Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Le magnésium contre le syndrome des ovaires polykystiques?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Le magnésium contre le syndrome des ovaires polykystiques?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 26 Juin 2020 13:01

Clinical and Metabolic Responses to Magnesium Supplementation in Women with Polycystic Ovary Syndrome
Maryam Farsinejad-Marj, Biological Trace Element Research volume 196, pages349–358(2020)

We hypothesized that magnesium supplementation might help improve metabolic profiles and clinical symptoms of polycystic ovary syndrome (PCOS) through its role in insulin action. The present study aimed to investigate the effect of magnesium supplementation on metabolic profiles and levels of sex hormones in women with PCOS. In this parallel randomized, double-blind, placebo-controlled clinical trial, 60 women with PCOS aged 20–45 years were recruited. After stratification for body mass index (BMI), age, and types of medications, participants were randomly assigned to consume magnesium supplements (containing 250 mg magnesium oxide) or placebo for 8 weeks. To assess biochemical indicators, a venous blood sample was taken after an overnight fasting. The mean age of study participants was 26.4 years. We found that magnesium supplementation for 8 weeks among women with PCOS had favorable effects on BMI compared with the placebo group (changes from baseline in intervention group: − 0.31 ± 0.07 vs. 0.07 ± 0.09 kg/m2 in control group).

In addition, the supplementation lead to preventing the increase in waist circumference in intervention group compared with the control group (0.02 vs. 1.15 cm). No significant effects on glycemic variables and lipid profile were seen following the magnesium supplementation. A significant increase in serum LH levels in intervention group and a decrease in placebo group were observed (P = 0.01). Although we found a significant decrease in serum testosterone levels in intervention and placebo groups, comparing the changes between the two groups, a marginally significant difference in serum testosterone levels was found (51.65 vs. 47.80 in intervention, 43.41 vs. 39.46 in placebo, P = 0.08). A significant increase in serum dehydroepiandrogens (DHEA) (136.32 vs. 172.37 intervention, 102.74 vs. 120.15 placebo, P = 0.01) was seen in two groups. Magnesium supplementation had no significant effects on FSH, 17OH-progesteron, sex hormone–binding globulin (SHBG), and free androgen index (FAI) levels.

We found evidence indicating that magnesium supplementation did not influence serum lipid profiles and glycemic indicators among women with PCOS. Magnesium supplementation resulted in reduced BMI and testosterone levels as well as increased DHEA concentrations in women with PCOS. Also, magnesium supplementation may increase serum LH levels.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 43181
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Le magnésium contre le syndrome des ovaires polykystique

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 26 Juin 2020 16:40

Traduction de l'étude :wink:

Réponses cliniques et métaboliques à la supplémentation en magnésium chez les femmes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques
Maryam Farsinejad-Marj, Recherche sur les oligo-éléments biologiques volume 196, pages 349–358 (2020)

Nous avons émis l'hypothèse que la supplémentation en magnésium pourrait aider à améliorer les profils métaboliques et les symptômes cliniques du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) grâce à son rôle dans l'action de l'insuline. La présente étude visait à étudier l'effet de la supplémentation en magnésium sur les profils métaboliques et les niveaux d'hormones sexuelles chez les femmes atteintes de SOPK. Dans cet essai clinique parallèle randomisé, en double aveugle et contrôlé contre placebo, 60 femmes atteintes de SOPK âgées de 20 à 45 ans ont été recrutées. Après stratification pour l'indice de masse corporelle (IMC), l'âge et les types de médicaments, les participants ont été randomisés pour consommer des suppléments de magnésium (contenant 250 mg d'oxyde de magnésium) ou un placebo pendant 8 semaines. Pour évaluer les indicateurs biochimiques, un échantillon de sang veineux a été prélevé après un jeûne nocturne. L'âge moyen des participants à l'étude était de 26,4 ans. Nous avons constaté que la supplémentation en magnésium pendant 8 semaines chez les femmes atteintes de SOPK avait des effets favorables sur l'IMC par rapport au groupe placebo (changements par rapport au départ dans le groupe d'intervention: - 0,31 ± 0,07 contre 0,07 ± 0,09 kg / m2 dans le groupe témoin).

De plus, la supplémentation a permis de prévenir l'augmentation du tour de taille dans le groupe d'intervention par rapport au groupe témoin (0,02 vs 1,15 cm). Aucun effet significatif sur les variables glycémiques et le profil lipidique n'a été observé après la supplémentation en magnésium. Une augmentation significative des taux sériques de LH dans le groupe d'intervention et une diminution dans le groupe placebo ont été observées (P = 0,01). Bien que nous ayons trouvé une diminution significative des niveaux de testostérone sérique dans les groupes d'intervention et de placebo, en comparant les changements entre les deux groupes, une différence légèrement significative dans les niveaux de testostérone sérique a été trouvée (51,65 contre 47,80 en intervention, 43,41 contre 39,46 dans le placebo, P = 0,08). Une augmentation significative des déhydroépiandrogènes sériques (DHEA) (136,32 vs 172,37 intervention, 102,74 vs 120,15 placebo, P = 0,01) a été observée dans deux groupes. La supplémentation en magnésium n'a eu aucun effet significatif sur la FSH, la progestérone 17OH, la globuline de liaison aux hormones sexuelles (SHBG) et les niveaux d'indice d'androgène libre (FAI).

Nous avons trouvé des preuves indiquant que la supplémentation en magnésium n'a pas influencé les profils lipidiques sériques et les indicateurs glycémiques chez les femmes atteintes de SOPK. La supplémentation en magnésium a entraîné une réduction des niveaux d'IMC et de testostérone ainsi qu'une augmentation des concentrations de DHEA chez les femmes atteintes de SOPK. De plus, la supplémentation en magnésium peut augmenter les taux sériques de LH.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 5414
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités