Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 30 Mar 2021 11:12

Associations of essential and toxic metals/metalloids in whole blood with both disease severity and mortality in patients with COVID‐19
Hao‐Long Zeng Faseb J 12 February 2021

The variations and dynamics of essential and toxic metal(loid)s in patients with COVID‐19 may associate with the progression and fatal outcome of the disease, which still remains to investigate. In the present study, a retrospective analysis was performed in a cohort of 306 confirmed COVID‐19 patients admitted to Tongji hospital (Wuhan, China) from February 10 to March 15, 2020. Whole blood levels of essential and/or toxic metal(loid)s were analyzed, including magnesium, calcium, chromium, manganese, iron, copper, zinc, arsenic, cadmium, mercury, thallium, and lead according to the disease severity and outcome.

Compared to the non‐severe COVID‐19 patients, severe cases showed significant higher levels of whole blood calcium, chromium, and copper, but lower levels of magnesium, manganese, iron, zinc, arsenic, thallium, and lead.

These differences were further found consistently across the clinical course since the disease onset by longitudinal analysis. Among the severe patients, chromium and cadmium were higher in the deceased group compared to the recovered group, while arsenic was lower. Whole blood iron, age, and sex were determined to be independent factors associated with the disease severity, while chromium, cadmium, and the comorbidity of cardiovascular disease were determined to be independent factors associated with the mortality.

These results suggest that variations of whole blood metal(loid)s may be associated with the severe illness and fatal outcome of COVID‐19, which could be persistently monitored and would be helpful in the evaluation of the dynamic changes in patients with COVID‐19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 30 Mar 2021 14:11

Traduction de l'étude :wink:

Associations de métaux / métalloïdes essentiels et toxiques dans le sang total avec à la fois la gravité de la maladie et la mortalité chez les patients atteints de COVID-19
Hao ‐ Long Zeng Faseb J 12 février 2021

Les variations et la dynamique des métaux essentiels et toxiques (loid) chez les patients atteints de COVID-19 peuvent s'associer à la progression et à l'issue fatale de la maladie, qui reste encore à étudier. Dans la présente étude, une analyse rétrospective a été réalisée dans une cohorte de 306 patients confirmés COVID-19 admis à l'hôpital de Tongji (Wuhan, Chine) du 10 février au 15 mars 2020. Teneur totale en métal essentiel et / ou toxique (loid ) ont été analysés, y compris le magnésium, le calcium, le chrome, le manganèse, le fer, le cuivre, le zinc, l'arsenic, le cadmium, le mercure, le thallium et le plomb selon la gravité et l'issue de la maladie.

Par rapport aux patients COVID-19 non sévères, les cas graves ont montré des niveaux significativement plus élevés de calcium, de chrome et de cuivre dans le sang total, mais des niveaux inférieurs de magnésium, de manganèse, de fer, de zinc, d'arsenic, de thallium et de plomb.

Ces différences ont été constatées de manière cohérente tout au long de l'évolution clinique depuis le début de la maladie par analyse longitudinale. Parmi les patients sévères, le chrome et le cadmium étaient plus élevés dans le groupe décédé que dans le groupe récupéré, tandis que l'arsenic était plus faible. Le fer dans le sang total, l'âge et le sexe ont été déterminés comme étant des facteurs indépendants associés à la gravité de la maladie, tandis que le chrome, le cadmium et la comorbidité des maladies cardiovasculaires étaient des facteurs indépendants associés à la mortalité.

Ces résultats suggèrent que les variations des métaux dans le sang total (loid) peuvent être associées à la maladie grave et à l'issue fatale du COVID-19, qui pourraient être surveillées en permanence et seraient utiles dans l'évaluation des changements dynamiques chez les patients atteints de COVID-19 .
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 21 Aoû 2021 12:51

Potential molecular mechanisms of zinc- and copper-mediated antiviral activity on COVID-19
Isha Rani Nutrition Research Volume 92, August 2021, Pages 109-128

Novel coronavirus disease 2019 (COVID-19) has spread across the globe; and surprisingly, no potentially protective or therapeutic antiviral molecules are available to treat severe acute respiratory syndrome coronavirus-2 (SARS-CoV-2) infection. However, zinc (Zn) and copper (Cu) have been shown to exert protective effects due to their antioxidant, anti-inflammatory, and antiviral properties. Therefore, it is hypothesized that supplementation with Zn and Cu alone or as an adjuvant may be beneficial with promising efficacy and a favorable safety profile to mitigate symptoms, as well as halt progression of the severe form of SARS-CoV-2 infection. The objective of this review is to discuss the proposed underlying molecular mechanisms and their implications for combating SARS-CoV-2 infection in response to Zn and Cu administration. Several clinical trials have also included the use of Zn as an adjuvant therapy with dietary regimens/antiviral drugs against COVID-19 infection.

Overall, this review summarizes that nutritional intervention with Zn and Cu may offer an alternative treatment strategy by eliciting their virucidal effects through several fundamental molecular cascades, such as, modulation of immune responses, redox signaling, autophagy, and obstruction of viral entry and genome replication during SARS-CoV-2 infection.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 21 Aoû 2021 12:53

Réponses immunomodulatrices du zinc au cours d'une infection virale.
Le Zn module à la fois les systèmes de réponse innés et adaptatifs en régulant les aspects fonctionnels des cellules immunitaires telles que les macrophages, les neutrophiles , les cellules NK , les cellules T et B, ce qui favorise l'établissement d'antiviraux venant perturber l'infection virale.

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 21 Aoû 2021 13:05

Les mécanismes moléculaires sous-jacents de défense contre l'infection par le SRAS-CoV-2 par le Zn dans l'épithélium respiratoire

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 21 Aoû 2021 13:11

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 21 Aoû 2021 13:15

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 22 Aoû 2021 17:19

Traduction de l'étude :wink:

Mécanismes moléculaires potentiels de l'activité antivirale médiée par le zinc et le cuivre sur COVID-19
Isha Rani Nutrition Research Volume 92, août 2021, pages 109-128

La nouvelle maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) s'est propagée à travers le monde ; et étonnamment, aucune molécule antivirale potentiellement protectrice ou thérapeutique n'est disponible pour traiter l'infection par le coronavirus-2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). Cependant, il a été démontré que le zinc (Zn) et le cuivre (Cu) exercent des effets protecteurs en raison de leurs propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et antivirales. Par conséquent, il est supposé qu'une supplémentation en Zn et Cu seuls ou en tant qu'adjuvant peut être bénéfique avec une efficacité prometteuse et un profil de sécurité favorable pour atténuer les symptômes, ainsi que pour arrêter la progression de la forme sévère de l'infection par le SRAS-CoV-2. L'objectif de cette revue est de discuter des mécanismes moléculaires sous-jacents proposés et de leurs implications pour lutter contre l'infection par le SRAS-CoV-2 en réponse à l'administration de Zn et de Cu. Plusieurs essais cliniques ont également inclus l'utilisation de Zn comme traitement adjuvant avec des régimes alimentaires/médicaments antiviraux contre l'infection par COVID-19.

Dans l'ensemble, cette revue résume que l'intervention nutritionnelle avec Zn et Cu peut offrir une stratégie de traitement alternative en provoquant leurs effets virucides à travers plusieurs cascades moléculaires fondamentales, telles que la modulation des réponses immunitaires, la signalisation redox, l'autophagie et l'obstruction de l'entrée virale et de la réplication du génome. pendant l'infection par le SRAS-CoV-2.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 29 Aoû 2021 07:06

Magnesium treatment on methylation changes of transmembrane serine protease 2 (TMPRSS2)
Lei Fan Nutrition Volume 89, September 2021, 111340

Highlights
• TMPRSS2 is essential for SARS-CoV-2 entry and prostate cancer progression.
• Higher expression of TMPRSS2 relates to higher viral loads and worse outcomes.
• TMPRSS2 affects COVID-19 severity by regulating the coagulation cascade.
• Magnesium treatment increased 5-methylcytosine DNA methylation at cg16371860 in TMPRSS2.
• Magnesium treatment decreased 5-hydroxymethylcytosine modification at cg26337277 in TMPRSS2.

Objectives
The viral entry of SARS-CoV-2 requires host-expressed TMPRSS2 to facilitate the viral spike protein priming. This study aims to test the hypothesis that magnesium (Mg) treatment leads to DNA methylation changes in TMPRSS2.

Methods
This study is nested within the Personalized Prevention of Colorectal Cancer Trial, a double-blind 2 × 2 factorial randomized controlled trial, which enrolled 250 participants from Vanderbilt University Medical Center.

