Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 2 Jan 2022 10:53

Traduction de l'étude :wink:

Vitamine D et cancer du poumon ; Association, Prévention et Traitement
Weijie Wang Nutrition et Cancer Volume 73, 2021 - Numéro 11-12 Pages 2188-2200

Le cancer du poumon est l'un des types courants de troubles malins et la cause la plus fréquente de mortalité liée au cancer dans le monde. Bien qu'un large éventail d'approches ait été examiné, les stratégies de prévention et de traitement du cancer du poumon sont encore insuffisantes.

Des études montrent que la vitamine D (VitD) est impliquée dans diverses voies biologiques et a été associée à l'étiopathogénie de plusieurs maladies, comme les cancers. Des expériences in vitro et in vivo ont révélé que VitD joue des fonctions immunomodulatrices et antitumorales. Plusieurs sources de données ont indiqué que la VitD est impliquée dans les paramètres inflammatoires du poumon. Des études épidémiologiques ont rapporté que des niveaux suffisants de VitD pourraient être essentiels dans la prévention du cancer du poumon. Des polymorphismes dans les gènes codant pour les différentes molécules impliquées dans la signalisation de VitD pourraient affecter le risque de cancer du poumon ainsi que la qualité et la quantité des réponses aux différents traitements. Dans cet article de revue, nous avions l'intention de clarifier les implications de la VitD dans la biologie et la physiologie normales du poumon et de discuter de diverses sources de données sur le rôle possible de la VitD dans la prévention ou le traitement du cancer du poumon.

Le taux sérique préopératoire de vitamine D est un facteur de protection possible pour l'œdème cérébral péritumoral du méningiome : une étude transversale
Melika Hajimohammadebrahim-Ketabforoush Nutrition et Cancer Volume 73, 2021 - Numéro 11-12 Pages 2842-2848

Le méningiome est associé au développement d'un œdème vasogène défini comme une rupture de la barrière hémato-encéphalique. La vitamine D3 à travers son propre récepteur nucléaire peut réguler l'expression de nombreux agents efficaces sur l'intégrité de la barrière hémato-encéphalique. Cette étude visait à étudier l'association entre les taux sériques préopératoires de 25(OH)D et l'œdème cérébral péritumoral chez les patients atteints de méningiome. Cent douze patients atteints de méningiome ont terminé l'étude. Une évaluation des taux sériques de 25(OH)D et une imagerie par résonance magnétique (IRM) ont été effectuées pour tous les patients au début de l'étude. Le pourcentage d'indice d'œdème (EI) a été utilisé pour estimer l'étendue de l'œdème cérébral péritumoral par IRM préopératoire. Le taux sérique médian de 25(OH)D chez les patients avec un pourcentage d'IE < 100 % était significativement plus élevé que ceux avec > 100 % (65,58 contre 37,33, P < 0,001). Le pourcentage médian d'AE était de 24,9. Les taux sériques préopératoires de 25(OH)D avaient une corrélation inverse et significative avec le pourcentage d'IE, car en augmentant chaque 1 ng/mL de 25(OH)D sérique, l'IE diminuait d'environ 4 % (IC à 95 % ; -5,984 à −1,952, P < 0,001). La vitamine D peut être un facteur protecteur de l'œdème cérébral péritumoral du méningiome.

Effet anti-tumoral de la vitamine D combinée au calcium sur le cancer du poumon : examen systématique et méta-analyse
Kang Sun,Minghao Zuo Nutrition et Cancer Volume 73, 2021 - Numéro 11-12 Pages 2633-2642

Bien que de nombreuses études aient démontré l'impact de la vitamine D et du calcium sur le cancer du poumon, il reste l'écart pour l'effet de la vitamine D et du calcium sur le cancer du poumon. Dans cette étude, nous avons cherché à vérifier les rôles de la vitamine D et du calcium dans l'incidence et le pronostic du cancer du poumon. Une recherche documentaire systématique a été effectuée avant le 29 février 2020. Les risques relatifs (RR) et le rapport de risque (HR) ont été regroupés pour évaluer le risque d'incidence et de mortalité du cancer du poumon. Un total de 58 625 cas de cancer du poumon provenant de 40 études ont été inclus. Le risque (RR : 0,915, IC à 95 % : 0,849-0,986) et la mortalité (RR : 0,718, IC à 95 % : 0,530-0,973) de cancer du poumon ont été significativement réduits en raison du taux élevé de 25(OH)D circulant. Bien que l'apport séparé de vitamine D (RR : 0,909, 95 % Cl : 0,801-1,031) et de calcium (RR : 0,890, 95 % Cl : 0,741-1,070) n'ait pas montré d'effet protecteur sur le cancer du poumon, le supplément combiné de vitamine Le D et le calcium ont significativement diminué l'incidence du cancer du poumon (RR : 0,811, IC à 95 % : 0,659-0,999). Un taux élevé de 25(OH)D sérique pourrait jouer un rôle préventif dans le cancer du poumon. De plus, la vitamine D pourrait être complétée avec du calcium contre le cancer du poumon.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 17 Jan 2022 14:52

A Phase II Multicenter Trial on High-Dose Vitamin D Supplementation for the Correction of Vitamin D Insufficiency in Patients with Breast Cancer Receiving Adjuvant Chemotherapy
by Elodie Chartron Nutrients 2021, 13(12), 4429;

Breast cancer (BC) treatments induce vitamin D (VD) insufficiency and bone metabolism changes, resulting in osteoporosis and skeletal morbidity risk. We report the results of a bicentric phase II trial (ClinicalTrials.gov Identifier: NCT04091178) on the safety and efficacy of high-dose oral VD supplementation for VD deficiency correction in 44 patients with early BC treated with adjuvant chemotherapies. Patients received one dose of 100,000 IU 25-OH VD every 3 weeks from day 1 of cycle 1 to day 1 of cycle 5. The primary endpoint was the percentage of patients achieving serum 25-OH VD concentration normalization on day 1 of cycle 6 (D1C6). Secondary endpoints were safety, VD and calcium parameters at baseline and during chemotherapy, and identification of predictive biomarkers of VD normalization on D1C6. On D1C6, 21 patients (47.7%, 95% CI: 33.0–62.8) achieved VD normalization. No VD-related clinical toxicity was reported. However, 13 patients (29.5%) presented asymptomatic grade 1 hypercalciuria, leading to interruption of the high-dose oral VD supplementation in 10, followed by a rapid reduction in serum VD concentration. No baseline clinical factor was predictive of VD normalization on D1C6. This high-dose VD supplementation appears safe and efficient in patients with early BC receiving adjuvant chemotherapy.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 18 Jan 2022 17:03

Traduction de l'étude :wink:

Un essai multicentrique de phase II sur la supplémentation en vitamine D à forte dose pour la correction de l'insuffisance en vitamine D chez les patientes atteintes d'un cancer du sein recevant une chimiothérapie adjuvante
par Elodie Chartron Nutriments 2021, 13(12), 4429 ;

Les traitements du cancer du sein (BC) induisent une insuffisance en vitamine D (VD) et des modifications du métabolisme osseux, entraînant un risque d'ostéoporose et de morbidité squelettique.
Nous rapportons les résultats d'un essai bicentrique de phase II (ClinicalTrials.gov Identifier : NCT04091178) sur l'innocuité et l'efficacité d'une supplémentation orale à haute dose en VD pour la correction du déficit en VD chez 44 patients atteints d'un CS précoce traités par chimiothérapies adjuvantes. Les patients ont reçu une dose de 100 000 UI de 25-OH VD toutes les 3 semaines du jour 1 du cycle 1 au jour 1 du cycle 5. Le critère d'évaluation principal était le pourcentage de patients atteignant la normalisation de la concentration sérique de 25-OH VD au jour 1 du cycle 6 ( D1C6). Les critères d'évaluation secondaires étaient la sécurité, les paramètres de VD et de calcium au départ et pendant la chimiothérapie, et l'identification de biomarqueurs prédictifs de la normalisation de la VD sur D1C6. À J1C6, 21 patients (47,7 %, IC à 95 % : 33,0–62,8 ) ont atteint la normalisation VD. Aucune toxicité clinique liée à la VD n'a été signalée. Cependant, 13 patients (29,5 %) présentaient une hypercalciurie asymptomatique de grade 1, entraînant chez 10 un arrêt de la supplémentation orale en VD à forte dose, suivie d'une diminution rapide de la concentration sérique en VD. Aucun facteur clinique initial n'était prédictif de la normalisation de la VD à J1C6. Cette supplémentation en VD à haute dose semble sûre et efficace chez les patients atteints d'un CC précoce recevant une chimiothérapie adjuvante.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 3 Fév 2022 00:02

Anti-tumor effects of vitamin D in glioblastoma: mechanism and therapeutic implications
Carmen Sze-Ching Lo, Laboratory Investigation volume 102, pages118–125 (2022)

Glioma is the most prevalent primary brain tumor in adults among which glioblastoma is the most malignant and lethal subtype. Its common resistance to conventional chemotherapeutics calls for the development of alternative or concomitant treatment.

Taking advantage of its endocrine function as a neurosteroid, vitamin D has become a target of interest to be used in conjunction with different chemotherapies. In this article, we review the mechanisms through which vitamin D and its analogs induce anti-tumor activity in glioblastoma, and the practical issues relevant to their potential application based on in vitro and in vivo studies. Vitamin D has largely been reported to promote cell cycle arrest and induce cell death to suppress tumor growth in glioblastoma. Glioblastoma cells treated with vitamin D have also shown reduced migratory and invasive phenotypes, and reduced stemness. It is worth noting that vitamin D analogs are able to produce similar inhibitory actions without causing adverse effects such as hypercalcemia in vivo. Upregulation of vitamin D receptors by vitamin D and its analogs may also play a role in enhancing its anti-tumor activity. Based on current findings and taking into consideration its potential cancer-protective effects, the clinical application of vitamin D in glioblastoma treatment and prevention will be discussed. With some study findings subject to controversy, further investigation is warranted to elucidate the mechanism of action of vitamin D and to evaluate relevant issues regarding its treatment efficacy and potential clinical application.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 3 Fév 2022 15:47

Traduction de l'étude :wink:

Effets anti-tumoraux de la vitamine D dans le glioblastome : mécanisme et implications thérapeutiques
Carmen Sze-Ching Lo, volume d'enquête de laboratoire 102, pages 118-125 (2022)

Le gliome est la tumeur cérébrale primitive la plus répandue chez l'adulte, le glioblastome étant le sous-type le plus malin et le plus mortel. Sa résistance commune aux chimiothérapies conventionnelles appelle le développement de traitements alternatifs ou concomitants.

Profitant de sa fonction endocrinienne de neurostéroïde, la vitamine D est devenue une cible d'intérêt à utiliser en association avec différentes chimiothérapies. Dans cet article, nous passons en revue les mécanismes par lesquels la vitamine D et ses analogues induisent une activité anti-tumorale dans le glioblastome, et les problèmes pratiques liés à leur application potentielle sur la base d'études in vitro et in vivo. Il a été largement rapporté que la vitamine D favorise l'arrêt du cycle cellulaire et induit la mort cellulaire pour supprimer la croissance tumorale dans le glioblastome. Les cellules de glioblastome traitées avec de la vitamine D ont également montré des phénotypes migratoires et invasifs réduits et une souche réduite. Il convient de noter que les analogues de la vitamine D sont capables de produire des actions inhibitrices similaires sans provoquer d'effets indésirables tels que l'hypercalcémie in vivo. La régulation positive des récepteurs de la vitamine D par la vitamine D et ses analogues peut également jouer un rôle dans l'amélioration de son activité anti-tumorale. Sur la base des découvertes actuelles et en tenant compte de ses effets potentiels de protection contre le cancer, l'application clinique de la vitamine D dans le traitement et la prévention du glioblastome sera discutée. Certaines conclusions d'études étant sujettes à controverse, une enquête plus approfondie est justifiée pour élucider le mécanisme d'action de la vitamine D et pour évaluer les questions pertinentes concernant son efficacité thérapeutique et son application clinique potentielle.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 5 Fév 2022 23:19

Vitamin D deficiency and tumor aggressiveness in gastroenteropancreatic neuroendocrine tumors
Barbara Altieri, Endocrine volume 75, pages623–634 (2022)

Purpose
Data regarding vitamin D status in patients affected by gastroenteropancreatic (GEP) neuroendocrine tumor (NET) are limited and often showing contrasting results. The aim of the study was to evaluate the incidence of vitamin D deficiency (<20 ng/mL) in GEP-NET patients and compare the 25-hydroxyvitamin D (25(OH)D) levels with clinicopathological parameters and clinical outcome.

Methods
A retrospective cross-sectional study including 75 low grade (G1-G2) GEP-NETs and 123 healthy controls matched for age, sex, and body mass index, was performed.

Results
GEP-NET patients had significantly lower 25(OH)D levels compared to controls (17.9 ± 7.8 vs 24.2 ± 7.7 ng/mL, p < 0.0001). Ileal NETs were associated to lower 25(OH)D levels compared to other primary tumor sites (p = 0.049) and small bowel resection posed a significant increased risk of severe vitamin D deficiency (OR = 2.81, 95% CI = 1.25–3.37, p = 0.018). No correlation with somatostatin analogs treatment was found. 25(OH)D levels were significantly lower in G2 compared to G1 GEP-NETs (15.6 ± 7.8 vs 19.9 ± 7.4 ng/mL, p = 0.016) and in patients with progressive disease (12.6 ± 5.7 ng/mL) compared to those with stable disease (mean 21.5 ± 8.2 ng/mL, p = 0.001) or tumor free after surgery (19.6 ± 7.3 ng/mL, p = 0.002). Patients with vitamin D deficiency and insufficiency had shorter progression-free survival compared to those with sufficiency (p = 0.014), whereas no correlation was found with disease-specific survival.

Conclusions
Vitamin D deficiency is highly prevalent among GEP-NETs and could be associated with high tumor grade and disease progression. Therefore, the monitoring of 25(OH)D levels is relevant in these patients and vitamin D supplementation should be considered in the management of GEP-NET patients with vitamin D deficiency or insufficiency.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 6 Fév 2022 10:10

Traduction de l'étude :wink:

Carence en vitamine D et agressivité tumorale dans les tumeurs neuroendocrines gastroentéropancréatiques
Barbara Altieri, Volume endocrinien 75, pages 623–634 (2022)

But
Les données concernant le statut en vitamine D chez les patients atteints de tumeur neuroendocrine (TNE) gastro-entéropancréatique (GEP) sont limitées et montrent souvent des résultats contrastés. Le but de l'étude était d'évaluer l'incidence de la carence en vitamine D (<20 ng/mL) chez les patients TNE-GEP et de comparer les niveaux de 25-hydroxyvitamine D (25(OH)D) avec les paramètres clinicopathologiques et les résultats cliniques.

Méthodes
Une étude transversale rétrospective incluant 75 TNE-GEP de bas grade (G1-G2) et 123 témoins sains appariés pour l'âge, le sexe et l'indice de masse corporelle, a été réalisée.

Résultats
Les patients TNE-GEP présentaient des taux de 25(OH)D significativement inférieurs à ceux des témoins (17,9 ± 7,8 contre 24,2 ± 7,7 ng/mL, p < 0,0001). Les TNE iléales étaient associées à des niveaux inférieurs de 25(OH)D par rapport aux autres sites tumoraux primaires (p = 0,049) et la résection de l'intestin grêle posait un risque accru significatif de carence sévère en vitamine D (OR = 2,81, IC à 95 % = 1,25–3,37, p = 0,018). Aucune corrélation avec le traitement par les analogues de la somatostatine n'a été trouvée. Les taux de 25(OH)D étaient significativement inférieurs dans les TNE-GEP G2 par rapport aux TNE-GEP G1 (15,6 ± 7,8 vs 19,9 ± 7,4 ng/mL, p = 0,016) et chez les patients en progression (12,6 ± 5,7 ng/mL) par rapport à ceux avec une maladie stable (moyenne 21,5 ± 8,2 ng/mL, p = 0,001) ou sans tumeur après la chirurgie (19,6 ± 7,3 ng/mL, p = 0,002). Les patients présentant une carence et une insuffisance en vitamine D avaient une survie sans progression plus courte que ceux présentant une suffisance (p = 0,014), alors qu'aucune corrélation n'a été trouvée avec la survie spécifique à la maladie.

conclusion
La carence en vitamine D est très répandue parmi les TNE-GEP et pourrait être associée à un grade tumoral élevé et à une progression de la maladie. Par conséquent, la surveillance des taux de 25(OH)D est pertinente chez ces patients et une supplémentation en vitamine D doit être envisagée dans la prise en charge des patients TNE-GEP présentant une carence ou une insuffisance en vitamine D.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 19 Fév 2022 12:07

Vitamin D Receptor (VDR) Allelic Variants Correlating with Response to Vitamin D3 Supplementation in Breast Cancer Survivors
Elham Kazemian Nutrition and Cancer Volume 74, 2022 - Issue 1 Pages 68-81

We investigated how vitamin D receptor (VDR) allelic variants affect breast cancer survivors’ responses to vitamin D3 supplementation to increase circulating 25-hydroxy vitamin D (25(OH)D) levels. Two hundred and fourteen patients who were diagnosed with breast cancer at least 6 mo, prior to the study and had completed all treatment regimens were assigned to consume 4000 IU of vitamin D3 daily for 12 weeks. Linear and multinomial logistic regression analyses were used to analyze the association of VDR single nucleotide polymorphism (SNPs) with changes in circulating 25(OH)D. The TaqI and BsmI VDR sequence variants modified the effect of vitamin D3 treatment on the plasma 25(OH)D changes (P value = 0.008 for TaqI and P value = 0.0005 for BsmI). Patients with the bb [Q4 vs. Q1 odds ratio(OR) 8.04, 95% confidence interval (CI) 1.55–41.57] and tt [Q4 vs. Q1 OR 4.64 95%CI 1.02–21.02] genotype of BsmI and TaqI had larger increases in plasma 25(OH)D levels compared to those with BB and TT genotype respectively after adjustment for potential confounders. Haplotype analyses suggested the existence of specific combination of alleles that might be associated with circulating 25(OH)D changes. VDR allelic variants modulate vitamin D3 supplementation to increase plasma 25(OH) levels in breast cancer survivors.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 20 Fév 2022 08:59

Traduction de l'étude :wink:

Variantes alléliques du récepteur de la vitamine D (VDR) en corrélation avec la réponse à la supplémentation en vitamine D3 chez les survivantes du cancer du sein
Elham Kazemian Nutrition et Cancer Volume 74, 2022 - Numéro 1 Pages 68-81

Nous avons étudié comment les variants alléliques du récepteur de la vitamine D (VDR) affectent les réponses des survivantes du cancer du sein à la supplémentation en vitamine D3 pour augmenter les taux circulants de 25-hydroxy vitamine D (25(OH)D). Deux cent quatorze patientes qui ont reçu un diagnostic de cancer du sein au moins 6 mois avant l'étude et qui avaient terminé tous les schémas thérapeutiques ont été assignées à consommer 4000 UI de vitamine D3 par jour pendant 12 semaines. Des analyses de régression logistique linéaire et multinomiale ont été utilisées pour analyser l'association du polymorphisme mononucléotidique VDR (SNP) avec des changements dans la circulation du 25(OH)D. Les variants de séquence TaqI et BsmI VDR ont modifié l'effet du traitement à la vitamine D3 sur les modifications plasmatiques de la 25(OH)D (valeur P = 0,008 pour TaqI et valeur P = 0,0005 pour BsmI). Les patients avec les génotypes bb [Q4 vs Q1 odds ratio(OR) 8,04, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,55–41,57] et tt [Q4 vs Q1 OR 4,64 95 % IC 1,02–21,02] de BsmI et TaqI avaient des augmentations des taux plasmatiques de 25(OH)D par rapport aux génotypes BB et TT respectivement après ajustement pour les facteurs de confusion potentiels. Les analyses d'haplotypes ont suggéré l'existence d'une combinaison spécifique d'allèles qui pourrait être associée à des changements circulants de 25(OH)D. Les variants alléliques VDR modulent la supplémentation en vitamine D3 pour augmenter les taux plasmatiques de 25(OH) chez les survivantes du cancer du sein.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 23 Fév 2022 11:35

Vitamin D treatment induces in vitro and ex vivo transcriptomic changes indicating anti-tumor effects
Peter G. Vaughan-Shaw The FASEB Journal 17 December 2021

Vitamin D deficiency is associated with risk of several common cancers, including colorectal cancer (CRC). Here we have utilized patient derived epithelial organoids (ex vivo) and CRC cell lines (in vitro) to show that calcitriol (1,25OHD) increased the expression of the CRC tumor suppressor gene, CDH1, at both the transcript and protein level. Whole genome expression analysis demonstrated significant differential expression of a further six genes after 1,25OHD treatment, including genes with established links to carcinogenesis GADD45, EFTUD1 and KIAA1199. Furthermore, gene ontologies relevant to carcinogenesis were enriched by 1,25OHD treatment (e.g., ‘regulation of Wnt signaling pathway’, ‘regulation of cell death’), with common enriched processes across in vitro and ex vivo cultures including ‘negative regulation of cell proliferation’, ‘regulation of cell migration’ and ‘regulation of cell differentiation’. Our results identify genes and pathways that are modifiable by calcitriol that have links to CRC tumorigenesis.

Hence the findings provide potential mechanism to the epidemiological and clinical trial data indicating a causal association between vitamin D and CRC. We suggest there is strong rationale for further well-designed trials of vitamin D supplementation as a novel CRC chemopreventive and chemotherapeutic agent.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 23 Fév 2022 17:01

Traduction de l'étude :wink:

Le traitement à la vitamine D induit des changements transcriptomiques in vitro et ex vivo indiquant des effets anti-tumoraux
Peter G. Vaughan-Shaw Le FASEB Journal 17 décembre 2021

La carence en vitamine D est associée au risque de plusieurs cancers courants, dont le cancer colorectal (CCR). Ici, nous avons utilisé des organoïdes épithéliaux dérivés de patients (ex vivo) et des lignées cellulaires CRC (in vitro)
pour montrer que le calcitriol (1,25OHD) augmentait l'expression du gène suppresseur de tumeur CRC, CDH1, à la fois au niveau de la transcription et de la protéine. L'analyse de l'expression du génome entier a démontré une expression différentielle significative de six autres gènes après le traitement à la 1,25OHD, y compris des gènes ayant des liens établis avec la carcinogenèse GADD45, EFTUD1 et KIAA1199. En outre, les ontologies géniques pertinentes pour la cancérogenèse ont été enrichies par un traitement à la 1,25OHD (par exemple, « régulation de la voie de signalisation Wnt », « régulation de la mort cellulaire »), avec des processus enrichis communs dans les cultures in vitro et ex vivo, y compris « la régulation négative de la cellule prolifération », « régulation de la migration cellulaire » et « régulation de la différenciation cellulaire ». Nos résultats identifient des gènes et des voies modifiables par le calcitriol qui ont des liens avec la tumorigenèse du CCR.

Par conséquent, les résultats fournissent un mécanisme potentiel aux données des essais épidémiologiques et cliniques indiquant une association causale entre la vitamine D et le CCR. Nous suggérons qu'il existe une justification solide pour d'autres essais bien conçus de supplémentation en vitamine D en tant que nouvel agent chimiopréventif et chimiothérapeutique du CCR.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 4 Avr 2022 13:54

Vitamin D deficiency: a potential risk factor for cancer in obesity?
Silvia Migliaccio, International Journal of Obesity volume 46, pages707–717 (2022)

Obesity is considered an abnormal or excessive accumulation of adipose tissue, due to a prolonged positive energy balance that arises when energy intake is greater than energy expenditure, leading to an increased risk for the individual health and for the development of metabolic chronic diseases including several different types of cancer. Vitamin D deficiency is a metabolic alteration, which is often associated with the obesity condition.

Vitamin D is a liposoluble vitamin, which plays a pivotal role in calcium-phosphate metabolism but extraskeletal effects have also been described. Among these, it plays an important role also in adipocyte physiology and glucose metabolism, typically dysregulated in subjects affected by obesity. Moreover, it is now recognized that Vitamin D also influences the processes of cell proliferation, differentiation, adhesion potentially leading to carcinogenesis. Indeed, data indicate a potential link between vitamin D levels and cancer, and higher vitamin D concentrations have been associated with a lower risk of developing different kinds of tumors, including breast, colon, lymphoma, lung, and prostate cancers. Thus, this review will revise the literature regarding this issue investigating and highlighting the potential mechanism of action, which might lead to new therapeutical options.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 4 Avr 2022 17:50

Traduction de l'étude :wink:

Carence en vitamine D : un facteur de risque potentiel de cancer dans l'obésité ?
Silvia Migliaccio, Journal international de l'obésité, volume 46, pages 707 à 717 (2022)

L'obésité est considérée comme une accumulation anormale ou excessive de tissu adipeux, due à un bilan énergétique positif prolongé qui survient lorsque l'apport énergétique est supérieur à la dépense énergétique, entraînant un risque accru pour la santé individuelle et pour le développement de maladies chroniques métaboliques comprenant plusieurs types de cancer. La carence en vitamine D est une altération métabolique souvent associée à l'obésité.

La vitamine D est une vitamine liposoluble, qui joue un rôle central dans le métabolisme du phosphate de calcium, mais des effets extrasquelettiques ont également été décrits. Parmi ceux-ci, il joue également un rôle important dans la physiologie des adipocytes et le métabolisme du glucose, typiquement dérégulé chez les sujets atteints d'obésité. De plus, il est maintenant reconnu que la vitamine D influence également les processus de prolifération cellulaire, de différenciation, d'adhésion conduisant potentiellement à la carcinogenèse. En effet, les données indiquent un lien potentiel entre les niveaux de vitamine D et le cancer, et des concentrations plus élevées de vitamine D ont été associées à un risque plus faible de développer différents types de tumeurs, notamment les cancers du sein, du côlon, du lymphome, du poumon et de la prostate. Ainsi, cette revue révisera la littérature concernant cette question en étudiant et en mettant en évidence le mécanisme d'action potentiel, qui pourrait conduire à de nouvelles options thérapeutiques.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 5 Avr 2022 11:01

Association between vitamin D supplementation and cancer incidence and mortality: A trial sequential meta-analysis of randomized controlled trials
Zhangyou Guo Critical Reviews in Food Science and Nutrition 30 Mar 2022

Observational studies and clinical trials have evaluated the associations between vitamin D supplementation and cancer incidence/mortality and obtained mixed results. Previous meta-analyses have also yielded inconsistent conclusions. In this paper, we conduct an updated meta-analysis by including current randomized clinical trials (RCTs) to assess the association between vitamin D supplementation and cancer incidence and mortality. The PubMed, Scopus and Embase databases were systematically searched from their inception to 6 February 2022. Fixed-effects meta-analyses were conducted.

Trial sequential analyses were performed using a risk ratio reduction threshold of 10% for cancer incidence and mortality. Twenty-six RCTs were eligible, and pooled results indicated that vitamin D supplementation, compared to placebo with/without calcium, was not associated with a reduction in total cancer incidence (risk ratio: 0.98, 95% CI: 0.94, 1.02; I2 = 0%). In contrast, vitamin D supplementation significantly reduced total cancer mortality (risk ratio: 0.88, 95% CI: 0.8, 0.96; I2 = 0%). Moreover, trial sequential analysis provided reliable evidence that supplementation with vitamin D lowered the relative risk of total cancer mortality by 10%. Our updated meta-analysis suggested that vitamin D supplementation did not reduce total cancer incidence but significantly lowered total cancer mortality.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Le point sur la vitamine D contre le cancer?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 5 Avr 2022 15:43

Traduction de l'étude :wink:

Association entre la supplémentation en vitamine D et l'incidence et la mortalité du cancer : une méta-analyse séquentielle d'essais contrôlés randomisés
Revues critiques de Zhangyou Guo en science alimentaire et nutrition 30 mars 2022

Des études observationnelles et des essais cliniques ont évalué les associations entre la supplémentation en vitamine D et l'incidence/mortalité du cancer et ont obtenu des résultats mitigés. Les méta-analyses précédentes ont également abouti à des conclusions incohérentes. Dans cet article, nous menons une méta-analyse mise à jour en incluant les essais cliniques randomisés (ECR) actuels pour évaluer l'association entre la supplémentation en vitamine D et l'incidence et la mortalité du cancer. Les bases de données PubMed, Scopus et Embase ont été systématiquement consultées depuis leur création jusqu'au 6 février 2022. Des méta-analyses à effets fixes ont été réalisées.

Des analyses séquentielles d'essais ont été effectuées en utilisant un seuil de réduction du risque relatif de 10 % pour l'incidence du cancer et la mortalité. Vingt-six ECR étaient éligibles et les résultats regroupés ont indiqué que la supplémentation en vitamine D, par rapport au placebo avec/sans calcium, n'était pas associée à une réduction de l'incidence totale du cancer (risque relatif : 0,98, IC à 95 % : 0,94, 1,02 ; I2 = 0 %). En revanche, la supplémentation en vitamine D a significativement réduit la mortalité totale par cancer (risque relatif : 0,88, IC à 95 % : 0,8, 0,96 ; I2 = 0 %). De plus, l'analyse séquentielle des essais a fourni des preuves fiables que la supplémentation en vitamine D réduisait le risque relatif de mortalité totale par cancer de 10 %. Notre méta-analyse mise à jour a suggéré que la supplémentation en vitamine D ne réduisait pas l'incidence totale du cancer, mais réduisait significativement la mortalité totale par cancer
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Majestic-12 [Bot] et 3 invités