Retour haut de page

Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.


Une alimentation hyper-protéinée n'a pas d'effet nefaste



Nutrimuscle-Conseils Avatar de l’utilisateur
Forum Admin

Messages: 32852

The effects of a high protein diet on indices of health and body composition – a crossover trial in resistance-trained men
Jose Antonio Journal of the International Society of Sports Nutrition 2016, 13:3

Eight weeks of a high protein diet (>3 g/kg/day) coupled with a periodized heavy resistance training program has been shown to positively affect body composition with no deleterious effects on health. Using a randomized, crossover design, resistance-trained male subjects underwent a 16-week intervention (i.e., two 8-week periods) in which they consumed either their normal (i.e., habitual) or a higher protein diet (>3 g/kg/day). Thus, the purpose of this study was to ascertain if significantly increasing protein intake would affect clinical markers of health (i.e., lipids, kidney function, etc.) as well as performance and body composition in young males with extensive resistance training experience.

Methods
Twelve healthy resistance-trained men volunteered for this study (mean ± SD: age 25.9 ± 3.7 years; height 178.0 ± 8.5 cm; years of resistance training experience 7.6 ± 3.6) with 11 subjects completing most of the assessments. In a randomized crossover trial, subjects were tested at baseline and after two 8-week treatment periods (i.e., habitual [normal] diet and high protein diet) for body composition, measures of health (i.e., blood lipids, comprehensive metabolic panel) and performance. Each subject maintained a food diary for the 16-week treatment period (i.e., 8 weeks on their normal or habitual diet and 8 weeks on a high protein diet). Each subject provided a food diary of two weekdays and one weekend day per week. In addition, subjects kept a diary of their training regimen that was used to calculate total work performed.

Results
During the normal and high protein phase of the treatment period, subjects consumed 2.6 ± 0.8 and 3.3 ± 0.8 g/kg/day of dietary protein, respectively. The mean protein intake over the 4-month period was 2.9 ± 0.9 g/kg/day. The high protein group consumed significantly more calories and protein (p < 0.05) than the normal protein group. There were no differences in dietary intake between the groups for any other measure. Moreover, there were no significant changes in body composition or markers of health in either group. There were no side effects (i.e., blood lipids, glucose, renal, kidney function etc.) regarding high protein consumption.

Conclusion
In resistance-trained young men who do not significantly alter their training regimen, consuming a high protein diet (2.6 to 3.3 g/kg/day) over a 4-month period has no effect on blood lipids or markers of renal and hepatic function. Nor were there any changes in performance or body composition. This is the first crossover trial using resistance-trained subjects in which the elevation of protein intake to over four times the recommended dietary allowance has shown no harmful effects.


Messages: 3667
Localisation: Athus
Traduction de l’étude :wink:

Les effets d'un régime riche en protéines sur les indices de la composition de la santé et corporelle- un essai croisé chez les hommes entrainés en résistance.
Jose Antonio Journal de la Société internationale de nutrition sportive 2016, 13: 3

8 semaines d'un régime riche en protéines (> 3 g / kg / jour) a été suivi couplée à un programme de formation en résistance pour influer positivement sur la composition du corps, sans effets délétères sur la santé. En utilisant une conception croisée randomisée, des sujets masculins entrainés en résistance ont subi une intervention de 16 semaines (c.-à-deux périodes de 8 semaines), dans laquelle ils ont consommé soit leurs taux de protéines normales (ie, habituelle) ou un régime alimentaire plus riche en protéines (> 3 g / kg /journée). Ainsi, le but de cette étude était de déterminer si l'augmentation significative de l’apport en protéines aurait une incidence sur les marqueurs cliniques de la santé (par exemple, les lipides, la fonction rénale, etc.) ainsi que la composition de la performance et du corps chez les jeunes hommes ayant une vaste expérience de la formation en résistance.

Méthodes
Douze hommes entrainés en résistance en bonne santé se sont portés volontaires pour cette étude (moyenne ± écart type: 25,9 ans ± 3,7 ans; hauteur 178,0 ± 8,5 cm; années de résistance expérience de formation de 7,6 ± 3,6) avec 11 sujets remplissant la plupart des évaluations. Dans un essai croisé randomisé, les sujets ont été testés au départ et après deux périodes de traitement de 8 semaines (c.-à-habituelle [normale] d’un régime alimentaire et régime riche en protéines) pour la composition corporelle, les mesures de la santé (c.-à-lipides sanguins, panneau métabolique complète) et performance. Chaque sujet a maintenu un journal alimentaire pendant la période de traitement de 16 semaines (à savoir, 8 semaines sur leur régime alimentaire normal ou habituel et 8 semaines sur un régime alimentaire riche en protéines). Chaque sujet a fourni un journal alimentaire de deux jours de la semaine et un jour de week-end par semaine. En outre, les sujets ont tenu un journal de leur régime d'entraînement qui a été utilisé pour calculer le travail effectué au total.

Résultats
Pendant la phase de la protéine normale et élevée de la période de traitement, les sujets ont consommé 2,6 ± 0,8 et 3,3 ± 0,8 g / kg / jour de protéine alimentaire, respectivement. L'apport en protéines moyenne sur la période de 4 mois a été de 2,9 ± 0,9 g / kg / jour. Le groupe de protéines ont consommé beaucoup plus de calories et de protéines (p <0,05) que le groupe à taux normal en protéine. Il n'y avait pas de différence dans l'apport alimentaire entre les groupes pour toute autre mesure. En outre, il n'y avait aucun changement significatif dans la composition du corps ou des marqueurs de la santé dans les deux groupes. Il n'y avait pas d'effets secondaires (par exemple, les lipides sanguins, la glycémie, rénale, la fonction rénale, etc.) en ce qui concerne la consommation élevée en protéines.

Conclusion
Chez les jeunes hommes entrainés en résistance qui ne modifient pas de manière significative leur régime d'entraînement, consommant un régime riche en protéines (de 2,6 à 3,3 g / kg / jour) sur une période de 4 mois n'a pas d'effet sur les lipides sanguins ou des marqueurs de la fonction rénale et hépatique. Ceci est le premier essai croisé utilisant des sujets entrainés en résistance dans laquelle l'élévation de l'apport en protéines à plus de quatre fois la ration alimentaire recommandée n’a montré aucun effet nocif.

Nutrimuscle-Conseils Avatar de l’utilisateur
Forum Admin

Messages: 32852

Une alimentation hyper-protéinée est-elle néfaste pour la santé?


Messages: 52
On sait ce qu'ils mangeaient à part des protéines?


Retourner vers Forum Nutrimuscle : Informations sur la nutrition musculaire pour la musculation.