Nutrimuscle Forum : Mobile & Tablette

Vitamine D et virus?

Actualités sport, fitness & musculation, vidéos des pros, études scientifiques. Discutez avec la communauté Nutrimuscle et partagez votre expérience...

Modérateurs: Nutrimuscle-Conseils, Nutrimuscle-Diététique

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 13 Juin 2022 10:05

Suboptimal Consumption of Relevant Immune System Micronutrients Is Associated with a Worse Impact of COVID-19 in Spanish Populations
by Sebastià Galmés Nutrients 2022, 14(11), 2254;

Coronavirus disease 2019 (COVID-19) has caused a global health crisis and the factors behind its differential impact on COVID-19 among populations are still being known. Geographical differences in nutrient profile could be a relevant factor, especially considering that scientific evidence supports that 10 micronutrients are essential for proper immune system function. This study aims to evaluate these micronutrient intakes in the territories of Spain and to analyze their relationship with epidemiological indicators of COVID-19 from the first two waves of COVID-19, when neither specific vaccines nor drugs had yet come into play.

Results showed that vitamin D, A, B9, and zinc intakes were particularly insufficient in Spain. The joint intake of these four micronutrients was lower in regions with the highest COVID-19 incidence and mortality, and of particular importance, was the insufficient intake of vitamin D. A pattern of food consumption associated with lower COVID-19 impact was observed.

In conclusion, the results show the relevance of the optimal consumption of foods rich in essential nutrients for the immune system. Therefore, this assessment could serve to launch specific dietary recommendations to strengthen the immune system in Spanish territories to better face potential new COVID-19 variants and/or further infectious diseases.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54010
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 13 Juin 2022 18:47

Traduction de l'étude :wink:

Une consommation sous-optimale de micronutriments pertinents pour le système immunitaire est associée à un pire impact du COVID-19 dans les populations espagnoles
par Sebastià Galmés Nutrients 2022, 14(11), 2254;

La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) a provoqué une crise sanitaire mondiale et les facteurs à l'origine de son impact différentiel sur le COVID-19 parmi les populations sont encore connus. Les différences géographiques dans le profil nutritionnel pourraient être un facteur pertinent, d'autant plus que les preuves scientifiques confirment que 10 micronutriments sont essentiels au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette étude vise à évaluer ces apports en micronutriments dans les territoires espagnols et à analyser leur relation avec les indicateurs épidémiologiques de COVID-19 des deux premières vagues de COVID-19, alors que ni vaccins ni médicaments spécifiques n'étaient encore entrés en jeu.

Les résultats ont montré que les apports en vitamines D, A, B9 et en zinc étaient particulièrement insuffisants en Espagne. L'apport conjoint de ces quatre micronutriments était plus faible dans les régions où l'incidence et la mortalité de la COVID-19 étaient les plus élevées, et l'apport insuffisant en vitamine D était particulièrement important. Un schéma de consommation alimentaire associé à un impact plus faible de la COVID-19 a été observé.

En conclusion, les résultats montrent la pertinence de la consommation optimale d'aliments riches en nutriments essentiels pour le système immunitaire. Par conséquent, cette évaluation pourrait servir à lancer des recommandations diététiques spécifiques pour renforcer le système immunitaire dans les territoires espagnols afin de mieux faire face aux nouvelles variantes potentielles du COVID-19 et/ou à d'autres maladies infectieuses.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12380
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 15 Juin 2022 10:23

Vitamin D deficiency predicts 30-day hospital mortality of adults with COVID-19
Fabio Fernandes Neves Clin Nutr June 14, 2022

Background & aims
Several studies have shown conflicting results for the relationship between vitamin D deficiency and COVID-19 outcomes. Here, we aimed to evaluate whether plasma 25(OH)D levels predict mortality in adults admitted with COVID-19, considering potential confounders.
Methods
We conducted a retrospective cohort study that included 115 adults (age 62.1 ± 17.6 years, 65 males) admitted to a Brazilian public hospital for severely symptomatic COVID-19. Subjects were classified into two groups according to their plasma levels of 25(OH)D: sufficiency (≥50 nmol/L) and the deficiency (<50 nmol/L). The diagnosis of COVID-19 was performed using real-time polymerase chain reaction (qPCR). In addition, direct competitive chemiluminescence immunoassay assessed serum 25(OH)D levels.
Results
The all-cause 30-day mortality was 13.8% (95% CI: 6.5%–21%) in the group of patients with sufficient plasma 25(OH)D levels and 32.1% (95% CI: 14.8%–49.4%) among those with deficient plasma 25(OH)D levels. Cox regression showed that plasma 25(OH)D levels remained a significant predictor of mortality even after adjusting for the covariates sex, age, length of the delay between symptom onset and hospitalization, and disease severity (HR = 0.98, 95% CI: 0.96–1.00; p = 0.02).
Conclusion
Vitamin D deficiency predicts higher mortality risk in adults with COVID-19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54010
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 15 Juin 2022 15:29

Traduction de l'étude :wink:

Une carence en vitamine D prédit la mortalité hospitalière à 30 jours des adultes atteints de COVID-19
Fabio Fernandes Neves Clin Nutr 14 juin 2022

Contexte et objectifs
Plusieurs études ont montré des résultats contradictoires pour la relation entre la carence en vitamine D et les résultats du COVID-19. Ici, nous avons cherché à évaluer si les taux plasmatiques de 25(OH)D prédisent la mortalité chez les adultes admis avec COVID-19, compte tenu des facteurs de confusion potentiels.
Méthodes
Nous avons mené une étude de cohorte rétrospective qui a inclus 115 adultes (âge 62,1 ± 17,6 ans, 65 hommes) admis dans un hôpital public brésilien pour COVID-19 sévèrement symptomatique. Les sujets ont été classés en deux groupes selon leurs taux plasmatiques de 25(OH)D : la suffisance (≥50 nmol/L) et la carence (<50 nmol/L). Le diagnostic de COVID-19 a été effectué à l'aide de la réaction en chaîne par polymérase en temps réel (qPCR). De plus, un dosage immunologique par chimioluminescence directe compétitive a évalué les taux sériques de 25(OH)D.
Résultats
La mortalité toutes causes confondues à 30 jours était de 13,8 % (IC à 95 % : 6,5 % à 21 %) dans le groupe de patients présentant des taux plasmatiques suffisants de 25(OH)D et de 32,1 % (IC à 95 % : 14,8 % à 49,4 %) chez ceux dont les taux plasmatiques de 25(OH)D sont déficients. La régression de Cox a montré que les taux plasmatiques de 25(OH)D restaient un prédicteur significatif de la mortalité même après ajustement pour les covariables sexe, âge, durée du délai entre l'apparition des symptômes et l'hospitalisation et la gravité de la maladie (HR = 0,98, IC à 95 % : 0,96 –1,00 ; p = 0,02).
Conclusion
Une carence en vitamine D prédit un risque de mortalité plus élevé chez les adultes atteints de COVID-19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12380
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 16 Juin 2022 12:15

Viral infections and Vitamin D: Relevance to COVID-19 pandemic
Afrozul Haq The Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology Volume 221, July 2022, 106119

We are stranded between a collapsed present and an uncertain future because of the ongoing pandemic. There are frequent lockdowns and limitations of all academic activities. According to the UN, the devastating pandemic, still spreading its fangs across the world, could lead 130 million people into extreme poverty, wiping out $8.5 trillion in global output. The changing world order requires us to develop fast solutions exploring molecules that are already known for their pleiotropic effects and immune-enhancing properties. As COVID-19 (Corona Virus Disease-19) is neither the first nor the last catastrophe faced, we need to revisit old schools as there is a dire need to find an answer to the lack of specific treatment. Reportedly, the pathophysiology of the disease is marked by worsened inflammation due to weakened immunity which leads to infiltration of immune cells and necrosis. This causes a drastic drop in the pulmonary oxygen exchange due to hyperplasia of the lungs, which manifests as severe pneumonia, causing fatalities. Importantly, SARS-CoV2 infection also causes fatalities due to viral septic shock, which results from uncontrolled and backfired immune reactions to the pathogen. As Vitamin D and its derivatives have been shown to enhance immunity against respiratory illnesses, this comprehensive presentation certainly delineates the plausibility of employing it as a preventive and therapeutic agent against the current and future pandemic from an immunological perspective.

In this editorial, we would like to briefly describe the role of Vitamin D in oral health with HIV-infected patients and also in multiple sclerosis, diabetes, cancer, and COVID-19. Mumena et al. [1] presented result of their study HIV infection affects 36.9 million people globally, and vitamin D deficiency is a global public health concern for HIV patients. Approximately 70–80% of HIV-infected patients have vitamin D deficiency. The deficiency is associated with many pathologies such as immune disorders, infectious diseases, chronic inflammation, oral diseases, as well as the fast progression of HIV. The causes of vitamin D deficiency in HIV infections include HIV itself, traditional factors such as less sun exposure, mal-absorption, hypercholesterolemia, seasonal variation, poor nutrition as well as some HAART drugs like efavirenz.

Vitamin D has an immunomodulatory, anti-inflammatory, and anti-proliferative function. It plays a significant role in preventing oral infections such as periodontal and gum diseases, dental caries, and oral candidiasis in the oral cavity. The consequences of vitamin D deficiency are bone resorption, increased production of pro-inflammatory cytokines, T-lymphocytes, increased T-helper-1 functions, and decreased T-helper-2 functions. Consequently, this leads to increased infections, chronic inflammation, and the occurrence of oral diseases such as oral candidiasis, periodontal and gum diseases, and dental caries. The majority of these oral diseases are encountered in HIV patients. Vitamin D deficiency is significantly found in HIV patients. There is a lack of studies that directly link vitamin D to most oral diseases in HIV patients; however, the role of vitamin D in immunoregulation, prevention of oral diseases, and HIV infection is substantiated.

In a separate study, using mouse genetics and dietary manipulation studies, Starczak et al. demonstrated the necessity of intact VDR signaling for the active regulation of the differentiation and activity of osteoclasts [2]. Such regulation is in addition to RANKL-mediated osteoclastogenesis.

Erem and Razzaque [3] explained the multifaceted role of vitamin D. This review article examines the beneficial effects of ultraviolet radiation on systemic autoimmune diseases, including multiple sclerosis and type I diabetes, where the epidemiological evidence for the vitamin D-independent effects of sunlight is most apparent. Ultraviolet radiation, in addition to its role in the synthesis of vitamin D, stimulates anti-inflammatory pathways, alters the composition of dendritic cells, T cells, and T regulatory cells, and induces nitric oxide synthase and heme oxygenase metabolic pathways, which may directly or indirectly mitigate disease progression and susceptibility.

Recent work has also explored how the immune-modulating functions of ultraviolet radiation affect type II diabetes, cancer, and the current global pandemic caused by SARS-CoV-2. These diseases are particularly important amidst global changes in lifestyle that result in unhealthy eating, increased sedentary habits, and alcohol and tobacco consumption. Compelling epidemiological data shows increased ultraviolet radiation associated with reduced rates of certain cancers, such as colorectal cancer, breast cancer, non-Hodgkin’s lymphoma, and ultraviolet radiation exposure correlated with susceptibility and mortality rates of COVID-19. Thus, understanding the effects of ultraviolet radiation on both vitamin D-dependent and -independent pathway is necessary to understand how they influence the course of many human diseases [2].
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54010
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 16 Juin 2022 19:57

Traduction de l'étude :wink:

Infections virales et vitamine D : pertinence pour la pandémie de COVID-19
Afrozul Haq Le Journal de la biochimie des stéroïdes et de la biologie moléculaire Volume 221, juillet 2022, 106119

Nous sommes coincés entre un présent effondré et un avenir incertain à cause de la pandémie en cours. Il y a des fermetures fréquentes et des limitations de toutes les activités académiques. Selon l'ONU, la pandémie dévastatrice, qui continue de répandre ses crocs à travers le monde, pourrait plonger 130 millions de personnes dans l'extrême pauvreté, anéantissant 8,5 billions de dollars de production mondiale. L'ordre mondial en mutation nous oblige à développer des solutions rapides explorant des molécules déjà connues pour leurs effets pléiotropes et leurs propriétés immunitaires. Comme COVID-19 (Corona Virus Disease-19) n'est ni la première ni la dernière catastrophe à laquelle nous sommes confrontés, nous devons revisiter les vieilles écoles car il est urgent de trouver une réponse au manque de traitement spécifique. Selon certaines informations, la physiopathologie de la maladie est marquée par une aggravation de l'inflammation due à une immunité affaiblie qui entraîne une infiltration de cellules immunitaires et une nécrose. Cela provoque une baisse drastique de l'échange d'oxygène pulmonaire en raison de l'hyperplasie des poumons, qui se manifeste par une pneumonie grave, entraînant des décès. Il est important de noter que l'infection par le SRAS-CoV2 entraîne également des décès dus au choc septique viral, qui résulte de réactions immunitaires incontrôlées et contre-productives à l'agent pathogène. Comme il a été démontré que la vitamine D et ses dérivés renforcent l'immunité contre les maladies respiratoires, cette présentation complète délimite certainement la plausibilité de son utilisation comme agent préventif et thérapeutique contre la pandémie actuelle et future d'un point de vue immunologique.

Dans cet éditorial, nous aimerions décrire brièvement le rôle de la vitamine D dans la santé bucco-dentaire des patients infectés par le VIH ainsi que dans la sclérose en plaques, le diabète, le cancer et le COVID-19. Mumena et al. [1] ont présenté les résultats de leur étude L'infection par le VIH affecte 36,9 millions de personnes dans le monde, et la carence en vitamine D est un problème de santé publique mondial pour les patients atteints du VIH. Environ 70 à 80 % des patients infectés par le VIH présentent une carence en vitamine D. La carence est associée à de nombreuses pathologies telles que les troubles immunitaires, les maladies infectieuses, l'inflammation chronique, les maladies bucco-dentaires, ainsi que la progression rapide du VIH. Les causes de la carence en vitamine D dans les infections à VIH comprennent le VIH lui-même, des facteurs traditionnels tels qu'une moindre exposition au soleil, la malabsorption, l'hypercholestérolémie, les variations saisonnières, une mauvaise alimentation ainsi que certains médicaments HAART comme l'éfavirenz.

La vitamine D a une fonction immunomodulatrice, anti-inflammatoire et anti-proliférative. Il joue un rôle important dans la prévention des infections buccales telles que les maladies parodontales et des gencives, les caries dentaires et la candidose buccale dans la cavité buccale. Les conséquences d'une carence en vitamine D sont la résorption osseuse, une production accrue de cytokines pro-inflammatoires, de lymphocytes T, une augmentation des fonctions T-helper-1 et une diminution des fonctions T-helper-2. Par conséquent, cela entraîne une augmentation des infections, une inflammation chronique et la survenue de maladies bucco-dentaires telles que la candidose buccale, les maladies parodontales et des gencives et les caries dentaires. La majorité de ces maladies bucco-dentaires sont rencontrées chez les patients séropositifs. La carence en vitamine D est significativement retrouvée chez les patients séropositifs. Il y a un manque d'études établissant un lien direct entre la vitamine D et la plupart des maladies bucco-dentaires chez les patients atteints du VIH ; cependant, le rôle de la vitamine D dans l'immunorégulation, la prévention des maladies bucco-dentaires et l'infection par le VIH est étayé.

Dans une étude distincte, utilisant la génétique de la souris et des études de manipulation alimentaire, Starczak et al. ont démontré la nécessité d'une signalisation VDR intacte pour la régulation active de la différenciation et de l'activité des ostéoclastes [2]. Une telle régulation s'ajoute à l'ostéoclastogenèse médiée par RANKL.

Erem et Razzaque [3] ont expliqué le rôle multiforme de la vitamine D. Cet article de synthèse examine les effets bénéfiques du rayonnement ultraviolet sur les maladies auto-immunes systémiques, y compris la sclérose en plaques et le diabète de type I, où les preuves épidémiologiques des effets de la lumière solaire indépendants de la vitamine D est le plus apparent. Le rayonnement ultraviolet, en plus de son rôle dans la synthèse de la vitamine D, stimule les voies anti-inflammatoires, modifie la composition des cellules dendritiques, des cellules T et des cellules T régulatrices et induit les voies métaboliques de l'oxyde nitrique synthase et de l'hème oxygénase, qui peuvent directement ou indirectement atténuer la progression et la sensibilité de la maladie.

Des travaux récents ont également exploré comment les fonctions de modulation immunitaire du rayonnement ultraviolet affectent le diabète de type II, le cancer et la pandémie mondiale actuelle causée par le SRAS-CoV-2. Ces maladies sont particulièrement importantes dans le contexte des changements mondiaux du mode de vie qui se traduisent par une mauvaise alimentation, une augmentation des habitudes sédentaires et une consommation d'alcool et de tabac. Des données épidémiologiques convaincantes montrent une augmentation du rayonnement ultraviolet associée à des taux réduits de certains cancers, tels que le cancer colorectal, le cancer du sein, le lymphome non hodgkinien et l'une exposition aux rayonnements violets corrélée aux taux de susceptibilité et de mortalité du COVID-19. Ainsi, comprendre les effets du rayonnement ultraviolet sur les voies dépendantes et indépendantes de la vitamine D est nécessaire pour comprendre comment ils influencent l'évolution de nombreuses maladies humaines [2]
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12380
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 21 Juin 2022 11:40

Association of Vitamin D Status and COVID-19-Related Hospitalization and Mortality
Karen H Seal J Gen Intern Med. 2022 Mar;37(4):853-861.


Background: The relationship between vitamin D status and COVID-19-related clinical outcomes is controversial. Prior studies have been conducted in smaller, single-site, or homogeneous populations limiting adjustments for social determinants of health (race/ethnicity and poverty) common to both vitamin D deficiency and COVID-19 outcomes.

Objective: To evaluate the dose-response relationship between continuous 25(OH)D and risk for COVID-19-related hospitalization and mortality after adjusting for covariates associated with both vitamin D deficiency and COVID-19 outcomes.

Design: Retrospective cohort study.

Patients: Veteran patients receiving care in US Department of Veteran Affairs (VA) health care facilities with a positive severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) test and a blood 25(OH)D test between February 20, 2020, and November 8, 2020, followed for up to 60 days.

Main measures: Exposure was blood 25(OH)D concentration ascertained closest to and within 15 to 90 days preceding an index positive SARS-CoV-2 test. Co-primary study outcomes were COVID-19-related inpatient hospitalization requiring airborne, droplet, contact, or other isolation and mortality ascertained within 60 days of an index positive SARS-CoV-2 test.

Key results: Of 4,599 veterans with a positive SARS-CoV-2 test, vitamin D deficiency (< 20 ng/mL) was identified in 665 (14.5%); 964 (21.0%) were hospitalized; and 340 (7.4%) died. After adjusting for all covariates, including race/ethnicity and poverty, there was a significant independent inverse dose-response relationship between increasing continuous 25(OH)D concentrations (from 15 to 60 ng/mL) and decreasing probability of COVID-19-related hospitalization (from 24.1 to 18.7%, p=0.009) and mortality (from 10.4 to 5.7%, p=0.001). In modeling 25(OH)D as a log-transformed continuous variable, the greatest risk for hospitalization and death was observed at lower 25(OH)D concentrations.

Conclusions: Continuous blood 25(OH)D concentrations are independently associated with COVID-19-related hospitalization and mortality in an inverse dose-response relationship in this large racially and ethnically diverse cohort of VA patients. Randomized controlled trials are needed to evaluate the impact of vitamin D supplementation on COVID-19-related outcomes.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54010
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 21 Juin 2022 15:00

Traduction de l'étude :wink:

Association entre le statut en vitamine D et l'hospitalisation et la mortalité liées à la COVID-19
Karen H Seal J Gen Stagiaire Med. 2022 mars;37(4):853-861.


Contexte : La relation entre le statut en vitamine D et les résultats cliniques liés à la COVID-19 est controversée. Des études antérieures ont été menées sur des populations plus petites, sur un seul site ou homogènes, limitant les ajustements pour les déterminants sociaux de la santé (race/ethnicité et pauvreté) communs à la fois à la carence en vitamine D et aux résultats de la COVID-19.

Objectif : Évaluer la relation dose-réponse entre la 25(OH)D continue et le risque d'hospitalisation et de mortalité liés au COVID-19 après ajustement pour les covariables associées à la carence en vitamine D et aux résultats du COVID-19.

Conception : Étude de cohorte rétrospective.

Patients : Patients vétérans recevant des soins dans les établissements de santé du Département américain des anciens combattants (VA) avec un test positif pour le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) et un test sanguin 25(OH)D entre le 20 février 2020, et le 8 novembre 2020, suivis jusqu'à 60 jours.

Mesures principales : L'exposition était la concentration sanguine de 25(OH)D déterminée le plus près possible et dans les 15 à 90 jours précédant un test SARS-CoV-2 index positif. Les co-principaux résultats de l'étude étaient l'hospitalisation de patients hospitalisés liée au COVID-19 nécessitant un isolement par voie aérienne, par gouttelettes, par contact ou autre et une mortalité constatée dans les 60 jours suivant un test SARS-CoV-2 positif.

Principaux résultats : Sur 4 599 anciens combattants avec un test SARS-CoV-2 positif, une carence en vitamine D (< 20 ng/mL) a été identifiée chez 665 (14,5 %) ; 964 (21,0 %) ont été hospitalisés ; et 340 (7,4 %) sont décédés. Après ajustement pour toutes les covariables, y compris la race/l'origine ethnique et la pauvreté, il y avait une relation dose-réponse inverse indépendante significative entre l'augmentation continue des concentrations de 25(OH)D (de 15 à 60 ng/mL) et la diminution de la probabilité d'infection liée au COVID-19. l'hospitalisation (de 24,1 à 18,7 %, p=0,009) et la mortalité (de 10,4 à 5,7 %, p=0,001). Dans la modélisation du 25(OH)D en tant que variable continue transformée en log, le plus grand risque d'hospitalisation et de décès a été observé à des concentrations plus faibles de 25(OH)D.

Conclusions : Les concentrations sanguines continues de 25(OH)D sont associées de manière indépendante à l'hospitalisation et à la mortalité liées au COVID-19 dans une relation dose-réponse inverse dans cette grande cohorte de patients souffrant d'AV. Des essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour évaluer l'impact de la supplémentation en vitamine D sur les résultats liés au COVID-19
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12380
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 22 Juin 2022 10:49

Vitamin D for Recovery of COVID-19 in Patients With Chronic Kidney Disease
Wen-Fang Chiang Front. Nutr., 15 June 2022

The severity of coronavirus disease 2019 (COVID-19) is determined not only by viral damage to cells but also by the immune reaction in the host. In addition to therapeutic interventions that target the viral infection, immunoregulation may be helpful in the management of COVID-19. Vitamin D exerts effects on both innate and adaptive immunity and subsequently modulates immune responses to bacteria and viruses. Patients with chronic kidney disease (CKD) frequently have vitamin D deficiency and increased susceptibility to infection, suggesting a potential role of vitamin D in this vulnerable population. In this paper, we review the alterations of the immune system, the risk of COVID-19 infections and mechanisms of vitamin D action in the pathogenesis of COVID-19 in CKD patients.

Previous studies have shown that vitamin D deficiency can affect the outcomes of COVID-19. Supplementing vitamin D during treatment may be protective against COVID-19. Future studies, including randomized control trials, are warranted to determine the effect of vitamin D supplementation on the recovery from COVID-19 in CKD patients.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54010
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 22 Juin 2022 19:36

Traduction de l'étude :wink:

Vitamine D pour la récupération du COVID-19 chez les patients atteints de maladie rénale chronique
Front de Wen-Fang Chiang. Nutr., 15 juin 2022

La gravité de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est déterminée non seulement par les dommages viraux aux cellules, mais également par la réaction immunitaire de l'hôte. En plus des interventions thérapeutiques qui ciblent l'infection virale, l'immunorégulation peut être utile dans la gestion du COVID-19. La vitamine D exerce des effets sur l'immunité innée et adaptative et module par la suite les réponses immunitaires aux bactéries et aux virus. Les patients atteints d'insuffisance rénale chronique (IRC) présentent fréquemment une carence en vitamine D et une sensibilité accrue aux infections, ce qui suggère un rôle potentiel de la vitamine D dans cette population vulnérable. Dans cet article, nous passons en revue les altérations du système immunitaire, le risque d'infections au COVID-19 et les mécanismes d'action de la vitamine D dans la pathogenèse du COVID-19 chez les patients atteints d'IRC.

Des études antérieures ont montré qu'une carence en vitamine D peut affecter les résultats du COVID-19. La supplémentation en vitamine D pendant le traitement peut protéger contre le COVID-19. De futures études, y compris des essais contrôlés randomisés, sont justifiées pour déterminer l'effet de la supplémentation en vitamine D sur la récupération du COVID-19 chez les patients atteints d'IRC.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12380
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 25 Juin 2022 12:31

Effect of Cholecalciferol Supplementation on the Clinical Features and Inflammatory Markers in Hospitalized COVID-19 Patients: A Randomized, Open-Label, Single-Center Study
by Tatiana L. Karonova Nutrients 2022, 14(13), 2602;

Recent studies showed that a low 25-hydroxyvitamin D (25(OH)D) level was associated with a higher risk of morbidity and severe course of COVID-19. Our study aimed to evaluate the effects of cholecalciferol supplementation on the clinical features and inflammatory markers in patients with COVID-19. A serum 25(OH)D level was determined in 311 COVID-19 patients. Among them, 129 patients were then randomized into two groups with similar concomitant medication. Group I (n = 56) received a bolus of cholecalciferol at a dose of 50,000 IU on the first and the eighth days of hospitalization. Patients from Group II (n = 54) did not receive the supplementation.

We found significant differences between groups with the preferential increase in serum 25(OH)D level and Δ 25(OH)D in Group I on the ninth day of hospitalization (p < 0.001). The serum 25(OH)D level on the ninth day was negatively associated with the number of bed days (r = −0.23, p = 0.006); we did not observe other clinical benefits in patients receiving an oral bolus of cholecalciferol. Moreover, in Group I, neutrophil and lymphocyte counts were significantly higher (p = 0.04; p = 0.02), while the C-reactive protein level was significantly lower on the ninth day of hospitalization (p = 0.02). Patients with supplementation of 100,000 IU of cholecalciferol, compared to those without supplementation, showed a decrease in the frequencies of CD38++CD27 transitional and CD27−CD38+ mature naive B cells (p = 0.006 and p = 0.02) and an increase in the level of CD27−CD38− DN B cells (p = 0.02).

Thus, the rise in serum 25(OH)D level caused by vitamin D supplementation in vitamin D insufficient and deficient patients may positively affect immune status and hence the course of COVID-19.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54010
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 26 Juin 2022 08:53

Traduction de l'étude :wink:

Effet de la supplémentation en cholécalciférol sur les caractéristiques cliniques et les marqueurs inflammatoires chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19 : une étude randomisée, ouverte et monocentrique
par Tatiana L. Karonova Nutrients 2022, 14(13), 2602;

Des études récentes ont montré qu'un faible taux de 25-hydroxyvitamine D (25(OH)D) était associé à un risque plus élevé de morbidité et d'évolution sévère du COVID-19. Notre étude visait à évaluer les effets de la supplémentation en cholécalciférol sur les caractéristiques cliniques et les marqueurs inflammatoires chez les patients atteints de COVID-19. Un taux sérique de 25(OH)D a été déterminé chez 311 patients COVID-19. Parmi eux, 129 patients ont ensuite été randomisés en deux groupes avec une médication concomitante similaire. Le groupe I (n = 56) a reçu un bolus de cholécalciférol à la dose de 50 000 UI le premier et le huitième jour d'hospitalisation. Les patients du groupe II (n = 54) n'ont pas reçu la supplémentation.

Nous avons trouvé des différences significatives entre les groupes avec l'augmentation préférentielle du taux sérique de 25(OH)D et du Δ 25(OH)D dans le groupe I au neuvième jour d'hospitalisation (p < 0,001). Le taux sérique de 25(OH)D au neuvième jour était négativement associé au nombre de jours d'alitement (r = −0,23, p = 0,006) ; nous n'avons pas observé d'autres avantages cliniques chez les patients recevant un bolus oral de cholécalciférol. De plus, dans le groupe I, le nombre de neutrophiles et de lymphocytes était significativement plus élevé (p = 0,04 ; p = 0,02), tandis que le taux de protéine C-réactive était significativement plus faible au neuvième jour d'hospitalisation (p = 0,02). Les patients avec une supplémentation de 100 000 UI de cholécalciférol, comparés à ceux sans supplémentation, ont montré une diminution des fréquences des cellules B CD38++ CD27 transitionnelles et CD27−CD38+ matures naïves (p = 0,006 et p = 0,02) et une augmentation du niveau de cellules CD27−CD38−DN B (p = 0,02).

Ainsi, l'augmentation du taux sérique de 25(OH)D causée par la supplémentation en vitamine D chez les patients insuffisants et déficients en vitamine D peut affecter positivement l'état immunitaire et donc l'évolution du COVID-19
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12380
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 3 Juil 2022 10:32

Temporal Association of Reduced Serum Vitamin D with COVID-19 Infection: Two Single-Institution Case–Control Studies
by Diviya Gupta Nutrients 2022, 14(13), 2757;

(1) Background: Vitamin D supplementation has been proposed for the prevention and treatment of COVID-19, but it is not clear if reduced serum vitamin D predisposes individuals to COVID-19 and/or is a secondary consequence of infection. This study assessed the temporal association between serum vitamin D and COVID-19 with two single-institution case–control studies through the University of California San Diego (UCSD) Health System.

(2) Methods: This study included patients who tested positive for COVID-19 from 1 January to 30 September 2020 with serum 25-hydroxy-vitamin D (25(OH)D) measured within 180 days of diagnosis. Patients were separated based on whether 25(OH)D was measured before (n = 107 cases, 214 controls) or after (n = 203 cases, 406 controls) COVID-19 diagnosis. COVID-19 infection status was the outcome variable in the pre-diagnosis study, whereas serum 25(OH)D level was the outcome variable in the post-diagnosis study.

(3) Results: Serum 25(OH)D levels were not associated with the odds of subsequent COVID-19 infection (OR 1.0, 95% CI: 1.0 to 1.0, p = 0.98). However, COVID-19-positive individuals had serum 25(OH)D measurements that were 2.7 ng/mL lower than the controls (95% CI: −5.2 to −0.2, p = 0.03).

(4) Conclusions: In our study population, serum 25(OH)D levels were not associated with the risk of acquiring COVID-19 infection but were reduced in subjects after COVID-19 infection. These results support the possibility that reduced serum 25(OH)D is a consequence and not a cause of COVID-19 infection.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54010
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Conseils » 4 Juil 2022 14:43

Vitamin D Endocrine System and COVID-19: Treatment with Calcifediol
by Jose Manuel Quesada-Gomez Nutrients 2022, 14(13), 2716;

The COVID-19 pandemic is the greatest challenge facing modern medicine and public health systems. The viral evolution of SARS-CoV-2, with the emergence of new variants with in-creased infectious potential, is a cause for concern. In addition, vaccination coverage remains in-sufficient worldwide. Therefore, there is a need to develop new therapeutic options, and/or to optimize the repositioning of drugs approved for other indications for COVID-19. This may include the use of calcifediol, the prohormone of the vitamin D endocrine system (VDES) as it may have potential useful effects for the treatment of COVID-19.

We review the aspects associating COVID-19 with VDES and the potential use of calcifediol in COVID-19. VDES/VDR stimulation may enhance innate antiviral effector mechanisms, facilitating the induction of antimicrobial peptides/autophagy, with a critical modulatory role in the subsequent host reactive hyperinflammatory phase during COVID-19: By decreasing the cytokine/chemokine storm, regulating the renin–angiotensin–bradykinin system (RAAS), modulating neutrophil activity and maintaining the integrity of the pulmonary epithelial barrier, stimulating epithelial repair, and directly and indirectly decreasing the increased coagulability and prothrombotic tendency associated with severe COVID-19 and its complications. Available evidence suggests that VDES/VDR stimulation, while maintaining optimal serum 25OHD status, in patients with SARS-CoV-2 infection may significantly reduce the risk of acute respiratory distress syndrome (ARDS) and severe COVID-19, with possible beneficial effects on the need for mechanical ventilation and/or intensive care unit (ICU) admission, as well as deaths in the course of the disease. The pharmacokinetic and functional characteristics of calcifediol give it superiority in rapidly optimizing 25OHD levels in COVID-19.

A pilot study and several observational intervention studies using high doses of calcifediol (0.532 mg on day 1 and 0.266 mg on days 3, 7, 14, 21, and 28) dramatically decreased the need for ICU admission and the mortality rate.

We, therefore, propose to use calcifediol at the doses described for the rapid correction of 25OHD deficiency in all patients in the early stages of COVID-19, in association, if necessary, with the new oral antiviral agents.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Conseils
Forum Admin
 
Messages: 54010
Inscription: 11 Sep 2008 19:11

Re: Vitamine D et virus?

Messagepar Nutrimuscle-Diététique » 5 Juil 2022 17:30

Traduction de l'étude :wink:

Système endocrinien de la vitamine D et COVID-19 : Traitement avec Calcifediol
par José Manuel Quesada-Gomez Nutrients 2022, 14(13), 2716 ;

La pandémie de COVID-19 est le plus grand défi auquel sont confrontés la médecine moderne et les systèmes de santé publique. L'évolution virale du SARS-CoV-2, avec l'émergence de nouveaux variants au potentiel infectieux accru, est préoccupante. De plus, la couverture vaccinale reste insuffisante dans le monde. Il est donc nécessaire de développer de nouvelles options thérapeutiques, et/ou d'optimiser le repositionnement de médicaments approuvés pour d'autres indications du COVID-19. Cela peut inclure l'utilisation de calcifediol, la prohormone du système endocrinien de la vitamine D (VDES), car elle peut avoir des effets utiles potentiels pour le traitement du COVID-19.

Nous passons en revue les aspects associant le COVID-19 au VDES et l'utilisation potentielle du calcifediol dans le COVID-19. La stimulation VDES/VDR peut améliorer les mécanismes effecteurs antiviraux innés, facilitant l'induction de peptides antimicrobiens/autophagie, avec un rôle modulateur critique dans la phase hyperinflammatoire réactive ultérieure de l'hôte pendant le COVID-19 : en diminuant la tempête de cytokines/chimiokines, en régulant la rénine-angiotensine – système bradykinine (RAAS), modulant l'activité des neutrophiles et maintenant l'intégrité de la barrière épithéliale pulmonaire, stimulant la réparation épithéliale et diminuant directement et indirectement l'augmentation de la coagulabilité et de la tendance prothrombotique associée au COVID-19 sévère et à ses complications. Les preuves disponibles suggèrent que la stimulation VDES/VDR, tout en maintenant un statut sérique optimal de 25OHD, chez les patients infectés par le SRAS-CoV-2 peut réduire de manière significative le risque de syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) et de COVID-19 sévère, avec des effets bénéfiques possibles sur le besoin de ventilation mécanique et/ou d'admission en unité de soins intensifs (USI), ainsi que les décès au cours de la maladie. Les caractéristiques pharmacocinétiques et fonctionnelles du calcifediol lui confèrent une supériorité pour optimiser rapidement les niveaux de 25OHD dans le COVID-19.

Une étude pilote et plusieurs études d'intervention observationnelles utilisant des doses élevées de calcifediol (0,532 mg le jour 1 et 0,266 mg les jours 3, 7, 14, 21 et 28) ont considérablement réduit le besoin d'admission en USI et le taux de mortalité.

Nous proposons donc d'utiliser le calcifediol aux doses décrites pour la correction rapide du déficit en 25OHD chez tous les patients aux premiers stades de la COVID-19, en association si nécessaire avec les nouveaux antiviraux oraux.
Avatar de l’utilisateur
Nutrimuscle-Diététique
 
Messages: 12380
Inscription: 4 Mar 2013 09:39
Localisation: Athus

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actualités, vidéos, études scientifiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités