Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Ton gros bid multiplie par 2,4 le risque en cas de COVID

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Ton gros bid multiplie par 2,4 le risque en cas de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 23 Sep 2020 11:08

METABOLISM| VOLUME 111, 154319, OCTOBER 01, 2020
Visceral fat shows the strongest association with the need of intensive care in patients with COVID-19
Mikiko Watanabe

Highlights
• High BMI is a risk factor of COVID-19 severity especially among the young.
• BMI in an indirect marker of body fat excess.
• COVID-19 patients routine chest CT scan may be leveraged to directly quantify body fat.
• Visceral fat deposition is higher in COVID-19 patients accessing ICU.
• Visceral fat is associated with the need of intensive care (OR = 2.474).

Background
Obesity was recently identified as a major risk factor for worse COVID-19 severity, especially among the young. The reason why its impact seems to be less pronounced in the elderly may be due to the concomitant presence of other comorbidities. However, all reports only focus on BMI, an indirect marker of body fat.
Aim
To explore the impact on COVID-19 severity of abdominal fat as a marker of body composition easily collected in patients undergoing a chest CT scan.
Methods
Patients included in this retrospective study were consecutively enrolled among those admitted to an Emergency Department in Rome, Italy, who tested positive for SARS-Cov-2 and underwent a chest CT scan in March 2020. Data were extracted from electronic medical records.
Results
150 patients were included (64.7% male, mean age 64 ± 16 years). Visceral fat (VAT) was significantly higher in patients requiring intensive care (p = 0.032), together with age (p = 0.009), inflammation markers CRP and LDH (p < 0.0001, p = 0.003, respectively), and interstitial pneumonia severity as assessed by a Lung Severity Score (LSS) (p < 0.0001). Increasing age, lymphocytes, CRP, LDH, D-Dimer, LSS, total abdominal fat as well as VAT were found to have a significant univariate association with the need of intensive care. A multivariate analysis showed that LSS and VAT were independently associated with the need of intensive care (OR: 1.262; 95%CI: 1.0171–1.488; p = 0.005 and OR: 2.474; 95%CI: 1.017–6.019; p = 0.046, respectively).

Conclusions
VAT is a marker of worse clinical outcomes in patients with COVID-19. Given the exploratory nature of our study, further investigation is needed to confirm our findings and elucidate the mechanisms underlying such association.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 43688
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Ton gros bid multiplie par 2,4 le risque en cas de COVID

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 23 Sep 2020 17:40

Traduction de l'étude :wink:

METABOLISME | VOLUME 111, 154319, 01 OCTOBRE 2020
La graisse viscérale montre l'association la plus forte avec le besoin de soins intensifs chez les patients atteints de COVID-19
Mikiko Watanabe

Points forts
Un IMC élevé est un facteur de risque de gravité du COVID-19, en particulier chez les jeunes.
• IMC dans un marqueur indirect de l'excès de graisse corporelle.
• La tomodensitométrie thoracique de routine des patients COVID-19 peut être utilisée pour quantifier directement la graisse corporelle.
• Le dépôt de graisse viscérale est plus élevé chez les patients atteints de COVID-19 accédant à l'USI.
• La graisse viscérale est associée au besoin de soins intensifs (OR = 2,474).

Contexte
L'obésité a été récemment identifiée comme un facteur de risque majeur d'aggravation de la gravité du COVID-19, en particulier chez les jeunes. La raison pour laquelle son impact semble moins prononcé chez les personnes âgées peut être due à la présence concomitante d'autres comorbidités. Cependant, tous les rapports se concentrent uniquement sur l'IMC, un marqueur indirect de la graisse corporelle.
Objectif
Explorer l'impact sur la gravité COVID-19 de la graisse abdominale en tant que marqueur de la composition corporelle facilement collecté chez les patients subissant un scanner thoracique.
Méthodes
Les patients inclus dans cette étude rétrospective ont été inscrits consécutivement parmi ceux admis dans un service d'urgence à Rome, en Italie, qui ont été testés positifs pour le SRAS-Cov-2 et ont subi un scanner thoracique en mars 2020. Les données ont été extraites des dossiers médicaux électroniques.
Résultats
150 patients ont été inclus (64,7% d'hommes, âge moyen 64 ± 16 ans). La graisse viscérale (VAT) était significativement plus élevée chez les patients nécessitant des soins intensifs (p = 0,032), ainsi que l'âge (p = 0,009), les marqueurs d'inflammation CRP et LDH (p <0,0001, p = 0,003, respectivement) et la gravité de la pneumonie interstitielle comme évalué par un score de gravité pulmonaire (LSS) (p <0,0001). L'augmentation de l'âge, les lymphocytes, la CRP, la LDH, le D-dimère, le LSS, la graisse abdominale totale ainsi que la TVA se sont avérés avoir une association univariée significative avec le besoin de soins intensifs. Une analyse multivariée a montré que le LSS et la TVA étaient indépendamment associés au besoin de soins intensifs (OR: 1,262; IC à 95%: 1,0171–1,488; p = 0,005 et OR: 2,474; IC à 95%: 1,017–6,019; p = 0,046, respectivement).

Conclusions
La TVA est un marqueur des pires résultats cliniques chez les patients atteints de COVID-19. Compte tenu de la nature exploratoire de notre étude, une enquête plus approfondie est nécessaire pour confirmer nos résultats et élucider les mécanismes sous-jacents à une telle association.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 5603
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 14 invités