Results
We found that 12 wk of personalized Mg treatment significantly increased 5-methylcytosine methylation at cg16371860 (TSS1500, promoter) by 7.2% compared to the placebo arm (decreased by 0.1%) in those ages < 65 y. The difference remained statistically significant after adjusting for age, sex, and baseline methylation as well as correction for false discovery rate (adjusted P = 0.014). Additionally, Mg treatment significantly reduced 5-hydroxymethylcytosine levels at cg26337277 (close proximity to TSS200 and the 5′ untranslated region, promoter) by 2.3% compared to an increase of 7.1% in the placebo arm after adjusting for covariates in those ages < 65 y (P = 0.003). The effect remained significant at a false discovery rate of 0.10 (adjusted P = 0.088).

Conclusions
Among individuals ages < 65 y with calcium-to-magnesium intake ratios equal to or over 2.6, reducing the ratio to around 2.3 increased 5-methylcytosine modifications (i.e., cg16371860) and reduced 5-hydroxymethylcytosine modifications (i.e., cg26337277) in the TMPRSS2 gene. These findings, if confirmed, provide another mechanism for the role of Mg intervention in the prevention of COVID-19 and treatment of early and mild disease by modifying the phenotype of the TMPRSS2 genotype.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 30 Aoû 2021 18:06

Traduction de l'étude :wink:

Traitement au magnésium sur les changements de méthylation de la sérine protéase transmembranaire 2 (TMPRSS2)
Lei Fan Nutrition Volume 89, septembre 2021, 111340

Points forts
• TMPRSS2 est essentiel pour l'entrée du SRAS-CoV-2 et la progression du cancer de la prostate.
• Une expression plus élevée de TMPRSS2 est liée à des charges virales plus élevées et à de moins bons résultats.
• TMPRSS2 affecte la gravité du COVID-19 en régulant la cascade de la coagulation.
• Le traitement au magnésium a augmenté la méthylation de l'ADN de la 5-méthylcytosine à cg16371860 dans TMPRSS2.
• Le traitement au magnésium a diminué la modification de la 5-hydroxyméthylcytosine à cg26337277 dans TMPRSS2.

Objectifs
L'entrée virale du SRAS-CoV-2 nécessite TMPRSS2 exprimé par l'hôte pour faciliter l'amorçage de la protéine de pointe virale. Cette étude vise à tester l'hypothèse selon laquelle le traitement au magnésium (Mg) entraîne des modifications de la méthylation de l'ADN dans TMPRSS2.

Méthodes
Cette étude fait partie de l'essai personnalisé sur la prévention du cancer colorectal, un essai contrôlé randomisé factoriel en double aveugle 2 × 2, qui a recruté 250 participants du Vanderbilt University Medical Center.

Résultats
Nous avons constaté que 12 semaines de traitement personnalisé au Mg augmentaient significativement la méthylation de la 5-méthylcytosine à cg16371860 (TSS1500, promoteur) de 7,2 % par rapport au bras placebo (diminution de 0,1 %) chez les moins de 65 ans. La différence est restée statistiquement significative après ajustement pour l'âge, le sexe et la méthylation de base ainsi que la correction pour le taux de fausses découvertes (P ajusté = 0,014). De plus, le traitement au Mg a significativement réduit les taux de 5-hydroxyméthylcytosine à cg26337277 (à proximité immédiate de TSS200 et de la région non traduite 5′, promoteur) de 2,3 % par rapport à une augmentation de 7,1 % dans le bras placebo après ajustement pour les covariables chez les âges < 65 ans (P = 0,003). L'effet est resté significatif à un taux de fausses découvertes de 0,10 (P ajusté = 0,088).

Conclusion
Chez les individus âgés de moins de 65 ans avec des ratios d'apport calcium/magnésium égaux ou supérieurs à 2,6, réduisant le ratio à environ 2,3 modifications accrues de la 5-méthylcytosine (c.-à-d. cg16371860) et modifications réduites de la 5-hydroxyméthylcytosine (c. gène. Ces résultats, s'ils sont confirmés, fournissent un autre mécanisme pour le rôle de l'intervention de Mg dans la prévention du COVID-19 et le traitement de la maladie précoce et bénigne en modifiant le phénotype du génotype TMPRSS2
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 1 Sep 2021 09:01

Serum zinc and copper in patients with COVID-19 and zinc supplementation in parenteral nutrition
Francisco Arrieta Nutrition 31 August 2021, 111467


HIGHLIGHTS
• Zinc and copper are important to protect cells from oxidative stress and to enhance immunity.
• We studied serum zinc and copper concentrations in thirty-five COVID-19 patients in need for parenteral nutrition.
• Serum zinc concentrations during parenteral nutrition were inversely associated with length of hospital stay but not with mortality.
• Serum copper concentrations were lower in patients in critical condition but not associated with prognosis.


Objective: Zinc and copper are important to protect cells from oxidative stress and to enhance immunity. An association between low zinc levels and the severity of acute respiratory distress syndrome has been shown for patients with COVID-19. We aimed to study serum zinc and copper concentrations in severe COVID-19 patients and its supplementation in parenteral nutrition (PN).

Methods: Thirty-five COVID-19 patients in need for PN were studied in a retrospective design. Serum samples were collected at three time points: at the start of PN, between three and seven days after, and at the end of PN.

Results: Patients were on PN for a mean of 14 days, with a mean daily supplemental zinc of 14.8±3.7 mg/day. Serum zinc increased during PN administration from 98.8±22.8 to 114.1±23.3 µg/dL (Wilk´s λ=0.751, F=5.459, P=0.009). Conversely, serum copper did not vary from baseline (107.9±34.2 µg/dL) to the end of the study (104.5±37.4 µg/dL, Wilk´s λ=0.919, F=1.453, P=0.248). Serum zinc within the first week after starting PN and at the end of PN inversely correlated with total hospital stay (r=-0.413, P=0.014 and r=-0.386, P=0.022, respectively). Patients in critical condition presented lower serum copper (z=2.615, P=0.007). Mortality was not associated with supplemental zinc or with serum zinc or copper concentrations at any time of the study (P>0.1 for all analyses).

Conclusions: Serum zinc concentrations during PN support were inversely associated with length of hospital stay but not with mortality. Serum copper concentrations were lower in patients in critical condition but not associated with prognosis.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 1 Sep 2021 19:27

Traduction de l'étude :wink:

Zinc et cuivre sériques chez les patients atteints de COVID-19 et supplémentation en zinc en nutrition parentérale
Francisco Arrieta Nutrition 31 août 2021, 111467


POINTS FORTS
• Le zinc et le cuivre sont importants pour protéger les cellules du stress oxydatif et pour renforcer l'immunité.
• Nous avons étudié les concentrations sériques de zinc et de cuivre chez trente-cinq patients COVID-19 nécessitant une nutrition parentérale.
• Les concentrations sériques de zinc pendant la nutrition parentérale étaient inversement associées à la durée du séjour à l'hôpital mais pas à la mortalité.
• Les concentrations sériques de cuivre étaient plus faibles chez les patients dans un état critique mais n'étaient pas associées au pronostic
.

Objectif : Le zinc et le cuivre sont importants pour protéger les cellules du stress oxydatif et renforcer l'immunité. Une association entre de faibles niveaux de zinc et la gravité du syndrome de détresse respiratoire aiguë a été démontrée chez les patients atteints de COVID-19. Notre objectif était d'étudier les concentrations sériques de zinc et de cuivre chez les patients COVID-19 sévères et sa supplémentation en nutrition parentérale (NP).

Méthodes : Trente-cinq patients COVID-19 ayant besoin de NP ont été étudiés dans une conception rétrospective. Des échantillons de sérum ont été prélevés à trois moments : au début de la NP, entre trois et sept jours après et à la fin de la NP.

Résultats : Les patients étaient sous NP pendant 14 jours en moyenne, avec une supplémentation quotidienne moyenne en zinc de 14,8 ± 3,7 mg/jour. Le zinc sérique a augmenté pendant l'administration de la NP de 98,8 ± 22,8 à 114,1 ± 23,3 µg/dL ( de Wilk = 0,751, F = 5,459, P = 0,009). À l'inverse, le cuivre sérique n'a pas varié entre la valeur initiale (107,9 ± 34,2 µg/dL) et la fin de l'étude (104,5 ± 37,4 µg/dL, de Wilk = 0,919, F = 1,453, P = 0,248). Le zinc sérique au cours de la première semaine après le début de la NP et à la fin de la NP était inversement corrélé avec le séjour hospitalier total (r=-0,413, P=0,014 et r=-0,386, P=0,022, respectivement). Les patients dans un état critique présentaient un taux de cuivre sérique inférieur (z = 2,615, P = 0,007). La mortalité n'a été associée à aucun supplément de zinc ni aux concentrations sériques de zinc ou de cuivre à aucun moment de l'étude (P>0,1 pour toutes les analyses).

Conclusions : Les concentrations sériques de zinc pendant la prise en charge de la NP étaient inversement associées à la durée du séjour à l'hôpital mais pas à la mortalité. Les concentrations sériques de cuivre étaient plus faibles chez les patients dans un état critique mais n'étaient pas associées au pronostic.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 24 Sep 2021 22:01

Olfactory Disturbances as Presenting Manifestation Among Egyptian Patients with COVID-19: Possible Role of Zinc
Aida A. Abdelmaksoud Biological Trace Element Research volume 199, pages4101–4108 (2021)

COVID-19 is a severe acute respiratory syndrome caused by coronavirus 2 (SARS-CoV-2). Deficiency of zinc has been supposed to contribute to loss of smell and taste in COVID-19 patients. Our study aimed to assess the serum zinc levels among patients with COVID-19 of various severities, with and without olfaction dysfunction, and to evaluate the effect of zinc therapy in recovery of smell dysfunction among such patients. This study included 134 patients; real-time reverse transcription-polymerase chain reaction (rRT-PCR) proved SARS-CoV-2. Serum zinc levels were measured for all infected patients. One hundred and five patients were detected to have anosmia and/or hyposmia and were categorized randomly into 2 groups; the first group included 49 patients who received zinc therapy and the second group included 56 patients who did not received zinc.

All patients were followed up for the recovery duration of olfactory and gustatory symptoms and duration of complete recovery of COVID-19. Olfactory dysfunction was reported in 105 patients (78.4%). Serum zinc levels were not significantly different between the patient subgroups regarding disease severity or the presence or absence of olfactory and/or gustatory dysfunction (p ˃ 0.05). The median duration of recovery of gustatory and/or olfactory function was significantly shorter among patients who received zinc therapy than those who did not received zinc (p < 0.001), while the median duration of complete recovery from COVID-19 was not significantly different among the two groups (p ˃ 0.05).

Although the zinc status of COVID-19 patients did not exhibit a significant role in development of anosmia and/or hyposmia or disease severity, zinc therapy may have a significant role in shortening the duration of smell recovery in those patients without affecting the total recovery duration from COVID-19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Moins de magnésium et zinc dans les cas sévères de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 26 Sep 2021 08:54

Traduction de l'étude :wink:

Troubles olfactifs comme manifestation de présentation chez les patients égyptiens atteints de COVID-19 : rôle possible du zinc
Aida A. Abdelmaksoud Biological Trace Element Research volume 199, pages4101–4108 (2021)

Le COVID-19 est un syndrome respiratoire aigu sévère causé par le coronavirus 2 (SARS-CoV-2). La carence en zinc est censée contribuer à la perte de l'odorat et du goût chez les patients COVID-19. Notre étude visait à évaluer les niveaux de zinc sérique chez les patients atteints de COVID-19 de diverses sévérités, avec et sans dysfonctionnement olfactif, et à évaluer l'effet de la thérapie au zinc sur la récupération du dysfonctionnement olfactif chez ces patients. Cette étude a inclus 134 patients ; La réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse en temps réel (rRT-PCR) a prouvé le SARS-CoV-2. Les taux sériques de zinc ont été mesurés pour tous les patients infectés. Cent cinq patients ont été détectés comme ayant une anosmie et/ou une hyposmie et ont été classés au hasard en 2 groupes ; le premier groupe comprenait 49 patients ayant reçu un traitement au zinc et le deuxième groupe comprenait 56 patients n'ayant pas reçu de zinc.

Tous les patients ont été suivis pendant la durée de récupération des symptômes olfactifs et gustatifs et la durée de récupération complète du COVID-19. Un dysfonctionnement olfactif a été rapporté chez 105 patients (78,4%). Les taux sériques de zinc n'étaient pas significativement différents entre les sous-groupes de patients en ce qui concerne la gravité de la maladie ou la présence ou l'absence de dysfonctionnement olfactif et/ou gustatif (p 0,05). La durée médiane de récupération de la fonction gustative et/ou olfactive était significativement plus courte chez les patients qui ont reçu un traitement au zinc que ceux qui n'ont pas reçu de zinc (p < 0,001), tandis que la durée médiane de récupération complète de COVID-19 n'était pas significativement différente parmi les deux groupes (p 0,05).

Bien que le statut en zinc des patients COVID-19 n'ait pas joué un rôle significatif dans le développement de l'anosmie et/ou de l'hyposmie ou de la gravité de la maladie, la thérapie au zinc peut jouer un rôle significatif dans le raccourcissement de la durée de récupération de l'odorat chez ces patients sans affecter la durée totale de récupération de COVID-19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités