Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Plus de protéines pour la santé des seniors?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 11 Avr 2021 22:04

Low protein intake, physical activity, and physical function in European and North American community-dwelling older adults: a pooled analysis of four longitudinal aging cohorts
Nuno Mendonça, The American Journal of Clinical Nutrition, 07 April 2021

Background
Dietary protein may slow the decline in muscle mass and function with aging, making it a sensible candidate to prevent or modulate disability progression. At present, studies providing reliable estimates of the association between protein intake and physical function, and its interaction with physical activity (PA), in community-dwelling older adults are lacking.

Objectives
We investigated the longitudinal relation between protein intake and physical function, and the interaction with PA.

Methods
We undertook a pooled analysis of individual participant data from cohorts in the PROMISS (PRevention Of Malnutrition In Senior Subjects in the European Union) consortium (the Health Aging and Body Composition Study, Quebec Longitudinal Study on Nutrition and Successful Aging, Longitudinal Aging Study Amsterdam, and Newcastle 85+) in which 5725 community-dwelling older adults were followed up to 8.5 y. The relation between protein intake and walking speed was determined using joint models (linear mixed-effects and Cox proportional hazards models) and the relation with mobility limitation was investigated using multistate models.

Results
Higher protein intake was modestly protective of decline in walking speed in a dose-dependent manner [e.g., protein intake ≥1.2 compared with 0.8 g/kg adjusted body weight (aBW)/d: β = 0.024, 95% CI: 0.009, 0.032 SD/y], with no clear indication of interaction with PA. Participants with protein intake ≥0.8 g/kg aBW/d had also a lower likelihood of incident mobility limitation, which was observed for each level of PA. This association seemed to be dose-dependent for difficulty walking but not for difficulty climbing stairs. No associations between protein intake and other mobility limitations transitions were observed.

Conclusions
Higher daily protein intake can reduce physical function decline not only in older adults with protein intake below the current RDA of 0.8 g/kg BW/d, but also in those with a protein intake that is already considered sufficient. This dose-dependent association was observed for each level of PA, suggesting no clear synergistic association between protein intake and PA in relation to physical function.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54422
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 12 Avr 2021 15:56

Traduction de l'étude :wink:

Faible apport en protéines, activité physique et fonction physique chez les personnes âgées vivant dans la communauté en Europe et en Amérique du Nord: une analyse groupée de quatre cohortes longitudinales de vieillissement
Nuno Mendonça, The American Journal of Clinical Nutrition, 7 avril 2021

Arrière-plan
Les protéines alimentaires peuvent ralentir la diminution de la masse musculaire et fonctionner avec le vieillissement, ce qui en fait un candidat judicieux pour prévenir ou moduler la progression du handicap. À l'heure actuelle, les études fournissant des estimations fiables de l'association entre l'apport en protéines et la fonction physique, et son interaction avec l'activité physique (AP), chez les personnes âgées vivant dans la communauté font défaut.

Objectifs
Nous avons étudié la relation longitudinale entre l'apport en protéines et la fonction physique, ainsi que l'interaction avec l'AP.

Méthodes
Nous avons entrepris une analyse groupée des données individuelles des participants provenant de cohortes du consortium PROMISS (PRevention Of Malnutrition In Senior Subjects in the European Union) (the Health Aging and Body Composition Study, Quebec Longitudinal Study on Nutrition and Successful Aging, Longitudinal Aging Study Amsterdam, et Newcastle 85+) dans lequel 5725 adultes âgés vivant dans la communauté ont été suivis jusqu'à 8,5 ans. La relation entre l'apport en protéines et la vitesse de marche a été déterminée à l'aide de modèles articulaires (modèles à effets mixtes linéaires et à risques proportionnels de Cox) et la relation avec la limitation de la mobilité a été étudiée à l'aide de modèles multi-états.

Résultats
Un apport en protéines plus élevé protégeait légèrement la diminution de la vitesse de marche d'une manière dose-dépendante [p. Ex., Apport en protéines ≥ 1,2 par rapport à 0,8 g / kg de poids corporel ajusté (PB) / j: β = 0,024, IC à 95%: 0,009, 0,032 SD / y], sans indication claire d'interaction avec PA. Les participants avec un apport en protéines ≥ 0,8 g / kg de poids corporel / j avaient également une probabilité plus faible de limitation de la mobilité incidente, qui a été observée pour chaque niveau d'AP. Cette association semblait dose-dépendante pour les difficultés à marcher mais pas pour les difficultés à monter les escaliers. Aucune association entre l'apport en protéines et d'autres transitions de limitations de mobilité n'a été observée.

Conclusions
Un apport protéique quotidien plus élevé peut réduire le déclin de la fonction physique non seulement chez les personnes âgées dont l'apport en protéines est inférieur à la RDA actuelle de 0,8 g / kg de poids corporel / j, mais aussi chez celles dont l'apport en protéines est déjà considéré comme suffisant. Cette association dose-dépendante a été observée pour chaque niveau d'AP, suggérant aucune association synergique claire entre l'apport en protéines et l'AP en relation avec la fonction physique.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12739
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 16 Mai 2022 16:22

Whey Protein, L-Leucine and Vitamin D Supplementation for Preserving Lean Mass during a Low-Calorie Diet in Sarcopenic Obese Women
by Elisabetta Camajani Nutrients 2022, 14(9), 1884;

In sarcopenic obese subjects it is essential to reduce body weight and preserve lean mass, in order to avoid a worsening of muscle function. Several studies have shown that leucine supplementation can be useful to improve skeletal muscle mass in sarcopenic patients. The aim of our study was to evaluate the effectiveness of a short-term low-calorie diet (LCD) combined with supplementation with whey protein and leucine on weight loss, lean mass and muscle strength in sarcopenic, obese, hyperinsulinemic and post-menopausal women. Sixteen females with a mean age of 60 years (range: 50–70 years), BMI 37.6 kg/m2 (range: 31.7–44.1 Kg/m2), HOMA-index ≥ 2.5 (range: 2.9–12) were assigned to an LCD regimen (1000 kcal/day) with supplementation of 18 g whey proteins which 4.1 g of leucine for 45 days. Anthropometric indexes, blood and urine chemistry, body composition by DEXA, muscle strength by handgrip test and Short Physical Performance Battery (SPPB) were assessed at baseline and at the end of the treatment. A significant reduction in BMI (37.6 vs. 35.7 Kg/m2), waist circumference (107 vs. 102.4 cm), HOMA index (4.8 vs. 2.3) and fasting insulin (17.4 vs. 10.4 μIU/mL) was observed in all patients.

Women preserved total lean body mass (55 vs. 5%) and significantly improved their muscle strength, as measured by handgrip (15.3 vs. 20.1 Kg), and their muscle function, as measured by SPPB (7.5 vs. 8.9). A significant increase in BUN was also observed (36.1 vs. 46.3).

We conclude that LCD with adequate protein intake and supplementation with whey protein and leucine should be promoted to maintain muscle mass and improve muscle strength in post-menopausal women with sarcopenic obesity.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54422
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 17 Mai 2022 16:40

Traduction de l'étude :wink:

Supplémentation en protéines de lactosérum, L-leucine et vitamine D pour préserver la masse maigre pendant un régime hypocalorique chez les femmes obèses sarcopéniques
par Elisabetta Camajani Nutriments 2022, 14(9), 1884;

Chez les sujets obèses sarcopéniques, il est essentiel de réduire le poids corporel et de préserver la masse maigre, afin d'éviter une aggravation de la fonction musculaire. Plusieurs études ont montré que la supplémentation en leucine peut être utile pour améliorer la masse musculaire squelettique chez les patients sarcopéniques. Le but de notre étude était d'évaluer l'efficacité d'un régime hypocalorique (LCD) à court terme associé à une supplémentation en protéines de lactosérum et en leucine sur la perte de poids, la masse maigre et la force musculaire chez des femmes sarcopéniques, obèses, hyperinsulinémiques et post-ménopausées. . Seize femmes avec un âge moyen de 60 ans (intervalle : 50–70 ans), un IMC de 37,6 kg/m2 (intervalle : 31,7–44,1 Kg/m2), un indice HOMA ≥ 2,5 (intervalle : 2,9–12) ont été assignées à un Régime LCD (1000 kcal/jour) avec supplémentation de 18 g de protéines de lactosérum dont 4,1 g de leucine pendant 45 jours. Les indices anthropométriques, la chimie du sang et de l'urine, la composition corporelle par DEXA, la force musculaire par le test de la poignée et la batterie de performances physiques courtes (SPPB) ont été évalués au départ et à la fin du traitement. Une réduction significative de l'IMC (37,6 vs 35,7 Kg/m2), du tour de taille (107 vs 102,4 cm), de l'indice HOMA (4,8 vs 2,3) et de l'insuline à jeun (17,4 vs 10,4 μUI/mL) a été observée chez tous les patients .

Les femmes ont conservé leur masse corporelle maigre totale (55 contre 5 %) et ont significativement amélioré leur force musculaire, telle que mesurée par la poignée (15,3 contre 20,1 kg), et leur fonction musculaire, telle que mesurée par la SPPB (7,5 contre 8,9). Une augmentation significative du BUN a également été observée (36,1 contre 46,3).

Nous concluons que la LCD avec un apport adéquat en protéines et une supplémentation en protéines de lactosérum et en leucine devrait être encouragée pour maintenir la masse musculaire et améliorer la force musculaire chez les femmes ménopausées atteintes d'obésité sarcopénique.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12739
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 2 Mar 2023 14:39

The ‘Whey’ to good health: Whey protein and its beneficial effect on metabolism, gut microbiota and mental health
Serena Boscaini Trends in Food Science & Technology Volume 133, March 2023, Pages 1-14

Background
Whey protein (WP) and its components account for 20% of bovine milk proteins. Once considered as a waste by-product of cheese production, WP is now known to exert beneficial effects on human health, specifically with respect to controlling obesity and its comorbidities.

Scope of review
This review provides an overview of the physical and chemical characteristics of all bovine milk proteins, i.e., WP, WP components. Next, the available evidence relating to the beneficial effects exerted by WP and its components with respect to satiety, energy balance, metabolism and inflammation have been reported and discussed. Importantly, the review includes a focus on the changes to the gut microbiota that can occur in response to WP consumption, while also highlighting the positive impact of WP on mood and behaviour. Finally, this review provides possible mechanisms through which WP supplementation confers beneficial effects during obesity and its comorbidities, taking into account the experimental factors/conditions that could impact on WP effects.

Major conclusions
WP consumption positively impacts energy balance and obesity-related parameters. This has been primarily linked with modulation in adipose tissue metabolism and several changes that occur within the gastrointestinal tract, such as modulation of satiety hormones, nutrient transporters, intestinal permeability and possibly, gut microbiota changes. This review highlights critical points relating on the beneficial effects of WP supplementation in preventing or treating obesity and also notes areas of importance for further research on the topic.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54422
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 3 Mar 2023 11:26

Traduction de l'étude :wink:

La « Whey » pour une bonne santé : la protéine de lactosérum et son effet bénéfique sur le métabolisme, le microbiote intestinal et la santé mentale
Serena Boscaini Tendances en science et technologie alimentaires Volume 133, mars 2023, pages 1-14

Arrière-plan
La protéine de lactosérum (WP) et ses composants représentent 20 % des protéines du lait de vache. Autrefois considéré comme un sous-produit de la production de fromage, le WP est maintenant connu pour exercer des effets bénéfiques sur la santé humaine, en particulier en ce qui concerne le contrôle de l'obésité et de ses comorbidités.

Portée de l'examen
Cette revue donne un aperçu des caractéristiques physiques et chimiques de toutes les protéines de lait de vache, c'est-à-dire les composants WP, WP. Ensuite, les preuves disponibles concernant les effets bénéfiques exercés par WP et ses composants en ce qui concerne la satiété, l'équilibre énergétique, le métabolisme et l'inflammation ont été rapportées et discutées. Il est important de noter que l'examen met l'accent sur les changements du microbiote intestinal qui peuvent survenir en réponse à la consommation de WP, tout en soulignant l'impact positif du WP sur l'humeur et le comportement. Enfin, cette revue fournit des mécanismes possibles par lesquels la supplémentation en WP confère des effets bénéfiques pendant l'obésité et ses comorbidités, en tenant compte des facteurs/conditions expérimentaux qui pourraient avoir un impact sur les effets de WP.

Principales conclusions
La consommation de WP a un impact positif sur le bilan énergétique et les paramètres liés à l'obésité. Cela a été principalement lié à la modulation du métabolisme du tissu adipeux et à plusieurs changements qui se produisent dans le tractus gastro-intestinal, tels que la modulation des hormones de satiété, des transporteurs de nutriments, de la perméabilité intestinale et éventuellement des modifications du microbiote intestinal. Cette revue met en évidence les points critiques relatifs aux effets bénéfiques de la supplémentation en WP dans la prévention ou le traitement de l'obésité et note également les domaines d'importance pour la poursuite des recherches sur le sujet.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12739
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 4 Mar 2023 13:41

High Protein Intake at Lunch Is Negatively Associated with Blood Pressure in Community-Dwelling Older Adults: A Cross-Sectional Study
by Hélio José Coelho-Júnior Nutrients 2023, 15(5), 1251;

Background: The present study was conducted to explore the association between protein intake across the main meals and hypertension (HTN)-related parameters in community-dwelling Brazilian older adults. Methods: Brazilian community-dwelling older adults were recruited in a senior center. Dietary habits were assessed through 24 h recall. Protein intake was classified as high and low according to median and recommended dietary allowance values. Absolute and body weight (BW)–adjusted protein consumption levels were quantified and analyzed according to ingestion across the main meals. Systolic (SBP) and diastolic blood pressure (DBP) were measured using an oscilometric monitor. Participants were categorized as hypertensive according to physician diagnosis or the detection of high SBP and/or DBP values.

Results: One hundred ninety-seven older adults were enrolled in the present study. Protein intake at lunch was independently and negatively associated with SBP. Furthermore, a lower prevalence of HTN (diagnosed by a physician) was observed in participants with higher intakes of protein.

These results remained significant after adjustment for many covariates. However, significance was lost when kilocalories and micronutrients were included in the model.

Conclusions: Findings of the present study indicate that protein intake at lunch was independently and negatively associated with systolic bicarbonate de potassium in community-dwelling older adults.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54422
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 4 Mar 2023 14:21

Traduction de l'étude :wink:

Un apport élevé en protéines au déjeuner est associé négativement à la pression artérielle chez les personnes âgées vivant dans la communauté : une étude transversale
par Hélio José Coelho-Júnior Nutrients 2023, 15(5), 1251 ;

Contexte : La présente étude a été menée pour explorer l'association entre l'apport en protéines au cours des principaux repas et les paramètres liés à l'hypertension (HTN) chez les personnes âgées brésiliennes vivant dans la communauté. Méthodes : Des personnes âgées vivant dans la communauté brésilienne ont été recrutées dans un centre pour personnes âgées. Les habitudes alimentaires ont été évaluées par rappel de 24 h. L'apport en protéines a été classé comme élevé et faible selon les valeurs médianes et recommandées des apports nutritionnels. Les niveaux de consommation de protéines ajustés en fonction du poids absolu et du poids corporel (PC) ont été quantifiés et analysés en fonction de l'ingestion au cours des repas principaux. Les pressions artérielles systolique (PAS) et diastolique (PAD) ont été mesurées à l'aide d'un moniteur oscillométrique. Les participants ont été classés comme hypertendus selon le diagnostic du médecin ou la détection de valeurs élevées de PAS et/ou de PAD.

Résultats : Cent quatre-vingt-dix-sept personnes âgées ont participé à la présente étude. L'apport en protéines au déjeuner était indépendamment et négativement associé à la PAS. De plus, une prévalence plus faible de HTN (diagnostiquée par un médecin) a été observée chez les participants ayant des apports plus élevés en protéines.

Ces résultats sont restés significatifs après ajustement pour de nombreuses covariables. Cependant, la signification a été perdue lorsque les kilocalories et les micronutriments ont été inclus dans le modèle.


Conclusions : Les résultats de la présente étude indiquent que l'apport en protéines au déjeuner était associé de manière indépendante et négative au bicarbonate de potassium systolique chez les personnes âgées vivant dans la communauté.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12739
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 8 Mar 2023 12:16

Protein-Balanced Dietary Habits Benefit Cognitive Function in Japanese Older Adults
by Keisuke Sakurai Nutrients 2023, 15(3), 770;

Since daily dietary habits can affect cognitive function, dietary patterns such as the Mediterranean-DASH Intervention for Neurodegenerative Delay diet have been proposed as interventions to slow cognitive decline. However, because dietary habits vary widely among different food cultures, it is necessary to establish dietary pattern intervention methods that are appropriate for each population. Therefore, in this study, the dietary patterns of elderly Japanese individuals were classified using cluster analysis, and their relationship with cognitive function was investigated. We then modeled the dietary patterns and applied them to another cohort of elderly Japanese individuals to determine whether differences in dietary patterns could predict cognitive decline.

One hundred and fifty older adults ≥ 65 years of age in the community were recruited. Their daily food intake and cognitive function were measured using the brief-type self-administered diet history questionnaire and Montreal Cognitive Assessment, respectively. K-means cluster analysis identified a high-carbohydrate (HC) dietary pattern with high cereal intake and a protein-balanced (PB) dietary pattern with high intake of legumes, vegetables, seafood, meat, and eggs.

Cognitive function was significantly higher in the PB group than in the HC group. Furthermore, to classify the new data into HC and PB patterns, a classification model was created by discriminant analysis using food groups with significantly different intakes among dietary patterns. Next, we recruited 267 new older adults ≥ 65 years of age and measured food intake and cognitive function assessed using the memory performance index score. Individuals with cognitive decline were identified and their detailed cognitive functions were assessed using the neurocognitive index score. Cognitive function was significantly impaired in the HC pattern in both the general elderly and cognitively impaired cohorts.

These findings suggest that a dietary pattern of low carbohydrate and high protein intake is associated with good cognitive function in elderly Japanese individuals. Classification by these dietary patterns can predict cognitive reservation in community-dwelling older adults.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54422
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 9 Mar 2023 11:30

Traduction de l'étude :wink:

Des habitudes alimentaires équilibrées en protéines profitent à la fonction cognitive chez les personnes âgées japonaises
par Keisuke Sakurai Nutrients 2023, 15(3), 770 ;

Étant donné que les habitudes alimentaires quotidiennes peuvent affecter la fonction cognitive, des modèles alimentaires tels que le régime Mediterranean-DASH Intervention for Neurodegenerative Delay ont été proposés comme interventions pour ralentir le déclin cognitif. Cependant, étant donné que les habitudes alimentaires varient considérablement d'une culture alimentaire à l'autre, il est nécessaire d'établir des méthodes d'intervention sur les habitudes alimentaires adaptées à chaque population. Par conséquent, dans cette étude, les habitudes alimentaires des personnes âgées japonaises ont été classées à l'aide d'une analyse par grappes et leur relation avec la fonction cognitive a été étudiée. Nous avons ensuite modélisé les schémas alimentaires et les avons appliqués à une autre cohorte d'individus japonais âgés afin de déterminer si les différences de schémas alimentaires pouvaient prédire le déclin cognitif.

Cent cinquante adultes âgés de ≥ 65 ans de la communauté ont été recrutés. Leur apport alimentaire quotidien et leur fonction cognitive ont été mesurés à l'aide du questionnaire d'histoire alimentaire auto-administré de type bref et de l'évaluation cognitive de Montréal, respectivement. L'analyse par grappes K-means a identifié un régime alimentaire riche en glucides (HC) avec un apport élevé en céréales et un régime alimentaire équilibré en protéines (PB) avec un apport élevé en légumineuses, légumes, fruits de mer, viande et œufs.

La fonction cognitive était significativement plus élevée dans le groupe PB que dans le groupe HC. De plus, pour classer les nouvelles données en modèles HC et PB, un modèle de classification a été créé par analyse discriminante en utilisant des groupes d'aliments avec des apports significativement différents selon les modèles alimentaires. Ensuite, nous avons recruté 267 nouveaux adultes âgés de ≥ 65 ans et mesuré l'apport alimentaire et la fonction cognitive évalués à l'aide du score de l'indice de performance de la mémoire. Les personnes présentant un déclin cognitif ont été identifiées et leurs fonctions cognitives détaillées ont été évaluées à l'aide du score de l'indice neurocognitif. La fonction cognitive était significativement altérée dans le modèle HC à la fois dans les cohortes générales de personnes âgées et de personnes atteintes de troubles cognitifs.

Ces résultats suggèrent qu'un régime alimentaire faible en glucides et riche en protéines est associé à une bonne fonction cognitive chez les personnes âgées japonaises. La classification selon ces modèles alimentaires peut prédire la réservation cognitive chez les personnes âgées vivant dans la communauté.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12739
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 11 Mar 2023 14:24

Whey protein and vitamin D supplementation in institutionalized older adults: A randomized trial
Tamy Colonetti Nutrition and Health Vol. 29, No. 1, March 1, 2023

Background: The increase in life expectancy and in the number of individuals over 60 years old brings new demands to health professionals and services based on the physiological changes that occur in this population. The aging process results in changes in body composition, increasing body fat and reducing muscle mass, in addition to a reduction in bone mass. Aim: The aim of this study was to examine the effect of whey protein and vitamin D supplementation on body composition and skeletal muscle in older adults living in long-term care facilities.

Methods: This study is a double-blind randomized controlled trial. Thirty older adults (>60 years old) were randomized and allocated in three groups: group receiving resistance training and supplementation receiving resistance training, whey protein and vitamin D; group received resistance and placebo training receiving resistance training and placebo, and control group without any intervention. Body composition was measured by dual-energy X-ray absorptiometry at baseline, 12 weeks, and 24 weeks.

Results: The mean age was 74.87 (± 8.14) years. A significant difference (p = 0.042) was observed between the group receiving resistance training and supplementation and control groups in relation to lean mass increase (kg) at 24 weeks. After 24 weeks of intervention, there was a significant increase in Relative index of muscle mass for the two groups that underwent resistance training, group received resistance and placebo training (p = 0.042) and group receiving resistance training and supplementation (p = 0.045), in relation to the control.

Conclusion: Combined supplementation of whey protein and vitamin D with resistance training can significantly improve lean mass, total mass, and relative index of muscle mass in institutionalized older adults.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54422
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 11 Mar 2023 21:17

Traduction de l'étude :wink:

Supplémentation en protéines de lactosérum et en vitamine D chez les personnes âgées institutionnalisées : un essai randomisé
Tamy Colonetti Nutrition et Santé Vol. 29, n° 1, 1er mars 2023

Contexte : L'augmentation de l'espérance de vie et du nombre de personnes de plus de 60 ans entraîne de nouvelles demandes de professionnels et de services de santé en fonction des changements physiologiques qui surviennent dans cette population. Le processus de vieillissement entraîne des changements dans la composition corporelle, une augmentation de la graisse corporelle et une réduction de la masse musculaire, en plus d'une réduction de la masse osseuse. Objectif : Le but de cette étude était d'examiner l'effet de la supplémentation en protéines de lactosérum et en vitamine D sur la composition corporelle et les muscles squelettiques chez les personnes âgées vivant dans des établissements de soins de longue durée.

Méthodes : Cette étude est un essai contrôlé randomisé en double aveugle. Trente adultes plus âgés (> 60 ans) ont été randomisés et répartis en trois groupes : groupe recevant un entraînement en résistance et une supplémentation recevant un entraînement en résistance, des protéines de lactosérum et de la vitamine D ; le groupe a reçu un entraînement en résistance et un placebo recevant un entraînement en résistance et un placebo, et un groupe témoin sans aucune intervention. La composition corporelle a été mesurée par absorptiométrie à rayons X à double énergie au départ, 12 semaines et 24 semaines.

Résultats : L'âge moyen était de 74,87 (± 8,14) ans. Une différence significative (p = 0,042) a été observée entre le groupe recevant un entraînement en résistance et une supplémentation et les groupes témoins en ce qui concerne l'augmentation de la masse maigre (kg) à 24 semaines. Après 24 semaines d'intervention, il y a eu une augmentation significative de l'indice relatif de la masse musculaire pour les deux groupes ayant suivi un entraînement en résistance, le groupe ayant reçu un entraînement en résistance et un placebo (p = 0,042) et le groupe ayant reçu un entraînement en résistance et une supplémentation (p = 0,045), par rapport au contrôle.

Conclusion : Une supplémentation combinée en protéines de lactosérum et en vitamine D avec un entraînement en résistance peut améliorer de manière significative la masse maigre, la masse totale et l'indice relatif de masse musculaire chez les personnes âgées institutionnalisées.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12739
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 20 Mar 2023 17:24

Protein and Leucine Intake at Main Meals in Elderly People with Type 2 Diabetes
by Elena Massimino Nutrients 2023, 15(6), 1345;

Background: The recommended protein intake for the elderly is 25–30 g at main meals, with at least 2500–2800 mg of leucine at each meal. There is still little evidence regarding the amount and distribution of protein and leucine intake with meals in the elderly with type 2 diabetes (T2D). In this cross-sectional study, we evaluated protein and leucine intake at each meal in elderly patients with T2D. Methods: A total of 138 patients (91 men and 47 women) with T2D, aged 65 years or older, were included. Participants performed three 24-h dietary recalls for the evaluation of their dietary habits and protein and leucine intake at meals. Results: The average protein intake was 0.9 ± 0.2 g/kg body weight/day, and only 23% of patients complied with the recommendations. The average protein intake was 6.9 g at breakfast, 29 g at lunch, and 21 g at dinner. None of the patients reached the recommended protein intake at breakfast; 59% of patients complied with the recommendations at lunch; and 32% at dinner. The average leucine intake was 579 mg at breakfast, 2195 g at lunch, and 1583 mg at dinner. The recommended leucine intake was not reached by any patient at breakfast, by 29% of patients at lunch, and by 13% at dinner.

Conclusions: Our data show that, in elderly patients with T2D, the average protein intake is low, particularly at breakfast and dinner, and that leucine intake is remarkably lower than the recommended levels. These data raise the need to implement nutritional strategies capable of increasing protein and leucine intake in the elderly with T2D.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54422
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 21 Mar 2023 16:47

Traduction de l'étude :wink:

Apport en protéines et en leucine aux repas principaux chez les personnes âgées atteintes de diabète de type 2
par Elena Massimino Nutriments 2023, 15(6), 1345 ;

Contexte : L'apport protéique recommandé pour les personnes âgées est de 25 à 30 g aux repas principaux, avec au moins 2 500 à 2 800 mg de leucine à chaque repas. Il existe encore peu de preuves concernant la quantité et la distribution de l'apport en protéines et en leucine avec les repas chez les personnes âgées atteintes de diabète de type 2 (DT2). Dans cette étude transversale, nous avons évalué l'apport en protéines et en leucine à chaque repas chez des patients âgés atteints de DT2. Méthodes : Un total de 138 patients (91 hommes et 47 femmes) atteints de DT2, âgés de 65 ans ou plus, ont été inclus. Les participants ont effectué trois rappels alimentaires de 24 h pour évaluer leurs habitudes alimentaires et leurs apports en protéines et en leucine aux repas. Résultats : L'apport protéique moyen était de 0,9 ± 0,2 g/kg de poids corporel/jour et seulement 23 % des patients respectaient les recommandations. L'apport moyen en protéines était de 6,9 g au petit-déjeuner, 29 g au déjeuner et 21 g au dîner. Aucun des patients n'a atteint l'apport protéique recommandé au petit déjeuner ; 59 % des patients ont respecté les recommandations au déjeuner ; et 32 % au dîner. L'apport moyen en leucine était de 579 mg au petit déjeuner, 2195 g au déjeuner et 1583 mg au dîner. L'apport recommandé en leucine n'était atteint par aucun patient au petit-déjeuner, par 29 % des patients au déjeuner et par 13 % au dîner.

Conclusions : nos données montrent que, chez les patients âgés atteints de DT2, l'apport moyen en protéines est faible, en particulier au petit-déjeuner et au dîner, et que l'apport en leucine est remarquablement inférieur aux niveaux recommandés. Ces données soulèvent la nécessité de mettre en place des stratégies nutritionnelles capables d'augmenter les apports en protéines et en leucine chez les personnes âgées atteintes de DT2.n
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12739
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Plus de protéines pour la santé des seniors?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 13 Avr 2023 11:39

Combinatory Effects of Training and Nutritive Administration of Carbohydrates and Protein via Food on Strength in Postmenopausal Women, and Old Men and Women
by Katharina Hofmann Nutrients 2023, 15(6), 1531;

The age-related loss of muscle mass promotes many impairments. Training and protein supplementation are suggested to prevent muscle wasting, but recommendations for all populations are not based on scientific evidence. This study combines protein/carbohydrate supplementation (PCS) and training for seniors and postmenopausal women. Project A: 51 postmenopausal women (PMW, 57.3 ± 3.0 years old) underwent health-oriented training (12 weeks, moderate-strength training + moderate-endurance training). The intervention group (IG) additionally received 110 g sour milk cheese (SMC) and toast. Project B: 25 women and 6 men (65.9 ± 4.9 years old) performed intense sling training (12 weeks). The IG additionally received 110 g SMC, toast, and buttermilk. Strength was tested before and after in both studies. Project A: there was significant increase in strength, no additional effect of PCS, and a reduction in body fat in the controls. Project B: there was significant increase in strength, significant additional effects of PCS for trunk strength, and a significant reduction in body weight. Combining training and PCS may counteract strength loss. Combined endurance/resistance training is recommended to PMW for whom the benefits of PCS are restricted. Aged subjects may benefit from PCS when training intensely, but these benefits may be strongly individual.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54422
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Suivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Majestic-12 [Bot] et 3 invités