utilisés en agriculture - glyphosate, malathion et diazinon - comme cancérogènes pour l'homme (groupe 2A), sur la base des résultats d'études sur l'exposition professionnelle chez l'homme et de tests de laboratoire sur animaux . Par exposition professionnelle (principalement en milieu agricole), le malathion est associé au cancer de la prostate, le diazinon est associé au cancer du poumon, et les 3 pesticides sont individuellement liés au lymphome non hodgkinien. 1

Dans la population en général, l'exposition à de faibles niveaux de pesticides est généralisée et la principale voie d'exposition est le régime alimentaire, en particulier la consommation de fruits et de légumes cultivés de manière conventionnelle. 2 Aux États-Unis, plus de 90% de la population a des pesticides détectables dans son urine et son sang. 3 Les aliments biologiques sont produits sans pesticides de synthèse et sont moins susceptibles de contenir des résidus de pesticides que les aliments non organiques produits de manière conventionnelle. Des essais croisés ont montré que l'abandon de la consommation d'aliments cultivés de manière conventionnelle par des aliments biologiques diminuait les concentrations urinaires de métabolites de pesticides, suggérant une exposition réduite aux pesticides. 4 Néanmoins, les conséquences sanitaires de la consommation de résidus de pesticides dans les aliments cultivés conventionnellement ne sont pas connus, de même que les effets de choisir des aliments biologiques ou des aliments cultivés conventionnellement connus pour avoir moins de résidus de pesticides.

Dans ce numéro de JAMA Internal Medicine , Baudry et al. 5examiner le lien entre la consommation d'aliments biologiques autodéclarée et le risque de cancer dans la cohorte NutriNet-Santé, en faisant l'hypothèse que les consommateurs d'aliments biologiques auraient un risque moins élevé en raison d'une exposition réduite aux pesticides. Au départ, les auteurs ont classé 68 946 participants en fonction de leur consommation déclarée de 16 groupes de produits biologiques, puis les ont suivis pendant une moyenne de 5 ans.

Les participants présentant la fréquence la plus élevée de consommation d'aliments biologiques avaient 25% moins de risque de cancer lors du suivi lors du suivi par rapport à ceux ayant la fréquence la plus faible. Cette association inverse était limitée au risque de cancer du sein et de lymphomes postménopausiques. La découverte du lymphome correspond aux études précédentes sur l'exposition professionnelle et aux conclusions de l'étude Million Women 6 au Royaume-Uni, qui a également lié la consommation d'aliments biologiques autodéclarée à un risque de lymphome non hodgkinien réduit de 21%. Ces résultats cohérents indiquent que l'association entre l'exposition aux pesticides aux niveaux observés dans la population générale et le risque de lymphome mérite une étude plus approfondie. Cependant, l'étude Million Women a également révélé que la consommation d'aliments biologiques était liée à une légère augmentation du risque de cancer du sein, ce qui soulève des questions quant à la signification de ces résultats.

Bien que l’étude de Baudry et al 5 ait plusieurs points forts notables, tels que la taille de son grand échantillon, son plan prospectif et sa perte modeste en matière de suivi, elle présente également des points faibles importants qui nécessitent une interprétation attentive des résultats. Parmi les faiblesses, le plus important est le fait que le questionnaire sur les aliments biologiques n’a pas été validé; par conséquent, on ne sait pas ce que l'exposition voulue, la consommation d'aliments biologiques, mesurait réellement. La consommation d'aliments biologiques est notoirement difficile à évaluer et son auto-évaluation est très susceptible d'être confondue par des comportements sanitaires positifs et des facteurs socio-économiques, comme le montrent les données présentées dans le premier tableau de l'article de Baudry et al 5 et dans des travaux antérieurs. de ce groupe. 7

Les auteurs ont eu une occasion unique de remédier à cette confusion, car les participants à NutriNet-Santé ayant déclaré ne pas consommer d'aliments biologiques avaient l'option de divulguer leurs raisons de ne jamais consommer d'aliments biologiques, notamment des barrières de prix, une disponibilité limitée ou un manque d'intérêt. Cependant, les auteurs ont traité tous les non consommateurs de la même manière dans leur score d'exposition, ce qui simplifie la notation pour l'analyse mais ne fait rien pour minimiser les biais liés aux comportements de santé.

Une autre limite importante réside dans le fait que, tout au long de l'article, les auteurs suggèrent qu'une consommation plus élevée d'aliments biologiques autodéclarée sert de mesure indirecte pour réduire l'exposition aux résidus de pesticides contenus dans les aliments. 5 Cependant, ils n'offrent aucune preuve empirique que ce soit le cas. Ce n’est pas nécessairement une hypothèse erronée. En fait, deux groupes indépendants aux États-Unis ont montré que les données sur l'apport alimentaire pouvaient être utilisées pour estimer l'exposition relative d'un individu aux pesticides par le biais d'un régime alimentaire. À l'aide des données de la cohorte multi-ethnique de l'athérosclérose, Curl et ses collègues 8ont montré que les données du questionnaire sur la fréquence alimentaire autodéclarées, y compris la consommation autodéclarée de produits biologiques, peuvent être utilisées pour prédire les niveaux urinaires de métabolites de pesticides organophosphatés (dialkylphosphate). De même, Chiu et ses collaborateurs ont créé un score de charge de résidus de pesticides en combinant des données de questionnaire de fréquence alimentaire auto-déclarées sur la consommation de fruits et de légumes avec des données de surveillance des pesticides. Le score prédit les concentrations de pesticides dans l'urine et le sérum dans l'Enquête nationale américaine sur la santé et la nutrition 9 et dans les concentrations de pesticides dans l'urine dans l'étude EARTH (Environment and Reproductive Health). 2

Cependant, la consommation de produits biologiques autodéclarée n'était pas liée aux biomarqueurs de pesticides urinaires dans l'étude EARTH. Les biomarqueurs de pesticides reflètent les sources d'exposition aux pesticides autres que le régime alimentaire et ne peuvent donc pas servir d'indicateurs de la consommation d'aliments biologiques. Cependant, ils peuvent aider à valider des outils moins coûteux, tels que le score de charge de résidus de pesticides, pour estimer l'exposition alimentaire aux pesticides ou la consommation d'aliments biologiques en relation avec les effets sur la santé dans les grandes cohortes prospectives.

Au stade actuel de la recherche, la relation entre la consommation d'aliments biologiques et le risque de cancer n'est toujours pas claire. Bien qu’idéaux, les essais cliniques randomisés ne seraient probablement pas réalisables dans cette situation en raison du coût élevé des produits biologiques et de la longue période de suivi nécessaire pour détecter les cas de cancer. Par conséquent, des études de cohorte prospectives utilisant des évaluations d’exposition validées et un contrôle minutieux des facteurs de confusion sont nécessaires. L'étude de Baudry et al 5 justifie les futures études visant à créer des outils validés pour évaluer la consommation d'aliments biologiques et étudier son association avec le risque de cancer. Il est urgent de poursuivre les recherches dans ce domaine car le cancer est un grave problème de santé publique et les aliments contenant des résidus de pesticides sont largement consommés. Si de futures études apportent des preuves plus solides de la consommation d’aliments biologiques pour la prévention du cancer, il sera crucial de prendre des mesures pour réduire les coûts et assurer un accès équitable aux produits biologiques.

Bien que le lien entre le risque de cancer et la consommation d'aliments biologiques demeure incertain, il existe des preuves convaincantes que l'amélioration d'autres facteurs, tels que le poids, l'activité physique et l'alimentation, peut réduire le risque de cancer. 10 Pour la prévention du cancer, l'American Cancer Society 10recommande de suivre un régime alimentaire sain qui limite la viande rouge et transformée ainsi que les sucres ajoutés, remplace les céréales raffinées par des céréales complètes et augmente la consommation de fruits et de légumes. Pour la santé globale, les preuves actuelles indiquent que les avantages de la consommation de produits cultivés de manière conventionnelle l'emporteront probablement sur les risques potentiels d'une exposition aux pesticides. Les préoccupations liées aux risques liés aux pesticides ne devraient pas décourager la consommation de fruits et légumes conventionnels, en particulier parce que les produits biologiques sont souvent chers et inaccessibles à de nombreuses populations. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour examiner le rôle des aliments biologiques dans la prévention du cancer, les recommandations actuelles devraient continuer à mettre l’accent sur les facteurs de risque modifiables étayés par des preuves solides et encourager une alimentation saine, notamment une consommation accrue de fruits et de légumes,
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 37079
Inscription: 11 Sep 2008 19:11


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités