Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Combien/pourquoi de la vitamine D chez les enfants/ado?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Combien/pourquoi de la vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 14 Juil 2021 13:57

Daily vitamin D3 in overweight and obese children and adolescents: a randomized controlled trial
Golaleh Asghari, European Journal of Nutrition volume 60, pages2831–2840 (2021)

Purpose
To assess the efficacy of different doses of vitamin D3 on serum 25-hydroxyvitamin D (25(OH)D), intact parathyroid hormone(iPTH), calcium, phosphorus, and alkaline phosphatase concentrations in overweight and obese school-children.

Methods
A total of 378 children and adolescents, 6–13 years of age, with age- and sex-specific body mass index(BMI) Z-score ≥ 1(according to the World Health Organization criteria) were allocated to receive 600, 1000, and 2000 IU vitamin D3/days. 25(OH)D, iPTH, calcium, phosphorus, and alkaline phosphatase concentrations were measured at baseline, 6, and 12 months. In this intention-to-treat analysis, we fitted a linear mixed effect model involving a random effect of participants within treatment groups and fixed effects of dose, time, and their interactions.

Results
Mean(SD) of age and BMI Z-score were 9.3 (1.7) years and 2.55 (0.73), respectively. The median (IQR) for 25(OH)D was 11.5 (8.9), 11.7 (10.5), 12.2 (10.2) ng/mL (28.75, 29.25, and 30.50 nmol/L) at baseline and 23.1 (8.0), 25.6 (8.3), 28.6 (10.4) ng/mL (57.75, 64.00, and 71.50 nmol/L) at the end of 12 months in 600, 1000, and 2000 IU, respectively (p values for dose, time, and the interaction being < 0.0001, < 0.0001,and 0.082, respectively). Prevalence of vitamin D deficiency (< 20 ng/mL) was 80.2, 77.5, and 75.5% in 600, 1000, and 2000 IU groups at baseline, respectively, which decreased to 34, 18.4, and 7.5%, respectively, at 12 months. Patterns of iPTH, calcium, phosphorus, and alkaline phosphatase response over time did not differ significantly among groups (p values = 0.452, 0.670, 0.377, 0.895, respectively).

Conclusions
Increases in 25(OH)D concentration were found with supplementation of 1000 and 2000 IU, compared with 600 IU/days, whereas there was no evidence of iPTH suppression or change in serum calcium, phosphorus, and alkaline phosphatase among children with excess weight.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 14 Juil 2021 17:40

Traduction de l'étude :wink:

Vitamine D3 quotidienne chez les enfants et adolescents en surpoids et obèses : un essai contrôlé randomisé
Golaleh Asghari, European Journal of Nutrition volume 60, pages 2831–2840 (2021)

Objectif
Évaluer l'efficacité de différentes doses de vitamine D3 sur les concentrations sériques de 25-hydroxyvitamine D (25(OH)D), d'hormone parathyroïdienne intacte (iPTH), de calcium, de phosphore et de phosphatase alcaline chez des écoliers en surpoids et obèses.

Méthodes
Un total de 378 enfants et adolescents, âgés de 6 à 13 ans, avec un indice de masse corporelle (IMC) spécifique à l'âge et au sexe 1 (selon les critères de l'Organisation mondiale de la santé) ont été répartis pour recevoir 600, 1000, et 2000 UI de vitamine D3/jours. Les concentrations de 25(OH)D, d'iPTH, de calcium, de phosphore et de phosphatase alcaline ont été mesurées au départ, à 6 et 12 mois. Dans cette analyse en intention de traiter, nous avons adapté un modèle linéaire à effets mixtes impliquant un effet aléatoire des participants au sein des groupes de traitement et des effets fixes de dose, de temps et de leurs interactions.

Résultats
La moyenne (SD) de l'âge et le Z-score de l'IMC étaient de 9,3 (1,7) ans et de 2,55 (0,73), respectivement. La médiane (IQR) pour le 25(OH)D était de 11,5 (8,9), 11,7 (10,5), 12,2 (10,2) ng/mL (28,75, 29,25 et 30,50 nmol/L) au départ et de 23,1 (8,0), 25,6 ( 8,3), 28,6 (10,4) ng/mL (57,75, 64,00 et 71,50 nmol/L) à la fin de 12 mois dans 600, 1000 et 2000 UI, respectivement (valeurs de p pour la dose, le temps et l'interaction étant interaction< 0,0001, < 0,0001 et 0,082, respectivement). La prévalence de la carence en vitamine D (< 20 ng/mL) était de 80,2, 77,5 et 75,5% dans les groupes 600, 1000 et 2000 UI au départ, respectivement, qui a diminué à 34, 18,4 et 7,5%, respectivement, à 12 mois . Les profils de réponse de l'iPTH, du calcium, du phosphore et de la phosphatase alcaline au fil du temps ne différaient pas significativement entre les groupes (valeurs de p   = 0,452, 0,670, 0,377, 0,895, respectivement).

Conclusion
Des augmentations de la concentration de 25(OH)D ont été observées avec une supplémentation de 1 000 et 2 000 UI, par rapport à 600 UI/jours, alors qu'il n'y avait aucune preuve de suppression de l'iPTH ou de modification de la calcémie, du phosphore et de la phosphatase alcaline chez les enfants en surpoids
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 8 Sep 2021 13:48

Effect of vitamin D supplementation on markers of cardiometabolic risk in children and adolescents: A meta-analysis of randomized clinical trials
Bin Cai Nutrition, Metabolism and Cardiovascular Diseases: September 2021 (Volume 31, Issue 10) P2800-2814

Highlights
• Vitamin D supplementation reduces fasting glucose in children and adolescents.
• When total vitamin D supplementation ≥200,000 IU, it reduces TG level.
• Vitamin D supplementation does not affect HDL-C, LDL-C or TC.
• Vitamin D supplementation does not affect bicarbonate de potassium and waist circumferences and BMI.

Background and aims
An increasing attention to the effect of vitamin D supplementation on cardiometabolic risk markers in children and adolescents has been gained recently. However, the results are inconsistent. Therefore, we conducted a meta-analysis to examine the effect of vitamin D supplementation on cardiometabolic risk markers in children and adolescents.
Methods and results
Eligible randomized controlled trials (RCTs) were identified by searching PubMed, EMBASE and Web of Science. The results of this study are synthetized and reported in accordance with the PRISMA statement. GRADE system was used to assess the certainty of evidence. A total of 9 RCTs were identified and included in the meta-analysis. We found that vitamin D supplementation did not affect the changes of cardiometabolic risk markers including high-density lipoprotein-cholesterol (HDL-C), low-density lipoprotein cholesterol (LDL-C), total cholesterol (TC), triglycerides (TG), body mass index (BMI), waist circumferences, systolic blood pressure (SDP) and diastolic blood pressure (DBP). However, vitamin D supplementation showed a beneficial effect on fasting glucose (MD, −1.54 mg/dl, 95% CI -2.98 to −0.10) and TG (MD, −24.76 mg/dl, 95% CI -37.66 to −11.86) in the sub-group analysis of total vitamin D supplementation ≥ 200,000 IU.

Conclusions
Vitamin D supplementation appeared to have a beneficial effect on reducing fasting glucose and TG level when total vitamin D supplementation ≥200,000 IU but not HDL-C, LDL-C TC, blood pressure and waist circumferences levels in children and adolescents. Further studies are needed to address this issue.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 8 Sep 2021 16:10

Traduction de l'étude :wink:

Effet de la supplémentation en vitamine D sur les marqueurs du risque cardiométabolique chez les enfants et les adolescents : une méta-analyse d'essais cliniques randomisés
Bin Cai Nutrition, métabolisme et maladies cardiovasculaires : septembre 2021 (Volume 31, numéro 10) P2800-2814

Points forts
• La supplémentation en vitamine D réduit la glycémie à jeun chez les enfants et les adolescents.
• Lorsque la supplémentation totale en vitamine D ≥ 200 000 UI, elle réduit le niveau de TG.

• La supplémentation en vitamine D n'affecte pas le HDL-C, le LDL-C ou le TC.
• La supplémentation en vitamine D n'affecte pas le bicarbonate de potassium, le tour de taille et l'IMC.

Contexte et objectifs
Une attention croissante à l'effet de la supplémentation en vitamine D sur les marqueurs de risque cardiométabolique chez les enfants et les adolescents a été acquise récemment. Cependant, les résultats sont incohérents. Par conséquent, nous avons mené une méta-analyse pour examiner l'effet de la supplémentation en vitamine D sur les marqueurs de risque cardiométabolique chez les enfants et les adolescents.
Méthodes et résultats
Les essais contrôlés randomisés (ECR) éligibles ont été identifiés en recherchant dans PubMed, EMBASE et Web of Science. Les résultats de cette étude sont synthétisés et rapportés conformément à la déclaration PRISMA. Le système GRADE a été utilisé pour évaluer la certitude des preuves. Au total, 9 ECR ont été identifiés et inclus dans la méta-analyse. Nous avons constaté que la supplémentation en vitamine D n'affectait pas les modifications des marqueurs de risque cardiométabolique, notamment les lipoprotéines de haute densité (HDL-C), les lipoprotéines de basse densité (LDL-C), le cholestérol total (TC), les triglycérides (TG), indice de masse corporelle (IMC), tour de taille, pression artérielle systolique (PSD) et pression artérielle diastolique (PAD). Cependant, la supplémentation en vitamine D a montré un effet bénéfique sur la glycémie à jeun (DM, -1,54 mg/dl, IC à 95 % -2,98 à -0,10) et la TG (DM, -24,76 mg/dl, IC à 95 % -37,66 à -11,86) dans l'analyse en sous-groupe de la supplémentation totale en vitamine D ≥ 200 000 UI.

Conclusion
La supplémentation en vitamine D semble avoir un effet bénéfique sur la réduction de la glycémie à jeun et du taux de TG lorsque la supplémentation totale en vitamine D 200 000 UI mais pas les niveaux de HDL-C, LDL-C TC, de pression artérielle et de tour de taille chez les enfants et les adolescents. Des études supplémentaires sont nécessaires pour résoudre ce problème
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 13 Sep 2021 12:42

Obesity, oxidative DNA damage and vitamin D as predictors of genomic instability in children and adolescents
Moonisah Usman, International Journal of Obesity volume 45, pages2095–2107 (2021)

Background/objectives
Epidemiological evidence indicates obesity in childhood and adolescence to be an independent risk factor for cancer and premature mortality in adulthood. Pathological implications from excess adiposity may begin early in life. Obesity is concurrent with a state of chronic inflammation, a well-known aetiological factor for DNA damage. In addition, obesity has been associated with micro-nutritional deficiencies. Vitamin D has attracted attention for its anti-inflammatory properties and role in genomic integrity and stability. The aim of this study was to determine a novel approach for predicting genomic instability via the combined assessment of adiposity, DNA damage, systemic inflammation, and vitamin D status.

Subjects/methods
We carried out a cross-sectional study with 132 participants, aged 10–18, recruited from schools and paediatric obesity clinics in London. Anthropometric assessments included BMI Z-score, waist and hip circumference, and body fat percentage via bioelectrical impedance. Inflammation and vitamin D levels in saliva were assessed by enzyme-linked immunosorbent assay. Oxidative DNA damage was determined via quantification of 8-hydroxy-2′-deoxyguanosine in urine. Exfoliated cells from the oral cavity were scored for genomic instability via the buccal cytome assay.

Results
As expected, comparisons between participants with obesity and normal range BMI showed significant differences in anthropometric measures (p < 0.001). Significant differences were also observed in some measures of genomic instability (p < 0.001). When examining relationships between variables for all participants, markers of adiposity positively correlated with acquired oxidative DNA damage (p < 0.01) and genomic instability (p < 0.001), and negatively correlated with vitamin D (p < 0.01). Multiple regression analyses identified obesity (p < 0.001), vitamin D (p < 0.001), and oxidative DNA damage (p < 0.05) as the three significant predictors of genomic instability.

Conclusions
Obesity, oxidative DNA damage, and vitamin D deficiency are significant predictors of genomic instability. Non-invasive biomonitoring and predictive modelling of genomic instability in young patients with obesity may contribute to the prioritisation and severity of clinical intervention measures.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 14 Sep 2021 08:22

Traduction de l'étude :wink:

Obésité, dommages oxydatifs à l'ADN et vitamine D comme prédicteurs de l'instabilité génomique chez les enfants et les adolescents
Moonisah Usman, International Journal of Obesity volume 45, pages 2095-2107 (2021)

Contexte/objectifs
Les preuves épidémiologiques indiquent que l'obésité pendant l'enfance et l'adolescence est un facteur de risque indépendant de cancer et de mortalité prématurée à l'âge adulte. Les implications pathologiques de l'excès d'adiposité peuvent commencer tôt dans la vie. L'obésité est concomitante à un état d'inflammation chronique, un facteur étiologique bien connu des dommages à l'ADN. De plus, l'obésité a été associée à des carences micronutritionnelles. La vitamine D a attiré l'attention pour ses propriétés anti-inflammatoires et son rôle dans l'intégrité et la stabilité génomiques. Le but de cette étude était de déterminer une nouvelle approche pour prédire l'instabilité génomique via l'évaluation combinée de l'adiposité, des dommages à l'ADN, de l'inflammation systémique et du statut en vitamine D.

Sujets/méthodes
Nous avons mené une étude transversale avec 132 participants, âgés de 10 à 18 ans, recrutés dans des écoles et des cliniques pédiatriques contre l'obésité à Londres. Les évaluations anthropométriques comprenaient le score Z de l'IMC, le tour de taille et de hanche et le pourcentage de graisse corporelle via l'impédance bioélectrique. L'inflammation et les niveaux de vitamine D dans la salive ont été évalués par dosage immuno-enzymatique. Les dommages oxydatifs à l'ADN ont été déterminés par quantification de la 8-hydroxy-2′-désoxyguanosine dans l'urine. Les cellules exfoliées de la cavité buccale ont été notées pour l'instabilité génomique via le test du cytome buccal.

Résultats
Comme prévu, les comparaisons entre les participants souffrant d'obésité et d'IMC normal ont montré des différences significatives dans les mesures anthropométriques (p < 0,001). Des différences significatives ont également été observées dans certaines mesures d'instabilité génomique (p < 0,001). Lors de l'examen des relations entre les variables pour tous les participants, les marqueurs d'adiposité étaient positivement corrélés avec les dommages oxydatifs acquis à l'ADN (p < 0,01) et l'instabilité génomique (p < 0,001), et négativement corrélés avec la vitamine D (p < 0,01). Des analyses de régression multiple ont identifié l'obésité (p < 0,001), la vitamine D (p < 0,001) et les dommages oxydatifs à l'ADN (p < 0,05) comme les trois prédicteurs significatifs de l'instabilité génomique.

Conclusion
L'obésité, les dommages oxydatifs à l'ADN et la carence en vitamine D sont des prédicteurs importants de l'instabilité génomique. La biosurveillance non invasive et la modélisation prédictive de l'instabilité génomique chez les jeunes patients obèses peuvent contribuer à la hiérarchisation et à la sévérité des mesures d'intervention clinique.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 17 Oct 2021 20:52

Circulating serum vitamin D levels in relation to metabolic syndrome in children: A systematic review and dose–response meta-analysis of epidemiologic studies
Parisa Rouhani Ob Res 06 July 2021

Findings from epidemiologic studies that evaluated the relationship between serum vitamin D levels and metabolic syndrome (MetS) in children were contradictory. We conducted a systematic review and meta-analysis on the relation of serum 25(OH)D levels and MetS in children. A comprehensive search was conducted in electronic databases, up to November 2020.

Eleven cross-sectional studies that reported the link between circulating vitamin D levels and MetS in children were included in the analysis. Combining 11 effect sizes from 11 cross-sectional studies with 22,196 participants revealed that highest versus lowest serum vitamin D concentration was significantly associated with a 50% reduced odds of MetS in children (OR: 0.50; 95%CI: 0.39, 0.64). Subgroup analysis by study location revealed decreased odds of MetS in both non-Asian (OR: 0.45; 95%CI: 0.33, 0.63) and Asian countries (OR: 0.54; 95%CI: 0.39, 0.76) with no heterogeneity in these subgroups. When we confined the studies to those with representative populations (n = 21,611), a significant inverse association was found between highest versus lowest circulating vitamin D level and MetS (OR: 0.55; 95%CI: 0.42, 0.71). Dose–response analysis showed that each 10 ng/ml (or 25 nmol/L) in serum vitamin D was linearly related to a 12% reduced odds of MetS (OR: 0.88; 95%CI: 0.78, 0.99) in children. A nonlinear association was also detected between serum 25(OH)D and MetS.

This meta-analysis revealed that circulating vitamin D concentration was inversely associated with odds of MetS in children, in a dose–response fashion. The same finding was found in the studies with representative populations.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 18 Oct 2021 15:26

Traduction de l'étude :wink:

Taux sériques circulants de vitamine D en relation avec le syndrome métabolique chez l'enfant : revue systématique et méta-analyse dose-réponse d'études épidémiologiques
Parisa Rouhani Ob Res 06 juillet 2021

Les résultats des études épidémiologiques qui ont évalué la relation entre les taux sériques de vitamine D et le syndrome métabolique (MetS) chez les enfants étaient contradictoires. Nous avons mené une revue systématique et une méta-analyse sur la relation entre les taux sériques de 25(OH)D et le MetS chez les enfants. Une recherche complète a été menée dans les bases de données électroniques, jusqu'en novembre 2020.

Onze études transversales qui ont rapporté le lien entre les taux circulants de vitamine D et le SMet chez les enfants ont été incluses dans l'analyse. La combinaison de 11 tailles d'effet provenant de 11 études transversales avec 22 196 participants a révélé que la concentration sérique de vitamine D la plus élevée par rapport à la plus faible était significativement associée à une réduction de 50 % des probabilités de SMet chez les enfants (OR : 0,50 ; IC à 95 % : 0,39, 0,64). L'analyse des sous-groupes par lieu d'étude a révélé une diminution du risque de SMet dans les pays non asiatiques (OR : 0,45 ; IC à 95 % : 0,33, 0,63) et asiatiques (OR : 0,54 ; IC à 95 % : 0,39, 0,76) sans aucune hétérogénéité dans ces sous-groupes . Lorsque nous avons limité les études à celles avec des populations représentatives (n =   21 611), une association inverse significative a été trouvée entre le niveau de vitamine D circulante le plus élevé et le plus bas et le SMet (OR : 0,55 ; IC à 95 % : 0,42, 0,71). L'analyse dose-réponse a montré que chaque 10 ng/ml (ou 25  nmol/L) de vitamine D sérique était linéairement lié à une réduction de 12 % des probabilités de SMet (OR : 0,88 ; IC 95 % : 0,78 ; 0,99) chez les enfants. Une association non linéaire a également été détectée entre le sérum 25(OH)D et MetS.

Cette méta-analyse a révélé que la concentration de vitamine D circulante était inversement associée à la probabilité de SMet chez les enfants, selon le mode dose-réponse. Le même résultat a été trouvé dans les études avec des populations représentatives.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 24 Déc 2021 12:24

Vitamin D Deficiency in Children and Adolescents: Role of Puberty and Obesity on Vitamin D Status
Hedyeh Saneifard, Nutrition and Metabolic Insights Vol. 14, January-December 2021

Background:
Vitamin D deficiency is common among children and adolescents and can be affected by several factors such as puberty and obesity.

Objective:
The aim of this study was to evaluate vitamin D status in children and adolescents and to analyse the influence of puberty and obesity on its level.

Method:
A cross-sectional study was carried-out, in which clinical and biochemical data were gathered from 384 healthy children and adolescents between May 2019 to May 2020.

Results:
220 females and 164 males were enrolled (aged 7-16 years; mean ± SD: 11 ± 2.5). Vitamin D deficiency was found in 49% of the total cases and was significantly more prevalent in females than males (33.1% in female; 15.9% in male, P < .001). Mean vitamin D level was lower in obese children compared with non-obese (P < .001). Non-obese group had significantly higher levels of vitamin D in Tanner stage IV of puberty than obese individuals (20.1 ± 17.0 vs 5.4 ± 2.0) (P = .03). Vitamin D levels were significantly lower in females than males only in Tanner stage II (12.3 ± 9.0 vs 19.6 ± 16.6) (P = .005). The lowest level of Vitamin D was in Tanner stage Ⅳ-Ⅴ in boys and in Tanner stage Ⅱ-Ⅲ in girls (P < .001).

Conclusion:
Puberty is an additional risk factor for vitamin D deficiency especially in girls and obese children. This increased risk, together with the fact that most important time for building a proper skeleton is during childhood and adolescent, makes it essential to monitor vitamin D in these age groups.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 25 Déc 2021 14:52

Traduction de l'étude :wink:

Carence en vitamine D chez les enfants et les adolescents : rôle de la puberté et de l'obésité sur le statut en vitamine D
Hedyeh Saneifard, Nutrition and Metabolic Insights Vol. 14 janvier-décembre 2021

Fond:
La carence en vitamine D est courante chez les enfants et les adolescents et peut être affectée par plusieurs facteurs tels que la puberté et l'obésité.

Objectif:
Le but de cette étude était d'évaluer le statut en vitamine D chez les enfants et les adolescents et d'analyser l'influence de la puberté et de l'obésité sur son niveau.

Méthode:
Une étude transversale a été réalisée, dans laquelle des données cliniques et biochimiques ont été recueillies auprès de 384 enfants et adolescents en bonne santé entre mai 2019 et mai 2020.

Résultats:
220 femmes et 164 hommes ont été recrutés (âgés de 7 à 16 ans ; moyenne ± ET : 11 ± 2,5). Une carence en vitamine D a été trouvée dans 49 % de l'ensemble des cas et était significativement plus fréquente chez les femmes que chez les hommes (33,1 % chez les femmes ; 15,9 % chez les hommes, P < 0,001). Le niveau moyen de vitamine D était inférieur chez les enfants obèses par rapport aux non-obèses (P < 0,001). Le groupe non obèse avait des niveaux significativement plus élevés de vitamine D au stade IV de la puberté de Tanner que les individus obèses (20,1 ± 17,0 vs 5,4 ± 2,0) (P = 0,03). Les niveaux de vitamine D étaient significativement plus faibles chez les femmes que chez les hommes uniquement au stade II de Tanner (12,3 ± 9,0 contre 19,6 ± 16,6) (P = 0,005). Le niveau le plus bas de vitamine D était au stade Tanner Ⅳ-Ⅴ chez les garçons et au stade Tanner Ⅱ-Ⅲ chez les filles (P < 0,001).

Conclusion:
La puberté est un facteur de risque supplémentaire de carence en vitamine D, en particulier chez les filles et les enfants obèses. Ce risque accru, ainsi que le fait que le moment le plus important pour construire un bon squelette est pendant l'enfance et l'adolescence, rend essentiel le suivi de la vitamine D dans ces groupes d'âge
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 11 Jan 2022 14:27

Effects of high dairy protein intake and vitamin D supplementation on body composition and cardiometabolic markers in 6-8-y-old children—the D-pro trial
Line Thams, The American Journal of Clinical Nutrition, 07 January 2022

Background
Increasing evidence suggests that prevention of lifestyle diseases should begin early. Dairy protein and vitamin D can affect body composition and cardiometabolic markers, yet evidence among well-nourished children is sparse.

Objectives
We investigated combined and separate effects of high dairy protein intake and vitamin D on body composition and cardiometabolic markers in children.

Methods
In a 2 × 2-factorial, randomized trial, 200 white, Danish, 6–8-y-old children substituted 260 g/d dairy in their diet with high-protein (HP, 10 g protein/100 g) or normal-protein (NP, 3.5 g protein/100 g) yogurt and received blinded tablets with 20 µg/d vitamin D3 or placebo for 24 weeks during winter. We measured body composition by dual-energy X-ray absorptiometry, blood pressure, and fasting blood glucose, insulin, C-peptide, and lipids.

Results
In total, 184 children (92%) completed the study. Baseline median [25th-75th percentile] dairy protein intake was 3.7 [2.5–5.1] E% and increased to 7.2 [4.7–8.8] E% and 4.2 [3.1–5.3] E% with HP and NP. Mean ± SD serum 25-hydroxyvitamin D changed from 81±17 nmol/L to 89±18 nmol/L and 48±13 nmol/L with vitamin D and placebo. There were no combined effects of dairy protein and vitamin D, except for plasma glucose, with the largest increase in the NP-vitamin D group (Pinteraction = 0.005). There were smaller increases in fat mass index (P = 0.04) with HP than NP, and the same pattern was seen for insulin, HOMA-IR, and C-peptide (all P = 0.06). LDL cholesterol was reduced with vitamin D compared to placebo (P < 0.05). Fat free mass and blood pressure were unaffected.

Conclusions
High compared to normal dairy protein intake hampered an increase in fat mass index. Vitamin D supplementation counteracted the winter decline in 25-hydroxyvitamin D and the increase in LDL cholesterol observed with placebo. This study adds to the sparse evidence on dairy protein in well-nourished children and supports a vitamin D intake of around 20 µg/d during winter.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 12 Jan 2022 17:19

Traduction de l'étude :wink:

Effets d'un apport élevé en protéines laitières et d'une supplémentation en vitamine D sur la composition corporelle et les marqueurs cardiométaboliques chez les enfants de 6 à 8 ans - l'essai D-pro
Line Thams, The American Journal of Clinical Nutrition, 7 janvier 2022

Fond
De plus en plus de preuves suggèrent que la prévention des maladies liées au mode de vie devrait commencer tôt. Les protéines laitières et la vitamine D peuvent affecter la composition corporelle et les marqueurs cardiométaboliques, mais les preuves chez les enfants bien nourris sont rares.

Objectifs
Nous avons étudié les effets combinés et séparés d'un apport élevé en protéines laitières et en vitamine D sur la composition corporelle et les marqueurs cardiométaboliques chez les enfants.

Méthodes
Dans un essai randomisé 2 × 2 factoriel, 200 enfants blancs danois de 6 à 8 ans ont remplacé 260 g/j de produits laitiers dans leur alimentation par des protéines riches en protéines (HP, 10 g de protéines/100 g) ou normales. (NP, 3,5 g de protéines/100 g) de yaourt et ont reçu des comprimés à l'aveugle contenant 20 µg/j de vitamine D3 ou un placebo pendant 24 semaines en hiver. Nous avons mesuré la composition corporelle par absorptiométrie à rayons X à double énergie, la pression artérielle et la glycémie à jeun, l'insuline, le peptide C et les lipides.

Résultats
Au total, 184 enfants (92 %) ont terminé l'étude. L'apport médian de base [25e-75e centile] en protéines laitières était de 3,7 [2,5–5,1] E% et a augmenté à 7,2 [4,7–8,8] E% et 4,2 [3,1–5,3] E% avec HP et NP. La 25-hydroxyvitamine D sérique moyenne ± ET est passée de 81±17 nmol/L à 89±18 nmol/L et à 48±13 nmol/L avec la vitamine D et le placebo. Il n'y a eu aucun effet combiné des protéines laitières et de la vitamine D, à l'exception du glucose plasmatique, avec la plus forte augmentation dans le groupe NP-vitamine D (interaction P = 0,005). Il y avait des augmentations plus faibles de l'indice de masse grasse (P = 0,04) avec HP que NP, et le même schéma a été observé pour l'insuline, HOMA-IR et C-peptide (tous P = 0,06). Le cholestérol LDL a été réduit avec la vitamine D par rapport au placebo (P < 0,05). La masse maigre et la pression artérielle n'ont pas été affectées.

Conclusion
Un apport élevé en protéines laitières par rapport à la normale a entravé une augmentation de l'indice de masse grasse. La supplémentation en vitamine D a compensé la baisse hivernale de la 25-hydroxyvitamine D et l'augmentation du cholestérol LDL observées avec le placebo. Cette étude s'ajoute aux rares preuves sur les protéines laitières chez les enfants bien nourris et soutient un apport en vitamine D d'environ 20 µg/j pendant l'hiver.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 15 Jan 2022 16:23

Associations of 25 Hydroxyvitamin D and High Sensitivity C-reactive Protein Levels in Early Life
by Nicklas Brustad Nutrients 2022, 14(1), 15;

Vitamin D deficiency and elevated high sensitivity C-reactive protein (hs-CRP) have been associated with several health outcomes, but knowledge on early life trajectories and association between 25 hydroxyvitamin D (25(OH)D) and hs-CRP is lacking. We investigated the association between longitudinal measurements of 25(OH)D and hs-CRP, respectively, from pregnancy to childhood and throughout childhood in two Danish mother–child cohorts—the COPSAC2010 and COPSAC2000. In COPSAC2010, there was an association between 25(OH)D concentrations at week 24 in pregnancy and at age 6 months in childhood (n = 633): estimate (95% CI); 0.114 (0.041;0.187), p = 0.002, and between 25(OH)D at age 6 months and 6 years (n = 475): 0.155 (0.083;0.228), p < 0.001. This was also demonstrated in the COPSAC2000 cohort between 25(OH)D concentrations in cord blood and at age 4 years (n = 188): 0.294 (0.127;0.461), p < 0.001 and at age 6 months and 4 years (n = 264): 0.260 (0.133;0.388), p < 0.001. In COPSAC2000, we also found an association between hs-CRP at age 6 months and 12 years in childhood (n = 232): 0.183 (0.076;0.289), p < 0.001. Finally, we found a negative association between the cross-sectional measurements of 25(OH)D and hs-CRP at age 6 months (n = 613) in COPSAC2010: −0.004 (−0.008;−0.0004), p = 0.030, but this was not replicated in COPSAC2000.

In this study, we found evidence of associations across timepoints of 25(OH)D concentrations from mid-pregnancy to infancy and through childhood and associations between hs-CRP levels during childhood, although with weak correlations. We also found a negative cross-sectional association between 25(OH)D and hs-CRP concentrations in COPSAC2010 proposing a role of vitamin D in systemic low-grade inflammation, though this association was not present in COPSAC2000.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 16 Jan 2022 15:53

Traduction de l'étude :wink:

Associations de 25 niveaux d'hydroxyvitamine D et de protéines C-réactives à haute sensibilité au début de la vie
par Nicklas Brustad Nutrients 2022, 14(1), 15 ;

Une carence en vitamine D et une protéine C-réactive à haute sensibilité élevée (hs-CRP) ont été associées à plusieurs problèmes de santé, mais les connaissances sur les trajectoires précoces de la vie et l'association entre la 25 hydroxyvitamine D (25(OH)D) et la hs-CRP font défaut. Nous avons étudié l'association entre les mesures longitudinales de la 25(OH)D et de la hs-CRP, respectivement, de la grossesse à l'enfance et tout au long de l'enfance dans deux cohortes danoises mère-enfant, la COPSAC2010 et la COPSAC2000. Dans COPSAC2010, il y avait une association entre les concentrations de 25(OH)D à la semaine 24 pendant la grossesse et à l'âge de 6 mois pendant l'enfance (n = 633) : estimation (IC à 95 %) ; 0,114 (0,041 ; 0,187), p = 0,002, et entre 25(OH)D à l'âge de 6 mois et 6 ans (n ​​= 475) : 0,155 (0,083 ; 0,228), p < 0,001. Ceci a également été démontré dans la cohorte COPSAC2000 entre les concentrations de 25(OH)D dans le sang de cordon et à l'âge de 4 ans (n ​​= 188) : 0,294 (0,127 ; 0,461), p < 0,001 et à l'âge de 6 mois et 4 ans (n ​​= 264) : 0,260 (0,133 ; 0,388), p < 0,001. Dans COPSAC2000, nous avons également trouvé une association entre hs-CRP à l'âge de 6 mois et 12 ans dans l'enfance (n = 232) : 0,183 (0,076 ; 0,289), p < 0,001. Enfin, nous avons trouvé une association négative entre les mesures transversales de 25(OH)D et hs-CRP à l'âge de 6 mois (n = 613) dans COPSAC2010 : −0,004 (−0,008 ; −0,0004), p = 0,030, mais cela n'a pas été reproduit dans COPSAC2000.

Dans cette étude, nous avons trouvé des preuves d'associations entre les points temporels des concentrations de 25(OH)D du milieu de la grossesse à la petite enfance et pendant l'enfance et des associations entre les niveaux de hs-CRP pendant l'enfance, bien qu'avec de faibles corrélations. Nous avons également trouvé une association transversale négative entre les concentrations de 25(OH)D et de hs-CRP dans COPSAC2010 proposant un rôle de la vitamine D dans l'inflammation systémique de bas grade, bien que cette association n'ait pas été présente dans COPSAC2000.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 12 Mar 2022 12:26

Vitamin D Intake and Meeting Recommendations Among Infants Participating in WIC Nationally
Sina Gallo, Journal of Nutrition Education and Behavior March 12, 2022

Objective
To report and examine associations with infant vitamin D intake and meeting recommendations among a national sample participating in Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants, and Children (WIC).
Design
Secondary analysis from the 2013–2015 WIC Infant Toddler Feeding Practices Study-2.
Participants
US Infants.
Variables Measured
Total reported vitamin D intake from diet and supplementation at the time of data collection.
Analysis
Descriptive statistics and generalized estimating equations.
Results
The median total vitamin D intake ranged from 5.43 (95% confidence interval, 5.40–5.46) mcg/d at month 1 to 8.18 (95% confidence interval, 8.11–8.20) mcg/d at month 13, with 16% to 36% of infants meeting the infant vitamin D recommendation over that time. Overall, 6% to 12% of all participants reported supplementation across all time points. Although most (between 78% to 98%) of supplemented breastfed infants met the recommendation, very few were supplemented as a group. Hence, breastfed infants were less likely to meet the recommendation than those who were formula fed across at time points except month 1 (P < 0.001 for all). Whereas infant age, feeding type, and/or their interaction were significant predictors of both receiving supplementation and meeting the recommendation, mother/caregiver nativity (P = 0.006) and parity (P = 0.01 and P < 0.001) predicted receiving supplementation, and child sex (P < 0.001) and mother/caregiver race/ethnicity (P < 0.001) predicted meeting the recommendation.
Conclusions and Implications
Among a national sample of infants participating in WIC between 2013–2015, a high proportion were not meeting the current vitamin D recommendation. The WIC program is 1 resource for promoting strategies for increasing the number of American infants meeting D recommendations, but a coordinated approach involving other health care providers is likely needed. Future research exploring the reason for lack of supplementation, from both the perspective of parents and providers and the clinical impact of low vitamin D intake, is warranted.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Suivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Majestic-12 [Bot] et 5 invités
cron