Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

L'efficacité de la chondroïtine enfin reconnue

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

L'efficacité de la chondroïtine enfin reconnue

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 9 Fév 2015 22:50

Chondroitin for osteoarthritis
Jasvinder A Singh Cochrane Musculoskeletal Group Published Online: 28 JAN 2015

Osteoarthritis, a common joint disorder, is one of the leading causes of disability. Chondroitin has emerged as a new treatment. Previous meta-analyses have shown contradictory results on the efficacy of chondroitin. This, in addition to the publication of more trials, necessitates a systematic review.

Objectives

To evaluate the benefit and harm of oral chondroitin for treating osteoarthritis compared with placebo or a comparator oral medication including, but not limited to, nonsteroidal anti-inflammatory drugs (NSAIDs), analgesics, opioids, and glucosamine or other "herbal" medications.

Search methods

We searched seven databases up to November 2013, including the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), Ovid MEDLINE, CINAHL, EMBASE, Science Citation Index (Web of Science) and Current Controlled Trials. We searched the US Food and Drug Administration (FDA) and European Medicines Agency (EMEA) websites for adverse effects. Trial registers were not searched.

Selection criteria

All randomized or quasi-randomized clinical trials lasting longer than two weeks, studying adults with osteoarthritis in any joint, and comparing chondroitin with placebo, an active control such as NSAIDs, or other "herbal" supplements such as glucosamine.

Data collection and analysis

Two review authors independently performed all title assessments, data extractions, and risk of bias assessments.

Main results

Forty-three randomized controlled trials including 4,962 participants treated with chondroitin and 4,148 participants given placebo or another control were included. The majority of trials were in knee OA, with few in hip and hand OA. Trial duration varied from 1 month to 3 years. Participants treated with chondroitin achieved statistically significantly and clinically meaningful better pain scores (0-100) in studies less than 6 months than those given placebo with an absolute risk difference of 10% lower (95% confidence interval (CI), 15% to 6% lower; number needed to treat (NNT) = 5 (95% CI, 3 to 8; n = 8 trials) (level of evidence, low; risk of bias, high); but there was high heterogeneity between the trials (T2 = 0.07; I2 = 70%, which was not easily explained by differences in risk of bias or study sample size). In studies longer than 6 months, the absolute risk difference for pain was 9% lower (95% CI 18% lower to 0%); n = 6 trials; T2 = 0.18; I2 = 83% ), again with low level of evidence.

For the Western Ontario and McMaster Universities Osteoarthritis Index Minimal Clinically Important Improvement (WOMAC MCII Pain subscale) outcome, a reduction in knee pain by 20% was achieved by 53/100 in the chondroitin group versus 47/100 in the placebo group, an absolute risk difference of 6% (95% CI 1% to 11%), (RR 1.12, 95% CI 1.01 to 1.24; T2 = 0.00; I2 = 0%) (n = 2 trials, 1253 participants; level of evidence, high; risk of bias, low).

Differences in Lequesne's index (composite of pain,function and disability) statistically significantly favoured chondroitin as compared with placebo in studies under six months, with an absolute risk difference of 8% lower (95% CI 12% to 5% lower; T2= 0.78; n = 7 trials) (level of evidence, moderate; risk of bias, unclear), also clinically meaningful. Loss of minimum joint space width in the chondroitin group was statistically significantly less than in the placebo group, with a relative risk difference of 4.7% less (95% CI 1.6% to 7.8% less; n = 2 trials) (level of evidence, high; risk of bias, low). Chondroitin was associated with statistically significantly lower odds of serious adverse events compared with placebo with Peto odds ratio of 0.40 (95% CI 0.19 to 0.82; n = 6 trials) (level of evidence, moderate). Chondroitin did not result in statistically significant numbers of adverse events or withdrawals due to adverse events compared with placebo or another drug. Adverse events were reported in a limited fashion, with some studies providing data and others not.

Comparisons of chondroitin taken alone or in combination with glucosamine or another supplement showed a statistically significant reduction in pain (0-100) when compared with placebo or an active control, with an absolute risk difference of 10% lower (95% CI 14% to 5% lower); NNT = 4 (95% CI 3 to 6); T2 = 0.33; I2 = 91%; n = 17 trials) (level of evidence, low). For physical function, chondroitin in combination with glucosamine or another supplement showed no statistically significant difference from placebo or an active control, with an absolute risk difference of 1% lower (95% CI 6% lower to 3% higher with T2 = 0.04; n = 5 trials) (level of evidence, moderate). Differences in Lequesne's index statistically significantly favoured chondroitin as compared with placebo, with an absolute risk difference of 8% lower (95% CI, 12% to 4% lower; T2 = 0.12; n = 10 trials) (level of evidence, moderate). Chondroitin in combination with glucosamine did not result in statistically significant differences in the numbers of adverse events, withdrawals due to adverse events, or in the numbers of serious adverse events compared with placebo or with an active control.

The beneficial effects of chondroitin in pain and Lequesne's index persisted when evidence was limited to studies with adequate blinding or studies that used appropriate intention to treat (ITT) analyses. These beneficial effects were uncertain when we limited data to studies with appropriate allocation concealment or a large study sample (> 200) or to studies without pharmaceutical funding.

Authors' conclusions

A review of randomized trials of mostly low quality reveals that chondroitin (alone or in combination with glucosamine) was better than placebo in improving pain in participants with osteoarthritis in short-term studies. The benefit was small to moderate with an 8 point greater improvement in pain (range 0 to 100) and a 2 point greater improvement in Lequesne's index (range 0 to 24), both seeming clinically meaningful. These differences persisted in some sensitivity analyses and not others. Chondroitin had a lower risk of serious adverse events compared with control. More high-quality studies are needed to explore the role of chondroitin in the treatment of osteoarthritis. The combination of some efficacy and low risk associated with chondroitin may explain its popularity among patients as an over-the-counter supplement.

Plain language summary
Chondroitin for osteoarthritis

We conducted a review of the effects of chondroitin sulfate for people with osteoarthritis. We found 43 studies with 9,110 people after searching for studies up to November 2013. Majority were studies of knee osteoarthritis (few hand, one hip) ranging from 1 month to 3 years. Several studies were funded by makers of chondroitin.

This review shows that in people with osteoarthritis:

- Chondroitin may improve pain slightly in the short-term (less than 6 months);

- Chondroitin improves knee pain by 20% in slightly more people;

- Chondroitin probably improves quality of life slightly as measured by Lequesne's index (combined measure of pain, function, and disability);

- Chondroitin has little or no difference in adverse and serious adverse events versus other agents; and

- Chondroitin slightly slows down the narrowing of joint space on X-rays of the affected joint.

We identified a lot of studies in which unsound methods were used to assess the effects of chondroitin. For some outcomes, there was not enough data. In some studies, whose methodological quality was better, chondroitin showed no improvement in pain and in physical function. Other analyses based on different methodological quality criteria reported improvement in pain and physical functionality when chondroitin was given.

What is osteoarthritis and what is chondroitin?

Osteoarthritis is a disease of the joints, such as the knee or hip. When the joint loses cartilage, the bone grows to try to repair the damage, but this bone growth may make the situation worse. This can make the joint painful and unstable, which can affect physical function or ability to use the joint.

Chondroitin is an over-the-counter nutritional supplement that is made primarily of chondroitin sulfate. It is said to work by stopping the degradation of cartilage and restoring lost cartilage. It also contains sulfur-containing amino acids, which are essential building blocks for cartilage molecules in the human body.

What happens to people with osteoarthritis who take chondroitin?

Pain level

- People who took chondroitin scored 10 points lower on 0 to 100 pain scale than those who took a placebo (10% absolute difference).

- People who took chondroitin rated their pain at 18 on a 0 to 100 scale after 6 months.

- People who took placebo rated their pain at 28 on a 0 to 100 scale after 6 months.

In studies longer than 6 months, we are uncertain whether pain is reduced more in those who take chondroitin compared to placebo.

Reduction in knee pain by 20% (as measured by the WOMAC1 Pain subscale)

- 6 more people out of 100 experienced improvement of 20% in their knee pain (6% absolute difference).

- 53 people out of 100 who took chondroitin experienced improvement in their knee pain compared to 47 people out of 100 who took placebo.

Lequesne’s index (a combination index of pain and physical function, indicating quality of life)

- People who took chondroitin scored 2 points lower (better) on Lequesne's index (score range 0 to 24).

- People who took chondroitin scored 5 on a scale of 0 to 24 on Lequesne's index after 6 months.

- People who took placebo scored 7 on a scale of 0 to 24 on Lequesne's index after 6 months.

Radiographic outcome: reduction in minimum joint space width (mm)

- People who took chondroitin had 0.18 mm less reduction in minimum joint space width than those who took placebo.

- People who took chondroitin had a decrease in minimum joint space width of 0.48 mm after 2 years.

- People who took placebo had a decrease in minimum joint space width of 0.30 mm after 2 years.

Serious adverse events

- 3 fewer of 100 people who took chondroitin experienced serious adverse events (such as a serious lung infection or tuberculosis).

- 3 of 100 people experienced a serious adverse event with chondroitin compared to 6 of 100 people who took placebo.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 39449
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: L'efficacité de la chondroïtine enfin reconnue

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 9 Fév 2015 22:53

Traduction de l’étude : :wink:

La chondroïtine dans le cadre de l’arthrose.
Jasvinder A Singh Cochrane Musculoskeletal Group Publié en ligne: 28 JAN 2015

L'arthrose, est un trouble de l'articulation, et est l'une des principales causes d'invalidité. La chondroïtine a émergé comme un nouveau traitement. Les méta-analyses précédentes ont montré des résultats contradictoires sur l'efficacité de la chondroïtine. Ceci, en plus de la publication de plusieurs essais, nécessite un examen systématique.

Objectifs

Afin d’ évaluer les avantages et les dommages de la chondroïtine par voie orale dans le traitement de l'arthrose par rapport à un placebo ou un médicament par voie orale de comparaison y compris, les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), des analgésiques, des opioïdes, et glucosamine ou d'autres médicaments à base de plantes.

Les méthodes de recherche

Nous avons cherché sept bases de données et ce, jusqu'à Novembre 2013, y compris le registre central Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE Ovide, CINAHL, EMBASE, Science Citation Index (Web of Science) et Current Controlled Trials. Nous avons cherché sur les sites US Food and Drug Administration (FDA) et l'Agence européenne des médicaments (EMEA) des effets indésirables. Les registres d'essais n’ont pas été explorés.

Critères de sélection

Tous les essais cliniques randomisés ou quasi-randomisés d'une durée de deux semaines, qui étudient les adultes souffrant d'arthrose dans n’ importe quelle articulation, et la comparaison avec le placebo et la chondroïtine, un contrôle actif tels que les AINS, ou d'autres suppléments à base de plantes, tels que la glucosamine.

Collecte et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont effectué indépendamment toutes les évaluations de titres, les extractions de données, et le risque d'évaluations de polarisation.

Les principaux résultats

Quarante-trois essais contrôlés randomisés, comprenant 4 962 participants traités avec de la chondroïtine et 4148 participants sous placebo ou un autre contrôle ont été inclus. La majorité des essais ont été dans l'arthrose du genou, avec peu de la hanche et de la main. La durée de l'essai variait de 1 mois à 3 ans. Les participants traités avec de la chondroïtine ont été statistiquement significative et cliniquement significative de meilleurs scores de douleur (0-100) en études depuis moins de six mois que ceux sous placebo avec une différence de risque absolu de 10% inférieur (95% intervalle de confiance (IC), 15% à 6 % inférieur; nombre nécessaire à traiter (NNT) = 5 (95% CI, 3-8; n = 8 essais) (niveau de preuve, le faible, le risque de partialité, élevé), mais il y avait une forte hétérogénéité entre les essais (T2 = 0,07;. I2 = 70% avec, qui n’était pas facile à expliquer par des différences dans le risque de partialité ou d'étudier taille de l'échantillon) dans les études plus longtemps que six mois, la différence de risque absolu pour la douleur était de 9% inférieure (95% CI 18% inférieure à 0%); n = 6 essais; T2 = 0,18; I2 = 83%).

Pour la Minimal, Western Ontario et McMaster montrent l’amélioration l’indice d'arthrose (WOMAC MCII douleur sous-échelle), une réduction de la douleur au genou de 20% a été atteint par 53/100 dans le groupe de chondroïtine contre 47/100 dans le groupe placebo, un absolu la différence de risque de 6% (IC à 95% 1% à 11%), (RR 1,12, IC 95% 1.1 à 1.24; T2 = 0,00; I2 = 0%) (n = 2 essais, 1 253 participants; niveau de preuve, haute ; risque de biais, faible).

Les différences dans l'indice de Lequesne (la douleur, la fonction et l'invalidité) statistiquement significativement en faveur chondroïtine par rapport au placebo dans les études de moins de six mois, avec une différence de risque absolu de 8% inférieur (95% CI 12% à 5% inférieur; T2 = 0,78 ; n = 7 essais) (niveau de preuve, modérée, risque de partialité, pas clair), également cliniquement significative. La perte de largeur minimale de l'espace articulaire dans le groupe de chondroïtine était statistiquement significativement moins que dans le groupe placebo, avec une différence de risque relatif de 4,7% de moins (95% CI 1,6% à 7,8% de moins; n = 2 essais) (niveau de preuve, haute; risque de biais, faible). La chondroïtine a été associée à une probabilité statistiquement significativement plus faible d'événements indésirables graves par rapport au placebo avec Peto odds ratio de 0,40 (IC 95% de 0,19 à 0,82; n = 6 essais) (niveau de preuve, modérée). La chondroïtine n'a pas entraîné de nombre statistiquement significatif des événements ou des abandons pour cause d'effets indésirables, comparativement à un placebo ou un autre médicament défavorables. Les événements indésirables ont été signalés de façon limitée, certaines études fournissant des données et d'autres pas.

Les comparaisons entre la chondroïtine pris seuls ou en combinaison avec de la glucosamine ou un autre supplément ont montré une diminution statistiquement significative de la douleur (0-100) par rapport au placebo ou un contrôle actif, avec une différence de risque absolu de 10% plus faible (95% CI 14% à 5% de moins); NNT = 4 (IC 95%: 3 à 6); T2 = 0,33; I2 = 91%; n = 17 essais) (niveau de preuve, faible). Pour la fonction physique, la chondroïtine en combinaison avec de la glucosamine ou un autre supplément ne ont montré aucune différence statistiquement significative par rapport au placebo ou un contrôle actif, avec une différence de risque absolu de 1% inférieur (IC à 95% inférieur de 6% à 3% plus élevé avec T2 = 0,04; n = 5 essais) (niveau de preuve, modérés). Les différences dans l'indice de Lequesne favorisés de façon statistiquement significative avec la chondroïtine par rapport au placebo, avec une différence de risque absolu de 8% inférieur (IC à 95%, de 12% à 4% inférieur; T2 = 0,12; n = 10 essais) (niveau de preuve, modérée) . La chondroïtine en combinaison avec la glucosamine n'a pas entraîné de différences statistiquement significatives du nombre d'événements indésirables, abandons pour cause d'effets indésirables, ou dans les nombres d'événements indésirables graves par rapport au placebo ou avec un contrôle actif.

Les effets bénéfiques de chondroïtine dans la douleur et l'indice de Lequesne a persisté lorsque la preuve a été limitée aux études avec aveuglement adéquate ou études qui utilisaient l'intention approprié de traiter (ITT). Ces effets bénéfiques sont incertains quand nous avons limité les données aux études avec dissimulation de répartition appropriée ou un grand échantillon de l'étude (> 200) ou à des études sans financement pharmaceutique.

Conclusions des auteurs

Un examen des essais randomisés de la plupart en faible qualité révèle que la chondroïtine (seul ou en combinaison avec de la glucosamine) était meilleur que le placebo dans l'amélioration de la douleur chez les participants souffrant d'arthrose dans les études à court terme. L'avantage était faible à modérée avec u 8 points dans l’amélioration de la douleur (entre 0 et 100) et un 2 point de plus grande amélioration de l'indice de Lequesne (plage de 0 à 24), les deux semblant cliniquement significative. Ces différences ont persisté dans certaines analyses de sensibilité et pas d'autres. Chondroïtine avait un risque plus faible d'événements indésirables graves par rapport à un contrôle. Plus d'études de haute qualité sont nécessaires pour explorer le rôle de la chondroïtine dans le traitement de l'arthrose. La combinaison de certains efficacité et à faible risque associé à la chondroïtine peut expliquer sa popularité parmi les patients.

Résumé
Chondroïtine pour l'arthrose

Nous avons effectué un examen des effets du sulfate de chondroïtine pour les personnes souffrant d'arthrose. Nous avons trouvé 43 études reprennant 9110 personnes après une recherche pour des études jusqu'à Novembre 2013. La majorité était des études de l'arthrose du genou (quelques part, une hanche) allant de 1 mois à 3 ans. Plusieurs études ont été financées par les fabricants de chondroïtine.

Cet examen montre que chez les personnes souffrant d'arthrose:

- La chondroïtine peut améliorer la douleur légèrement à court terme (moins de 6 mois);

- La chondroïtine améliore la douleur au genou de 20%.

- La chondroïtine améliore sans doute la qualité de vie légèrement telle que mesurée par l'indice (combiné de mesure de la douleur, la fonction et l'invalidité) de Lequesne;

- La chondroïtine n’apporte de différences dans les événements indésirables graves.

- La chondroïtine ralentit légèrement le rétrécissement de l'espace articulaire.

Nous avons identifié un grand nombre d'études dans lesquelles des méthodes malsaines ont été utilisés pour évaluer les effets de la chondroïtine. Pour certains résultats, il n'y avait pas assez de données. Dans certaines études, dont la qualité méthodologique était meilleure, La chondroïtine a montré aucune amélioration dans la douleur et la fonction physique. Les autres analyses basées sur les différents critères de qualité méthodologique ont rapporté une amélioration de la douleur et la fonctionnalité physique quand la chondroïtine a été donné.

Qu'est-ce que l'arthrose et la chondroïtine?

L'arthrose est une maladie des articulations telles que le genou ou de la hanche. Lorsque l'articulation perd le cartilage, l'os pousse pour comprenser les dégâts, mais cette croissance osseuse peut aggraver la situation. Cela peut rendre l'articulation douloureuse et instable, ce qui peut affecter la fonction physique ou de la capacité à utiliser l'articulation.

La chondroïtine est un supplément nutritionnel qui est faite principalement de sulfate de chondroïtine. Il contient aussi des acides aminés notammen du soufre, qui sont des éléments essentiels pour le cartilage du corps humain.

Qu'advient-il des personnes souffrant d'arthrose qui prennent de la chondroïtine?

Niveau de la douleur

- Les gens qui ont pris la chondroïtine ont 10 points de moins de la douleur sur une échelle de 0-100 que ceux qui ont pris un placebo (10% de différence absolue).

- Les gens qui ont pris la chondroïtine ont évalué la douleur à 18 sur une échelle de 0 à 100 après six mois.

- Les personnes qui ont pris le placebo ont évalué la douleur à 28 sur une échelle de 0 à 100 après six mois.

Dans les études de plus de six mois, nous sommes certains que la douleur est réduite plus ceux qui prennent la chondroïtine par rapport au placebo.

La réduction de la douleur au genou était de 20% (mesuré par la sous-échelle WOMAC1 Pain)

- 6 autres personnes sur 100 expérimenté ont rapporté une amélioration de 20% dans la douleur au genou (6% de différence absolue).

- 53 personnes sur 100 ont rapporté une amélioration de la douleur au genou avec la chondroïtine par rapport à 47 personnes sur 100 qui ont pris un placebo.

L'indice de Lequesne (un indice de combinaison de la douleur et la fonction physique, indiquant la qualité de la vie)

- Les gens qui ont pris la chondroïtine a marqué 2 points de moins (mieux) sur l'indice de Lequesne (plage de score à 0 à 24).

- Les gens qui ont pris la chondroïtine a marqué 5 sur une échelle de 0 à 24 sur l'indice de Lequesne après 6 mois.

- Les gens qui ont pris le placebo marqué 7 sur une échelle de 0 à 24 sur l'indice de Lequesne après 6 mois.

Radiographique résultats: réduction de la largeur minimale de l'interligne articulaire (mm)

- Les gens qui ont pris la chondroïtine avaient 0,18 mm de moins au niveau de la largeur minimale de l'espace articulaire que ceux qui ont pris un placebo.

- Les gens qui ont pris la chondroïtine ont une diminution de la largeur minimale de l'espace articulaire de 0,48 mm après deux années.

- Les gens qui ont pris le placebo avaient une diminution de la largeur minimale de l'espace articulaire de 0,30 mm après deux années.

Les événements indésirables graves

- 3 sur 100 personnes qui ont pris la chondroïtine ont connu des événements indésirables graves (comme une infection pulmonaire grave ou la tuberculose).

- 3 sur 100 personnes ont connu un événement indésirable grave avec de la chondroïtine, comparativement à 6 100 personnes qui ont pris un placebo
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 3846
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: L'efficacité de la chondroïtine enfin reconnue

Messagepar le-borgne » 10 Fév 2015 03:12

Bonne nouvelle, merci pour l'information
le-borgne
 
Messages: 478
Inscription: 23 Déc 2012 16:42


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: MSN [Bot] et 10 invités