Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Du magnésium contre les infections?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 8 Jan 2021 16:14

Magnesium in Infectious Diseases in Older People
by Ligia J. Dominguez Nutrients 2021, 13(1), 180;

Reduced magnesium (Mg) intake is a frequent cause of deficiency with age together with reduced absorption, renal wasting, and polypharmacotherapy. Chronic Mg deficiency may result in increased oxidative stress and low-grade inflammation, which may be linked to several age-related diseases, including higher predisposition to infectious diseases.

Mg might play a role in the immune response being a cofactor for immunoglobulin synthesis and other processes strictly associated with the function of T and B cells. Mg is necessary for the biosynthesis, transport, and activation of vitamin D, another key factor in the pathogenesis of infectious diseases. The regulation of cytosolic free Mg in immune cells involves Mg transport systems, such as the melastatin-like transient receptor potential 7 channel, the solute carrier family, and the magnesium transporter 1 (MAGT1). The functional importance of Mg transport in immunity was unknown until the description of the primary immunodeficiency XMEN (X-linked immunodeficiency with Mg defect, Epstein–Barr virus infection, and neoplasia) due to a genetic deficiency of MAGT1 characterized by chronic Epstein–Barr virus infection.

This and other research reporting associations of Mg deficit with viral and bacterial infections indicate a possible role of Mg deficit in the recent coronavirus disease 2019 (COVID-19) and its complications. In this review, we will discuss the importance of Mg for the immune system and for infectious diseases, including the recent pandemic of COVID-19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 8 Jan 2021 16:18

Importance du magnésium pour le bon fonctionnement de la vitamine D

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 8 Jan 2021 16:27

Synergie immunitaire magnésium - vitamine D?

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 9 Jan 2021 17:12

Traduction de l'étude :wink:

Le magnésium dans les maladies infectieuses chez les personnes âgées
par Ligia J. Dominguez Nutrients 2021, 13 (1), 180;

La réduction de l'apport en magnésium (Mg) est une cause fréquente de carence avec l'âge avec une absorption réduite, une perte rénale et une polypharmacothérapie. Une carence chronique en Mg peut entraîner une augmentation du stress oxydatif et une inflammation de bas grade, qui peuvent être liées à plusieurs maladies liées à l'âge, y compris une prédisposition plus élevée aux maladies infectieuses.

Le Mg pourrait jouer un rôle dans la réponse immunitaire en étant un cofacteur de la synthèse d'immunoglobulines et d'autres processus strictement associés à la fonction des lymphocytes T et B. Le Mg est nécessaire à la biosynthèse, au transport et à l'activation de la vitamine D, un autre facteur clé dans la pathogenèse des maladies infectieuses. La régulation du Mg cytosolique libre dans les cellules immunitaires implique des systèmes de transport de Mg, tels que le canal potentiel 7 du récepteur transitoire de type mélastatine, la famille des transporteurs de soluté et le transporteur de magnésium 1 (MAGT1). L'importance fonctionnelle du transport du Mg dans l'immunité était inconnue jusqu'à la description de l'immunodéficience primaire XMEN (immunodéficience liée à l'X avec défaut de Mg, infection par le virus Epstein – Barr et néoplasie) due à un déficit génétique de MAGT1 caractérisé par le virus Epstein – Barr chronique infection.

Cette recherche et d'autres rapportant des associations de déficit en Mg avec des infections virales et bactériennes indiquent un rôle possible du déficit en Mg dans la récente maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) et ses complications. Dans cette revue, nous discuterons de l'importance du Mg pour le système immunitaire et pour les maladies infectieuses, y compris la récente pandémie de COVID-19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 11 Jan 2021 13:54

SARS-CoV-2: influence of phosphate and magnesium, moderated by vitamin D, on energy (ATP) metabolism and on severity of COVID-19
Theo A. T. G. van Kempen Am J Phsiol 10 JAN 2021

The use of vitamin D to reduce the severity of COVID-19 complications is receiving considerable attention, backed by encouraging data. Its purported mode of action is as an immune modulator. Vitamin D, however, also affects the metabolism of phosphate and Mg, which may well play a critical role in SARS-CoV-2 pathogenesis.

