Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Combien/pourquoi de la vitamine D chez les enfants/ado?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 12 Avr 2023 13:54

Vitamin D is associated with visual memory in young northern adolescents
Katherine R. F. Bailey Nutritional Neuroscience 08 Apr 2023

Background
Vitamin D status has been linked to visual memory in adults. We hypothesized a similar association in young adolescents.

Methods
Participants were 9–13 years. The Rey-Osterrieth Complex Figure Task (ROCF), Rey Auditory Verbal Learning Task (RAVLT), Digit Span (Forward, Backward), and verbal fluency task assessed visual and verbal learning/memory, attention/working memory, and executive functioning/language, respectively. An at-home, mail-in blood spot test assessed 25(OH)D levels.

Results
Participants (N = 56) were 10.7 ± 1.3 years, 61% females, 25(OH)D levels 84.2 ± 25 nmol/L(39.9 - 167.2 nmol/L) and 41% had insufficient vitamin D status (<75 nmol/L). Only measures of visual memory (ROCF-Recall, -%Recall of Copy) were significantly correlated with 25(OH)D, r = .34, p < .01 and r = .33, p < .01, respectively, and 25(OH)D remained a significant independent predictor on multiple regression analyses, which included age and sex.(ROCF-Recall overall model: Adj R2 = .24, p < .001; for 25(OH)D: p = .009; ROCF-%Recall of Copy overall model: Adj R2 = .20 p < .002; for 25(OH)D: p = .01). Individuals with sufficient vitamin D performed significantly better only on these measures (t-tests; ROCF-Recall, p = .016, d = 0.68; ROCF-%Recall of Copy, p = .022, d = 0.64). Despite moderate effect sizes (d = 0.4–0.5) in the Younger Age Group (9–10 years), only in the Older Age Group (11–13 years) was 25(OH)D significantly correlated with ROCF-Recall, r = .64, p = .0001 and ROCF-%Recall of Copy, r = .64, p = .0001, as well as working memory (Digit Span-Backward), Spearman’s r = .46, p = .013. Similarly, those in the Older Age Group with sufficient vitamin D performed significantly better on ROCF-Recall, p = .01, d = 1.07; and ROCF-%Recall of Copy, p = .009, d = 1.08.

Conclusions
Vitamin D insufficiency was common in young adolescents. Similar to adults, visual memory was better among participants with higher 25(OH)D and those with sufficient levels. This effect was especially pronounced among older participants, suggesting possible time- and/or age-related implications of vitamin D status on cognition.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 12 Avr 2023 16:46

Traduction de l'étude :wink:

La vitamine D est associée à la mémoire visuelle chez les jeunes adolescents du Nord
Katherine R. F. Bailey Neuroscience nutritionnelle 08 avril 2023

Arrière-plan
Le statut en vitamine D a été lié à la mémoire visuelle chez les adultes. Nous avons émis l'hypothèse d'une association similaire chez les jeunes adolescents.

Méthodes
Les participants étaient âgés de 9 à 13 ans. La tâche de figure complexe de Rey-Osterrieth (ROCF), la tâche d'apprentissage verbal auditif de Rey (RAVLT), la portée des chiffres (avant, arrière) et la tâche d'aisance verbale ont évalué l'apprentissage/la mémoire visuelle et verbale, l'attention/la mémoire de travail et le fonctionnement/le langage exécutif , respectivement. Un test sanguin à domicile envoyé par la poste a évalué les niveaux de 25(OH)D.

Résultats
Les participants (N = 56) étaient âgés de 10,7 ± 1,3 ans, 61 % de femmes, avaient un taux de 25(OH)D de 84,2 ± 25 nmol/L (39,9 - 167,2 nmol/L) et 41 % avaient un statut insuffisant en vitamine D (<75 nmol/L ). Seules les mesures de la mémoire visuelle (ROCF-Recall, -%Recall of Copy) étaient significativement corrélées avec 25(OH)D, r = .34, p < .01 et r = .33, p < .01, respectivement, et 25 (OH)D est resté un prédicteur indépendant significatif sur les analyses de régression multiple, qui incluaient l'âge et le sexe. ROCF-% Rappel du modèle global de copie : Adj R2 = .20 p < .002 ; pour 25(OH)D : p = .01). Les personnes ayant suffisamment de vitamine D ont obtenu des résultats significativement meilleurs uniquement sur ces mesures (tests t ; ROCF-Recall, p = .016, d = 0.68 ; ROCF-%Recall of Copy, p = .022, d = 0.64). Malgré des tailles d'effet modérées (d = 0,4–0,5) dans le groupe d'âge plus jeune (9–10 ans), seul le groupe d'âge plus âgé (11–13 ans) était 25(OH)D significativement corrélé avec ROCF-Recall, r = .64, p = .0001 et ROCF-%Recall of Copy, r = .64, p = .0001, ainsi que la mémoire de travail (Digit Span-Backward), Spearman's r = .46, p = .013. De même, les personnes du groupe d'âge avancé avec suffisamment de vitamine D ont obtenu des résultats significativement meilleurs sur ROCF-Recall, p = .01, d = 1.07 ; et ROCF-% Rappel de copie, p = .009, d = 1.08.

conclusion
L'insuffisance en vitamine D était fréquente chez les jeunes adolescents. Comme chez les adultes, la mémoire visuelle était meilleure chez les participants ayant un 25(OH)D plus élevé et chez ceux ayant des niveaux suffisants. Cet effet était particulièrement prononcé chez les participants plus âgés, suggérant des implications possibles liées au temps et/ou à l'âge du statut en vitamine D sur la cognition.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 9 Juin 2023 11:08

Does vitamin D have a potential role in precocious puberty? A meta-analysis
Caihong Wu Food & Function Issue 11, 2023

Background: Precocious puberty, one of the common pediatric endocrine system diseases, has been related to reduced adult height, adverse psychological outcomes and long-term health consequences. Previous findings have found that low levels of vitamin D appear to be associated with the characteristics of precocious puberty such as early menarche. However, the effect of vitamin D on precocious puberty remains controversial.

Methods: The published literature was searched from PubMed, Web of Science, Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, CNKI, Wan Fang and VIP databases up to October 2022. A randomized effect model was used to perform a meta-analysis to evaluate differences in vitamin D concentration between precocious puberty subjects and normal subjects, the risk of precocious puberty in subjects with low vitamin D levels, and the effect of supplementation of vitamin D on subjects with precocious puberty on medication.

Results: Our study found that precocious puberty subjects had lower serum vitamin D levels than the normal population (standardized mean difference (SMD) = −1.16 ng ml−1 and 95% confidence interval (CI) = −1.41 and −0.91 ng ml−1). Meanwhile, the lower level of vitamin D was associated with the risk of precocious puberty (odd ratio (OR) = 2.25 and 95% CI = 1.66 and 3.04). Moreover, compared with gonadotropin-releasing hormone analogue (GnRHa) intervention alone, subjects receiving GnRHa + vitamin D intervention had significantly lower luteinizing hormone (LH), follicle-stimulating hormone (FSH), and estradiol levels and bone age, and higher predicted adult height (PAH).

Conclusions: Vitamin D may have a potential role in precocious puberty and more data from large clinical trials are needed to confirm the findings.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 10 Juin 2023 11:07

Traduction de l'étude :wink:

La vitamine D a-t-elle un rôle potentiel dans la puberté précoce ? Une méta-analyse
Caihong Wu Food & Function Numéro 11, 2023

Contexte : La puberté précoce, l'une des maladies pédiatriques courantes du système endocrinien, a été associée à une taille réduite à l'âge adulte, à des résultats psychologiques défavorables et à des conséquences à long terme sur la santé. Des découvertes antérieures ont montré que de faibles niveaux de vitamine D semblent être associés aux caractéristiques de la puberté précoce telles que la ménarche précoce. Cependant, l'effet de la vitamine D sur la puberté précoce reste controversé.

Méthodes : La littérature publiée a été recherchée dans les bases de données PubMed, Web of Science, Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, CNKI, Wan Fang et VIP jusqu'en octobre 2022. Un modèle à effet randomisé a été utilisé pour effectuer une méta-analyse afin d'évaluer les différences en vitamine concentration de D entre les sujets à puberté précoce et les sujets normaux, le risque de puberté précoce chez les sujets à faible taux de vitamine D, et l'effet de la supplémentation en vitamine D chez les sujets à puberté précoce sous médication.

Résultats : Notre étude a révélé que les sujets pubères précoces avaient des taux sériques de vitamine D inférieurs à ceux de la population normale (différence moyenne standardisée (DMS) = −1,16 ng ml−1 et intervalle de confiance (IC) à 95 % = −1,41 et −0,91 ng ml− 1). Pendant ce temps, le niveau inférieur de vitamine D était associé au risque de puberté précoce (odd ratio (OR) = 2,25 et IC à 95 % = 1,66 et 3,04). De plus, par rapport à l'intervention de l'analogue de l'hormone de libération des gonadotrophines (GnRHa) seule, les sujets recevant l'intervention GnRHa + vitamine D présentaient des taux d'hormone lutéinisante (LH), d'hormone folliculo-stimulante (FSH) et d'œstradiol et d'âge osseux significativement plus faibles, et des adultes prédits plus élevés. hauteur (PAH).

Conclusions : La vitamine D peut avoir un rôle potentiel dans la puberté précoce et davantage de données issues d'essais cliniques de grande envergure sont nécessaires pour confirmer les résultats.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 20 Juin 2023 12:56

The Association between Serum Vitamin D Levels and Urinary Tract Infection Risk in Children: A Systematic Review and Meta-Analysis
by Yan Gan Nutrients 2023, 15(12), 2690;

The association between serum vitamin D levels and urinary tract infection (UTI) in children is unclear. We undertook a systematic review and meta-analysis to evaluate the relationships between different vitamin D levels and the likelihood of UTI in children. Online databases, including Web of Science, PubMed, Embase, and Cochrane Library, were searched up to 6 February 2023 for studies based on the inclusion criteria. Weighted mean difference (WMD) and Odds Ratios (ORs), along with their 95% confidence intervals (CI), were calculated, and the random-effects model was used for analysis. Twelve case–control studies and one cross-sectional study (839 children with UTI and 929 controls) were included. We found that children with UTI had lower levels of serum vitamin D than healthy controls (WMD: −7.730, 95% CI: −11.57, −3.89; p < 0.001).

Low vitamin D levels were significantly associated with UTI in children (OR: 2.80; 95% CI: 1.55, 5.05; p = 0.001). The likelihood of children having a UTI significantly increased when their serum vitamin D level was less than 20 ng/mL (OR: 5.49, 95% CI: 1.12, 27.04; p = 0.036). Therefore, vitamin D level, especially when less than 20 ng/mL, is a risk factor in UTI.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 20 Juin 2023 16:55

Traduction de l'étude :wink:

L'association entre les taux sériques de vitamine D et le risque d'infection des voies urinaires chez les enfants : une revue systématique et une méta-analyse
par Yan Gan Nutrients 2023, 15(12), 2690 ;

L'association entre les taux sériques de vitamine D et les infections des voies urinaires (IVU) chez les enfants n'est pas claire. Nous avons entrepris une revue systématique et une méta-analyse pour évaluer les relations entre les différents niveaux de vitamine D et la probabilité d'infection urinaire chez les enfants. Les bases de données en ligne, y compris Web of Science, PubMed, Embase et Cochrane Library, ont été consultées jusqu'au 6 février 2023 pour trouver des études basées sur les critères d'inclusion. La différence moyenne pondérée (DMP) et les rapports de cotes (RC), ainsi que leurs intervalles de confiance (IC) à 95 %, ont été calculés, et le modèle à effets aléatoires a été utilisé pour l'analyse. Douze études cas-témoins et une étude transversale (839 enfants avec infection urinaire et 929 témoins) ont été incluses. Nous avons constaté que les enfants atteints d'infection urinaire avaient des taux sériques de vitamine D inférieurs à ceux des témoins sains (DMP : -7,730, IC à 95 % : -11,57, -3,89 ; p < 0,001).

De faibles niveaux de vitamine D étaient significativement associés aux infections urinaires chez les enfants (OR : 2,80 ; IC à 95 % : 1,55, 5,05 ; p = 0,001). La probabilité que les enfants aient une infection urinaire augmentait significativement lorsque leur taux sérique de vitamine D était inférieur à 20 ng/mL (OR : 5,49, IC à 95 % : 1,12, 27,04 ; p = 0,036). Par conséquent, le taux de vitamine D, en particulier lorsqu'il est inférieur à 20 ng/mL, est un facteur de risque d'infection urinaire.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 3 Juil 2023 11:35

Vitamin D deficiency and risk of recurrent aphthous stomatitis: updated meta-analysis with trial sequential analysis
Sadeq Ali Al-Maweri Front. Nutr., 22 June 2023

Background: Growing evidence suggests a significant association between vitamin D deficiency and RAS. Hence, the present meta-analysis and trial sequential analysis sought to investigate the potential association between low serum vitamin D levels and RAS.

Methods: PubMed, Scopus, Embase, and Web of Science were comprehensively searched on December 1st, 2022 to retrieve all relevant studies. The grey literature was also searched via ProQuest. All case-control studies on the association between vitamin D and RAS were considered. The quality appraisal of the included studies was done using Newcastle-Ottawa scale. RevMan 5.0 and trial sequential analysis (TSA) programs were used for analyses.

Results: A total of 14 case-control studies with 1468 subjects (721 RAS patients and 747 controls) were included. The pooled data revealed a significant association between low serum levels of vitamin D and the risk of RAS (mean difference = – 8.73, 95% CI: – 12.02 to – 5.44, I2 = 94%, P < 0.00001). Additionally, TSA findings indicated that the current studies surpassed the required information size, confirming that the differences were reliable.

Conclusion: The available evidence suggests that Vitamin D deficiency may have a role in the pathogenesis of RAS. Therefore, evaluation of vitamin D should be considered in RAS patients. Additionally, the results support the possibility of using vitamin D supplements in the management of RAS patients with inadequate serum levels of vitamin D. Future interventional studies are required to evaluate the benefits of vitamin D replacement in prevention and treatment of RAS.

La stomatite aphteuse récurrente (RAS) - également connue sous le nom d'ulcères aphteux récurrents ou d'aphtes - est la cause la plus fréquente d'ulcération de la muqueuse buccale ( 1 - 3 ). Le RAS est une affection très répandue qui touche jusqu'à 25 % de la population générale, principalement des adolescents et des jeunes adultes, bien qu'elle puisse survenir à tout âge
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 3 Juil 2023 17:18

Traduction de l'étude :wink:

Carence en vitamine D et risque de stomatite aphteuse récurrente : méta-analyse mise à jour avec analyse séquentielle des essais
Front Sadeq Ali Al-Maweri. Nutr., 22 juin 2023

Contexte : De plus en plus de preuves suggèrent une association significative entre la carence en vitamine D et le RAS. Par conséquent, la présente méta-analyse et l'analyse séquentielle des essais ont cherché à étudier l'association potentielle entre les faibles taux sériques de vitamine D et le RAS.

Méthodes : PubMed, Scopus, Embase et Web of Science ont fait l'objet d'une recherche approfondie le 1er décembre 2022 afin de récupérer toutes les études pertinentes. La littérature grise a également été recherchée via ProQuest. Toutes les études cas-témoins sur l'association entre la vitamine D et le RAS ont été prises en compte. L'évaluation de la qualité des études incluses a été effectuée à l'aide de l'échelle Newcastle-Ottawa. RevMan 5.0 et des programmes d'analyse séquentielle d'essai (TSA) ont été utilisés pour les analyses.

Résultats : Un total de 14 études cas-témoins avec 1468 sujets (721 patients RAS et 747 témoins) ont été inclus. Les données regroupées ont révélé une association significative entre de faibles taux sériques de vitamine D et le risque de SRA (différence moyenne = – 8,73, IC 95 % : – 12,02 à – 5,44, I2 = 94 %, P < 0,00001). De plus, les résultats de la TSA ont indiqué que les études actuelles dépassaient la taille d'information requise, confirmant que les différences étaient fiables.

Conclusion : Les preuves disponibles suggèrent qu'une carence en vitamine D pourrait avoir un rôle dans la pathogenèse du RAS. Par conséquent, l'évaluation de la vitamine D doit être envisagée chez les patients atteints de RAS. De plus, les résultats soutiennent la possibilité d'utiliser des suppléments de vitamine D dans la prise en charge des patients atteints de RAS avec des taux sériques inadéquats de vitamine D. De futures études interventionnelles sont nécessaires pour évaluer les avantages du remplacement de la vitamine D dans la prévention et le traitement du RAS.

La stomatite aphteuse récurrente (RAS) - également connue sous le nom d'ulcères aphteux récurrents ou d'aphtes - est la cause la plus fréquente d'ulcération de la muqueuse buccale ( 1 - 3 ). Le RAS est une affection très répandue qui touche jusqu'à 25 % de la population générale, principalement des adolescents et des jeunes adultes, bien qu'elle puisse survenir à tout âge
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 8 Aoû 2023 07:12

The effect of vitamin D supplementation on the brain mapping and behavioral performance of children with ADHD: a double-blinded randomized controlled trials Nutritional Neuroscience 25 Jul 2023 Hamid Mirhosseini

Background
Attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) is one of the common neurodevelopmental diseases that are accompanied with EEG pattern changes and Low levels of 25-hydroxyvitamin D [25(OH)D]. Neurofeedback provides a feedback signal to alleviate brain wave abnormalities and offers an alternative therapy for ADHD. This study aimed to investigate the concomitant effects of Vitamin D3 supplementation and Neurofeedback on children with ADHD.

Method
This study was implemented on children with an established diagnosis of ADHD who received multisession Neurofeedback therapy. The intervention and control groups received 50000 IU vitamin D3 capsules and placebo respectively once a week for 2 months. The background rhythm was measured using quantitative EEG both before and at the end duration of the therapy.

Results
All of the vitamin D3 treated children showed a significant increase in the 25(OH)D (46 ± 18, 28 ± 10 (ng/ml), p = 0.001) and serum calcium level (9.5 ± 0.5, 9.8 ± 0.3 (mg/dl), p = 0.003) compared to the baseline. There were a statistically significant decrease in the treatment group about theta relative power, theta/beta, and theta/alpha power ratios within two eyes conditions (p = 0.004). All the changes were significant within eye open state in the treatment group (2.4 ± 1.2, 1.7 ± 0.5, p = 0.01). There is a significant relationship between Connors scores and some brain waves improvement (in relative theta (r = 0.998) and theta-to-beta power difference score (r = 0.56) (p < 0.001).

Conclusion
Concomitant use of vitamin D3 supplementation and neurofeedback, increases the serum level of this vitamin and reveal favorable electrophysiological results in children with ADHD.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 8 Aoû 2023 08:32

Traduction de l'étude :wink:

L'effet de la supplémentation en vitamine D sur la cartographie cérébrale et les performances comportementales des enfants atteints de TDAH : un essai contrôlé randomisé en double aveugle Nutritional Neuroscience 25 juil. 2023 Hamid Mirhosseini

Arrière-plan
Le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) est l'une des maladies neurodéveloppementales courantes qui s'accompagnent de modifications du schéma EEG et de faibles niveaux de 25-hydroxyvitamine D [25(OH)D]. Le neurofeedback fournit un signal de rétroaction pour atténuer les anomalies des ondes cérébrales et offre une thérapie alternative pour le TDAH. Cette étude visait à étudier les effets concomitants de la supplémentation en vitamine D3 et du neurofeedback sur les enfants atteints de TDAH.

Méthode
Cette étude a été mise en œuvre sur des enfants avec un diagnostic établi de TDAH qui ont reçu une thérapie de Neurofeedback multisession. Les groupes d'intervention et de contrôle ont reçu respectivement des gélules de vitamine D3 de 50 000 UI et un placebo une fois par semaine pendant 2 mois. Le rythme de fond a été mesuré à l'aide d'un EEG quantitatif à la fois avant et à la fin de la thérapie.

Résultats
Tous les enfants traités à la vitamine D3 ont montré une augmentation significative de la 25(OH)D (46 ± 18, 28 ± 10 (ng/ml), p = 0,001) et de la calcémie (9,5 ± 0,5, 9,8 ± 0,3 (mg /dl), p = 0,003) par rapport à la ligne de base. Il y avait une diminution statistiquement significative dans le groupe de traitement concernant la puissance relative thêta, les rapports de puissance thêta/bêta et thêta/alpha dans les conditions à deux yeux (p = 0,004). Tous les changements étaient significatifs dans l'état des yeux ouverts dans le groupe de traitement (2,4 ± 1,2, 1,7 ± 0,5, p = 0,01). Il existe une relation significative entre les scores de Connors et certaines améliorations des ondes cérébrales (en thêta relatif (r = 0,998) et le score de différence de puissance thêta à bêta (r = 0,56) (p < 0,001).

Conclusion
L'utilisation concomitante d'une supplémentation en vitamine D3 et du neurofeedback, augmente le taux sérique de cette vitamine et révèle des résultats électrophysiologiques favorables chez les enfants atteints de TDAH
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 12 Sep 2023 10:37

Can vitamin D be an adjuvant therapy for juvenile rheumatic diseases?
Rheumatology International volume 43, pages1993–2009 (2023) Maciej K. Stawicki,

Vitamin D, known for its essential role in calcium and bone homeostasis, has multiple effects beyond the skeleton, including regulation of immunity and modulation of autoimmune processes. Several reports have shown suboptimal serum 25 hydroxyvitamin D [25(OH)D] levels in people with different inflammatory and autoimmune rheumatic conditions, and an association between 25(OH)D levels, disease activity and outcomes. Although most available data pertain to adults, insights often are extended to children.

Juvenile rheumatic diseases (JRDs) are a significant health problem during growth because of their complex pathogenesis, chronic nature, multisystemic involvement, and long-term consequences. So far, there is no definitive or clear evidence to confirm the preventive or therapeutic effect of vitamin D supplementation in JRDs, because results from randomized controlled trials (RCTs) have produced inconsistent outcomes. This review aims to explore and discuss the potential role of vitamin D in treating selected JRDs. Medline/PubMed, EMBASE, and Scopus were comprehensively searched in June 2023 for any study on vitamin D supplementary role in treating the most common JRDs. We used the following keywords: “vitamin D” combined with the terms “juvenile idiopathic arthritis”, “juvenile systemic scleroderma”, “juvenile systemic lupus erythematosus”, “juvenile inflammatory myopathies”, “Behcet disease”, “periodic fever syndromes” and “juvenile rheumatic diseases”. Observational studies have found that serum 25(OH)D concentrations are lower in juvenile idiopathic arthritis, juvenile systemic lupus erythematosus, juvenile systemic scleroderma, Behcet disease and proinflammatory cytokine concentrations are higher.

This suggests that vitamin D supplementation might be beneficial, however, current data are insufficient to confirm definitively the complementary role of vitamin D in the treatment of JRDs. Considering the high prevalence of vitamin D deficiency worldwide, children and adolescents should be encouraged to supplement vitamin D according to current recommendations. More interventional studies, especially well-designed RCTs, assessing the dose–response effect and adjuvant effect in specific diseases, are needed to determine the potential significance of vitamin D in JRDs treatment.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 12 Sep 2023 16:45

Traduction de l'étude :wink:

La vitamine D peut-elle être un traitement adjuvant dans les maladies rhumatismales juvéniles ?
Rheumatology International volume 43, pages 1993-2009 (2023) Maciej K. Stawicki,

La vitamine D, connue pour son rôle essentiel dans l’homéostasie du calcium et des os, a de multiples effets au-delà du squelette, notamment la régulation de l’immunité et la modulation des processus auto-immuns. Plusieurs rapports ont montré des taux sériques sous-optimaux de 25 hydroxyvitamine D [25(OH)D] chez des personnes atteintes de différentes affections rhumatismales inflammatoires et auto-immunes, ainsi qu'une association entre les taux de 25(OH)D, l'activité de la maladie et les conséquences. Bien que la plupart des données disponibles concernent les adultes, les informations sont souvent étendues aux enfants.

Les maladies rhumatismales juvéniles (JRD) constituent un problème de santé important au cours de la croissance en raison de leur pathogenèse complexe, de leur nature chronique, de leur implication multisystémique et de leurs conséquences à long terme. Jusqu’à présent, il n’existe aucune preuve définitive ou claire confirmant l’effet préventif ou thérapeutique de la supplémentation en vitamine D dans les JRD, car les résultats des essais contrôlés randomisés (ECR) ont produit des résultats incohérents. Cette revue vise à explorer et à discuter du rôle potentiel de la vitamine D dans le traitement de certains JRD. Medline/PubMed, EMBASE et Scopus ont fait l'objet d'une recherche approfondie en juin 2023 pour toute étude sur le rôle supplémentaire de la vitamine D dans le traitement des JRD les plus courants. Nous avons utilisé les mots-clés suivants : « vitamine D » combinés aux termes « arthrite juvénile idiopathique », « sclérodermie systémique juvénile », « lupus érythémateux systémique juvénile », « myopathies inflammatoires juvéniles », « maladie de Behcet », « syndromes fébriles périodiques » et « maladies rhumatismales juvéniles ». Des études observationnelles ont montré que les concentrations sériques de 25 (OH) D sont plus faibles dans l'arthrite juvénile idiopathique, le lupus érythémateux systémique juvénile, la sclérodermie systémique juvénile, la maladie de Behcet et que les concentrations de cytokines proinflammatoires sont plus élevées.

Cela suggère qu’une supplémentation en vitamine D pourrait être bénéfique. Toutefois, les données actuelles sont insuffisantes pour confirmer définitivement le rôle complémentaire de la vitamine D dans le traitement des maladies chroniques chroniques. Compte tenu de la forte prévalence de carence en vitamine D dans le monde, les enfants et les adolescents devraient être encouragés à prendre un supplément de vitamine D conformément aux recommandations actuelles. Davantage d'études interventionnelles, en particulier des ECR bien conçus, évaluant l'effet dose-réponse et l'effet adjuvant dans des maladies spécifiques, sont nécessaires pour déterminer l'importance potentielle de la vitamine D dans le traitement des JRD.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 2 Oct 2023 11:30

Effect of Vitamin D3 Supplementation in the First 2 Years of Life on Psychiatric Symptoms at Ages 6 to 8 Years
A Randomized Clinical Trial

Samuel Sandboge JAMA Netw Open. 2023;6(5):e2314319.

Effect of Vitamin D3 Supplementation in First 2 Years of Life on Psychiatric Symptoms at Ages 6-8 Years
Key Points
Question Does higher daily vitamin D3 supplementation up to age 2 years decrease the risk of psychiatric symptoms at ages 6 to 8 years compared with the standard recommended dose?

Findings In this secondary analysis of a randomized clinical trial including 346 children, those randomized to higher vitamin D3 supplementation were less likely to have clinically significant internalizing problems.

Meaning This study found that higher than standard vitamin D3 supplementation up to age 2 years decreased the risk for internalizing problems in later childhood.

Abstract
Importance Vitamin D is associated with neurodevelopment, but causality, critical windows, and potentials for modification remain unknown.

Objective To determine the impact of high-dose (1200 IU) vs standard-dose (400 IU) vitamin D3 supplementation during the first 2 years on psychiatric symptoms at ages 6 to 8 years and whether the impact is different in children with lower vs higher maternal vitamin D3 levels; lower vs higher levels were defined as 25-hydroxyvitamin D (25[OH]D) less than 30 ng/mL vs 30 ng/mL or greater.

Design, Setting, and Participants This study was a long-term follow-up of the double-blind randomized clinical trial (RCT) Vitamin D Intervention in Infants (VIDI) conducted at a single center in Helsinki, Finland, at 60 degrees north latitude. Recruitment for VIDI took place in 2013 to 2014. Follow-up data for secondary data analysis were collected 2020 to 2021. VIDI originally included 987 term-born infants; 546 of these individuals participated in the follow-up at ages 6 to 8 years, among whom 346 individuals had data on parent-reported psychiatric symptoms. Data were analyzed from June 2022 to March 2023.

Interventions There were 169 infants randomized to receive 400-IU and 177 infants randomized to receive 1200-IU oral vitamin D3 supplementation daily from ages 2 weeks to 24 months.

Main Outcomes and Measures Primary outcomes were internalizing, externalizing, and total problems scores, with clinically significant problems defined as T scores of 64 or greater in the Child Behavior Checklist questionnaire.

Results Among 346 participants (164 females [47.4%]; mean [SD] age, 7.1 [0.4] years), the vitamin D3 dose was 400 IU for 169 participants and 1200 IU for 177 participants. Clinically significant internalizing problems occurred in 10 participants in the 1200-IU group (5.6% prevalence) compared with 20 participants (11.8%) in the 400-IU group (odds ratio, 0.40; 95% CI, 0.17-0.94; P = .04) after adjustment for sex, birth season, maternal depressive symptoms at birth, and parental single status at follow-up. In a post hoc subgroup analysis, 48 children in the 400-IU group with maternal 25(OH)D concentrations less than 30 ng/mL had higher internalizing problems scores compared with children in the 1200-IU group, including 44 children with maternal 25(OH)D concentrations below 30 ng/mL (adjusted mean difference, 0.49; 95% CI, 0.09-0.89; P = .02) and 91 children with maternal concentrations above 30 ng/mL (adjusted mean difference, 0.37; 95% CI, 0.03-0.72; P = .04). Groups did not differ in externalizing or total problems.

Conclusions and Relevance This randomized clinical trial found that higher-than-standard vitamin D3 supplementation in the first 2 years decreased risk of internalizing problems at ages 6 to 8 years.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 2 Oct 2023 13:59

Traduction de l'étude :wink:

Effet de la supplémentation en vitamine D3 au cours des 2 premières années de vie sur les symptômes psychiatriques âgés de 6 à 8 ans
Un essai clinique randomisé

Samuel Sandboge JAMA Netw Ouvert. 2023;6(5):e2314319.

Effet de la supplémentation en vitamine D3 au cours des 2 premières années de vie sur les symptômes psychiatriques âgés de 6 à 8 ans
Points clés
Question Une supplémentation quotidienne plus élevée en vitamine D3 jusqu'à l'âge de 2 ans diminue-t-elle le risque de symptômes psychiatriques entre 6 et 8 ans par rapport à la dose standard recommandée ?

Résultats Dans cette analyse secondaire d'un essai clinique randomisé incluant 346 enfants, ceux randomisés pour recevoir une supplémentation plus élevée en vitamine D3 étaient moins susceptibles d'avoir des problèmes d'intériorisation cliniquement significatifs.

Signification Cette étude a révélé qu'une supplémentation supérieure à la supplémentation standard en vitamine D3 jusqu'à l'âge de 2 ans réduisait le risque de problèmes d'intériorisation plus tard dans l'enfance.

Abstrait
Importance La vitamine D est associée au développement neurologique, mais la causalité, les fenêtres critiques et les potentiels de modification restent inconnus.

Objectif Déterminer l'impact d'une supplémentation en vitamine D3 à forte dose (1 200 UI) par rapport à la dose standard (400 UI) au cours des 2 premières années sur les symptômes psychiatriques âgés de 6 à 8 ans et si l'impact est différent chez les enfants avec des troubles psychiatriques faibles ou élevés. niveaux maternels de vitamine D3 ; les niveaux inférieurs et supérieurs étaient définis comme 25-hydroxyvitamine D (25[OH]D) inférieurs à 30 ng/mL contre 30 ng/mL ou plus.

Conception, cadre et participants Cette étude était un suivi à long terme de l'essai clinique randomisé en double aveugle (ECR) Intervention sur la vitamine D chez les nourrissons (VIDI) mené dans un seul centre à Helsinki, en Finlande, à 60 degrés de latitude nord. . Le recrutement pour VIDI a eu lieu en 2013 et 2014. Les données de suivi pour l'analyse des données secondaires ont été collectées de 2020 à 2021. VIDI comprenait à l'origine 987 nourrissons nés à terme ; 546 de ces individus ont participé au suivi entre 6 et 8 ans, parmi lesquels 346 individus disposaient de données sur les symptômes psychiatriques signalés par leurs parents. Les données ont été analysées de juin 2022 à mars 2023.

Interventions Il y a eu 169 nourrissons randomisés pour recevoir 400 UI et 177 nourrissons randomisés pour recevoir 1 200 UI de supplémentation orale en vitamine D3 par jour, âgés de 2 semaines à 24 mois.

Principaux résultats et mesures Les principaux critères de jugement étaient les scores d'intériorisation, d'externalisation et de problèmes totaux, les problèmes cliniquement significatifs étant définis comme des scores T de 64 ou plus dans le questionnaire de la liste de contrôle du comportement de l'enfant.

Résultats Parmi 346 participants (164 femmes [47,4 %] ; âge moyen [ET] : 7,1 [0,4] ans), la dose de vitamine D3 était de 400 UI pour 169 participants et de 1 200 UI pour 177 participants. Des problèmes d'intériorisation cliniquement significatifs sont survenus chez 10 participants du groupe 1 200 UI (prévalence de 5,6 %), contre 20 participants (11,8 %) du groupe 400 UI (rapport de cotes, 0,40 ; IC à 95 %, 0,17-0,94 ; P = . 04) après ajustement sur le sexe, la saison des naissances, les symptômes dépressifs maternels à la naissance et le statut de célibataire parental au suivi. Dans une analyse post-hoc de sous-groupe, 48 enfants du groupe 400 UI avec des concentrations maternelles de 25(OH)D inférieures à 30 ng/mL présentaient des scores de problèmes d'intériorisation plus élevés que les enfants du groupe 1 200 UI, y compris 44 enfants avec 25 ng/mL maternels. Concentrations de (OH)D inférieures à 30 ng/mL (différence moyenne ajustée, 0,49 ; IC à 95 %, 0,09-0,89 ; P = ,02) et 91 enfants avec des concentrations maternelles supérieures à 30 ng/mL (différence moyenne ajustée, 0,37 ; 95 % IC, 0,03-0,72 ; P = ,04). Les groupes ne différaient pas en termes d'extériorisation ou de problèmes totaux.

Conclusions et pertinence Cet essai clinique randomisé a révélé qu'une supplémentation en vitamine D3 supérieure à la norme au cours des 2 premières années réduisait le risque de problèmes d'intériorisation entre 6 et 8 ans.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12511
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Combien de vitamine D chez les enfants/ado?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 6 Oct 2023 13:06

Seasonal vitamin D levels and lupus low disease activity state in systemic lupus erythematosus
Ji-Won Kim European Journal of Clinical Investigation 19 September 2023

Background
Seasonal variation and sunlight exposure can impact serum vitamin D levels, potentially influencing lupus symptoms. We investigated seasonal vitamin D levels and their correlation with clinical manifestations and disease activity in systemic lupus erythematosus (SLE).

Methods
Serum 25(OH) vitamin D3 (25(OH)D3) levels were categorised as deficient (25(OH)D3 < 10 ng/mL), insufficient (10–30 ng/mL) and sufficiency (>30 ng/mL) in participants analysed in winter (n = 407) and summer (n = 377). Logistic regression analysis was performed to assess the impact of vitamin D levels on achieving a lupus low disease activity state (LLDAS), stratified by season.

Results
The mean serum 25(OH)D3 levels differed significantly between the winter and summer measurement groups (22.4 vs. 24.2 ng/mL; p = .018). The prevalences of vitamin D deficiency, insufficiency and sufficiency in the winter group were 12.8%, 66.6% and 20.6%, respectively, compared with 4.5%, 67.9% and 27.6% in the summer group. Achieving LLDAS was highest in the vitamin D sufficiency group (winter: 56.6%, summer: 55%) and lowest in the vitamin D deficiency group (winter: 15.4%, summer: 13.6%), with significant differences (all p < .001). Multivariate analysis identified SLE disease activity index ≤4, normal anti-double-stranded DNA and vitamin D sufficiency as significant factors for achieving LLDAS in both seasons.

Conclusions
Sufficient vitamin D levels are important for achieving LLDAS in patients with SLE during winter and summer. Therefore, physicians should pay attention to the adequacy of vitamin D levels and consider recommending vitamin D supplementation for patients with vitamin D insufficiency.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54167
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités