Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des seniors?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 6 Avr 2023 12:25

Folate, vitamin B6, and vitamin B12 intakes are negatively associated with the prevalence of hypertension: A national population-based study
Yuqing Xiong Nutrition Research Volume 112, April 2023, Pages 46-54

We hypothesized that the prevalence of hypertension is related to B-vitamin intake in the general population, but it has not been sufficiently studied. This study aimed to investigate the intakes of dietary folate, vitamin B6, and vitamin B12 concerning hypertension in US adults. A total of 55 569 adults from National Health and Nutrition Examination Survey III and 1999–2014 were included in this study. Nutrient intake was collected from subjects through one or two 24-hour dietary reviews. Multiple logistic regression models were used to examine the relationship between these nutrient intakes and hypertension.

Among male participants, dietary folate, vitamin B6, and vitamin B12 intakes were significantly and negatively associated with the prevalence of hypertension, with multivariate-adjusted odds ratios (ORs) of 0.61 (95% confidence interval [CI], 0.55–0.68), 0.65 (95% CI, 0.59–0.72), and 0.84 (95% CI, 0.75–0.95) for the highest quartile group compared with the lowest group. Results were similar for female participants, with multivariate-adjusted ORs of 0.63 (95% CI, 0.57–0.71), 0.60 (95% CI, 0.53–0.66), and 0.87 (95% CI, 0.77–0.98) for the highest quartile group. Moreover, there was a linear trend (Ptrend < .001) in both men and women that the prevalence of hypertension tended to decrease with increased intake of folate, vitamin B6, and vitamin B12; however, the decreases above the third quartile were negligible.

Dietary folate, vitamin B6, and vitamin B12 were significantly associated negatively with hypertension, indicating that these nutrients might have a protective effect against hypertension in United States adults.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 7 Avr 2023 15:37

Traduction de l'étude :wink:

[b]Les apports en folate, en vitamine B6 et en vitamine B12 sont négativement associés à la prévalence de l'hypertension : une étude nationale basée sur la population
[/b]Yuqing Xiong Nutrition Research Volume 112, avril 2023, pages 46-54

Nous avons émis l'hypothèse que la prévalence de l'hypertension est liée à l'apport en vitamine B dans la population générale, mais cela n'a pas été suffisamment étudié. Cette étude visait à étudier les apports en folate alimentaire, en vitamine B6 et en vitamine B12 concernant l'hypertension chez les adultes américains. Un total de 55 569 adultes de l'Enquête nationale sur la santé et la nutrition par examen III et 1999-2014 ont été inclus dans cette étude. L'apport en nutriments a été recueilli auprès des sujets au moyen d'un ou deux examens diététiques de 24 heures. Des modèles de régression logistique multiple ont été utilisés pour examiner la relation entre ces apports en nutriments et l'hypertension.

Chez les participants masculins, les apports alimentaires en folate, en vitamine B6 et en vitamine B12 étaient significativement et négativement associés à la prévalence de l'hypertension, avec des rapports de cotes (RC) ajustés multivariés de 0,61 (intervalle de confiance [IC] à 95 %, 0,55 à 0,68), 0,65 (IC à 95 %, 0,59 à 0,72) et 0,84 (IC à 95 %, 0,75 à 0,95) pour le groupe du quartile le plus élevé par rapport au groupe le plus bas. Les résultats étaient similaires pour les participantes, avec des OR ajustés multivariés de 0,63 (IC à 95 %, 0,57 à 0,71), 0,60 (IC à 95 %, 0,53 à 0,66) et 0,87 (IC à 95 %, 0,77 à 0,98) pour le quartile le plus élevé. groupe. De plus, il y avait une tendance linéaire (Ptendance < 0,001) chez les hommes et les femmes selon laquelle la prévalence de l'hypertension avait tendance à diminuer avec une consommation accrue de folate, de vitamine B6 et de vitamine B12 ; cependant, les diminutions au-dessus du troisième quartile étaient négligeables.

Le folate alimentaire, la vitamine B6 et la vitamine B12 ont été significativement associés négativement à l'hypertension, ce qui indique que ces nutriments pourraient avoir un effet protecteur contre l'hypertension chez les adultes américains.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 11 Avr 2023 10:12

Folate-dependent hypermobility syndrome: A proposed mechanism and diagnosis
Jacques Courseault Heliyon VOLUME 9, ISSUE 4, E15387, APRIL 2023

Hypermobility involves excessive flexibility and systemic manifestations of connective tissue fragility. We propose a folate-dependent hypermobility syndrome model based on clinical observations, and through a review of existing literature, we raise the possibility that hypermobility presentation may be dependent on folate status. In our model, decreased methylenetetrahydrofolate reductase (MTHFR) activity disrupts the regulation of the ECM-specific proteinase matrix metalloproteinase 2 (MMP-2), leading to high levels of MMP-2 and elevated MMP-2-mediated cleavage of the proteoglycan decorin. Cleavage of decorin leads ultimately to extracellular matrix (ECM) disorganization and increased fibrosis. This review aims to describe relationships between folate metabolism and key proteins in the ECM that can further explain the signs and symptoms associated with hypermobility, along with possible treatment with 5-methyltetrahydrofolate supplementation.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 11 Avr 2023 16:34

Traduction de l'étude :wink:

Syndrome d'hypermobilité folate-dépendante : mécanisme et diagnostic proposés
Jacques Courseault Heliyon VOLUME 9, NUMÉRO 4, F15387, AVRIL 2023

L'hypermobilité implique une flexibilité excessive et des manifestations systémiques de fragilité du tissu conjonctif. Nous proposons un modèle de syndrome d'hypermobilité dépendant des folates basé sur des observations cliniques et, grâce à une revue de la littérature existante, nous soulevons la possibilité que la présentation de l'hypermobilité puisse dépendre du statut en folates. Dans notre modèle, une diminution de l'activité de la méthylènetétrahydrofolate réductase (MTHFR) perturbe la régulation de la métalloprotéinase matricielle protéinase spécifique à l'ECM 2 (MMP-2), conduisant à des niveaux élevés de MMP-2 et à un clivage élevé médié par la MMP-2 de la protéoglycane décorine. Le clivage de la décorine conduit finalement à une désorganisation de la matrice extracellulaire (ECM) et à une fibrose accrue. Cette revue vise à décrire les relations entre le métabolisme des folates et les protéines clés de la gars qui peuvent expliquer davantage les signes et symptômes associés à l'hypermobilité, ainsi qu'un traitement possible avec une supplémentation en 5-méthyltétrahydrofolate.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 20 Avr 2023 12:17

Dietary folate intake and its association with longitudinal changes in cognition function
Cecília Zanin Palchetti Clin Nutr April 19, 2023

Background&Aims
Folate (vitamin B9) is an essential co-factor for one-carbon metabolism. Controversial evidence has emerged regarding the association between folate and cognitive performance. The aim of the study was to investigate the association between baseline dietary folate intake and cognitive decline in a population exposed to mandatory fortification during a median follow-up of 8 years.
Methods
Multicenter, prospective cohort study involving 15,105 public servants aged 35 to 74 years old, both sexes, from The Brazilian Longitudinal Study of Adult Health (ELSA-Brasil). Baseline dietary intake was assessed by a Food Frequency Questionnaire (FFQ). Six cognitive tests were performed in the three waves to assess memory, executive function and global cognition. Linear mixed-effects models were used to assess the association between dietary folate intake at baseline and changes in cognition over time.
Results
Data from 11,276 participants were analyzed. The mean (SD) age was 51.7 (9) years, 50% were women, 63% were overweight/obese, and 56% had graduated from college or more. Overall dietary folate intake was not associated with cognitive decline; neither vitamin B12 intake was a modifier of this association. General dietary supplements and specifically multivitamins use did not affect these findings. Natural food folate group was associated with a slower rate of global cognitive decline (β (95% CI): 0.001(0.000;0.002), P = 0.015). There was no association between fortified food group and cognition scores.
Conclusion
Overall dietary folate intake was not associated with cognitive function in this Brazilian population. However, folate naturally occurring in food sources may slow global cognitive decline.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 20 Avr 2023 14:17

Traduction de l'étude :wink:

Apport alimentaire en folate et son association avec les changements longitudinaux de la fonction cognitive
Cecília Zanin Palchetti Clin Nutr 19 avril 2023

Contexte et objectifs
Le folate (vitamine B9) est un cofacteur essentiel du métabolisme monocarboné. Des preuves controversées ont émergé concernant l'association entre le folate et les performances cognitives. Le but de l'étude était d'étudier l'association entre l'apport alimentaire initial en folate et le déclin cognitif dans une population exposée à l'enrichissement obligatoire au cours d'un suivi médian de 8 ans.
Méthodes
Étude de cohorte prospective multicentrique portant sur 15 105 fonctionnaires âgés de 35 à 74 ans, des deux sexes, issue de l'étude longitudinale brésilienne sur la santé des adultes (ELSA-Brasil). L'apport alimentaire de base a été évalué par un questionnaire de fréquence alimentaire (FFQ). Six tests cognitifs ont été réalisés au cours des trois vagues pour évaluer la mémoire, les fonctions exécutives et la cognition globale. Des modèles linéaires à effets mixtes ont été utilisés pour évaluer l'association entre l'apport alimentaire en folate au départ et les changements dans la cognition au fil du temps.
Résultats
Les données de 11 276 participants ont été analysées. L'âge moyen (ET) était de 51,7 (9) ans, 50 % étaient des femmes, 63 % étaient en surpoids/obèses et 56 % avaient obtenu un diplôme universitaire ou plus. L'apport alimentaire global en folate n'était pas associé au déclin cognitif ; ni l'apport en vitamine B12 n'était un modificateur de cette association. Les compléments alimentaires généraux et plus particulièrement l'utilisation de multivitamines n'ont pas affecté ces résultats. Le groupe des folates alimentaires naturels était associé à un taux plus lent de déclin cognitif global (β (IC à 95 %) : 0,001 (0,000 ; 0,002), P = 0,015). Il n'y avait aucune association entre le groupe d'aliments enrichis et les scores de cognition.
Conclusion
L'apport alimentaire global en folate n'était pas associé à la fonction cognitive dans cette population brésilienne. Cependant, le folate naturellement présent dans les sources alimentaires peut ralentir le déclin cognitif global.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 26 Avr 2023 13:51

B vitamin deficiencies alter gut morphology and microbial profile in rats
Khandkar Hossain Appl. Physiol. Nutr. Metab. 48: S1–S83 2023

Vitamins are the organic compounds essential for normal growth and metabolic processes in all living organisms. B vitamins, such as vitamin B9 and B12, act as cofactors in various metabolic reactions, including one-carbon metabolism, and typically require in trace amounts. The gut harbors a diverse population of bacteria, some of which are capable of producing certain vitamins. These bacteria also require certain vitamins for their growth, with requirements varying between vitamin-producing and non-producing strains. Despite a well-understood functional role of B-vitamins, their effects on gut microbial growth and production of their metabolites
remain poorly understood.
The current study aimed to investigate the impacts of vitamin B9 and B12 deficiencies on gut morphology and microbial profile.

A total of 48 SpragueDawley rats were fed either a control diet (n = 16), a low
B9 diet(LB9, n = 16), or a low B12 (LB12, n = 16) diet for six
weeks. Body weights were measured weekly and at the end of
the study, blood, tissue, and fecal samples were collected for
various biochemical analyses. Our results revealed no significant differences in final body weight or tissue weight, however, a significant increase (p = 0.01) in jejunum length was observed in both the low B9 and low B12 groups. Serum vitamin levels were also significantly lower (p < 0.001) in the
low B12 group (187.7±9.1 pmol/L) compared to the control
group (478.9±30.9 pmol/L), as expected.

Histological analysis showed a significant increase in mucosal height in the low B12 group (p = 0.008) compared to the control group. No
significant changes in colon mucin content were observed.

Of particular interest, we found sex-dependent differences in the effects of vitamin deficiencies on the gut microbial profile. Vitamin B9 deficiency altered the abundance of various bacterial genera in males, including Colidextribacter, Dorea, Frisingicoccus, Lactobacillus, Ruminococcus, and Streptococcus, while Blautia was altered in females. Similarly, vitamin B12 deficiency altered Streptococcus and Rothia in males, and Blautia and Colidextribacter in females. Further analyses will be conducted to investigate the potential impacts of these vitamin deficiencies on gut metabolite production.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 26 Avr 2023 19:16

Traduction de l'étude :wink:

Les carences en vitamine B modifient la morphologie intestinale et le profil microbien chez le rat
Khandkar Hossain Appl. Physiol. Nutr. Métab. 48 : S1–S83 2023

Les vitamines sont les composés organiques essentiels à la croissance normale et aux processus métaboliques de tous les organismes vivants. Les vitamines B, telles que les vitamines B9 et B12, agissent comme cofacteurs dans diverses réactions métaboliques, y compris le métabolisme à un carbone, et nécessitent généralement des quantités infimes. L'intestin abrite une population diversifiée de bactéries, dont certaines sont capables de produire certaines vitamines. Ces bactéries ont également besoin de certaines vitamines pour leur croissance, les besoins variant entre les souches productrices et non productrices de vitamines. Malgré un rôle fonctionnel bien compris des vitamines B, leurs effets sur la croissance microbienne intestinale et la production de leurs métabolites
restent mal compris. L'étude actuelle visait à étudier les impacts des carences en vitamines B9 et B12 sur la morphologie intestinale et le profil microbien.

Au total, 48 rats SpragueDawley ont reçu soit un régime témoin (n = 16), un
Régime B9 (LB9, n = 16) ou régime pauvre en B12 (LB12, n = 16) pour six
semaines. Les poids corporels ont été mesurés chaque semaine et à la fin de
l'étude, des échantillons de sang, de tissus et de matières fécales ont été prélevés pour
diverses analyses biochimiques. Nos résultats n'ont révélé aucune différence significative dans le poids corporel final ou le poids des tissus, cependant, une augmentation significative (p = 0,01) de la longueur du jéjunum a été observée dans les groupes à faible teneur en B9 et à faible teneur en B12. Les niveaux de vitamines sériques étaient également significativement plus bas (p < 0,001) chez les
groupe B12 faible (187,7 ± 9,1 pmol/L) par rapport au groupe contrôle
groupe (478,9 ± 30,9 pmol/L), comme prévu.

L'analyse histologique a montré une augmentation significative de la hauteur de la muqueuse dans le groupe à faible teneur en B12 (p = 0,008) par rapport au groupe témoin. Non
des changements significatifs dans la teneur en mucine du côlon ont été observés.

D'un intérêt particulier, nous avons trouvé des différences dépendantes du sexe dans les effets des carences en vitamines sur le profil microbien de l'intestin. La carence en vitamine B9 a modifié l'abondance de divers genres bactériens chez les mâles, notamment Colidextribacter, Dorea, Frisingicoccus, Lactobacillus, Ruminococcus et Streptococcus, tandis que Blautia a été altérée chez les femelles. De même, une carence en vitamine B12 a altéré Streptococcus et Rothia chez les mâles, et Blautia et Colidextribacter chez les femelles. D'autres analyses seront menées pour étudier les impacts potentiels de ces carences en vitamines sur la production de métabolites intestinaux.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 27 Avr 2023 13:37

Dietary vitamin B6 and the pathophysiology of Nonalcoholic fatty liver disease (NAFLD)
Ava Rasouli Appl. Physiol. Nutr. Metab. 48: S59 (2023)

Non-alcoholic fatty liver disease (NAFLD) is a multifactorial
disorder affecting many people worldwide. Several studies
have indicated the association between dietary micronutrients and the development of NAFLD. In one specific example, a deficiency in vitamin B6 impairs one-carbon (1C) metabolism and triggers fat accumulation.

The objective of this study was to assess the effects of vitamin B6 supplementation on the onset and progression of NAFLD through its role
in 1C metabolism, expecting that micronutrient supplementation prevents or attenuates NAFLD manifestation. A total
of thirty-two male C57BL/6J (B6) mice were fed either control (n = 8), high-fat, high-sugar (HFHS, n = 8), HFHS high
in vitamin B6 (HFHS-HB6, n = 8), HFHS low in vitamin B6
(HFHS-LB6, n = 8) for eight weeks.

Body weights were measured weekly, and urine and fecal samples were collected at
three time points. At the end of the study, blood and tissue
samples were collected for biochemical analysis. The body
weights of HFHS-LB6 mice were significantly lower compared
to the control and HFHS mice (P < 0.001). Percent liver weight
was significantly higher in the HFHS-LB6 group (P < 0.001)
compared to the other groups. Jejunum (P = 0.031) and Ileum
(P = 0.013 lengths were increased in the HFHS-LB6 group and
HFHS groups, respectively, compared to the other groups. Interestingly, liver triglyceride concentration was also significantly higher (P = 0.007) in HFHS-LB6 group compared to the other three groups.

This study suggests that dietary vitamin B6 supplementation does not prevent body weight gain
but lowers liver triglyceride content.
Other biochemical analyses will be conducted to determine the effects of vitamin B6
on the pathophysiology of NAFLD, including clinical markers
and liver metabolites.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 2 Mai 2023 09:23

Traduction de l'étude :wink:

Vitamine B6 alimentaire et physiopathologie de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD)
Ava Rasouli Appl. Physiol. Nutr. Métab. 48 : S59 (2023)

La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD) est une maladie multifactorielle
trouble affectant de nombreuses personnes dans le monde. Plusieurs études
ont indiqué l'association entre les micronutriments alimentaires et le développement de la NAFLD. Dans un exemple précis, une carence en vitamine B6 altère le métabolisme à un carbone (1C) et déclenche l'accumulation de graisse.

L'objectif de cette étude était d'évaluer les effets de la supplémentation en vitamine B6 sur l'apparition et la progression de la NAFLD à travers son rôle
dans le métabolisme 1C, en s'attendant à ce que la supplémentation en micronutriments prévienne ou atténue la manifestation de la NAFLD. Un total
de trente-deux souris mâles C57BL/6J (B6) ont été nourries soit de contrôle (n = 8 ), riche en graisses, riche en sucre (HFHS, n = 8 ), HFHS élevé
en vitamine B6 (HFHS-HB6, n = 8 ), HFHS pauvre en vitamine B6
(HFHS-LB6, n = 8) pendant huit semaines.

Les poids corporels ont été mesurés chaque semaine et des échantillons d'urine et de matières fécales ont été prélevés à
trois points dans le temps. À la fin de l'étude, le sang et les tissus
des échantillons ont été prélevés pour analyse biochimique. Le corps
les poids des souris HFHS-LB6 étaient significativement inférieurs à
aux souris témoins et HFHS (P < 0,001). Pourcentage du poids du foie
était significativement plus élevée dans le groupe HFHS-LB6 (P < 0,001)
par rapport aux autres groupes. Jéjunum (P = 0,031) et iléon
(P = 0,013 les longueurs ont été augmentées dans le groupe HFHS-LB6 et
groupes HFHS, respectivement, par rapport aux autres groupes. Fait intéressant, la concentration de triglycérides hépatiques était également significativement plus élevée (P = 0,007) dans le groupe HFHS-LB6 par rapport aux trois autres groupes.

Cette étude suggère que la supplémentation alimentaire en vitamine B6 n'empêche pas la prise de poids corporel
mais abaisse la teneur en triglycérides du foie. D'autres analyses biochimiques seront menées pour déterminer les effets de la vitamine B6
sur la physiopathologie de la NAFLD, y compris les marqueurs cliniques
et les métabolites hépatiques.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 7 Mai 2023 11:50

Supplemental B-Vitamins and Risk of Upper Gastrointestinal Cancers in the Women’s Health Initiative
Nutrition and Cancer Volume 75, 2023 - Issue 4 Theodore M. Brasky

B-vitamins contribute to DNA synthesis, maintenance, and regulation. Few studies have examined associations of supplemental sources of B-vitamins with the incidence of upper gastrointestinal (GI) cancers [including gastric (GCA) and esophageal (ECA) cancers]; the only prior study to comprehensively examine such intakes reported potential elevated risks of ECA.

We examined 159,401 postmenopausal women, ages 50–79 years at baseline, including 302 incident GCA and 183 incident ECA cases, over 19 years of follow-up within the Women’s Health Initiative observational study and clinic trials. Adjusted Cox regression models estimated hazard ratios (HR) and 95% confidence intervals (CI) for associations of supplemental B-vitamins [riboflavin (B2), pyridoxine (B6), folic acid (B9), or cobalamin (B12)] with GCA and ECA risk, respectively.

Although HRs were generally below 1.0, we observed no statistically significant associations between supplemental intakes of any of the evaluated B-vitamins with the risk of GCA or ECA. As the first prospective study to comprehensively assess these associations, our findings do not corroborate prior research indicating potential harm from supplemental B-vitamin intake for upper GI cancer risk. This study adds evidence that supplemental intakes of B-vitamins may be used by postmenopausal women without regard to their relationship with upper GI cancer risk.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 7 Mai 2023 16:30

Traduction de l'étude :wink:

Vitamines B supplémentaires et risque de cancers gastro-intestinaux supérieurs dans l'initiative pour la santé des femmes
Nutrition et Cancer Volume 75, 2023 - Numéro 4 Theodore M. Brasky

Les vitamines B contribuent à la synthèse, au maintien et à la régulation de l'ADN. Peu d'études ont examiné les associations de sources supplémentaires de vitamines B avec l'incidence des cancers gastro-intestinaux supérieurs (GI) [y compris les cancers gastriques (GCA) et de l'œsophage (ECA)] ; la seule étude antérieure à examiner de manière approfondie ces apports a signalé des risques potentiels élevés d'ECA.

Nous avons examiné 159 401 femmes ménopausées, âgées de 50 à 79 ans au départ, dont 302 cas incidents d'ACG et 183 cas incidents d'ECA, sur 19 ans de suivi dans le cadre de l'étude observationnelle et des essais cliniques de la Women's Health Initiative. Les modèles de régression de Cox ajustés ont estimé les rapports de risque (HR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % pour les associations de vitamines B supplémentaires [riboflavine (B2), pyridoxine (B6), acide folique (B9) ou cobalamine (B12)] avec GCA et le risque ECA, respectivement.

Bien que les HR soient généralement inférieurs à 1,0, nous n'avons observé aucune association statistiquement significative entre les apports supplémentaires de l'une des vitamines B évaluées et le risque de GCA ou d'ECA. En tant que première étude prospective à évaluer de manière exhaustive ces associations, nos résultats ne corroborent pas les recherches antérieures indiquant les dommages potentiels d'un apport supplémentaire en vitamine B pour le risque de cancer du tube digestif supérieur. Cette étude ajoute des preuves que des apports supplémentaires en vitamines B peuvent être utilisés par les femmes ménopausées sans tenir compte de leur relation avec le risque de cancer du tube digestif supérieur.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12083
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 11 Mai 2023 15:04

Vitamines B circulantes et risque de démence en population générale âgée
L. Delteil Nutrition Clinique et Métabolisme Volume 37, Issue 2, Supplement 2, May 2023, Page e19 CO7_41

Introduction et but de l’étude
Parmi les facteurs environnementaux modifiables potentiellement associés à un moindre vieillissement cérébral pathologique, une plus forte consommation de vitamines du groupe B, notamment de folates, a été associée à un moindre risque de démence incidente. Les travaux sur les taux circulants de vitamines B, plus fiables que les données de consommation, sont plus rares et leurs résultats peu concordants, notamment en raison d’un manque de consensus sur les valeurs seuils identifiant une insuffisance en vitamines. Les objectifs de ce travail étaient (i) de déterminer si une insuffisance, définie selon les seuils de référence des laboratoires, en vitamines B6, folates et B12 était associée au risque de démence en population générale âgée, et (ii) de définir des seuils alternatifs pertinents en-deçà desquels le risque de démence était également présent.

Matériel et méthodes
L’échantillon d’analyse était constitué des participants âgés (>65 ans) de la cohorte Trois-Cités-Bordeaux ayant accepté un prélèvement de sang à l’inclusion et ayant été revus au moins une fois au cours de 17 ans de suivi (jusqu’à 8 suivis tous les 2 à 3 ans). La survenue d’une démence était évaluée cliniquement à l’aide notamment d’une batterie de tests neuropsychologiques à chaque suivi et validée par un comité de neurologues. Les taux circulants inférieurs à 12 nmol/L de vitamine B6, à 7 nmol/L de folates et à 138 pmol/L de vitamine B12 ont été considérés comme les seuils de référence identifiant une insuffisance pour chaque vitamine. Dans un premier temps, des modèles de Cox à risque proportionnels multivariés utilisant ces seuils ont servi à estimer le risque de démence incidente associé à l’insuffisance en vitamines B6, folates et B12 circulantes. Puis, ces seuils ont été affinés à l’aide de fonctions splines pour identifier des seuils alternatifs plus pertinents pour le risque de démence. Les modèles étaient ajustés sur chaque vitamine mutuellement, et sur l’âge, le sexe, le niveau d’études, la consommation de tabac et d’alcool, l’indice de masse corporelle, la pratique d’une activité physique, le diabète, le mode de vie, les facteurs de risque cardiovasculaires, la dépression, l’index Oméga-3, la fonction rénale et l’allèle 4 du gène APOE.

Résultats et analyses statistiques
L’analyse portait sur 1681 personnes âgées de 74 ans en moyenne (écart-type : 5 ans) à l’inclusion, dont 62 % de femmes. À l’inclusion, 4,0 % des participants présentaient une insuffisance en vitamine B6, 2,2 % une hypervitaminose (>128 nmol/L) ; 6,2 % des participants présentaient une insuffisance en folates ; 2,9 % des participants présentaient une insuffisance en vitamine B12 et 4,6 % une hypervitaminose (>652 pmol/L). Au cours des suivis, 419 cas incidents de démence ont été diagnostiqués. Utilisant les seuils de référence, une insuffisance en vitamine B6 (<12 nmol/L) était associée à un sur-risque de démence (HR = 1,80, IC 95 % 1,16–2,80), quels que soient les taux de folates et vitamine B12. À l’aide de fonctions splines, un taux de vitamine B6 inférieur à 18 nmol/L a été identifié comme seuil en-dessous duquel le risque de démence était toujours statistiquement plus élevé (HR = 1,34, IC 95 % 1,02–1,77). Pour les taux circulants de folates et de vitamine B12 aux seuils de référence, aucune association significative avec le risque de démence n’a été observée, et aucun autre seuil alternatif pertinent du risque de démence n’a été identifié.

Conclusion
Dans cet échantillon d’étude prospective de personnes âgées de la population générale, en considérant l’interdépendance des vitamines B6, folates et B12, un taux sérique de vitamine B6 inférieur à 18 nmol/L était significativement associé à un sur-risque de démence de près de 34 % au cours de 17 ans de suivi et indépendamment d’autres facteurs de risque majeurs. Ce seuil alternatif, plus élevé que la valeur de référence de 12 nmol/L, apporte une potentielle explication aux discordances de la littérature sur cette problématique. Ces résultats suggèrent un rôle central de la vitamine B6 dans la détérioration cognitive de la personne âgée.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 13 Mai 2023 11:49

Associations of vitamin B6 turnover rate with the risk of cardiovascular and all-cause mortality in hypertensive adults
Qianwei Cui Nutrition, Metabolism and Cardiovascular Diseases Volume 33, Issue 6, June 2023, Pages 1225-1234

Background and aim
This study was to assess the association between vitamin B6 turnover rate and mortality in hypertensive adults.

Methods and results
Vitamin B6 status including serum pyridoxal-5′-phosphate (PLP) levels, serum 4-pyridoxal acid (4-PA) levels, and vitamin B6 turnover rate (4-PA/PLP) were obtained from the 2005–2010 National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES) dataset of hypertensive adults with follow-up through December 30, 2019. Using Cox proportional risk regression models, Hazard ratios (HRs) and 95% confidence intervals (CIs) were analyzed for PLP, 4-PA and 4-PA/PLP quartiles in relation to cardiovascular and all-cause mortality. A total of 5434 participants were included in this study (mean age, 58.48 years; 50.4% men), and the median 4-PA/PLP was 0.75. The median follow-up time was 11.0 years, with 375 and 1387 cardiovascular and all-cause deaths, respectively. In multivariate COX regression models, PLP was negatively associated with cardiovascular mortality (HR [95% CI] quartile 4 vs. 1: 0.66 [0.47–0.94], Ptrend = 0.03) and 4-PA/PLP was positively associated with cardiovascular mortality (HR [95% CI] quartile 4 vs.1: 1.80 [1.21–2.67], Ptrend = 0.01). Similarly, the higher the quartile of PLP, the lower the risk of all-cause mortality (HR [95% CI] quartile 4 vs. 1: 0.67 [0.56–0.80], Ptrend < 0.01). The higher the quartile of 4-PA and 4-PA/PLP, the higher the risk of all-cause mortality (HR [95% CI] quartile 4 vs. 1: 1.22 [1.01–1.48], Ptrend < 0.01; and 2.09 [1.71–2.55], Ptrend < 0.01).

Conclusion
The findings suggested that higher vitamin B6 turnover rate was associated with an increased risk of cardiovascular and all-cause mortality in hypertensive adults.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Les vitamines B pour protéger cerveau et santé des senio

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 23 Mai 2023 12:12

Impact of folic acid on regulatory B lymphocytes from patients with systemic lupus erythematosus in vitro
Kalina Nikolova-Ganeva, Int J Rheum Dis 26:298–304 2022

Background
Epigenetic modifications of genomes are of particular interest as numerous studies indicate the correlation between DNA methylation and the development of systemic lupus. As a major methyl group donor, folic acid is an important participant in this process. The aim of this study is to determine the effect of low or high dose folate co-culturing with peripheral blood mononuclear cells (PBMCs) on the secretion of interleukin (IL)10 from regulatory cells from lupus patients or from healthy volunteers.

Methods
PBMCs from lupus patients and healthy volunteers were isolated and separated CD19+ B cell populations were cultured in the presence of 4 μg/mL or of 16 μg/mL of folic acid and the DNA methylation level as well as the percentages of B lymphocytes were measured. In another experiment, PBMCs were stimulated in vitro for IL10 production with 1 μg/mL recombinant human CD40L and with 2.5 μg/mL unmethylated CpG dinucleotides and cultured in the presence of 4 μg/mL or of 16 μg/mL of folic acid.

Results
Although co-culturing with low or high folic acid concentrations had no effect on the methylation level of B lymphocytes, particular patients showed an increase in the population of CD19+ IL10+ as well as of CD19– IL10+ cells.

Conclusion
The observed increase may be a consequence of additional indirect or direct methylation of DNA in specific loci of the targeted cells. However, further analysis would clarify the exact mechanism of action of folate and would reveal its immunomodulating potential in this autoimmune disease.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 53678
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Majestic-12 [Bot] et 8 invités