SARS-CoV-2 may induce a cytokine storm that drains ATP whose regeneration requires phosphate and Mg. These minerals, however, are often deficient in conditions that predispose people to severe COVID-19, including older age (especially males), diabetes, obesity, and usage of diuretics. Symptoms observed in severe COVID-19 also fit well with those seen in classical hypophosphatemia and hypomagnesemia, such as thrombocytopenia, coagulopathy, dysfunction of liver and kidneys, neurologic disturbances, immunodeficiency, failure of heart and lungs, delayed weaning from a respirator, cardiac arrhythmia, seizures, and, finally, multiorgan failure.

Deficiencies of phosphate and Mg can be amplified by kidney problems commonly observed in patients with COVID-19 resulting in their wastage into urine. Available data show that phosphate and Mg are deficient in COVID-19, with phosphate showing a remarkable correlation with its severity. In one experiment, patients with COVID-19 were supplemented with a cocktail of vitamin D3, Mg, and vitamin B12, with very encouraging results. We, thus, argue that patients with COVID-19 should be monitored and treated for phosphate and Mg deficiencies, ideally already in the early phases of infection. Supplementation of phosphate and Mg combined with vitamin D could also be implemented as a preventative strategy in populations at risk.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 11 Jan 2021 13:57

Seasonal effects showing low levels of serum phosphate [−36% (38); −10% (39)] and Mg [−15% (39)] in the winter, which are possibly linked to seasonally fluctuating vitamin D levels, have also been observed in patients with COVID-19, which would make more severe SARS-CoV-2 complications more likely in the winter.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 11 Jan 2021 18:17

Traduction de l'étude :wink:

SRAS-CoV-2: influence du phosphate et du magnésium, modérée par la vitamine D, sur le métabolisme énergétique (ATP) et sur la sévérité du COVID-19
Theo A. T. G. van Kempen Am J Phsiol 10 JAN 2021

L'utilisation de la vitamine D pour réduire la gravité des complications du COVID-19 fait l'objet d'une attention considérable, soutenue par des données encourageantes. Son prétendu mode d'action est celui d'un modulateur immunitaire. Cependant, la vitamine D affecte également le métabolisme du phosphate et du Mg, qui pourraient bien jouer un rôle critique dans la pathogenèse du SRAS-CoV-2.

Le SRAS-CoV-2 peut induire une tempête de cytokines qui draine l'ATP dont la régénération nécessite du phosphate et du Mg. Ces minéraux, cependant, sont souvent déficients dans des conditions qui prédisposent les personnes à un COVID-19 sévère, y compris un âge avancé (en particulier les hommes), le diabète, l'obésité et l'utilisation de diurétiques. Les symptômes observés dans le COVID-19 sévère correspondent également bien à ceux observés dans l'hypophosphatémie et l'hypomagnésémie classiques, comme la thrombocytopénie, la coagulopathie, le dysfonctionnement du foie et des reins, les troubles neurologiques, l'immunodéficience, l'insuffisance cardiaque et pulmonaire, le sevrage tardif d'un respirateur, l'arythmie cardiaque , saisies et, enfin, défaillance multi-organes.

Les carences en phosphate et en Mg peuvent être amplifiées par des problèmes rénaux couramment observés chez les patients atteints de COVID-19 entraînant leur gaspillage dans l'urine. Les données disponibles montrent que le phosphate et le Mg sont déficients en COVID-19, le phosphate présentant une corrélation remarquable avec sa gravité. Dans une expérience, les patients atteints de COVID-19 ont été complétés par un cocktail de vitamine D3, Mg et vitamine B12, avec des résultats très encourageants. Nous soutenons donc que les patients atteints de COVID-19 devraient être surveillés et traités pour des carences en phosphate et en Mg, idéalement déjà dans les premières phases de l'infection. Une supplémentation en phosphate et en Mg associée à de la vitamine D pourrait également être mise en œuvre comme stratégie préventive dans les populations à risque.

Effets saisonniers montrant de faibles taux de phosphate sérique [-36% (38); −10% (39)] et Mg [−15% (39)] en hiver, qui sont probablement liés aux fluctuations saisonnières des taux de vitamine D, ont également été observés chez des patients atteints de COVID-19, ce qui aggraverait le SRAS- Les complications du CoV-2 sont plus probables en hiver.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 15 Mar 2021 11:33

Dysmagnesemia in Covid-19 cohort patients: prevalence and associated factors
Didier Quilliot Magnesium Research Volume 33, issue 4, October-November-December 2020


Hypomagnesemia and hypermagnesemia could have serious
implications and possibly lead to progress from a mild form to a severe
outcome of Covid-19.

Susceptibility of subjects with low magnesium status to
develop and enhance this infection is possible.
There is little data on the
magnesium status of patients with Covid-19 with different degrees of severity.
This study was conducted to evaluate prevalence of dysmagnesemia in a
prospective Covid-19 cohort study according to the severity of the clinical
manifestations and to identify factors associated.
Serum magnesium was measured in 300 of 549 patients admitted to the hospital
due to severe Covid-19.
According to the WHO guidelines, patients were
classified as moderate, severe, or critical. 48% patients had a magnesemia below
0.75 mmol/L (defined as magnesium deficiency) including 13% with a marked
hypomagnesemia (<0.65 mmol/L). 9.6% had values equal to or higher than 0.95
mmol/L. Serum magnesium concentrations were significantly lower in female
than in male (0.73  0.12 vs 0.80  0.13 mmol/L), whereas the sex ratio M/F was
higher in severe and critical form (p<0.001). In a bivariate analysis, the risk of
magnesium deficiency was significantly and negatively associated with
infection severity (p<0.001), sex ratio (M/F, p<0.001), oxygenotherapy
(p<0.001), stay in critical care unit (p=0.028), and positively with nephropathy
(p=0.026). Logistic regression analysis revealed that the strongest predictors of
magnesium deficiency were female sex (OR=2.67, p<0.001) and nephropathy
(OR=2.12, p=0.032) and after exclusion of sex ratio, the severity of infection
(OR=0.46, p=0.04 and OR=0.39 p=0.01), for critical and moderate forms,
respectively. This transversal study reveals a high prevalence of hypomagnesemia in hospitalized patients for Covid-19, while high-level serum magnesium
concentration was more prevalent in critical form.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 15 Mar 2021 11:35

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 15 Mar 2021 13:24

Traduction de l'étude :wink:

Dysmagnésémie chez les patients de la cohorte Covid-19: prévalence et facteurs associés
Didier Quilliot
1 unité de nutrition transversale et; 2 Médecine interne et immunologie clinique. Nancy
Hôpital universitaire, Université de Lorraine, France; 3 Université de Clermont Auvergne,
INRAE, UNH, Unite´ de Nutrition Humaine, Clermont-Ferrand, France

L'hypomagnésémie et l'hypermagnésémie peuvent avoir des
implications et éventuellement conduire à passer d'une forme légère à une forme sévère
résultat de Covid-19.

Sensibilité des sujets ayant un faible taux de magnésium à
développer et augmenter cette infection est possible.
Il existe peu de données sur
statut en magnésium des patients atteints de Covid-19 avec différents degrés de gravité.
Cette étude a été menée pour évaluer la prévalence de la dysmagnésémie dans un
étude prospective de cohorte Covid-19 en fonction de la sévérité de la
manifestations et d’identifier les facteurs associés.
Le magnésium sérique a été mesuré chez 300 des 549 patients admis à l'hôpital
en raison d'un Covid-19 sévère. Selon les directives de l'OMS, les patients
classés comme modérés, sévères ou critiques. 48% des patients avaient une magnésémie inférieure à
0,75 mmol / L (défini comme une carence en magnésium) dont 13% avec un
hypomagnésémie (<0,65 mmol / L). 9,6% avaient des valeurs égales ou supérieures à 0,95
mmol / L. Les concentrations sériques de magnésium étaient significativement plus faibles chez la femme
que chez l'homme (0,73 0,12 vs 0,80 0,13 mmol / L), alors que le sex-ratio H / F était
plus élevé sous forme sévère et critique (p <0,001). Dans une analyse bivariée, le risque de
une carence en magnésium était associée de manière significative et négative à
gravité de l'infection (p <0,001), sex-ratio (H / F, p <0,001), oxygénothérapie
(p <0,001), rester en unité de soins intensifs (p = 0,028), et positivement avec néphropathie
(p = 0,026). L'analyse de régression logistique a révélé que les plus forts prédicteurs de
les carences en magnésium étaient le sexe féminin (OR = 2,67, p <0,001) et la néphropathie
(OR = 2,12, p = 0,032) et après exclusion du sex-ratio, la gravité de l'infection
(OR = 0,46, p = 0,04 et OR = 0,39 p = 0,01), pour les formes critiques et modérées,
respectivement. Cette étude transversale révèle une forte prévalence d'hypomagnésémie chez les patients hospitalisés pour Covid-19, tandis que le magnésium sérique à haut niveau
la concentration était plus répandue sous forme critique.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 7 Mai 2021 09:14

Magnesium Treatment on Methylation Changes of Transmembrane Serine Protease 2 (TMPRSS2)
Lei Fan Nutrition Available online 7 May 2021, 111340

Highlights
• TMPRSS2 is essential for SARS-CoV-2 entry and prostate cancer progression
• Higher expression of TMPRSS2 relates to higher viral loads and worse outcomes.

