Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Actions santé de l'iode ?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 1 Juin 2023 16:01

Traduction de l'étude :wink:

Revue systématique et méta-analyse de la nutrition iodée dans les régimes végétaliens et végétariens modernes
British Journal of Nutrition 13 mars 2023 Elizabeth Rose Eveleigh

Les régimes végétaliens et végétariens sont largement soutenus et adoptés, mais les personnes qui suivent de tels régimes restent plus à risque de carence en iode. Cette revue systématique et cette méta-analyse ont été menées pour évaluer l'apport et le statut en iode chez les adultes suivant un régime végétalien ou végétarien de nos jours. Un examen systématique et une évaluation de la qualité ont été menés d'octobre 2020 à décembre 2022 conformément aux directives Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses (PRISMA) et Meta-analysis of Observational Studies in Epidemiology (MOOSE). Des études ont été identifiées dans Ovid MEDLINE, Web of Science, PubMed et Scopus. Onze articles étaient éligibles pour la revue contenant 4421 adultes (âgés de ≥ 18 ans).

Les groupes végétaliens avaient la plus faible concentration médiane d'iode urinaire (mUIC) (12·2/l). Aucun des groupes alimentaires n'avait de mUIC dans la plage optimale pour le statut en iode (100–200 µg/l) (OMS). Les régimes végétaliens avaient le plus faible apport en iode (17,3 µg/j) et étaient fortement associés à un apport en iode plus faible (P = < 0,001) par rapport aux régimes omnivores.

L'apport plus faible dans les régimes végétaliens était influencé par le sexe (P = 0·007), la présence volontaire ou l'absence de programmes d'iodation universelle du sel (USI) (P = 0·01 & P = < 0·001) et le fait de vivre dans un pays avec une alimentation adéquate en iod
e (P = < 0·001). Les végétariens et en particulier les végétaliens vivant dans des pays sans programme USI actuel continuent d'avoir un risque accru de faible statut en iode, de carence en iode et d'apport insuffisant en iode. Des recherches supplémentaires sur l'utilité de l'enrichissement obligatoire des aliments végétaliens appropriés sont nécessaires.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 24 Juin 2023 08:33

Editorial: Dietary supplements for preserving thyroid health: the scientific evidence-based view
Vittorio Unfer Front. Endocrinol., 13 June 2023

Thyroid disorders (TD) encompass a diverse array of diseases affecting thyroid anatomy or function, representing a global health problem. Among TD, hypothyroidism affects approximately 5% of the global population, and the percentage is increasing in recent years as the global population ages (1). Significant success was observed in the management of TD with the worldwide iodization of salt in the late 20th century, opening the door for a positive evaluation of dietary supplements to preserve thyroid health. Recognizing a need, the Research Topic ‘Dietary supplements for preserving thyroid health: the scientific evidence-based view’ invited contributors, totaling eight articles, highlighting recent developments on the role that dietary supplements, or nutraceuticals, play in TD.

To begin, a comprehensive review of the effects of trace elements in the thyroid is provided by Zhou et al.. In total, the authors cover 13 trace elements, compiling evidence on how thyroid volume, function, autoimmune thyroiditis, and thyroid carcinoma may be affected by high or low intake of those elements. The role of iodine and iron in modulating thyroid metabolism is discussed at length with iron deficiency causing a reduction of T3 and T4 levels, a reduction in peripheral T4-T3 conversion, and an overall increase in TSH levels. In addition, the authors speculate that prevention of trace element deficiency might not only have a positive effect on TD but also on the uptake of other trace elements.

Iodine levels in pregnant women are of particular interest as pregnancy is associated with an increase in TD (2). The major source of iodine worldwide is iodized salt (IS), therefore carefully balancing salt and iodine levels is of vital importance to preserve physiology in pregnancy. Sun et al. discuss the relationship between iodine sources and nutrition of pregnant women and adults, across four Chinese provinces. The authors observe that while iodine consumption in all four provinces was largely adequate, iodine consumption in the pregnant cohort was less than the recommended iodine intake (RNI) of 230 µg/day.

Continuing the theme of iodine supplementation, Gfeller et al. investigated the iodine contents in prenatal and adult multivitamins most commonly available in Switzerland. The authors report that, despite the importance of iodine supplementation during pregnancy and breastfeeding, only 14/23 (60.9%) of products indicated for women who were planning pregnancy, pregnant, or breastfeeding, contained iodine levels of ≥150 µg, with general use multivitamins performing worse. Taken together this suggests a need for greater levels of iodine in dietary supplements. Leung et al. (3) found that many supplements are mislabeled, not containing the iodine content that is stated on the label.

The next two articles focus on the use of myo-Inositol (myo-Ins) in TD, which gained much attention in recent years due to its endocrinological function in modulating insulin, FSH, and importantly TSH activity (4, 5). Paparo et al. discuss the use of myo-Ins in autoimmune thyroiditis reporting that myo-Ins administration, combined with selenium induces immuno-modulatory effects by reducing levels of thyroid antibodies, pro-inflammatory chemokines, and oxidative stress. Furthermore, a deficiency in myo-Ins was associated with increased cancer risk, while myo-Ins and selenium supplementation reduced thyroid nodule size, number, and elasticity (6).

The Research Topic then shifts the scope to focus on myo-Ins in combination with selenium in women with subclinical hypothyroidism. Payer et al. conducted a multicenter study in Slovakian women of reproductive age, where treatment of myo-Ins (600 mg) with selenium (63 mg) over 6 months resulted in a significant reduction of TSH levels, cholesterol, and the index of autoimmunity in a subset of the trial. Further significant improvements were seen in the regulation of the menstrual cycle in addition to the patient’s perception of symptoms. Interestingly, significant improvements in the parameters evaluated in the trial were observed already after 3 months of treatment.

Iodine uptake is thought to be affected by other nutrients, such as various vitamins, thus establishing an association between these and TD. Therefore, Capriello et al. present a minireview discussing the link between TD and vitamin A deficiency, reporting that vitamin A deficiency correlates with a reduction of iodine uptake and impaired iodothyronine coupling in the thyroid. In addition, several peripheral effects were observed, such as a strong reduction of hepatic T4 to T3 conversion. The research paper concludes by highlighting the potential use of vitamin A derivatives in thyroid cancer, as success has been reported in human thyroid cancer cell lines, with treatment increasing iodine uptake and sodium-iodine symporter activity (7, 8).

Continuing the theme of vitamin deficiency, Benites-Zapata et al. conducted a meta-analysis that included 64 different studies to investigate vitamin B12 levels in relation to TD. The authors describe an overall reduction of B12 levels in patients with hypothyroidism, with 25% of patients exhibiting B12 deficiency, while no significant level of B12 deficiency was observed between healthy subjects or those with hyperthyroidism. Those findings confirm the data from prior reviews, which stated 10-45% of patients with hypothyroidism exhibited a B12 deficiency, with the meta-analysis offering a much larger sample size with less variance and a higher degree of reliability.

In addition to dietary factors, other lifestyle choices such as exercise or smoking status are known to influence TD, therefore this Research Topic concludes with a retrospective cross-sectional study of thyroid nodules and their causes in Chinese adult women. Dong et al. report that risk factors across the sampled population include advanced age (50+) and manual labor, while protective factors include dietary diversity and normal triglyceride levels, suggesting a need for greater variation in the diet for the most at-risk groups.

The findings discussed in this Research Topic demonstrate the great potential of dietary supplements for TD. While iodine and selenium consumption remain central to treating and preventing TD, it is clear that other nutraceuticals such as myo-Ins, vitamin A, and vitamin B12, in addition to other trace elements have a role to play. It is also evident from the research that as an understanding of new supplement opportunities increases so must our knowledge of the target populations, to properly identify the at-risk groups for TD (9, 10). We, therefore, believe that these studies offer important contributions paving the way for further studies to counteract the challenging pathologies of the thyroid gland.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 24 Juin 2023 19:18

Traduction de l'étude :wink:

Éditorial : Compléments alimentaires pour préserver la santé de la thyroïde : le point de vue scientifique fondé sur des preuves
Avant Vittorio Unfer. Endocrinol., 13 juin 2023

Les troubles thyroïdiens (TD) englobent un large éventail de maladies affectant l'anatomie ou la fonction thyroïdienne, représentant un problème de santé mondial. Parmi les TD, l'hypothyroïdie touche environ 5 % de la population mondiale, et ce pourcentage augmente ces dernières années à mesure que la population mondiale vieillit (1). Un succès significatif a été observé dans la prise en charge de la TD avec l'iodation mondiale du sel à la fin du 20ème siècle, ouvrant la porte à une évaluation positive des compléments alimentaires pour préserver la santé thyroïdienne. Reconnaissant un besoin, le sujet de recherche « Compléments alimentaires pour préserver la santé de la thyroïde : le point de vue scientifique fondé sur des preuves » a invité des contributeurs, totalisant huit articles, mettant en évidence les développements récents sur le rôle que les compléments alimentaires, ou nutraceutiques, jouent dans la TD.

Pour commencer, une revue complète des effets des oligo-éléments dans la thyroïde est fournie par Zhou et al. affectée par un apport élevé ou faible de ces éléments. Le rôle de l'iode et du fer dans la modulation du métabolisme thyroïdien est longuement discuté, la carence en fer entraînant une réduction des taux de T3 et de T4, une réduction de la conversion périphérique T4-T3 et une augmentation globale des taux de TSH. De plus, les auteurs supposent que la prévention d'une carence en oligo-éléments pourrait non seulement avoir un effet positif sur la TD mais aussi sur l'absorption d'autres oligo-éléments.

Les niveaux d'iode chez les femmes enceintes sont particulièrement intéressants car la grossesse est associée à une augmentation de la DT (2). La principale source d'iode dans le monde est le sel iodé (IS), donc équilibrer soigneusement les niveaux de sel et d'iode est d'une importance vitale pour préserver la physiologie pendant la grossesse. Soleil et al. discuter de la relation entre les sources d'iode et la nutrition des femmes enceintes et des adultes, dans quatre provinces chinoises. Les auteurs observent que si la consommation d'iode dans les quatre provinces était largement adéquate, la consommation d'iode dans la cohorte des femmes enceintes était inférieure à l'apport en iode recommandé (RNI) de 230 µg/jour.

Reprenant le thème de la supplémentation en iode, Gfeller et al. ont étudié la teneur en iode des multivitamines prénatales et adultes les plus couramment disponibles en Suisse. Les auteurs rapportent que, malgré l'importance de la supplémentation en iode pendant la grossesse et l'allaitement, seuls 14/23 (60,9%) des produits indiqués pour les femmes qui planifient une grossesse, sont enceintes ou allaitent, contiennent des niveaux d'iode ≥150 µg, avec un usage général multivitamines moins performantes. Pris ensemble, cela suggère un besoin de niveaux plus élevés d'iode dans les compléments alimentaires. Leung et al. (3) ont constaté que de nombreux suppléments sont mal étiquetés, ne contenant pas la teneur en iode indiquée sur l'étiquette.

Les deux articles suivants portent sur l'utilisation du myo-inositol (myo-Ins) dans la TD, qui a suscité beaucoup d'attention ces dernières années en raison de sa fonction endocrinologique dans la modulation de l'insuline, de la FSH et, surtout, de l'activité de la TSH (4, 5). Paparo et al. discutent de l'utilisation de myo-Ins dans la thyroïdite auto-immune en rapportant que l'administration de myo-Ins, associée au sélénium, induit des effets immunomodulateurs en réduisant les niveaux d'anticorps thyroïdiens, de chimiokines pro-inflammatoires et de stress oxydatif. De plus, une carence en myo-Ins était associée à un risque accru de cancer, tandis que la supplémentation en myo-Ins et en sélénium réduisait la taille, le nombre et l'élasticité des nodules thyroïdiens (6).

Le sujet de recherche déplace ensuite la portée pour se concentrer sur les myo-Ins en combinaison avec le sélénium chez les femmes atteintes d'hypothyroïdie subclinique. Payeur et al. ont mené une étude multicentrique chez des femmes slovaques en âge de procréer, où le traitement de myo-Ins (600 mg) avec du sélénium (63 mg) pendant 6 mois a entraîné une réduction significative des taux de TSH, de cholestérol et de l'indice d'auto-immunité dans un sous-ensemble de le procès. D'autres améliorations significatives ont été observées dans la régulation du cycle menstruel en plus de la perception des symptômes par la patiente. Fait intéressant, des améliorations significatives des paramètres évalués dans l'essai ont été observées déjà après 3 mois de traitement.

On pense que l'absorption d'iode est affectée par d'autres nutriments, tels que diverses vitamines, établissant ainsi une association entre ceux-ci et la TD. Par conséquent, Capriello et al. présentent une mini-revue discutant du lien entre la TD et la carence en vitamine A, signalant que la carence en vitamine A est corrélée à une réduction de l'absorption d'iode et à une altération du couplage de l'iodothyronine dans la thyroïde. De plus, plusieurs effets périphériques ont été observés, comme une forte réduction de la conversion hépatique de T4 en T3. Le document de recherche conclut en soulignant l'utilisation potentielle des dérivés de la vitamine A dans le cancer de la thyroïde, car des succès ont été signalés dans des lignées cellulaires humaines de cancer de la thyroïde, le traitement augmentant l'absorption d'iode et activité symporteur sodium-iode (7, 8).

Reprenant le thème de la carence en vitamines, Benites-Zapata et al. ont mené une méta-analyse qui comprenait 64 études différentes pour étudier les niveaux de vitamine B12 par rapport à la TD. Les auteurs décrivent une réduction globale des niveaux de B12 chez les patients souffrant d'hypothyroïdie, avec 25 % des patients présentant une carence en B12, alors qu'aucun niveau significatif de carence en B12 n'a été observé entre les sujets sains ou ceux souffrant d'hyperthyroïdie. Ces résultats confirment les données des revues précédentes, qui indiquaient que 10 à 45 % des patients souffrant d'hypothyroïdie présentaient une carence en vitamine B12, la méta-analyse offrant une taille d'échantillon beaucoup plus grande avec moins de variance et un degré de fiabilité plus élevé.

En plus des facteurs alimentaires, d'autres choix de mode de vie tels que l'exercice ou le statut tabagique sont connus pour influencer la TD, c'est pourquoi ce sujet de recherche se termine par une étude transversale rétrospective des nodules thyroïdiens et de leurs causes chez les femmes adultes chinoises. Dong et al. rapportent que les facteurs de risque dans la population échantillonnée comprennent l'âge avancé (50 ans et plus) et le travail manuel, tandis que les facteurs de protection comprennent la diversité alimentaire et les niveaux normaux de triglycérides, ce qui suggère la nécessité d'une plus grande variation du régime alimentaire pour les groupes les plus à risque.

Les résultats discutés dans ce sujet de recherche démontrent le grand potentiel des compléments alimentaires pour la TD. Alors que la consommation d'iode et de sélénium reste essentielle pour traiter et prévenir la TD, il est clair que d'autres nutraceutiques tels que les myo-Ins, la vitamine A et la vitamine B12, en plus d'autres oligo-éléments ont un rôle à jouer. Il ressort également de la recherche qu'au fur et à mesure que la compréhension des nouvelles opportunités de suppléments augmente, notre connaissance des populations cibles doit augmenter, afin d'identifier correctement les groupes à risque de TD (9, 10). Nous pensons donc que ces études offrent des contributions importantes ouvrant la voie à d'autres études pour contrer les pathologies difficiles de la glande thyroïde.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 12 Aoû 2023 12:39

Association between urinary iodine excretion, genetic disposition and fluid intelligence in children, adolescents and young adults: the DONALD study
Christina-Alexandra Schulz, European Journal of Nutrition volume 62, pages2375–2385 (2023)

Purpose
Iodine deficiency increases the risk of cognitive impairment and delayed physical development in children. It is also associated with cognitive impairment in adults. Cognitive abilities are among the most inheritable behavioural traits. However, little is known about the consequences of insufficient postnatal iodine intake and whether the individual genetic disposition modifies the association between iodine intake and fluid intelligence in children and young adults.

Methods
The cultural fair intelligence test was used to assess fluid intelligence in the participants of the DONALD study (n = 238; mean age, 16.5 [SD = 7.7] years). Urinary iodine excretion, a surrogate iodine intake marker, was measured in 24-h urine. Individual genetic disposition (n = 162) was assessed using a polygenic score, associated with general cognitive function. Linear regression analyses were conducted to determine whether Urinary iodine excretion was associated with fluid intelligence and whether this association was modified by individual genetic disposition.

Results
Urinary iodine excretion above the age-specific estimated average requirement was associated with a five-point higher fluid intelligence score than that below the estimated average requirement (P = 0.02). The polygenic score was positively associated with the fluid intelligence score (β = 2.3; P = 0.03). Participants with a higher polygenic score had a higher fluid intelligence score.

Conclusion
Urinary iodine excretion above the estimated average requirement in childhood and adolescence is beneficial for fluid intelligence. In adults, fluid intelligence was positively associated with a polygenic score for general cognitive function. No evidence showed that the individual genetic disposition modifies the association between Urinary iodine excretion and fluid intelligence.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 13 Aoû 2023 11:39

Traduction de l'étude :wink:

Association entre excrétion urinaire d'iode, prédisposition génétique et intelligence fluide chez l'enfant, l'adolescent et le jeune adulte : l'étude DONALD
Christina-Alexandra Schulz, Journal européen de la nutrition volume 62, pages2375–2385 (2023)

But
La carence en iode augmente le risque de troubles cognitifs et de retard de développement physique chez les enfants. Il est également associé à des troubles cognitifs chez les adultes. Les capacités cognitives font partie des traits de comportement les plus héréditaires. Cependant, on sait peu de choses sur les conséquences d'un apport postnatal insuffisant en iode et si la disposition génétique individuelle modifie l'association entre l'apport en iode et l'intelligence fluide chez les enfants et les jeunes adultes.

Méthodes
Le test d'intelligence équitable culturelle a été utilisé pour évaluer l'intelligence fluide chez les participants à l'étude DONALD (n = 238 ; âge moyen, 16,5 [ET = 7,7] ans). L'excrétion urinaire d'iode, un marqueur de substitution de l'apport en iode, a été mesurée dans les urines de 24 h. La disposition génétique individuelle (n = 162) a été évaluée à l'aide d'un score polygénique, associé à la fonction cognitive générale. Des analyses de régression linéaire ont été menées pour déterminer si l'excrétion urinaire d'iode était associée à l'intelligence fluide et si cette association était modifiée par la disposition génétique individuelle.

Résultats
L'excrétion urinaire d'iode au-dessus des besoins moyens estimés par âge était associée à un score d'intelligence hydrique supérieur de cinq points à celui inférieur aux besoins moyens estimés (P = 0,02). Le score polygénique était positivement associé au score d'intelligence fluide (β = 2,3 ; P = 0,03). Les participants avec un score polygénique plus élevé avaient un score d'intelligence fluide plus élevé.

Conclusion
L'excrétion urinaire d'iode supérieure aux besoins moyens estimés pendant l'enfance et l'adolescence est bénéfique pour l'intelligence fluide. Chez les adultes, l'intelligence fluide était positivement associée à un score polygénique pour la fonction cognitive générale. Aucune preuve n'a montré que la disposition génétique individuelle modifie l'association entre l'excrétion urinaire d'iode et l'intelligence fluide.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 20 Sep 2023 12:26

Effect of Iodine Nutrition Status on Thyroid Function and Pregnancy Outcomes
Hongying Zha, Biological Trace Element Research volume 201, pages5143–5151 (2023)

Iodine is essential for normal thyroid function, supporting healthy fetal and child development. The relevance between maternal iodine nutrition status and pregnancy outcomes remains controversial. The aim was to explore whether urinary iodine concentrations (UIC)/urinary creatinine (UCr) was associated with thyroid function and adverse pregnancy outcomes. This study was performed in the Department of Endocrinology and Metabolism of the First Affiliated Hospital of Nanjing Medical University. A total of 212 pregnant women were enrolled from May 2018 to November 2021, from the first visit until postpartum. Maternal serum samples were obtained in the second half of pregnancy, and then thyroid-stimulating hormone (TSH), free thyroxine (FT4), free triiodothyronine (FT3), UIC, and UCr were tested. The correlation of UIC/UCr, which represented maternal iodine nutrition status, with TSH, FT4, and FT3 was studied using linear regression. And we assessed associations between UIC/UCr and pregnancy outcomes. Notably, we explored consistency between UIC/UCr and the incidence of low birth weight (LBW) by application of logistic regression analysis. A total of 212 women were divided into 3 groups according to the upper and lower quartiles of UIC/UCr. There were 53 women in group 1 (UIC/UCr < 106.96 ug/g), 106 women in group 2 (UIC/UCr 106.96–259.08 ug/g), and 53 women in group 3 (UIC/UCr > 259.08 ug/g). The level of UIC/UCr had a negative correlation with FT4 (r =  − 0.139, p = 0.043) but a positive correlation with TSH (r = 0.096, p = 0.162 > 0.05). There was a significant difference in the incidence of LBW among the 3 groups (p = 0.007). Logistic regression analysis found that the level of UIC/UCr was an independent factor for LBW (p = 0.048, OR = 0.991, 95%CI (0.982, 0.999)). The receiver operating characteristic (ROC) curve showed that the area under the curve (AUC) for UIC/UCr predicting the incidence of low birth weight was 0.687 (p = 0.013, 95%CI 0.575, 0.799). Lower UIC/UCr during pregnancy was associated with higher FT4 and lower TSH. And iodine deficiency during pregnancy is a risk factor for low birth weight.

Our findings indicated that more attention should be paid to the appropriate iodine nutrition status in pregnant women, which can help prevent suffering from adverse pregnancy outcomes.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 20 Sep 2023 13:23

Traduction de l'étude :wink:

Effet de l'état nutritionnel iodé sur la fonction thyroïdienne et l'issue de la grossesse
Hongying Zha, Recherche sur les éléments traces biologiques volume 201, pages 5143-5151 (2023)

L'iode est essentiel au fonctionnement normal de la thyroïde et favorise le développement sain du fœtus et de l'enfant. La pertinence entre l’état nutritionnel iodé de la mère et l’issue de la grossesse reste controversée. L'objectif était d'explorer si les concentrations urinaires d'iode (UIC)/créatinine urinaire (UCr) étaient associées à la fonction thyroïdienne et aux issues défavorables de la grossesse. Cette étude a été réalisée dans le département d'endocrinologie et de métabolisme du premier hôpital affilié de l'université médicale de Nanjing. Au total, 212 femmes enceintes ont été inscrites entre mai 2018 et novembre 2021, de la première visite jusqu'au post-partum. Des échantillons de sérum maternel ont été obtenus au cours de la seconde moitié de la grossesse, puis la thyréostimuline (TSH), la thyroxine libre (FT4), la triiodothyronine libre (FT3), l'UIC et l'UCr ont été testées. La corrélation entre UIC/UCr, qui représentait l’état nutritionnel maternel en iode, avec TSH, FT4 et FT3 a été étudiée par régression linéaire. Et nous avons évalué les associations entre l'UIC/UCr et l'issue de la grossesse. Nous avons notamment exploré la cohérence entre l'UIC/UCr et l'incidence de l'insuffisance pondérale à la naissance (LBW) en appliquant une analyse de régression logistique. Au total, 212 femmes ont été réparties en 3 groupes selon les quartiles supérieur et inférieur de l'UIC/UCr. Il y avait 53 femmes dans le groupe 1 (UIC/UCr < 106,96 ug/g), 106 femmes dans le groupe 2 (UIC/UCr 106,96–259,08 ug/g) et 53 femmes dans le groupe 3 (UIC/UCr > 259,08 ug/g). ). Le niveau d'UIC/UCr avait une corrélation négative avec FT4 (r =  − 0,139, p = 0,043) mais une corrélation positive avec TSH (r = 0,096, p = 0,162 > 0,05). Il y avait une différence significative dans l'incidence du faible poids de naissance entre les 3 groupes (p = 0,007). L'analyse de régression logistique a révélé que le niveau d'UIC/UCr était un facteur indépendant pour le faible poids de naissance (p = 0,048, OR = 0,991, IC à 95 % (0,982, 0,999)). La courbe des caractéristiques de fonctionnement du récepteur (ROC) a montré que l'aire sous la courbe (AUC) pour l'UIC/UCr prédisant l'incidence d'un faible poids à la naissance était de 0,687 (p = 0,013, IC à 95 % 0,575, 0,799). Une UIC/UCr plus faible pendant la grossesse était associée à une FT4 plus élevée et à une TSH plus faible. Et la carence en iode pendant la grossesse est un facteur de risque d’insuffisance pondérale à la naissance.

Nos résultats ont indiqué qu'une plus grande attention devrait être accordée au statut nutritionnel en iode approprié chez les femmes enceintes, ce qui peut aider à prévenir les conséquences néfastes de la grossesse.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 15 Oct 2023 09:59

Iodized Salt May Not Be Sufficient to Guarantee an Adequate Iodine Intake in Pregnant Women
by Vincenzo Spina Nutrients 2023, 15(19), 4182;

Adequate iodine intake is of crucial importance in pregnancy to meet the thyroid hormone needs of both mother and fetus. In the present study, undertaken as a part of the surveillance actions following the introduction in Italy of a national salt iodination program in 2005, the iodine intake was investigated in 123 pregnant women and 49 control women living in the same area of central Italy. All the participants were screened for urinary iodine concentration (UIC), serum level of thyrotropin, free-thyroxine, free-triiodothyronine, and thyroid volume. Moreover, they were provided with a questionnaire on the use of iodine-containing salt or supplements. Control women had a median UIC of 102 µg/L, consistent with an iodine sufficiency, while in pregnant women the median UIC value was 108 µg/L, lower than the endorsed UIC of 150 µg/L. In addition, pregnant women showed a significantly increased median thyroid volume compared to controls. Interestingly, the median UIC did not differ between pregnant women not using iodine-containing salt or supplements and those regularly consuming iodized salt alone, while pregnant women with a daily intake of iodine-containing supplements had an adequate median UIC (168 µg/L).

In conclusion, the data reported here showed that pregnant women and their fetuses are still exposed to the detrimental effects of iodine deficiency and that the consumption of iodine-containing supplements should be recommended in pregnancy.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 15 Oct 2023 12:40

Traduction de l'étude :wink:

Le sel iodé peut ne pas être suffisant pour garantir un apport adéquat en iode chez les femmes enceintes
par Vincenzo Spina Nutrients 2023, 15(19), 4182 ;

Un apport adéquat en iode est d'une importance cruciale pendant la grossesse pour répondre aux besoins en hormones thyroïdiennes de la mère et du fœtus. Dans la présente étude, entreprise dans le cadre des actions de surveillance suite à l'introduction en Italie d'un programme national d'iodation du sel en 2005, l'apport en iode a été étudié chez 123 femmes enceintes et 49 femmes témoins vivant dans la même région du centre de l'Italie. Tous les participants ont été examinés pour la concentration urinaire d'iode (UIC), le taux sérique de thyrotropine, de thyroxine libre, de triiodothyronine libre et le volume thyroïdien. De plus, ils ont reçu un questionnaire sur l’utilisation de sels ou de suppléments contenant de l’iode. Les femmes témoins avaient une UIC médiane de 102 µg/L, ce qui correspond à une suffisance en iode, tandis que chez les femmes enceintes, la valeur médiane de l'UIC était de 108 µg/L, inférieure à l'UIC approuvée de 150 µg/L. De plus, les femmes enceintes ont présenté un volume médian de thyroïde significativement augmenté par rapport aux témoins. Il est intéressant de noter que l’UIC médiane ne différait pas entre les femmes enceintes n’utilisant pas de sel ou de suppléments contenant de l’iode et celles consommant régulièrement du sel iodé seul, tandis que les femmes enceintes prenant quotidiennement des suppléments contenant de l’iode avaient une UIC médiane adéquate (168 µg/L). .

En conclusion, les données rapportées ici ont montré que les femmes enceintes et leurs fœtus sont toujours exposés aux effets néfastes de la carence en iode et que la consommation de suppléments contenant de l'iode devrait être recommandée pendant la grossesse.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 3 Nov 2023 12:42

Effects of iodine supplementation on thyroid function parameter: Systematic review and meta-analysis
Aline Carare Candido Journal of Trace Elements in Medicine and Biology Volume 80, December 2023, 127275

Background
Supplementation is an alternative with potential benefits for the prevention of iodine deficiency in pregnancy.

Objective
To evaluate the effects of iodine supplementation on maternal thyroid hormone concentrations and iodine status during and/or before pregnancy.

Methods
The review was conducted based on the Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-analyses (PRISMA). The search was conducted in the databases: Cochrane, Embase, Pubmed/MEDLINE and Scopus. Studies involving pregnant women of all trimesters who received oral iodine supplementation were included. Study selection was performed in the Rayyan program. Risk of bias was assessed by the Joanna Briggs Institute tool. Meta-analysis was performed in R software version 4.0.4.

Results
Eleven articles with low and moderate risk of bias were included. According to the results of the meta-analysis, supplementation of 200 μg/day of iodine was able to change urinary iodine concentration during pregnancy, thus contributing to adequate intake. When evaluating the period when the intervention started, the best time to start supplementation was prior to pregnancy or in early pregnancy.

Conclusion
Daily iodine supplementation had satisfactory effects on iodine status and maternal thyroid hormone concentrations. Although supplementation with 200 µg showed positive effects on iodine status in pregnancy, some studies showed no effect.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 4 Nov 2023 14:39

Traduction de l'étude :wink:

Effets de la supplémentation en iode sur les paramètres de la fonction thyroïdienne : revue systématique et méta-analyse
Aline Carare Candido Journal des oligo-éléments en médecine et biologie Volume 80, décembre 2023, 127275

Arrière-plan
La supplémentation est une alternative potentiellement bénéfique pour la prévention de la carence en iode pendant la grossesse.

Objectif
Évaluer les effets de la supplémentation en iode sur les concentrations maternelles d'hormones thyroïdiennes et le statut en iode pendant et/ou avant la grossesse.

Méthodes
L'examen a été mené sur la base des éléments de rapport préférés pour les examens systématiques et les méta-analyses (PRISMA). La recherche a été menée dans les bases de données : Cochrane, Embase, Pubmed/MEDLINE et Scopus. Des études impliquant des femmes enceintes de tous trimestres ayant reçu une supplémentation orale en iode ont été incluses. La sélection des études a été effectuée dans le programme Rayyan. Le risque de biais a été évalué par l'outil du Joanna Briggs Institute. La méta-analyse a été réalisée dans la version 4.0.4 du logiciel R.

Résultats
Onze articles présentant un risque de biais faible ou modéré ont été inclus. Selon les résultats de la méta-analyse, une supplémentation de 200 μg/jour en iode a pu modifier la concentration urinaire d'iode pendant la grossesse, contribuant ainsi à un apport adéquat. Lors de l’évaluation de la période au cours de laquelle l’intervention a commencé, le meilleur moment pour commencer la supplémentation était avant la grossesse ou en début de grossesse.

Conclusion
La supplémentation quotidienne en iode a eu des effets satisfaisants sur le statut en iode et les concentrations maternelles d'hormones thyroïdiennes. Bien qu'une supplémentation de 200 µg ait montré des effets positifs sur le statut en iode pendant la grossesse, certaines études n'ont montré aucun effet.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 5 Nov 2023 11:36

Nutrition Status of Female Winter Sports Athletes
by María José Jiménez-Casquet Nutrients 2023, 15(20), 4472;

Eating disorders, especially restrictive eating, are common among female athletes. There are two main types of winter sports: those that are practiced outdoors on snow (−25 to +5 °C and 2500 m), such as alpine skiing and snowboarding, and those that are practiced indoors on ice (5–10 °C at low altitude), such as figure skating and ice hockey. The aim of this research was to identify the nutritional status and potential risk of female athletes practicing winter sports, considering the altitude of training. The sample was composed of 58 women (aged 19.81 years (SD: 12.61)) who were competitors in some winter sports. Anthropometrics and nutritional variables were taken. Statistically significant differences were found between HA and LA groups for all the characteristics except thigh skinfold, and neither group had an energy intake (EI) that matched their total energy expenditure (TEE). Both groups met at least two-thirds of the RDI for all minerals and vitamins except iodine, fluorine, vitamin D, vitamin E, and retinol. This study suggests that female winter sports athletes have insufficient energy, vitamin, and mineral intake, which can be worsened with altitude.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 6 Nov 2023 12:02

Traduction de l'étude :wink:

État nutritionnel des athlètes féminines de sports d’hiver
par María José Jiménez-Casquet Nutrients 2023, 15(20), 4472 ;

Les troubles de l’alimentation, notamment les restrictions alimentaires, sont fréquents chez les athlètes féminines. Il existe deux principaux types de sports d'hiver : ceux qui se pratiquent en extérieur sur neige (−25 à +5 °C et 2 500 m), comme le ski alpin et le snowboard, et ceux qui se pratiquent en intérieur sur glace (5 à 10 °C). à basse altitude), comme le patinage artistique et le hockey sur glace. Le but de cette recherche était d'identifier l'état nutritionnel et le risque potentiel des athlètes féminines pratiquant des sports d'hiver, compte tenu de l'altitude d'entraînement. L'échantillon était composé de 58 femmes (âgées de 19,81 ans (SD : 12,61)) qui pratiquaient certains sports d'hiver. Des variables anthropométriques et nutritionnelles ont été prises. Des différences statistiquement significatives ont été trouvées entre les groupes HA et LA pour toutes les caractéristiques, à l'exception du pli cutané de la cuisse, et aucun des deux groupes n'avait un apport énergétique (EI) correspondant à leur dépense énergétique totale (TEE). Les deux groupes ont atteint au moins les deux tiers de l’AJR pour tous les minéraux et vitamines, à l’exception de l’iode, du fluor, de la vitamine D, de la vitamine E et du rétinol. Cette étude suggère que les athlètes féminines de sports d’hiver ont un apport insuffisant en énergie, en vitamines et en minéraux, ce qui peut s’aggraver avec l’altitude.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 9 Nov 2023 09:55

Prevalence of iodine deficiency among vegan compared to vegetarian and omnivore children in the Czech Republic: cross-sectional study
Martin Světnička, European Journal of Clinical Nutrition volume 77, pages1061–1070 (2023)

Background
The intake and homeostasis of iodine, an essential micronutrient that plays a vital role in thyroid physiology, is of particular concern with the increasing popularity of vegetarian (VG) and vegan (VN) diets. Children on these restrictive diets may be at risk of possible adverse effects on growth and development, but there is currently a lack of recent epidemiological studies on this topic.

Methods
We gathered clinical, anthropometric, and blood/urine data on iodine status and thyroid function from children aged 0–18 years who followed either a VG diet (n = 91), VN diet (n = 75), or omnivore diet (OM, n = 52). Cross-sectional comparison of the groups and linear regression was used. Stratified analyses were performed based on age (according to WHO): 0–5 years and 6–18 years.

Results
Our study revealed no significant differences in levels of thyroid-stimulating hormone (TSH), triiodothyronine (fT3), thyroglobulin (TG) or anti-thyroid peroxidase antibody (ATPOc) between the VG, VN, and OM groups. However, thyroxine (fT4) levels were found to be higher in the VN group compared to the OM group (15.00 ± 1.73 vs. 16.17 ± 1.82 pmol/l, p < 0.001). The presence of anti-thyroglobulin antibodies (AhTGc) was notably more common in the VG (18.2%)/VN (35.0%) groups than in the OM group (2.1%) (p < 0.001). Regarding iodine status, the concentration of iodine in spot urine (UIC) was found to be highest in the OM group (197.28 ± 105.35 vs. VG: 177.95 ± 155.88 vs. VN: 162.97 ± 164.51 µg/l, p < 0.001). Notably, the lowest (5.99 µg/l) and highest (991.80 µg/l) levels were measured in the VN group. Of the participants, 31 VN, 31 VG and 10 OM children met the criteria for iodine deficiency (i.e., UIC < 100 µg/l). We found that children with regular iodine supplementation had higher UIC (p < 0.001). Importantly, the median UIC was above 100 µg/l in all three groups, through the recommended intake (RDI) of iodine was rarely met throughout the groups.

Conclusion
We have observed a trend to lower UIC values in VN as compared to OM. This trend is also reflected in the median UIC values, even though the median UIC values were above the WHO cut-off (e.g., 100 µg/l) for iodine deficiency in all dietary groups. These results suggest that VN and VG children may be more at higher risk of iodine deficiency, this theory is also supported by higher prevalence of AhTGc positivity. Further research is needed to investigate the long-term impact of these dietary patterns on iodine status and thyroid function in children. Given our findings, it may also be necessary to consider new guidelines for supplementing children following VG and VN diets to ensure their iodine needs are met.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Actions santé de l'iode ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 9 Nov 2023 14:59

Traduction de l'étude :wink:

Prévalence de la carence en iode chez les enfants végétaliens par rapport aux enfants végétariens et omnivores en République tchèque : étude transversale
Martin Světnička, European Journal of Clinical Nutrition volume 77, pages 1061-1070 (2023)

Arrière-plan
L'apport et l'homéostasie de l'iode, un micronutriment essentiel qui joue un rôle essentiel dans la physiologie thyroïdienne, sont particulièrement préoccupants avec la popularité croissante des régimes végétariens (VG) et végétaliens (VN). Les enfants qui suivent ces régimes restrictifs peuvent courir le risque d’effets indésirables sur la croissance et le développement, mais il y a actuellement un manque d’études épidémiologiques récentes sur ce sujet.

Méthodes
Nous avons recueilli des données cliniques, anthropométriques et sanguines/urines sur le statut en iode et la fonction thyroïdienne d'enfants âgés de 0 à 18 ans qui suivaient soit un régime VG (n = 91), un régime VN (n = 75) ou un régime omnivore (OM, n = 52). Une comparaison transversale des groupes et une régression linéaire ont été utilisées. Des analyses stratifiées ont été réalisées en fonction de l'âge (selon l'OMS) : 0 à 5 ans et 6 à 18 ans.

Résultats
Notre étude n'a révélé aucune différence significative dans les niveaux d'hormone stimulant la thyroïde (TSH), de triiodothyronine (fT3), de thyroglobuline (TG) ou d'anticorps anti-peroxydase thyroïdienne (ATPOc) entre les groupes VG, VN et OM. Cependant, les taux de thyroxine (fT4) se sont révélés plus élevés dans le groupe VN que dans le groupe OM (15,00 ± 1,73 contre 16,17 ± 1,82 pmol/l, p < 0,001). La présence d'anticorps anti-thyroglobuline (AhTGc) était nettement plus fréquente dans les groupes VG (18,2 %)/VN (35,0 %) que dans le groupe OM (2,1 %) (p < 0,001). En ce qui concerne l'état de l'iode, la concentration d'iode dans l'urine ponctuelle (UIC) s'est avérée la plus élevée dans le groupe OM (197,28 ± 105,35 contre VG: 177,95 ± 155,88 vs VN: 162,97 ± 164,51 µg / l, p <0,001). Notamment, les niveaux les plus bas (5,99 µg/l) et les plus élevés (991,80 µg/l) ont été mesurés dans le groupe VN. Parmi les participants, 31 enfants VN, 31 VG et 10 OM répondaient aux critères de carence en iode (c'est-à-dire UIC < 100 µg/l). Nous avons constaté que les enfants recevant régulièrement une supplémentation en iode avaient une UIC plus élevée (p < 0,001). Il est important de noter que l'UIC médiane était supérieure à 100  µg/l dans les trois groupes, même si l'apport recommandé (AJR) en iode était rarement atteint dans l'ensemble des groupes.

Conclusion
Nous avons observé une tendance à la baisse des valeurs UIC en VN par rapport à OM. Cette tendance se reflète également dans les valeurs médianes de l’UIC, même si les valeurs médianes de l’UIC étaient supérieures au seuil de l’OMS (par exemple 100 µg/l) pour la carence en iode dans tous les groupes alimentaires. Ces résultats suggèrent que les enfants VN et VG pourraient être plus exposés à un risque plus élevé de carence en iode. Cette théorie est également étayée par une prévalence plus élevée de positivité AhTGc. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour étudier l'impact à long terme de ces régimes alimentaires sur le statut en iode et la fonction thyroïdienne chez les enfants. Compte tenu de nos résultats, il pourrait également être nécessaire d’envisager de nouvelles lignes directrices pour compléter les enfants suivant des régimes VG et VN afin de garantir que leurs besoins en iode soient satisfaits.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités