Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 31 Juil 2021 14:24

Machine Learning Identifies Stool pH as Predictor of Bone Mineral Density in Healthy Multi-Ethnic U.S. Adults
Elizabeth L Chin, The Journal of Nutrition, 27 July 2021

Background
A variety of modifiable and non-modifiable factors such as ethnicity, age, and diet have been shown to influence bone health. Previous studies are usually limited to analyses focused on the association of a few a priori variables or on a specific subset of the population.

Objective
Dietary, physiological, and lifestyle data were used to identify directly modifiable and non-modifiable variables predictive of bone mineral content (BMC) and bone mineral density (BMD) in healthy U.S. men and women using machine learning models.

Methods
Ridge, lasso, elastic net, and random forest models were used to predict whole-body, femoral neck, and spine BMC and BMD in healthy U.S. men and women ages 18–66 y, BMI 18–44 kg/m2 (n = 313) using non-modifiable anthropometric, physiological, and demographic variables, directly modifiable lifestyle (physical activity, tobacco use) and dietary (via food frequency questionnaire) variables, and variables approximating directly-modifiable behavior (circulating 25-hydroxycholecalciferol and stool pH).

Results
Machine learning models using non-modifiable variables explained more variation in BMC and BMD (highest R2 = 0.75) compared to when using only directly modifiable variables (highest R2 = 0.11). Machine learning models had better performance compared to multivariate linear regression, which had lower predictive value (highest R2 = 0.06) when using directly modifiable variables only. BMI, body fat %, height, and menstruation history were predictors of BMC and BMD. For directly modifiable features, betaine, cholesterol, hydroxyproline, menaquinone-4, dihydrophylloquinone, eggs, cheese, cured meat, refined grains, fruit juice, and alcohol consumption were predictors of BMC and BMD. Low stool pH, a proxy for fermentable fiber intake, was also predictive of higher BMC and BMD.

Conclusion
Modifiable factors, such as diet, explained less variation in the data compared to non-modifiable factors, such as age, sex, and ethnicity in healthy U.S. men and women. Low stool pH predicted higher BMC and BMD.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 31 Juil 2021 14:33

Legume consumption was a negative predictor of spine BMC and BMD

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 31 Juil 2021 14:36

Calcium, alcohol, and total protein food (meat, poultry, organ and cured meats, seafood,
eggs, soy, and nuts) intakes were significantly and positively correlated with all BMC and BMD
variables except spine BMD (Table 2). Total vitamin D consumption was significantly and
positively correlated with whole body BMC and BMD and femoral BMC (Table 2).
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 31 Juil 2021 14:36

Low stool pH was predictive of high BMC and BMD for all locations (Figure 1). The
nutrients hydroxyproline, dihydrophylloquinone, and dietary cholesterol, and the food groups
cheese, fruit juice, refined grains, eggs, and cured meats were positive predictors of BMC and
BMD at all locations when using both the Modifiable Nutrient and Food Group subsets.
Menaquinone-4, betaine, and alcohol were other top predictors of BMC and BMD.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 31 Juil 2021 14:39

Hydroxyproline, a building block of collagen, is abundant in meat and was
correlated with cured meat, which may contain ingredients high in collagen
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 31 Juil 2021 14:40

Surprisingly, alcohol intake was a positive predictor of BMC
and BMD, but few subjects reported large amounts of alcohol consumption; the average alcohol
intake was 7.1 g, which is less than that of a standard drink (14 g of alcohol).
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 31 Juil 2021 16:52

Traduction de l'étude

L'apprentissage automatique identifie le pH des selles comme un prédicteur de la densité minérale osseuse chez les adultes américains multiethniques en bonne santé
Elizabeth L Chin, The Journal of Nutrition, 27 juillet 2021

Contexte
Il a été démontré qu'une variété de facteurs modifiables et non modifiables tels que l'origine ethnique, l'âge et le régime alimentaire influencent la santé des os. Les études antérieures se limitent généralement à des analyses axées sur l'association de quelques variables a priori ou sur un sous-ensemble spécifique de la population.

Objectif
Des données diététiques, physiologiques et de mode de vie ont été utilisées pour identifier des variables directement modifiables et non modifiables prédictives de la teneur minérale osseuse (CMO) et de la densité minérale osseuse (DMO) chez des hommes et des femmes américains en bonne santé à l'aide de modèles d'apprentissage automatique.

Méthodes
Des modèles de crête, de lasso, de filet élastique et de forêt aléatoire ont été utilisés pour prédire la BMC et la DMO du corps entier, du col fémoral et de la colonne vertébrale chez des hommes et des femmes américains en bonne santé âgés de 18 à 66 ans, IMC de 18 à 44 kg/m2 (n = 313 ) en utilisant des variables anthropométriques, physiologiques et démographiques non modifiables, des variables de mode de vie (activité physique, tabagisme) et diététiques directement modifiables (via un questionnaire de fréquence alimentaire) et des variables se rapprochant d'un comportement directement modifiable (25-hydroxycholécalciférol circulant et pH des selles).

Résultats
Les modèles d'apprentissage automatique utilisant des variables non modifiables expliquaient plus de variation dans BMC et BMD (R2 le plus élevé = 0,75) par rapport à l'utilisation uniquement de variables directement modifiables (R2 le plus élevé = 0,11). Les modèles d'apprentissage automatique avaient de meilleures performances par rapport à la régression linéaire multivariée, qui avait une valeur prédictive plus faible (R2 le plus élevé = 0,06) lors de l'utilisation de variables directement modifiables uniquement. L'IMC, le pourcentage de graisse corporelle, la taille et les antécédents menstruels étaient des prédicteurs de la CMO et de la DMO. Pour les caractéristiques directement modifiables, la bétaïne, le cholestérol, l'hydroxyproline, la ménaquinone-4, la dihydrophylloquinone, les œufs, le fromage, la charcuterie, les céréales raffinées, les jus de fruits et la consommation d'alcool étaient des prédicteurs de la BMC et de la DMO. Un faible pH des selles, un indicateur de l'apport en fibres fermentescibles, était également prédictif d'une CMO et d'une DMO plus élevées.

Conclusion
Les facteurs modifiables, tels que le régime alimentaire, expliquaient moins de variation dans les données par rapport aux facteurs non modifiables, tels que l'âge, le sexe et l'origine ethnique chez les hommes et les femmes américains en bonne santé. Un pH bas des selles prédisait une CMO et une DMO plus élevées.

Calcium, alcool et aliments protéinés (viande, volaille, charcuterie et salaisons, fruits de mer,
les apports en œufs, soja et noix) étaient significativement et positivement corrélés avec tous les BMC et BMD
variables à l'exception de la DMO de la colonne vertébrale (tableau 2).

La consommation totale de vitamine D était significativement et
positivement corrélée avec le corps entier BMC et BMD et le BMC fémoral (tableau 2).

Un faible pH des selles était prédictif d'une CMO et d'une DMO élevées pour tous les emplacements (Figure 1).
Les nutriments hydroxyproline, dihydrophylloquinone et cholestérol alimentaire, et les groupes d'aliments
le fromage, les jus de fruits, les céréales raffinées, les œufs et les charcuteries étaient des prédicteurs positifs de BMC et
DMO à tous les emplacements lors de l'utilisation à la fois des sous-ensembles d'éléments nutritifs modifiables et des groupes d'aliments.

La ménaquinone-4, la bétaïne et l'alcool étaient d'autres principaux prédicteurs de la CMO et de la DMO.
L'hydroxyproline, un élément constitutif du collagène, est abondant dans la viande et a été
en corrélation avec la viande séchée, qui peut contenir des ingrédients riches en collagène

Étonnamment, la consommation d'alcool était un prédicteur positif de BMC
et DMO, mais peu de sujets ont signalé de grandes quantités d'alcool ; l'alcool moyen
la consommation était de 7,1 g, ce qui est inférieur à celui d'une boisson standard (14 g d'alcool).
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 1 Aoû 2021 11:23

Differences in Bone Mineral Density between Adult Vegetarians and Nonvegetarians Become Marginal when Accounting for Differences in Anthropometric Factors
Nena Karavasiloglou J Nutr. 2020 May 1;150(5):1266-1271.

Background: Persons following plant-based diets have lower bone mineral density (BMD) and higher fracture risk, possibly due to suboptimal nutrient supply. However, anthropometric measures were not considered as potential confounders in many previous studies, and body mass index (BMI) is positively associated with BMD but also generally lower among vegans and vegetarians.

Objectives: Our objective was to investigate if BMD measurements differ between vegetarians and nonvegetarians from the adult general population when accounting for important determinants of BMD, especially BMI and waist circumference.

Methods: Using data from the NHANES (cycles 2007-2008 and 2009-2010), we evaluated the differences in BMD (femoral neck, total femoral, and total lumbar spine) between adult vegetarians and nonvegetarians. Linear regression models were used to determine the associations between BMD and diet. Statistical models were adjusted for important factors, i.e., age, sex, race/ethnicity, smoking status, alcohol consumption, serum vitamin D and calcium concentrations, waist circumference, and BMI.

Results: In statistical models adjusted for age, sex, race/ethnicity, menopausal status, and education level, BMD values were significantly lower among vegetarians than among nonvegetarians (P < 0.001). These differences were attenuated upon adjustment for lifestyle factors, and became statistically nonsignificant upon adjustment for anthropometric variables (BMI and waist circumference) for femoral neck (0.77 compared with 0.79 g/cm2 among vegetarians versus nonvegetarians, P = 0.10) and total femoral BMD (0.88 compared with 0.90 g/cm2, P = 0.12). A small but statistically significant difference remained for total lumbar spine BMD (1.01 compared with 1.04 g/cm2, P = 0.005).

Conclusions: These findings suggest that lower BMD among adult vegetarians is in larger parts explained by lower BMI and waist circumference.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 1 Aoû 2021 11:39

Veganism, vegetarianism, bone mineral density, and fracture risk: a systematic review and meta-analysis
Isabel Iguacel Nutr Rev . 2019 Jan 1;77(1):1-18.

Context: The numbers of vegans and vegetarians have increased in the last decades. However, the impact of these diets on bone health is still under debate.

Objective: This systematic review and meta-analysis sought to study the impact of vegetarian and vegan diets on bone mineral density (BMD) and fracture risk.

Data sources: A systematic search was conducted of PubMed, Scopus, and Science Direct, covering the period from the respective start date of each database to November 2017.

Data extraction: Two investigators evaluated 275 studies against the inclusion criteria (original studies in humans, written in English or Spanish and including vegetarian or vegan diets and omnivorous diets as factors with BMD values for the whole body, lumbar spine, or femoral neck and/or the number of fractures as the outcome) and exclusion criteria (articles that did not include imaging or studies that included participants who had suffered a fracture before starting the vegetarian or vegan diet). The quality assessment tool for observational cohort and cross-sectional studies was used to assess the quality of the studies.

Results: Twenty studies including 37 134 participants met the inclusion criteria. Compared with omnivores, vegetarians and vegans had lower BMD at the femoral neck and lumbar spine and vegans also had higher fracture rates.

Conclusions: Vegetarian and vegan diets should be planned to avoid negative consequences on bone health.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 1 Aoû 2021 11:44

Comparison of human bone mineral densities in subjects on plant-based and omnivorous diets: a systematic review and meta-analysis
Tao Li Arch Osteoporos . 2021 Jun 18;16(1):95.

Background: The increased consumption of plant-based diets has encouraged studies of bone mineral density (BMD). The present systematic review and meta-analysis compared the effects of plant-based and omnivorous diets on BMD.

Methods: We searched the Cochrane Library, PubMed, EMBASE, and the Web of Science to July 1, 2020. We used the mean differences (MDs) with 95% CIs to compare group outcomes. We compared the lumbar spine, femoral neck, and whole-body BMDs of those on plant-based and omnivorous diets. We performed subgroup analyses by various clinical characteristics. Two reviewers independently assessed trial quality and extracted data. All statistical analyses were performed using Review Manager version 5.2.

Results: A total of 17 cross-sectional studies including 13,888 patients were identified. The pooled results indicated that those on plant-based diets (compared to omnivores) exhibited lower BMDs at the lumbar spine (MD - 0.04; 95% CI - 0.06 to - 0.02; P < 0.0001) and femoral neck (MD - 0.04; 95% CI - 0.05 to - 0.02; P < 0.00001), and a reduced whole-body BMD (MD - 0.03; 95% CI - 0.06 to - 0.01; P = 0.0009). Both vegetarians and vegans exhibited lower lumbar spine, femoral neck, and whole-body BMDs than omnivores.

Conclusions: Plant-based diets were associated with lower BMDs than those of an omnivore population. Plant-based diets may compromise overall bone health; prospective research is required.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 1 Aoû 2021 11:46

Effects of vegetarian diet on bone mineral density
Tzyy-Ling Chuang Tzu Chi Med J. 2020 Sep 16;33(2):128-134.


Factors, such as hormonal changes in postmenopausal women, natural aging degeneration, race, gender, body size, lifestyle, physical activity, sunlight, dietary intake, medications, or other environmental issues, can affect the rate of bone formation or reabsorption, cause changes in bone mineral content, and influence the development of osteoporosis. Do vegetarian diets adversely affect bone mineral density (BMD)? Among postmenopausal Buddhists, long-term practitioners of vegan vegetarian were found to have a higher risk exceeding the lumbar fracture threshold and a lower level of hip BMD after controlling for other variables. However, results of several prospective longitudinal studies failed to show a harmful effect of vegetarianism on bone health. In the Taiwanese adult population, researchers also did not find that a vegetarian diet significantly affects age-related BMD decline. Due to the various levels of nutrients in the diet (such as protein, alkali, calcium, Vitamin K, and phytoestrogens) and major lifestyle factors (such as smoking and physical exercise), determining the impact of a vegetarian diet on bone health is very complex. Good-quality vegetarian food can provide a healthy foundation for building and maintaining healthy bones and preventing fractures.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 1 Aoû 2021 19:21

Traduction de l'étude :wink:

Les différences de densité minérale osseuse entre les végétariens adultes et les non-végétariens deviennent marginales lorsqu'on tient compte des différences dans les facteurs anthropométriques
Nena Karavasiloglou J Nutr. 1er mai 2020;150(5):1266-1271.

Contexte : Les personnes qui suivent un régime à base de plantes ont une densité minérale osseuse (DMO) plus faible et un risque de fracture plus élevé, probablement en raison d'un apport en nutriments sous-optimal. Cependant, les mesures anthropométriques n'ont pas été considérées comme des facteurs de confusion potentiels dans de nombreuses études précédentes, et l'indice de masse corporelle (IMC) est positivement associé à la DMO, mais aussi généralement plus faible chez les végétaliens et les végétariens.

Objectifs : Notre objectif était d'étudier si les mesures de la DMO diffèrent entre les végétariens et les non-végétariens de la population générale adulte en tenant compte des déterminants importants de la DMO, en particulier l'IMC et le tour de taille.

Méthodes : À l'aide des données de la NHANES (cycles 2007-2008 et 2009-2010), nous avons évalué les différences de DMO (col fémoral, fémoral total et rachis lombaire total) entre les végétariens adultes et les non-végétariens. Des modèles de régression linéaire ont été utilisés pour déterminer les associations entre la DMO et le régime alimentaire. Les modèles statistiques ont été ajustés en fonction de facteurs importants, à savoir l'âge, le sexe, la race/l'origine ethnique, le statut tabagique, la consommation d'alcool, les concentrations sériques de vitamine D et de calcium, le tour de taille et l'IMC.

Résultats : Dans les modèles statistiques ajustés pour l'âge, le sexe, la race/l'origine ethnique, le statut ménopausique et le niveau d'éducation, les valeurs de DMO étaient significativement plus faibles chez les végétariens que chez les non-végétariens (P < 0,001). Ces différences ont été atténuées après ajustement pour les facteurs de style de vie et sont devenues statistiquement non significatives après ajustement pour les variables anthropométriques (IMC et tour de taille) pour le col fémoral (0,77 contre 0,79 g/cm2 chez les végétariens par rapport aux non-végétariens, P = 0,10) et la DMO fémorale totale ( 0,88 contre 0,90 g/cm2, P = 0,12). Une différence faible mais statistiquement significative est restée pour la DMO totale de la colonne lombaire (1,01 contre 1,04 g/cm2, P = 0,005).

Conclusions : Ces résultats suggèrent que la baisse de la DMO chez les végétariens adultes s'explique en grande partie par la baisse de l'IMC et du tour de taille


Traduction de l'étude :wink:

Véganisme, végétarisme, densité minérale osseuse et risque de fracture : une revue systématique et une méta-analyse
Isabel Iguacel Nutr Rév. 1er janvier 2019 ; 77(1) : 1-18.

Contexte : Le nombre de végétaliens et de végétariens a augmenté au cours des dernières décennies. Cependant, l'impact de ces régimes sur la santé des os est encore débattu.

Objectif : Cette revue systématique et cette méta-analyse visaient à étudier l'impact des régimes végétariens et végétaliens sur la densité minérale osseuse (DMO) et le risque de fracture.

Sources de données : Une recherche systématique a été menée dans PubMed, Scopus et Science Direct, couvrant la période allant de la date de début respective de chaque base de données à novembre 2017.

Extraction des données : deux chercheurs ont évalué 275 études par rapport aux critères d'inclusion (études originales chez l'homme, rédigées en anglais ou en espagnol et incluant les régimes végétariens ou végétaliens et les régimes omnivores en tant que facteurs avec des valeurs de DMO pour l'ensemble du corps, la colonne lombaire ou le col fémoral et/ ou le nombre de fractures comme résultat) et les critères d'exclusion (articles qui n'incluaient pas l'imagerie ou études qui incluaient des participants qui avaient subi une fracture avant de commencer le régime végétarien ou végétalien). L'outil d'évaluation de la qualité des études de cohorte observationnelles et des études transversales a été utilisé pour évaluer la qualité des études.

Résultats : Vingt études incluant 37 134 participants répondaient aux critères d'inclusion. Par rapport aux omnivores, les végétariens et les végétaliens avaient une DMO inférieure au col fémoral et à la colonne lombaire et les végétaliens avaient également des taux de fractures plus élevés.

Conclusions : Les régimes végétariens et végétaliens doivent être planifiés pour éviter des conséquences négatives sur la santé des os.

Traduction de l'étude :wink:

Comparaison des densités minérales osseuses humaines chez des sujets soumis à des régimes à base de plantes et omnivores : une revue systématique et une méta-analyse
Arche de Tao Li Ostéoporos. 2021 18 juin;16(1):95.

Contexte : La consommation accrue de régimes à base de plantes a encouragé les études sur la densité minérale osseuse (DMO). La présente revue systématique et la méta-analyse ont comparé les effets des régimes à base de plantes et omnivores sur la DMO.

Méthodes : Nous avons effectué des recherches dans la Cochrane Library, PubMed, EMBASE et Web of Science jusqu'au 1er juillet 2020. Nous avons utilisé les différences moyennes (DM) avec des IC à 95 % pour comparer les résultats des groupes. Nous avons comparé la DMO de la colonne lombaire, du col fémoral et du corps entier de personnes suivant des régimes à base de plantes et omnivores. Nous avons effectué des analyses de sous-groupes selon diverses caractéristiques cliniques. Deux examinateurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Toutes les analyses statistiques ont été effectuées à l'aide de Review Manager version 5.2.

Résultats : Un total de 17 études transversales incluant 13 888 patients ont été identifiés. Les résultats regroupés ont indiqué que ceux qui suivaient un régime à base de plantes (par rapport aux omnivores) présentaient des DMO plus faibles au niveau de la colonne lombaire (DM - 0,04 ; IC à 95 % - 0,06 à - 0,02 ; P < 0,0001) et du col fémoral (DM - 0,04 ; 95 % IC - 0,05 à - 0,02 ; P < 0,00001) et une réduction de la DMO pour l'ensemble du corps (DM - 0,03 ; IC à 95 % - 0,06 à - 0,01 ; P = 0,0009). Les végétariens et les végétaliens présentaient des DMO de la colonne lombaire, du col du fémur et du corps entier plus bas que les omnivores.

Conclusions : Les régimes à base de plantes étaient associés à des DMO plus faibles que ceux d'une population omnivore. Les régimes à base de plantes peuvent
compromettre la santé globale des os; des recherches prospectives sont nécessaires.


Traduction de l'étude :wink:

Effets du régime végétarien sur la densité minérale osseuse
Tzyy-Ling Chuang Tzu Chi Med J. 2020 16 septembre ; 33 (2) : 128-134.


Des facteurs, tels que les changements hormonaux chez les femmes ménopausées, la dégénérescence naturelle du vieillissement, la race, le sexe, la taille corporelle, le mode de vie, l'activité physique, la lumière du soleil, l'apport alimentaire, les médicaments ou d'autres problèmes environnementaux, peuvent affecter le taux de formation ou de réabsorption osseuse, provoquer des changements dans le contenu minéral osseux et influencent le développement de l'ostéoporose. Les régimes végétariens affectent-ils négativement la densité minérale osseuse (DMO) ? Parmi les bouddhistes ménopausées, les praticiens végétariens végétaliens de longue date présentaient un risque plus élevé de dépasser le seuil de fracture lombaire et un niveau plus faible de DMO de la hanche après contrôle des autres variables. Cependant, les résultats de plusieurs études longitudinales prospectives n'ont pas montré d'effet nocif du végétarisme sur la santé des os. Dans la population adulte taïwanaise, les chercheurs n'ont pas non plus constaté qu'un régime végétarien affecte de manière significative le déclin de la DMO lié à l'âge. En raison des divers niveaux de nutriments contenus dans l'alimentation (tels que les protéines, les alcalis, le calcium, la vitamine K et les phytoestrogènes) et des principaux facteurs liés au mode de vie (tels que le tabagisme et l'exercice physique), il est très important de déterminer l'impact d'un régime végétarien sur la santé des os. complexe. Une nourriture végétarienne de bonne qualité peut fournir une base saine pour la construction et le maintien d'os sains et la prévention des fractures. .
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 6 Aoû 2021 16:43

Vitamin B12 status is a risk factor for bone fractures among vegans
Roman Pawlak Medical Hypotheses Volume 153, August 2021, 110625

Several studies consistently showed vegans having a higher risk of bone fractures compared to individuals from other diet groups. While researchers have focused on several factors as possible explanation of these findings, both dietary (e.g. calcium) and non-dietary (e.g. weight/BMI status), the widespread inadequate vitamin B12 (B12) status among vegans as a risk factor for bone fractures has not received adequate scrutiny.

The detrimental impact of inadequate B12 status on bone tissue is both direct, via the impairment of the insulin-like growth hormone 1 and taurine synthesis, and indirect, induced through its hyperhomocysteinemic effect, via at least the following mechanisms: 1) reducing bone mineral content and density by accumulating in the extracellular matrix, 2) reducing osteoblasts and increasing osteoclasts function, 3) reducing blood flow to bone tissue, 4) inducing apoptosis via the reactive oxygen-species-mediated mitochondrial pathway, and 5) obstructing the formation of collagen cross-links, impeding lyslyl oxidase, and hampering insolubility of fibrils.

Considering the widespread B12 deficiency prevalence among vegans, its role in bone fracture risk should not be overlooked.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 7 Aoû 2021 13:13

Traduction de l'étude :wink:

Le statut en vitamine B12 est un facteur de risque de fractures osseuses chez les végétaliens
Roman Pawlak Medical Hypotheses Volume 153, août 2021, 110625

Plusieurs études ont systématiquement montré que les végétaliens avaient un risque plus élevé de fractures osseuses par rapport aux personnes d'autres groupes de régime. Alors que les chercheurs se sont concentrés sur plusieurs facteurs comme explication possible de ces résultats, à la fois alimentaires (par exemple le calcium) et non alimentaires (par exemple, le poids/l'indice de masse corporelle), le statut largement insuffisant en vitamine B12 (B12) parmi les végétaliens en tant que facteur de risque de fractures osseuses n'a pas fait l'objet d'un examen adéquat.

L'impact délétère d'un statut insuffisant en vitamine B12 sur le tissu osseux est à la fois direct, via l'altération de la synthèse de l'hormone de croissance analogue à l'insuline 1 et de la taurine, et indirect, induit par son effet hyperhomocystéinémique, via au moins les mécanismes suivants : 1) réduction de la minéralité osseuse contenu et la densité en s'accumulant dans la matrice extracellulaire, 2) en réduisant les ostéoblastes et en augmentant la fonction des ostéoclastes, 3) en réduisant le flux sanguin vers le tissu osseux, 4) en induisant l'apoptose via la voie mitochondriale médiée par les espèces d'oxygène réactives, et 5) en obstruant la formation de les liaisons croisées du collagène, entravant la lyslyl oxydase et entravant l'insolubilité des fibrilles.

Compte tenu de la prévalence généralisée de la carence en vitamine B12 chez les végétaliens, son rôle dans le risque de fracture osseuse ne doit pas être négligé.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Collagène et vitamines K pour des os plus solides ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 20 Sep 2023 11:52

Association of the composite dietary antioxidant index with bone mineral density in the United States general population: data from NHANES 2005–2010
Huawei Han, Journal of Bone and Mineral Metabolism volume 41, pages631–641 (2023)

Introduction
There is evidence that individual antioxidants may increase bone mineral density (BMD) in patients with low BMD. However, the association between overall dietary antioxidant intake and BMD is unclear. The objective of this study was to examine how overall dietary antioxidant intake is related to BMD.

Materials and methods
A total of 14,069 people participated in the National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) between 2005 and 2010. Dietary Antioxidant Index (DAI) was calculated from the intake of vitamins A, C, E, zinc, selenium, and magnesium, which indicates a nutritional tool to assess the overall antioxidant properties of the diet. The correlation between the Composite Dietary Antioxidant Index (CDAI) and BMD was examined using multivariate logistic regression models. In addition to fitting smoothing curves, we fitted generalized additive models as well. Furthermore, to ensure data stability and avoid confounding factors, subgroup analysis was also conducted on gender and body mass index (BMI).

Results
A significant association was demonstrated by the study between CDAI and total spine BMD (β = 0.001, 95% CI 0–0.001, P = 0.00039). And just like that, CDAI was positively correlated with femoral neck (β = 0.003, 95% CI 0.003–0.004, P < 0.00001) and trochanter (β = 0.004, 95% CI 0.003–0.004, P < 0.00001). In the gender subgroup analysis, CDAI maintained a strong positive correlation with femoral neck and trochanter BMD in males and females. Nevertheless, the link with total spine BMD was only observed in males. In addition, in the subgroup analysis stratified by BMI, CDAI showed a significantly positive relation to BMD of the femoral neck and trochanter in each group. However, the significant relationship between CDAI and BMD of the total spine was only maintained when BMI was above 30 kg/m2.

Conclusion
This study found that CDAI correlated positively with femoral neck, trochanter, and total spine BMD. This suggests that intake of a diet rich in antioxidants can reduce the risk of low bone mass and osteoporosis.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Suivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités
cron