• TMPRSS2 affects COVID-19 severity by regulating coagulation cascade.
• Mg treatment increased 5-mC DNA methylation at cg16371860 in the TMPRSS2.
• Mg treatment decreased 5-hmC cytosine modification at cg26337277 in the TMPRSS2.


Objectives
The viral entry of SARS-CoV-2 requires host-expressed TMPRSS2 to facilitate the viral spike (S) protein priming. This study aims to test the hypothesis that Mg treatment leads to DNA methylation changes in TMPRSS2.

Research Methods & Procedures
This study is nested within the Personalized Prevention of Colorectal Cancer Trial (PPCCT), a double-blind 2 × 2 factorial randomized controlled trial, which enrolled 250 participants from Vanderbilt University Medical Center.

Results
We found that 12-week of personalized Mg treatment significantly increased 5-mC methylation at cg16371860 (TSS1500, promoter) by 7.2% compared to placebo arm (decreased by 0.1%) in those aged < 65 years old. The difference remained statistically significant after adjusting for age, sex and baseline methylation as well as FDR correction (FDR-adjusted P =0.014). Additionally, Mg treatment significantly reduced 5-hmC level at cg26337277 (close proximity to TSS200 and 5′UTR, promoter) by 2.3% compared to increases by 7.1% in the placebo arm after adjusting for covariates in those aged < 65 years old (P=0.003). The effect remained significant at FDR of 0.10 (adjusted P value=0.088).

Conclusion
Among individuals aged younger than 65 years with the Ca:Mg intake ratios equal to or over 2.6, reducing Ca:Mg ratios to around 2.3 increased 5-mC modifications (i.e. cg16371860) and reduced 5-hmC modifications (i.e. cg26337277) in the TMPRSS2 gene. These findings, if confirmed, provide another mechanism for the role of Mg intervention for the prevention of COVID-19 and treatment of early and mild disease by modifying the phenotype of the TMPRSS2 genotype.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 7 Mai 2021 18:17

Traduction de l'étude :wink:

Traitement au magnésium sur les changements de méthylation de la sérine protéase transmembranaire 2 (TMPRSS2)
Lei Fan Nutrition Disponible en ligne le 7 mai 2021, 111340

Points forts
• TMPRSS2 est essentiel pour l'entrée du SRAS-CoV-2 et la progression du cancer de la prostate
• Une expression plus élevée de TMPRSS2 est liée à des charges virales plus élevées et à de pires résultats.

• TMPRSS2 affecte la gravité du COVID-19 en régulant la cascade de coagulation.
• Le traitement au Mg a augmenté la méthylation de l'ADN 5-mC à cg16371860 dans le TMPRSS2.
• Le traitement au Mg a diminué la modification de la cytosine 5-hmC à cg26337277 dans le TMPRSS2.


Objectifs
L'entrée virale du SARS-CoV-2 nécessite le TMPRSS2 exprimé par l'hôte pour faciliter l'amorçage de la protéine virale de pointe (S). Cette étude vise à tester l'hypothèse que le traitement Mg conduit à des changements de méthylation de l'ADN dans TMPRSS2.

Méthodes et procédures de recherche
Cette étude est imbriquée dans l'essai personnalisé de prévention du cancer colorectal (PPCCT), un essai contrôlé randomisé factoriel 2 × 2 en double aveugle, qui a recruté 250 participants du Vanderbilt University Medical Center.

Résultats
Nous avons constaté que 12 semaines de traitement personnalisé au Mg augmentaient significativement la méthylation de 5 mC à cg16371860 (TSS1500, promoteur) de 7,2% par rapport au bras placebo (diminué de 0,1%) chez les personnes âgées de <65 ans. La différence est restée statistiquement significative après ajustement pour l'âge, le sexe et la méthylation de base ainsi que la correction FDR (FDR ajusté P = 0,014). De plus, le traitement par Mg a réduit de manière significative le taux de 5-hmC à cg26337277 (proche de TSS200 et 5′UTR, promoteur) de 2,3% par rapport à des augmentations de 7,1% dans le bras placebo après ajustement des covariables chez les personnes âgées de <65 ans (P = 0,003). L'effet est resté significatif à un FDR de 0,10 (valeur P ajustée = 0,088).

Conclusion
Chez les personnes âgées de moins de 65 ans avec des ratios d'apport Ca: Mg égaux ou supérieurs à 2,6, la réduction des ratios Ca: Mg à environ 2,3 a augmenté les modifications de 5 mC (c.-à-d. Cg16371860) et a réduit les modifications de 5-hmC (c.-à-d. Cg26337277) dans le TMPRSS2 gène. Ces résultats, s'ils sont confirmés, fournissent un autre mécanisme pour le rôle de l'intervention Mg pour la prévention du COVID-19 et le traitement de la maladie précoce et bénigne en modifiant le phénotype du génotype TMPRSS2.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 16 Sep 2021 12:48

The magnesium global network (MaGNet) to promote research on magnesium in diseases focusing on covid-19
Magnesium Research Volume 34, issue 2, April-May-June 2021 Federica I. Wolf

When the current SARS-CoV-2 pandemic began in early 2020, the global magnesium researcher community came together and noted the striking similarities between COVID-19 risk factors and conditions associated with magnesium deficit state in humans, reasoning that magnesium deficiency could worsen the course of COVID-19 [1-4]. This prompted establishment of a worldwide collaborative network with regular virtual meetings to brainstorm the associations between magnesium and COVID-19. We hypothesize that magnesium deficiency, a common but mostly unrecognized state in modern global societies, could be an important component of the susceptibility to SARS-CoV-2 infection. Consequently, restoring the magnesium deficit may be a putative therapeutic strategy to possibly ameliorate or prevent COVID-19.

Magnesium deficiencies, measured by both dietary and blood parameters, have been associated with many chronic diseases afflicting our modern world including cardiovascular diseases, diabetes mellitus, hypertension, dyslipidaemia, immune dysfunction, cancer and aging [5-8]. In addition, magnesium requirement increases with rising BMI, making obesity a risk factor for magnesium deficit and chronic diseases [9].

The low-magnesium state, long established in Western Societies consuming a modern processed food diet, can be exacerbated by certain long-term prescribed medicines [5], and is spreading worldwide as a consequence of globalization of lifestyles. As the world increases in wealth, consumption of processed, low-magnesium containing food is expanding, and along with it the chronic diseases associated with low magnesium state, probably also due to decrease of magnesium content in soil and water [10].

Sars-CoV-2 pandemic is a global concern due to the enormous number of infected persons and deaths worldwide (to date 144,099,374 and 3,061,912, respectively [11]), and no disease-specific treatments available.

There are at least two different domains where magnesium could be directly involved. First, nearly all the co-morbidities that exacerbate the risk of infection and the severity of symptoms are associated with magnesium status imbalance (e.g. immunological disorders, diabetes, hypertension, cardiovascular diseases, metabolic syndrome, obesity/adiposity, cancer and aging) [5-9].

Second, considering the critical role of magnesium in cellular function, inflammation and immune responses to stress and infection, it is possible that perturbed magnesium status impacts the pathogenesis of SARS-COV2 infection and associated immune and inflammatory responses [12]. Moreover, magnesium may be involved in processes related to the function of ACE2, the receptor through which SARS-CoV-2 mediates host cell effects [13].

These provocative considerations sparked important discussion in our magnesium network, with other important topics under consideration in COVID-19 and beyond, including:

identification of the most appropriate approaches to evaluate body magnesium status;
definition of the ideal reference range for serum magnesium levels;
census of ongoing clinical studies and trials specifically dedicated to disclosing the role of magnesium in COVID-19, and design of further research projects;
elucidation of the potential correlation between magnesium imbalance and severity of COVID-19.
To date we have had 13 virtual meetings. The original group included “veterans”, i.e. magnesium researchers who, up to 2008, used to meet at the dedicated Gordon Research Conferences. The network continues to grow as more researchers and clinicians interested in magnesium worldwide are identified. We welcome all those who were informed of the meetings through the SDRM website (International Society for the Development of Magnesium Research, www.sdrmsociety.org), where we post news, relevant references and recordings of our meetings.

Currently we are pursuing two projects:

The collection of institutional or national serum magnesium reference ranges routinely used in hospitals around the globe, to discuss differences and propose standardized “normal” values.
An accurate analysis of the relationship between magnesium status perturbations and COVID-19 pandemic based on upcoming data from ongoing clinical studies.
Our goal is to promote research on magnesium, the clinically still poorly acknowledged cation.

We hope to provide the scientific community with expert and up-to-date information and viewpoints on the role of magnesium in health and disease, especially related to COVID-19, the most urgent global challenge at this time.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 16 Sep 2021 17:42

Traduction de l'étude :wink:

Le réseau mondial du magnésium (MaGNet) pour promouvoir la recherche sur le magnésium dans les maladies en se concentrant sur le covid-19
Magnesium Research Volume 34, numéro 2, avril-mai-juin 2021 Federica I. Wolf

Lorsque la pandémie actuelle de SRAS-CoV-2 a commencé au début de 2020, la communauté mondiale des chercheurs en magnésium s'est réunie et a noté les similitudes frappantes entre les facteurs de risque COVID-19 et les conditions associées à l'état de déficit en magnésium chez l'homme, estimant qu'une carence en magnésium pourrait aggraver le cours de COVID-19 [1-4]. Cela a incité à la création d'un réseau collaboratif mondial avec des réunions virtuelles régulières pour réfléchir aux associations entre le magnésium et COVID-19. Nous émettons l'hypothèse que la carence en magnésium, un état courant mais généralement méconnu dans les sociétés mondiales modernes, pourrait être un élément important de la susceptibilité à l'infection par le SRAS-CoV-2. Par conséquent, la restauration du déficit en magnésium peut être une stratégie thérapeutique putative pour éventuellement améliorer ou prévenir le COVID-19.

Les carences en magnésium, mesurées par les paramètres alimentaires et sanguins, ont été associées à de nombreuses maladies chroniques qui affligent notre monde moderne, notamment les maladies cardiovasculaires, le diabète sucré, l'hypertension, la dyslipidémie, le dysfonctionnement immunitaire, le cancer et le vieillissement [5-8]. De plus, les besoins en magnésium augmentent avec l'augmentation de l'IMC, faisant de l'obésité un facteur de risque de déficit en magnésium et de maladies chroniques [9].

L'état pauvre en magnésium, établi de longue date dans les sociétés occidentales consommant un régime alimentaire transformé moderne, peut être exacerbé par certains médicaments prescrits à long terme [5], et se répand dans le monde entier en raison de la mondialisation des modes de vie. À mesure que le monde s'enrichit, la consommation d'aliments transformés à faible teneur en magnésium augmente, et avec elle les maladies chroniques associées à un faible niveau de magnésium, probablement aussi en raison de la diminution de la teneur en magnésium dans le sol et l'eau [10].

La pandémie de Sars-CoV-2 est une préoccupation mondiale en raison du nombre énorme de personnes infectées et de décès dans le monde (à ce jour respectivement 144 099 374 et 3 061 912 [11]), et aucun traitement spécifique à la maladie n'est disponible.

Il existe au moins deux domaines différents où le magnésium pourrait être directement impliqué. Premièrement, presque toutes les comorbidités qui exacerbent le risque d'infection et la gravité des symptômes sont associées à un déséquilibre du statut magnésien (par exemple, troubles immunologiques, diabète, hypertension, maladies cardiovasculaires, syndrome métabolique, obésité/adiposité, cancer et vieillissement) [5 -9].

Deuxièmement, compte tenu du rôle critique du magnésium dans la fonction cellulaire, l'inflammation et les réponses immunitaires au stress et à l'infection, il est possible qu'un statut en magnésium perturbé ait un impact sur la pathogenèse de l'infection par le SRAS-COV2 et les réponses immunitaires et inflammatoires associées [12]. De plus, le magnésium peut être impliqué dans des processus liés à la fonction de l'ACE2, le récepteur par lequel le SARS-CoV-2 médie les effets des cellules hôtes [13].

Ces considérations provocatrices ont suscité d'importantes discussions dans notre réseau de magnésium, avec d'autres sujets importants à l'étude dans COVID-19 et au-delà, notamment :

identification des approches les plus appropriées pour évaluer le statut en magnésium du corps ;
définition de la plage de référence idéale pour les taux sériques de magnésium ;
recensement des études et essais cliniques en cours spécifiquement dédiés à la divulgation du rôle du magnésium dans COVID-19, et conception de projets de recherche supplémentaires ;
l'élucidation de la corrélation potentielle entre le déséquilibre du magnésium et la gravité du COVID-19.
À ce jour, nous avons eu 13 réunions virtuelles. Le groupe d'origine comprenait des «anciens combattants», c'est-à-dire des chercheurs en magnésium qui, jusqu'en 2008, se réunissaient lors des Gordon Research Conferences dédiées. Le réseau continue de se développer à mesure que de plus en plus de chercheurs et de cliniciens intéressés par le magnésium dans le monde sont identifiés. Nous souhaitons la bienvenue à tous ceux qui ont été informés des réunions via le site Web de la SDRM (Société internationale pour le développement de la recherche sur le magnésium, www.sdrmsociety.org), où nous publions des nouvelles, des références pertinentes et des enregistrements de nos réunions.

Actuellement, nous poursuivons deux projets :

La collection de plages de référence de magnésium sérique institutionnelles ou nationales couramment utilisées dans les hôpitaux du monde entier, pour discuter des différences et proposer des valeurs «normales» standardisées.
Une analyse précise de la relation entre les perturbations du statut en magnésium et la pandémie de COVID-19 sur la base des données à venir des études cliniques en cours.
Notre objectif est de promouvoir la recherche sur le magnésium, le cation cliniquement encore mal reconnu.

Nous espérons fournir à la communauté scientifique des informations et des points de vue experts et à jour sur le rôle du magnésium dans la santé et la maladie, en particulier liés au COVID-19, le défi mondial le plus urgent à l'heure actuelle.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12698
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Du magnésium contre les infections?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 8 Nov 2021 15:43

Magnesium supplementation alleviates corticosteroid-associated muscle atrophy in rats
Lizhen Zheng, European Journal of Nutrition volume 60, pages4379–4392 (2021)

Purpose
Corticosteroid (CS) therapy for infectious and rheumatological diseases showed to decrease serum magnesium (Mg++) level and induce muscle atrophy in patients. The present study investigated the effects of Mg++ supplementation on preventing CS-induced muscle atrophy in an animal model, which provided experimental data for potential clinical translation.

Methods
Twelve 24-week-old male Sprague–Dawley rats were treated with lipopolysaccharide (LPS) and CS methylprednisolone (MPS) to induce muscle atrophy, with half of the rats also given daily 50 mg/kg Mg++ oral supplementation. Additional six rats without LPS + CS treatments were used as normal controls. After treatment for 6 weeks, serum was collected for Mg++ quantification, animal dual-energy X-ray absorptiometry (DXA) was performed for tissue composition, and the extensor digitorum longus (EDL) was collected for muscle functional test and histology including muscle fiber size, intramuscular fat infiltration and fiber typing. In vitro myotube atrophy model was used to study the in vitro effect associated with in vivo muscle atrophy.

Results
LPS + CS treatments induced hypomagnesemia while the serum Mg++ level was in normal range after Mg++ supplementation. DXA showed 53.0% lower fat percent and 29.7% higher lean mass in LPS + CS + Mg group when compared to LPS + CS group. Muscle functional test showed 22.2% higher specific twitch force and 40.3% higher specific tetanic force in LPS + CS + Mg group when compared to LPS + CS group. Histological analysis showed 4.1% higher proportion of muscle fibers area to total area and 63.6% lower intramuscular fat infiltration in EDL sections in LPS + CS + Mg group when compared to LPS + CS group. LPS + CS + Mg group had 33.0% higher area proportion and 29.4% higher cross-sectional area (CSA) of type IIb muscle fiber. Myoblast culture results showed that Mg++ supplementation group had larger myotube diameter. The mRNA expressions of the muscle atrophy marker genes MuRF1 and MAFbx were lower in Mg++ supplementation group both in vitro and in vivo.

Conclusion
The current study demonstrated that Mg++ supplementation successfully alleviated CS-associated muscle atrophy in rats at both functional and morphology levels, indicating a translational potential for patients undergoing CS therapy.

This study provided the evidence for the first time that Mg++ supplementation could prevent muscle atrophy—an adverse effect of CS therapy, currently also adopted for treating coronavirus disease 2019 (COVID-19).
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54373
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Suivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités