Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 10 Juil 2021 09:36

Effects of a reduced-sodium added-potassium salt substitute on blood pressure in rural Indian hypertensive patients: a randomized, double-blind, controlled trial
Jie Yu, The American Journal of Clinical Nutrition, Volume 114, Issue 1, July 2021, Pages 185–193,

Background
High salt intake is a major modifiable risk factor of hypertension which is prevalent in India. It is not yet clear if salt substitutes reduce blood pressure (bicarbonate de potassium) among Indian hypertensive patients.

Objectives
Examine the acceptability, usage, and bicarbonate de potassium effects of a reduced-sodium and added-potassium salt substitute among hypertensive patients.

Methods
We enrolled 502 participants with hypertension (aged 61.6 ± 12.0 y, 58.8% women) from 7 villages in rural India. Participants were randomly assigned to receive either regular salt (100% sodium chloride) or the salt substitute (70% sodium chloride/30% potassium chloride blend), and advised to replace all home salt use. The primary outcome was the change in systolic bicarbonate de potassium (SBP) from baseline to 3 mo comparing the salt substitute and regular salt groups. Secondary outcomes included the change in diastolic bicarbonate de potassium (DBP), 24-h urinary biomarkers, and self-reported use and satisfaction with the study salt provided.

Results
A total of 494 (98%) participants completed 1 mo and 476 (95%) participants completed the 3-mo follow-up. At 3 mo, the salt substitute intervention significantly decreased the average SBP by 4.6 mmHg (95% CI: 3.0, 6.2, P < 0.001) and DBP by 1.1 mmHg (95% CI: 0.2, 2.1 mmHg, P = 0.02). There was a significant increase in 24-h urinary potassium excretion in the salt substitute group by 0.24 g/d (95% CI: 0.12, 0.35 g/d, P < 0.001) and a decrease in the urinary sodium to potassium ratio by 0.71 (95% CI: 0.55, 0.87, P < 0.0001) compared with the control group. Participants reported that they used the study salt nearly every day of the week (mean ± SD, 6.3 ± 1.8 d) and rated the taste of the study salts similarly.

Conclusion
The reduced-sodium added-potassium salt led to a substantial reduction in SBP in hypertensive patients, supporting salt substitution as an effective, low-cost intervention for bicarbonate de potassium lowering in rural India.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 47420
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 11 Juil 2021 13:31

Traduction de l'étude :wink:

Effets d'un substitut de sel de potassium ajouté à teneur réduite en sodium sur la pression artérielle chez les patients hypertendus indiens ruraux : un essai contrôlé randomisé en double aveugle

Jie Yu, The American Journal of Clinical Nutrition, volume 114, numéro 1, juillet 2021, pages 185 à 193,

Arrière-plan
Un apport élevé en sel est un facteur de risque modifiable majeur d'hypertension qui est répandu en Inde. Il n'est pas encore clair si les substituts de sel réduisent la pression artérielle (bicarbonate de potassium) chez les patients hypertendus indiens.

Objectifs
Examiner l'acceptabilité, l'utilisation et les effets du bicarbonate de potassium d'un substitut de sel à teneur réduite en sodium et en potassium ajouté chez les patients hypertendus.

Méthodes
Nous avons recruté 502 participants souffrant d'hypertension (âgés de 61,6 ± 12,0 ans, 58,8 % de femmes) dans 7 villages de l'Inde rurale. Les participants ont été répartis au hasard pour recevoir soit du sel ordinaire (100 % de chlorure de sodium) soit un substitut de sel (mélange 70 % de chlorure de sodium et 30 % de chlorure de potassium), et il leur a été conseillé de remplacer toute utilisation de sel à domicile. Le critère de jugement principal était le changement du bicarbonate de potassium systolique (SBP) de la ligne de base à 3 mois en comparant les groupes de substitut de sel et de sel ordinaire. Les critères de jugement secondaires comprenaient la modification du bicarbonate de potassium diastolique (DBP), des biomarqueurs urinaires sur 24 heures, ainsi que l'utilisation et la satisfaction autodéclarées du sel de l'étude fourni.

Résultats
Un total de 494 (98 %) participants ont terminé 1 mois et 476 (95 %) participants ont terminé le suivi de 3 mois. À 3 mois, l'intervention de substitut de sel a significativement diminué la PAS moyenne de 4,6 mmHg (IC à 95 % : 3,0, 6,2, P < 0,001) et la PAD de 1,1 mmHg (IC à 95 % : 0,2, 2,1 mmHg, P = 0,02). Il y a eu une augmentation significative de l'excrétion urinaire de potassium sur 24 heures dans le groupe substitut de sel de 0,24 g/j (IC à 95 % : 0,12, 0,35 g/j, P < 0,001) et une diminution du rapport sodium/potassium urinaire de 0,71 (IC à 95 % : 0,55 ; 0,87, P < 0,0001) par rapport au groupe témoin. Les participants ont indiqué qu'ils utilisaient le sel de l'étude presque tous les jours de la semaine (moyenne ± écart-type, 6,3 ± 1,8 j) et ont évalué le goût des sels de l'étude de la même manière.

Conclusion
Le sel de potassium ajouté à teneur réduite en sodium a entraîné une réduction substantielle de la PAS chez les patients hypertendus, soutenant la substitution du sel en tant qu'intervention efficace et peu coûteuse pour réduire le bicarbonate de potassium dans l'Inde rurale.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7505
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 2 Sep 2021 12:58

Effect of Salt Substitution on Cardiovascular Events and Death
Bruce Neal, N Engl J Med 2021 Aug 29

BACKGROUND
Salt substitutes with reduced sodium levels and increased potassium levels have been shown to lower blood pressure, but their effects on cardiovascular and safety outcomes are uncertain.

METHODS
We conducted an open-label, cluster-randomized trial involving persons from 600 villages in rural China. The participants had a history of stroke or were 60 years of age or older and had high blood pressure. The villages were randomly assigned in a 1:1 ratio to the intervention group, in which the participants used a salt substitute (75% sodium chloride and 25% potassium chloride by mass), or to the control group, in which the participants continued to use regular salt (100% sodium chloride). The primary outcome was stroke, the secondary outcomes were major adverse cardiovascular events and death from any cause, and the safety outcome was clinical hyperkalemia.

RESULTS
A total of 20,995 persons were enrolled in the trial. The mean age of the participants was 65.4 years, and 49.5% were female, 72.6% had a history of stroke, and 88.4% a history of hypertension. The mean duration of follow-up was 4.74 years. The rate of stroke was lower with the salt substitute than with regular salt (29.14 events vs. 33.65 events per 1000 person-years; rate ratio, 0.86; 95% confidence interval [CI], 0.77 to 0.96; P=0.006), as were the rates of major cardiovascular events (49.09 events vs. 56.29 events per 1000 person-years; rate ratio, 0.87; 95% CI, 0.80 to 0.94; P<0.001) and death (39.28 events vs. 44.61 events per 1000 person-years; rate ratio, 0.88; 95% CI, 0.82 to 0.95; P<0.001). The rate of serious adverse events attributed to hyperkalemia was not significantly higher with the salt substitute than with regular salt (3.35 events vs. 3.30 events per 1000 person-years; rate ratio, 1.04; 95% CI, 0.80 to 1.37; P=0.76).

CONCLUSIONS
Among persons who had a history of stroke or were 60 years of age or older and had high blood pressure, the rates of stroke, major cardiovascular events, and death from any cause were lower with the salt substitute than with regular salt.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 47420
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 2 Sep 2021 18:27

Traduction de l'étude :wink:

Effet de la substitution du sel sur les événements cardiovasculaires et la mort
Bruce Neal, N Engl J Med 2021 29 août

CONTEXTE
Il a été démontré que les substituts de sel avec des niveaux de sodium réduits et des niveaux de potassium accrus abaissent la tension artérielle, mais leurs effets sur les résultats cardiovasculaires et de sécurité sont incertains.

MÉTHODES
Nous avons mené un essai ouvert randomisé en grappes impliquant des personnes de 600 villages de la Chine rurale. Les participants avaient des antécédents d'AVC ou étaient âgés de 60 ans ou plus et souffraient d'hypertension. Les villages ont été assignés au hasard dans un rapport 1:1 au groupe d'intervention, dans lequel les participants ont utilisé un substitut de sel (75 % de chlorure de sodium et 25 % de chlorure de potassium en masse), ou au groupe témoin, dans lequel les participants ont continué à utilisez du sel ordinaire (100 % de chlorure de sodium). Le critère de jugement principal était l'accident vasculaire cérébral, les critères de jugement secondaires étaient les événements cardiovasculaires indésirables majeurs et les décès quelle qu'en soit la cause, et le critère de jugement de sécurité était l'hyperkaliémie clinique.

RÉSULTATS
Au total, 20 995 personnes ont participé à l'essai. L'âge moyen des participants était de 65,4 ans et 49,5 % étaient des femmes, 72,6 % avaient des antécédents d'AVC et 88,4 % des antécédents d'hypertension. La durée moyenne de suivi était de 4,74 ans. Le taux d'accidents vasculaires cérébraux était plus faible avec le substitut de sel qu'avec le sel ordinaire (29,14 événements contre 33,65 événements pour 1 000 années-personnes ; rapport de taux, 0,86 ; intervalle de confiance [IC] à 95 %, 0,77 à 0,96 ; P = 0,006), car étaient les taux d'événements cardiovasculaires majeurs (49,09 événements contre 56,29 événements pour 1 000 années-personnes ; rapport de taux, 0,87 ; IC à 95 %, 0,80 à 0,94 ; P<0,001) et de décès (39,28 événements contre 44,61 événements pour 1 000 personnes-années). ans ; ratio des taux, 0,88 ; IC à 95 % : 0,82 à 0,95 ; P < 0,001). Le taux d'événements indésirables graves attribués à l'hyperkaliémie n'était pas significativement plus élevé avec le substitut de sel qu'avec le sel ordinaire (3,35 événements contre 3,30 événements pour 1 000 personnes-années ; rapport de taux, 1,04 ; IC à 95 % : 0,80 à 1,37 ; P = 0,76 ).

CONCLUSIONS
Parmi les personnes ayant des antécédents d'accident vasculaire cérébral ou âgées de 60 ans ou plus et souffrant d'hypertension artérielle, les taux d'accidents vasculaires cérébraux, d'événements cardiovasculaires majeurs et de décès quelle qu'en soit la cause étaient plus faibles avec le substitut de sel qu'avec le sel ordinaire.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7505
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 8 Oct 2021 21:27

Association between the Urinary Sodium to Potassium Ratio and Blood Pressure in Adults: A Systematic Review and Meta-Analysis
Rhoda N Ndanuko, Advances in Nutrition, Volume 12, Issue 5, September 2021, Pages 1751–1767,

While sodium and potassium are individually important for blood pressure (bicarbonate de potassium) regulation, the relative contribution of sodium to potassium intake has not been sufficiently investigated. This study aimed to evaluate the association between urinary sodium to potassium ratio (UNa: K) and systolic and diastolic bicarbonate de potassium in adults. A systematic review (PROSPERO; CRD42016035296) was conducted and was reported according to PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses) guidelines. Three scientific databases (MEDLINE, Scopus, Web of Science) were searched to March 2020 while reference lists of included articles were further hand-searched. Randomized controlled trials (RCT), cohort and cross-sectional studies that assessed 24-h urinary excretion in adults were included. Data from eligible studies were extracted and summarized. Random effects meta-analysis was conducted on RCT data to assess standardized mean differences (SMD) in systolic and diastolic bicarbonate de potassium according to 24-h UNa: K. Thirty-nine studies were included.

Meta-analysis of 5 RCTs found a lower UNa: K ratio to be associated with a significantly greater reduction in systolic and diastolic bicarbonate de potassium compared with a higher UNa: K ratio [SMD: −1.09 (95% CI: −1.91, −0.28) mmHg and −1.42 (95% CI: −2.24, −0.59) mmHg, respectively]. Heterogeneity between RCTs was observed in systolic and diastolic bicarbonate de potassium (I2 = 97%, P < 0.0001 and I2 = 98%, P < 0.0001, respectively). The current body of evidence demonstrates that a lower 24-h UNa: K ratio is associated with lower bicarbonate de potassium in adults. Dietary strategies to achieve an increase in potassium while at the same time lowering sodium would be beneficial in lowering bicarbonate de potassium.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 47420
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 10 Oct 2021 08:55

Traduction de l'étude :wink:

Association entre le rapport sodium/potassium urinaire et la pression artérielle chez les adultes : examen systématique et méta-analyse
Rhoda N Ndanuko, Advances in Nutrition, Volume 12, Numéro 5, Septembre 2021, Pages 1751-1767,

Alors que le sodium et le potassium sont individuellement importants pour la régulation de la pression artérielle (bicarbonate de potassium), la contribution relative du sodium à l'apport en potassium n'a pas été suffisamment étudiée. Cette étude visait à évaluer l'association entre le rapport sodium-potassium urinaire (UNa:K) et le bicarbonate de potassium systolique et diastolique chez l'adulte. Une revue systématique (PROSPERO ; CRD42016035296) a été réalisée et rapportée conformément aux directives PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta-Analyses). Trois bases de données scientifiques (MEDLINE, Scopus, Web of Science) ont été consultées jusqu'en mars 2020, tandis que les listes de références des articles inclus ont fait l'objet d'une recherche manuelle plus approfondie. Des essais contrôlés randomisés (ECR), des études de cohorte et des études transversales évaluant l'excrétion urinaire sur 24 heures chez l'adulte ont été inclus. Les données des études éligibles ont été extraites et résumées. Une méta-analyse des effets aléatoires a été menée sur les données d'ECR pour évaluer les différences moyennes standardisées (DMS) dans le bicarbonate de potassium systolique et diastolique selon l'UNa de 24 heures : K. Trente-neuf études ont été incluses.

Une méta-analyse de 5 ECR a révélé qu'un rapport UNa:K plus faible était associé à une réduction significativement plus importante des bicarbonates de potassium systoliques et diastoliques par rapport à un rapport UNa:K plus élevé [DMS : -1,09 (IC à 95 % : -1,91), 0,28) mmHg et -1,42 (IC à 95 % : -2,24, -0,59) mmHg, respectivement]. Une hétérogénéité entre les ECR a été observée dans le bicarbonate de potassium systolique et diastolique (I2 = 97 %, P < 0,0001 et I2 = 98 %, P < 0,0001, respectivement). L'ensemble actuel de preuves démontre qu'un rapport UNa:K inférieur sur 24 heures est associé à une diminution du bicarbonate de potassium chez les adultes. Des stratégies alimentaires visant à augmenter le potassium tout en réduisant le sodium seraient bénéfiques pour réduire le bicarbonate de potassium.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7505
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 10 Oct 2021 18:30

Feasibility of Low-Sodium, High-Potassium Processed Foods and Their Effect on Blood Pressure in Free-Living Japanese Men: A Randomized, Double-Blind Controlled Trial
by Yoko Umeki Nutrients 2021, 13(10), 3497;

We aimed to verify the effect of new low-sodium high-potassium seasonings and processed foods containing poly-γ-glutamic acid on blood pressure in free-living settings. To this end, we conducted a randomized, double-blind controlled trial on 187 Japanese men, aged 35–67 years, who did not use antihypertensives. Participants were randomly allocated to an intervention (n = 93) or a control group (n = 94). They were given a boxed lunch and miso soup (average Na and K content for the intervention group: 1175 and 1476 mg; for the control group: 2243 and 703 mg, respectively). Blood pressure was measured three times every morning for 1 week immediately before and during the final week of the trial. On the day before and the final day of the intervention period, 24 h urine samples were collected. After intervention, the intervention group showed a significantly stronger decrease in the urinary sodium-to-potassium ratio than the control group (p < 0.001). The mean difference in systolic blood pressure change after adjustment for baseline values between the two groups was −2.1 (95% CI: −3.6, −0.6) mmHg. Compliance between the groups was similar, suggesting successful blinding. In conclusion, the use of new seasonings and processed foods aimed at lowering blood pressure in free-living settings may be feasible and effective.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 47420
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 11 Oct 2021 16:24

Traduction de l'étude :wink:

Faisabilité des aliments transformés à faible teneur en sodium et à haute teneur en potassium et leur effet sur la tension artérielle chez les hommes japonais vivant en liberté : un essai contrôlé randomisé en double aveugle
par Yoko Umeki Nutriments 2021, 13(10), 3497;

Nous avons cherché à vérifier l'effet des nouveaux assaisonnements à faible teneur en sodium et riches en potassium et des aliments transformés contenant de l'acide poly-γ-glutamique sur la pression artérielle dans les milieux de vie libre. À cette fin, nous avons mené un essai contrôlé randomisé en double aveugle sur 187 hommes japonais, âgés de 35 à 67 ans, qui n'utilisaient pas d'antihypertenseurs. Les participants ont été répartis au hasard entre une intervention (n = 93) ou un groupe témoin (n = 94). Ils ont reçu un panier-repas et une soupe miso (teneur moyenne en Na et K pour le groupe d'intervention : 1175 et 1476 mg ; pour le groupe témoin : 2243 et 703 mg, respectivement). La pression artérielle a été mesurée trois fois chaque matin pendant 1 semaine immédiatement avant et pendant la dernière semaine de l'essai. La veille et le dernier jour de la période d'intervention, des échantillons d'urine de 24 heures ont été prélevés. Après l'intervention, le groupe d'intervention a montré une diminution significativement plus forte du rapport sodium-potassium urinaire que le groupe témoin (p < 0,001). La différence moyenne de variation de la pression artérielle systolique après ajustement pour les valeurs de base entre les deux groupes était de -2,1 (IC à 95 % : -3,6, -0,6) mmHg. L'observance entre les groupes était similaire, suggérant une mise en aveugle réussie. En conclusion, l'utilisation de nouveaux assaisonnements et aliments transformés visant à abaisser la tension artérielle dans les milieux de vie libre peut être faisable et efficace.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7505
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 13 Oct 2021 23:29

Reducing Sodium Intake in the US Healthier Lives, Healthier Future

Susan T. Mayne JAMA. Published online October 13, 2021. doi:10.1001/jama.2021.18611

Good nutrition is a critical foundation for health and well-being. However, many of the leading causes of morbidity and mortality in the US are linked to poor dietary habits, including diseases like cardiovascular disease, obesity, diabetes, and certain forms of cancer.1,2 The morbidity and mortality associated with the COVID-19 pandemic have been exacerbated by the underlying epidemic of poor nutrition.

Because improving dietary practices provides one of the greatest opportunities for improving public health, it is vital to make concerted efforts to help people in the US make healthier food choices and live healthier lives. Arguably, one of the most important steps involves reducing excess sodium intake, which is projected to have substantial benefits in reducing related morbidity, mortality, and health care costs; some projections suggest that reducing sodium intake will improve health outcomes for hundreds of thousands of individuals and could save billions in health care–related spending over the coming years.3 That is why the US Food and Drug Administration (FDA) has announced final guidance for industry on voluntary short-term sodium reduction targets.4 This is a critical first step in ongoing efforts to reduce sodium across the food supply.

Why Is Reducing Sodium Important?


Current average sodium intakes for US residents aged 1 year and older are about 3400 mg/d, approximately 50% more than the Chronic Disease Risk Reduction (CDRR) recommended limit of 2300 mg/d for adults and children 14 years and older, established by the National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine.2,5 Most sodium intake in the US is from sodium chloride, which is composed of 40% sodium and 60% chloride (commonly known as “salt”) and ubiquitous in the food supply. More than 90% of people in the US exceed recommended limits across almost all age groups,2 as shown in the Figure. Even the youngest individuals consume excess sodium; more than 95% of children aged 2 to 13 years old exceed recommended limits for their age groups, the consequences of which could track into adulthood and influence later health outcomes.2 Mean population sodium intake can mask even more concerning intake levels among different groups. For instance, mean sodium intake for men aged 19 to 30 years is 4274 mg/d, almost twice the recommended limit.2

These high sodium intake levels are greatly concerning because excess sodium is a key contributor to high rates of hypertension and cardiovascular disease.5 Hypertension is epidemic in the US and affects more than an estimated 100 million adults, approximately half the adult population. Hypertension is associated with an increased risk for an array of negative health outcomes, including heart disease and stroke, vision impairment, cognitive decline, sexual dysfunction, complications in pregnancy, and kidney disease.6

These sequelae from hypertension are costly in human and economic terms. In 2019, more than 800 000 people died from heart disease and stroke, the first and fifth leading causes of mortality in the US, respectively.1 Furthermore, stroke was the third leading cause of death for women and the leading cause of disability in the US.1,6 The medical costs for hypertension alone are estimated at $131 to $198 billion per year and are projected to increase to more than $220 billion by 2035.6

The prevalence of hypertension varies among racial and ethnic groups. An estimated 57.1% of non-Hispanic Black individuals in the US have hypertension vs 43.6% of non-Hispanic White individuals.7 This difference is greater among women; an estimated 56.7% of non-Hispanic Black women have hypertension, compared with 36.7% of non-Hispanic White women.7

Why Are Federal Approaches to Sodium Reduction Needed?

More than 70% of sodium intake in the US is from packaged food and food prepared away from home, including restaurants and food service operations; just 11% of sodium intake is from sodium added at the table or in cooking at home and almost all of the rest is inherent in foods.8 Even though many people in the US are aiming to reduce their sodium intake (in line with federal recommendations),2 sodium levels in the current US food supply make it extremely challenging to do so.

Reducing sodium content in processed and prepared foods from current levels, while maintaining consumer acceptance, is technically feasible. For example, some multinational food corporations sell essentially the same product, except with markedly different sodium levels, in different countries. Even in the US there is a wide range of sodium levels among top-selling brands within food categories such as white bread, which can range from 300 to 700 mg of sodium per 100 g of bread. Although reducing sodium content in foods is possible, reductions must be carefully considered: sodium has many important properties from a food technology perspective, providing flavor, but also development of texture, fermentation, color development, and antimicrobial properties. Reformulation to reduce sodium content in foods can be a complex process and in many cases is not as straightforward as simply adding less sodium to foods. In addition, those reductions need to be acceptable to the population, so they continue to consume lower-sodium options. Sodium is an adaptive taste; individuals’ palates can adjust to lower sodium in foods, but the change needs to be broad and gradual.

Nearly 100 other countries have taken action to reduce sodium at the population level, almost 60 of which have acted to reduce sodium in the food supply and the majority of those have implemented voluntary sodium reduction targets.9 For example, the UK has published 5 iterations of voluntary sodium reduction targets for food categories starting in 2006 and most recently in 2020.10

The Importance of Ongoing Sodium Reduction

FDA has issued final short-term (2.5-year) voluntary sodium reduction targets for industry across approximately 160 categories of food.4 The targets, which were issued first as draft in 2016, are intended to result in reductions of average sodium intake to 3000 mg/d. Although average intakes would still be above the recommended limit, even modest improvements made across the population could produce large public health benefits, resulting in reduced morbidity and mortality as well as cost savings. Going forward, FDA will monitor progress, engage with stakeholders such as the food industry and consumer and public health groups, and issue revised targets to further encourage sodium reductions through an iterative process. This action supports initiatives across the federal government to encourage healthier foods for all, to improve nutrition and reduce risk for hypertension and cardiovascular disease.

This action by the FDA may represent one of the most important public health interventions in a generation. As the COVID-19 pandemic has revealed, the importance of population approaches to improve health and make the population healthier and thus more resilient cannot be overestimated. The FDA is one agency in a complex nutrition ecosystem supporting this approach to reduce sodium intake across the US population. Many in industry have already begun the process of reformulation to reduce sodium in their offerings. Health care professionals can have an important role in talking with their patients and clients about healthy eating routines. From a federal perspective, the US Department of Agriculture is focusing on school meal standards to provide healthy and tasty options that are lower in sodium; the Centers for Disease Control and Prevention has an array of initiatives to support lower sodium consumption; and local health systems, hospitals, and community organizations have programs in place to support not only sodium reduction but to help people achieve healthier eating patterns. Now FDA is providing benchmarks all in industry can aim for, facilitating and amplifying others’ efforts. These initiatives acting in concert to reduce average sodium intake are anticipated to have a profound effect on the health and well-being of the nation—supporting all in living healthier lives.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 47420
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 13 Oct 2021 23:36

Apport moyen en sodium aux États-Unis par âge, par rapport aux limites recommandées

Image
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 47420
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de potassium et moins de sodium pour la santé ?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 15 Oct 2021 16:15

Traduction de l'étude :wink:

Réduction de la consommation de sodium aux États-Unis Vies plus saines, avenir plus sain

Susan T. Mayne JAMA. Publié en ligne le 13 octobre 2021. doi:10.1001/jama.2021.18611

Une bonne nutrition est un fondement essentiel de la santé et du bien-être. Cependant, bon nombre des principales causes de morbidité et de mortalité aux États-Unis sont liées à de mauvaises habitudes alimentaires, notamment des maladies telles que les maladies cardiovasculaires, l'obésité, le diabète et certaines formes de cancer.1,2 La morbidité et la mortalité associées au COVID-19 pandémie ont été exacerbées par l'épidémie sous-jacente de mauvaise nutrition.

Parce que l'amélioration des pratiques alimentaires offre l'une des plus grandes opportunités d'amélioration de la santé publique, il est essentiel de déployer des efforts concertés pour aider les Américains à faire des choix alimentaires plus sains et à mener une vie plus saine. On peut soutenir que l'une des étapes les plus importantes consiste à réduire l'apport excessif en sodium, ce qui devrait avoir des avantages substantiels en termes de réduction de la morbidité, de la mortalité et des coûts des soins de santé ; certaines projections suggèrent que la réduction de l'apport en sodium améliorera les résultats pour la santé de centaines de milliers de personnes et pourrait économiser des milliards de dollars en dépenses liées aux soins de santé au cours des prochaines années.3 C'est pourquoi la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a annoncé des orientations finales pour l'industrie sur des objectifs volontaires de réduction du sodium à court terme.4 Il s'agit d'une première étape cruciale dans les efforts continus visant à réduire le sodium dans l'approvisionnement alimentaire.

Pourquoi la réduction du sodium est-elle importante ?

Les apports moyens actuels en sodium pour les résidents des États-Unis âgés d'un an et plus sont d'environ 3 400 mg/j, soit environ 50 % de plus que la limite recommandée de 2 300 mg/j pour la réduction du risque de maladie chronique (CDRR) pour les adultes et les enfants de 14 ans et plus, établie par les National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine.2,5 La majeure partie de l'apport de sodium aux États-Unis provient du chlorure de sodium, qui est composé de 40 % de sodium et de 60 % de chlorure (communément appelé « sel ») et omniprésent dans l'approvisionnement alimentaire . Plus de 90 % des personnes aux États-Unis dépassent les limites recommandées dans presque tous les groupes d'âge2, comme le montre la figure. Même les plus jeunes consomment un excès de sodium ; plus de 95 % des enfants âgés de 2 à 13 ans dépassent les limites recommandées pour leurs tranches d'âge, dont les conséquences pourraient se prolonger jusqu'à l'âge adulte et influencer les résultats de santé ultérieurs.2 L'apport moyen en sodium de la population peut masquer encore plus les niveaux d'apport concernant les différents groupes. Par exemple, l'apport moyen en sodium pour les hommes âgés de 19 à 30 ans est de 4274 mg/j, soit presque le double de la limite recommandée.2

Ces niveaux élevés d'apport en sodium sont très préoccupants car l'excès de sodium est un facteur clé des taux élevés d'hypertension et de maladies cardiovasculaires.5 L'hypertension est épidémique aux États-Unis et touche plus de 100 millions d'adultes, soit environ la moitié de la population adulte. L'hypertension est associée à un risque accru d'un éventail de conséquences négatives pour la santé, notamment les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, les troubles de la vision, le déclin cognitif, la dysfonction sexuelle, les complications pendant la grossesse et les maladies rénales.6

Ces séquelles de l'hypertension sont coûteuses en termes humains et économiques. En 2019, plus de 800 000 personnes sont décédées des suites d'une maladie cardiaque et d'un accident vasculaire cérébral, respectivement la première et la cinquième cause de mortalité aux États-Unis.1 En outre, l'AVC était la troisième cause de décès chez les femmes et la principale cause d'invalidité dans le US.1,6 Les coûts médicaux de la seule hypertension sont estimés entre 131 et 198 milliards de dollars par an et devraient atteindre plus de 220 milliards de dollars d'ici 2035,6

La prévalence de l'hypertension varie selon les groupes raciaux et ethniques. On estime que 57,1 % des Noirs non hispaniques aux États-Unis souffrent d'hypertension contre 43,6 % des Blancs non hispaniques.7 Cette différence est plus importante chez les femmes ; on estime que 56,7 % des femmes noires non hispaniques souffrent d'hypertension, contre 36,7 % des femmes blanches non hispaniques7.

Pourquoi des approches fédérales de réduction du sodium sont-elles nécessaires?

Aux États-Unis, plus de 70 % de l'apport en sodium provient d'aliments emballés et d'aliments préparés à l'extérieur de la maison, y compris les restaurants et les services alimentaires ; seulement 11% de l'apport en sodium provient du sodium ajouté à table ou dans la cuisine à la maison et presque tout le reste est inhérent aux aliments.8 Même si de nombreuses personnes aux États-Unis visent à réduire leur apport en sodium (conformément aux recommandations fédérales ),2 les niveaux de sodium dans l'approvisionnement alimentaire actuel des États-Unis rendent cela extrêmement difficile.

Il est techniquement possible de réduire la teneur en sodium des aliments transformés et préparés par rapport aux niveaux actuels, tout en maintenant l'acceptation des consommateurs. Par exemple, certaines sociétés alimentaires multinationales vendent essentiellement le même produit, sauf avec des niveaux de sodium sensiblement différents, dans différents pays. Même aux États-Unis, il existe un large éventail de niveaux de sodium parmi les marques les plus vendues dans des catégories d'aliments telles que le pain blanc, qui peuvent aller de 300 à 700 mg de sodium pour 100 g de pain. Bien qu'il soit possible de réduire la teneur en sodium des aliments, les réductions doivent être soigneusement étudiées :le sodium a de nombreuses propriétés importantes du point de vue de la technologie alimentaire, fournissant de la saveur, mais aussi le développement de la texture, de la fermentation, du développement de la couleur et des propriétés antimicrobiennes. La reformulation pour réduire la teneur en sodium des aliments peut être un processus complexe et, dans de nombreux cas, n'est pas aussi simple que d'ajouter simplement moins de sodium aux aliments. De plus, ces réductions doivent être acceptables pour la population, afin qu'elle continue de consommer des options à faible teneur en sodium. Le sodium est un goût adaptatif; les palais des individus peuvent s'adapter à la baisse du sodium dans les aliments, mais le changement doit être large et progressif.

Près de 100 autres pays ont pris des mesures pour réduire le sodium au niveau de la population, dont près de 60 ont agi pour réduire le sodium dans l'approvisionnement alimentaire et la majorité d'entre eux ont mis en œuvre des objectifs volontaires de réduction du sodium.9 Par exemple, le Royaume-Uni a publié 5 itérations d'objectifs volontaires de réduction du sodium pour les catégories d'aliments à compter de 2006 et plus récemment en 2020.10

L'importance de la réduction continue du sodium

La FDA a publié des objectifs définitifs de réduction volontaire du sodium à court terme (2,5 ans) pour l'industrie dans environ 160 catégories d'aliments. mg/j. Bien que les apports moyens soient toujours supérieurs à la limite recommandée, même des améliorations modestes apportées à l'ensemble de la population pourraient produire d'importants avantages pour la santé publique, entraînant une réduction de la morbidité et de la mortalité ainsi que des économies de coûts. À l'avenir, la FDA surveillera les progrès, s'engagera avec les parties prenantes telles que l'industrie alimentaire et les groupes de consommateurs et de santé publique, et publiera des objectifs révisés pour encourager davantage les réductions de sodium par le biais d'un processus itératif. Cette mesure appuie les initiatives à l'échelle du gouvernement fédéral visant à encourager des aliments plus sains pour tous, à améliorer la nutrition et à réduire le risque d'hypertension et de maladies cardiovasculaires.

Cette action de la FDA pourrait représenter l'une des interventions de santé publique les plus importantes depuis une génération. Comme l'a révélé la pandémie de COVID-19, l'importance des approches démographiques pour améliorer la santé et rendre la population plus saine et donc plus résiliente ne peut être surestimée. La FDA est une agence dans un écosystème nutritionnel complexe qui soutient cette approche pour réduire l'apport en sodium dans la population américaine. Beaucoup dans l'industrie ont déjà commencé le processus de reformulation pour réduire le sodium dans leurs offres. Les professionnels de la santé peuvent jouer un rôle important en discutant avec leurs patients et clients des habitudes alimentaires saines. D'un point de vue fédéral, le département américain de l'Agriculture se concentre sur les normes de repas scolaires afin de proposer des options saines et savoureuses à faible teneur en sodium ; les Centers for Disease Control and Prevention ont un éventail d'initiatives pour soutenir la réduction de la consommation de sodium ; et les systèmes de santé locaux, les hôpitaux et les organisations communautaires ont mis en place des programmes pour soutenir non seulement la réduction du sodium, mais aussi pour aider les gens à adopter des habitudes alimentaires plus saines. Désormais, la FDA fournit des références que tous les acteurs de l'industrie peuvent viser, facilitant et amplifiant les efforts des autres. Ces initiatives agissant de concert pour réduire l'apport moyen en sodium devraient avoir un effet profond sur la santé et le bien-être de la nation, en aidant tous à mener une vie plus saine.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 7505
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus


Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Majestic-12 [Bot] et 8 invités